Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Transforme-toi en loup de mer

De
123 pages
Tu as aimé partir à la recherche de la carte d’Or volée par Gros-Moche et sa bande d’affreux requins-gobelins ? Ouvrir ce livre est tout ce que tu as à faire pour redevenir Louca, le courageux loup-de-mer. En compagnie de Manati le lamantin, de Martin le martin-pêcheur et d’Ocella la pieuvre, tu vogueras cette fois dans des eaux beaucoup plus froides, en quête du trésor des ancêtres de Louca. L’ennui, c’est que la carte d’Or des loups-garous des mines est codée. Tu devras la déchiffrer petit à petit, alors que le temps est compté. Gros-Moche n’a pas dit son dernier mot. L’affreux sortira à nouveau des abysses, décidé à te reprendre la carte au trésor. Et ne va pas croire qu’il est le seul à la convoiter…
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Copyright © 2016 Maude Royer
Copyright © 2016 Éditions AdA Inc.Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que
ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire.Éditeur : François Doucet
Révision linguistique : Féminin plurielCorrection d’épreuves : Nancy Coulombe, Audrey Faulkner
Illustrations de la couverture et de l’intérieur : © ThinkstockDesign de la couverture : Maude Royer
Montage de la couverture : Mathieu C. Dandurand
Mise en pages : Mathieu C. DandurandISBN papier : 978-2-89767-060-3
ISBN PDF numérique : 978-2-89767-061-0ISBN ePub : 978-2-89767-062-7
Première impression : 2016Dépôt légal : 2016
Bibliothèque et Archives nationales du QuébecBibliothèque Nationale du Canada
Éditions AdA Inc.1385, boul. Lionel-Boulet
Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7Téléphone : 450-929-0296
Télécopieur : 450-929-0220www.ada-inc.com
info@ada-inc.comDiffusion
Canada : Éditions AdA Inc.France : D.G. Diffusion
Z.I. des Bogues31750 Escalquens — France
Téléphone : 05.61.00.09.99Suisse : Transat — 23.42.77.40
Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99Imprimé au Canada
Participation de la SODEC.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds dulivre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — GestionSODEC.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec etBibliothèque et Archives Canada
Royer, MaudeTransforme-toi en loup de mer
Sommaire : aventure 2. Ça polaire chaud, matelot!.Pour les jeunes de 9 ans et plus.
ISBN 978-2-89767-060-3 (vol. 2)I. Royer, Maude. Ça polaire chaud, matelot!. II. Titre.
PS8585.O97T72 2015 jC843'.6 C2015-941649-3PS9585.O97T72 2015
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.comLe jeu
Ouvrir ce livre est tout ce que tu as à faire pour redevenir Louca, le courageux loup de mer. Une fois transformé,
tu auras encore de nombreuses décisions à prendre, et quelques épreuves à surmonter. Tu devras parfois
réfléchir, sans pour autant t’arracher les poils sur le crâne. À d’autres moments, tu auras intérêt à écouter la
petite voix dans ta tête, celle de Louca. Comme tu le sais déjà, plusieurs chemins mènent à la réussite de ta
mission. Que tu la complètes avec succès au premier essai ou non, tu pourras emprunter l’identité de Louca
aussi souvent que tu en auras envie. Chaque fois, ton histoire sera différente. Il se pourrait toutefois que tu
passes au même endroit à plus d’une reprise. Évite alors de refaire les mêmes erreurs !
Pour vivre pleinement cette aventure, tu dois te rappeler comment te diriger à l’aide de la rose des vents. Le
« N » indique le nord, le « S » le sud, le « O » l’ouest et le « E » l’est.
Il y a toujours deux petites règles à respecter :
• Suis bien les directives sans tricher (ou pas trop) ;
• Amuse-toi !Ton personnage
Es-tu prêt à te métamorphoser de nouveau en loup de mer ? Si tu es déjà un garçon, cette transformation se fera en douceur.
Si tu es une fille, l’expérience sera aussi amusante et d’autant plus dépaysante ! Dans le pire des cas, tu ressentiras un drôle
de petit frisson entre les orteils. Il durera moins longtemps, cependant, que lors de ta première métamorphose. Qui que tu
sois, vas-y, claque des doigts ! Voilà, tu es Louca, assