//img.uscri.be/pth/ad9f6fdc17a0dcd81a70b53e6e42e6048dc2ff69
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Rio aux éclats

160 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1997
Lecture(s) : 615
EAN13 : 9782296328426
Signaler un abus

RIO aux éclats

Ce livre a été publié avec le concours de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger et l'Association des"parents d'élèves du lycée Molière à Rio de Janeiro - Brésil

Remerciements pour autorisation de reproduction Eduardo Camoes, pour ses tableaux du Rio ancien Editora Ex Libris, pour les photos de Marc Ferrez publiées dans 0 Rio Antigo Jornal do Brasil, quotidien de Rio Photos Naïrna di Piero, 2nde 2 - Jacqueline Baudet
S.M.R.J. Bourjea

Dessins Pauline Costa, 3ème 2 - Thiago Frémau, 3ème 2 Benjamin Fanjat, 5ème 2

RIO
AUX ECLATS
Lycée Molière de Rio de Janeiro

Conception et présentation Michelle Bourjea

L'Harmattan
5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

Élèves-auteurs
Classes de 6ème Adjadj Daniela Almeida Reis Estevan Arthur Evelyne Ayoubi Anas Barbosa de Carvalho Laura Bauvoi Machado Joao Beata Neves Thiago Boëbion Fanny Chardronnet Flora Cicion Désirée Collette Diana Corbineau Mathieu Cruz Rafael Dancour Manna De Malmazet Thierry Delbreil Lucy Deplaine Silveira Sophie Devaleix Juliette Dubois Grégory Farias Isabel Felzenszwalb Vivian
.

Pignot Marianne Regnaut Richard Rossi André Sansoni Martinez Patrick Scofield Vicente Senise Gabriel Stein Ciasca Erica Autres classes, Adjadj Juliana Barthès Bruno Bezerra Coletti Frederico Bourjea Jérôme Dancour Alexandre Denantes Marion Devaleix Louis Charles Fanjat Benjamin Iavelberg Viridiana Kohn Bruno Llorca Veronica Mattosinho Clarisse Ménier Gabriella Monique Saade Pradines Ludivine Rezende Ratton Diego Rossi Pedro Saadi TeixeiraClarice ShorterZoé Soares de Moura Freire Camila Atelier d'écriture Alessandri Carolina Chauveau Aline Castilho da Silva Marta Di Piero Naïma Vianna de Castro Maud Bruchacsek Pamela Rollemberg Marina Sanada

França Joan
Génot Anaïs Gould Motta Lia Grabois André Lauzeral Aurore Lednik Ana Claudia Lepoivre Alexandre Lins da Silva Bruno Lousao Antoine Lozouet Louis Mahaut Rodrigues Aline Maya Julia Moreau Rafael Patino Igor Pétin Francine Pereira Vaudois Hélène Petitjean Adrien

Bien mieux qu'un premier roman individuel, ceci est le premier roman d'une théorie joyeuse d'enfants qui ont fait d'une ville leur héroine.

Rio ludique joue. Rio travaille. Rio travaille en nous Rio se joue de nous. Les instants magiques de Rio : les écrire avec la lumière, les souligner au fusain, les prendre dans le tissu des mots. Rio, ville à lire et à écrire. Rio, aux éclats, rit de se voir si belle dans le miroir de nos mots. Rio éclatée en mille chants cousus ici comme une rhapsodie par le chœur joyeux des enfants. M.B.

@ L'Harmattan, 1996 ISBN: 2-7384-4781-3

PRÉLUDE

Rio, ville d'écriture
Michelle Bourjea

Entre réel et imaginaire, Rio, altière et de bronze sculptée, jaillit de bon matin à la frontière mouvante de l'océan. Plus tard, tout alanguie d'écume, de sable et de lumière, elle pose au grand écart sur l'étendue sereine de ses plages blanches. Fascinés, nous lui faisons don de nos yeux et elle les éblouit de ses éclats. Dans un regain d'inspiration, Rio bientôt se lève et, à pas de géante, du nord au sud, arpente un décor de titans. Entre les morros, sur leurs pentes, elle se faufile, grimpe puis dégringole pour venir paresser un moment à nos pieds. Et puis elle se redresse encore et, d'un coup de reins conquérant, nous emporte vers de nouveaux espaces à explorer. La voilà maintenant qui revient feuilletter l'album d'images de ses quartiers plus anciens, nous livrant au passage les fragments dérisoires de son passé. Les morros, de loin en loin, font des signes comme des sémaphores mordorés et, à tous les coins de rues, le Christ du Corcovado se dresse pour nous guider. Au long des jours et des semaines, Rio, tout habillée de crimes et. de voluptés, au bord de mer se promène dans un scandale de sons et de lumières. Son grand corps en émoi jubile, pleure ou proteste et, pêle-mêle, célèbre ses deuils comme ses joies.

Quand vient le soir, brodée d'encre et de sang, Rio cisèle son profil de déesse couchée, allaitant le ciel de ses seins multipliés. Sur cette toile de fond grandiose, des enfants tracent d'éphémères graffitis avec la queue de leurs cerfsvolants qui parfois s'immobilisent en points de suspension dans le vent. D'autres fois, on ne sait d'où venu, un deltaplane inscrit ses arabesques sur le parchemin incendié du couchant. Plus modestement, en contrebas, Rio calligraphie de pierres noires la blancheur de ses trottoirs. Les pleins et les déliés, par vagues, déferlent sous nos pas tandis qu'un surfeur volubile souligne de son pinceau les muscles lisses de l'océan. Autotélique, narcissique, lieu d'écriture privilégié, c'est sur son propre corps que depuis sa naissance Rio s'écrit. Gommant un morro insalubre ou barrant d'une croix une église, troquant sans c~sse le nom des rues pour rendre gloire à ses derniers héros, Rio rature, Rio hachure, Rio brouillonne à tous les carrefours de son histoire. Dans une mise au propre toujours provisoire, Rio copie et recopie les versions successives de ses manuscrits ou, pour ne pas périr d'asphyxie, elle improvise à la hâte la genèse de nouveaux quartiers comme autant de chapitres à peaufiner. Baroque, surréaliste, expressionniste, Rio sans vergogne nourrit son œuvre de tous les courants venus d'ailleurs. Ici, elle paraphrase Paris, ses places, son académie. Là, ce sont les États-Unis qu'elle plagie. Mais partout, en virtuose, Rio, postmoderniste, s'invente son propre style, se laisse littéralement emporter par le souffle de son seul génie. Et toujours, au rythme de l'écriture, Rio va de l'avant et nous emporte dans son élan. S'écrivant, elle nous écrit, sa poésie transfigure nos vies. Laboratoire clandestin de nos métamorphoses, grand opéra de nos mots inouïs, Rio décrypte le palimpseste de nos mémoires enfouies et de nos 8

repentirs. Indiscrète, elle métaphorise sans pudeur ni retenue nos émotions les plus intimes, et déplie devant nous la carte de nos voies intérieures. Comme une lanterne magique, elle projette et agrandit la géographie de nos peurs, de nos désirs. Ses tunnels percent nos secrets, les crues de ses rivières asphaltées font déborder les nôtres en orages. Avec ses îles et ses pitons dressés dans la lumière, nous émergeons et, miracle, nous découvrons l'inconnu qu'en nous-mêmes nous étions. Rio, tu nous visites, tu nous habites. Rio, tu nous fécondes. Généreuse matrice, en toi nous nous levons, nous grandissons...

1 - Les mots en italiques sont expliqués dans un glossaire en fin de livre. 2 - En page 82 et 83, deux cartes inspirées de celles publiées dans 0 Rio antigo, donnent une idée du site de Rio et de son évolution depuis sa fondation.

9

Les portes du paradis Quand j'annonçai que j'allais habiter à Rio, mes amis ne me crurent pas. Pour eux, Rio était une ville magique, irréelle, un peu comme une ville de conte de fées. Et en effet, à l'autre bout du monde, c'est une ville inaccessible qui fait rêver, c'est la ville du carnaval, la ville où tout le monde est heureux, la ville du soleil, de la plage, de la musique, un vrai paradis. Tous m'enviaient. Paris, dont ils étaient peu sortis, était synonyme pour eux de pluie, de froid, de pollution. Mais tout à coup Rio, pour moi, ouvrait les portes de son paradis. "C'est la plus grande chance de ta vie", me disaient mes amis pleins d'envie. Ils finirent par me convaincre que la tristesse de quitter ma ville natale ne serait rien à côté de l'excitation de découvrir Rio. Je m'attendais donc à une chose fantastique. Arrivée ici, je dois avouer que j'ai été assez déçue. J'ai vu pour la première fois des favelas, des mendiants avec des jambes en moins, des mères entourées d'enfants, les lavant dans des bidons sur les plates-bandes au milieu des ,avenues, demandant l'aumône sur les trottoirs, alors que la plus extrême pauvreté que j'avais vue en France n'était qu'un simple petit clochard demandant des pièces à un carrefour. Plus tard, en me promenant, je vis les gens de la rue presque tous vêtus de blue-jeans et de tennis, sans aucune classe, tous enfermés dans leur monde, marchant d'un pas rapide pour résoudre leurs problèmes. Pourtant, quelques mètres plus loin, au bord de la mer, c'était le contraire. Les gens étaient complètement différents, naturels et ouverts. TIs couraient en écoutant de la musique, ils faisaient du vélo, discutaient entre eux, s'allongeaient sur le sable, surfaient. Ils étaient heureux et fiers de leur ville. Aujourd'hui encore, j'admire beaucoup leur esprit sportif, leur enthousiasme, leur bonne humeur.

10

Avec le temps, on m'a raconté des histoires invraisemblables d'agression dans les rues. J'ai découvert que la violence n'était pas une chose à prendre à la légère et j'ai commencé à me demander ce que je faisais dans une ville où je courais tant de risques, alors qu'à Paris, naïve comme je l'étais, ça ne me traversait pas la tête qu'une personne puisse me voler. Le paradis que j'avais imaginé s'était envolé. Aujourd'hui, je commence à m'habituer à l'art de vivre des Cariocas, les habitants de Rio. Je vois cette ville sous un autre angle. Je redécouvre son côté magique. Je me souviens

d'un dimanche d'été que je passai avec une amie sur la plage.
Le soleil se couchait. Les Cariocas se reposaient sur le sable encore chaud. Ce dimanche-là était plus calme que les autres. On entendait vaguement, au loin, les notes d'une musique classique qu'un orchestre se préparait à jouer le soir même sur une scène montée .directement sur la plage. Je regardais le coucher de soleil, jouissant des derniers instants. J'étais bien. Un homme d'une trentaine d'années est venu nous présenter son étalage de colliers. Nous n'avions pas d'argent pour lui en acheter. C'est alors qu'il nous a dit cette phrase que je n'oublierai jamais et qui me rappellera toujours l'ambiance de Rio : "Na idade de vocês, 0 dinheiro nao é preciso, pois a
maior riqueza do mundo vocês jei possuem : a juventude"

-

"A votre âge, l'argent n'est pas nécessaire, la plus grande richesse du monde, vous l'avez déjà: c'est la jeunesse."
Marion Denantes, 3ème 1
RIORIORIORn....

RloplnDI~RIORI RIOI RIOR

RIOI
RIO RIO RIO
Din

_

HIOR
RIOh ::UORll ~IORI
"JIODt

RI ORI 0 RI ORI ('l''''

,IORIORIORIt., lIORIO"'. ~"'IORIOI -=tIOR' RIOR RIOF RIOR RIOF RIOF RIOA RIOF UORI tlORli

RIOF RIOf RIOF RIOF
RIOF

.

'.1 ORI ORI ORl 0....
ïlnnl'"

RIOi RIOF RIOF
Dln[

Atelier d'écriture

Il

.. \ '1 -' ',.-.

.

... ~ . . . f,

. I

..'

.

-..

. ..,

ID

12

Molière sous les tropiques En haut de la rue Pereira da Silva à Rio de Janeiro, au Brésil, un petit lycée français, le lycée Molière, le nôtre, va de la maternelle à la terminale. Construit en béton dans une rue pleine d'arbres près de la forêt, il contraste avec la nature. Tout près, le parc Guinle, qui sert de résidence au président de la République quand il vient à Rio, donne de la fraîcheur au quartier. La rue Pereira da Silva n'est pas la rue du Poirier Sauvage, comme on pourrait le croire. C'est une rue ancienne qui doit son nom à un homme important de l'Empire. Il y avait fait construire une très belle maison quand le quartier de Laranjeiras, des Orangeraies, est devenu à la mode grâce à la reine Carlota Joaquina. C'est une rue pavée, sans issue, qui monte jusqu'à l'entrée de la favela du Pereirao. A l'écart de la grande circulation, elle est très calme et on peut y voir voler, parfois, entre les arbres, de grands papillons bleu métallisé. Mais à certaines heures de la journée, elle se transforme complètement. Justement aux heures d'entrée et de sortie des écoles. TIy en a trois. Avant, les enfants y jouaient sans préoccupation au football, à la planche à roulette et au cerf-volant. Les habitants se connaissaient et n'étaient pas obligés de se protéger derrière de grands murs. Mais aujourd'hui, depuis l'occupation des morros tout autour par les trafiquants, le calme a cessé et la police envahit régulièrement la favela à la recherche de la drogue. Alors la rue devient un véritable champ de bataille et les passants, .les élèves, les professeurs et les employés du lycée sont obligés de rester enfermés des heures pour ne pas attraper une balle perdue. Les hélicoptères, les tiroteios des mitraillettes, les voitures de police transforment en une aventure dangereuse notre paisible vie d'élèves.
Patrick Martinez Sansoni, 6ème 2 13

Rio : effervescence à fleur de peau
Son Rd' abord. Fond et coule. fluide. liquide Ce n'est qu'un long corps difforme, Qui se contorsionne en lui-même. Et qui se forme encore. Et tout ravage... Son de sa cage... Vo}'age...

C'est alors qu'il CRIE OUI!n Haletant. Un CRI Un terrible

son I, n!

II crie très HAUT suffoqué, ne voulant angoissé,

pas sonir.

I aigu emprisonné. pour devenir à l'envers

Devient plage. Devient impasse. S'envole. " Rio angoisse...

rivage~ visage Devient oiseau Devient mystère Manque d'air.

Un I qui s'envole Ailes d'hirondelles

Un gratte-ciel sans barrières.

En fi n . Rio sent le vent Un parfum de libené, de feu Dans maintes explosions d' eau. De couleurs. et de sensations: C'est alors que Rio tourne son 0 Qui. ivre et plein de mutations. Devient soleil, bulle de savon. Chanson... une longue ligne. Sans début ni fin... Rio n'a pas de fin! Rio est libre! Rio.

C'est un R un I et un 0 qui flottent dans l'air., pleins d'éclairs., Ils se choquent., s'assemblent et en une fusion deviennent: RIO : effervescence

de tonnerres

et de lumières.

"à fleur de peau

Marta Castilho da Silva, 2nde 1 - Atelier d'écriture

14

Son et lumière sur Rio
Jeux poétiques
Créativité, 6ème 1 et 6ème 2

Inventaire Inventtirio Invente à Rio Inventer à Rio TIventait à Rio TIvente à Rio TIvanta Rio TIsvont à Rio TIsfont à Rio Ds sont à Rio Le son à Rio Leçon à Rio Le sang à Rio Armoire Amuirio Armes à Rio Armés à Rio Art, mais à Rio Aimer à Rio Aimez Rio Amar 0 Rio A moi Rio Universitaire Univers s'y taire Universittirio Univers cité à Rio Un vers cité à Rio Un nid vert situé à Rio Enivré si tu es à Rio En hiver si tu es à Rio En hiver six tués à Rio Adversité à Rio

j
1

~

~

.~

j

16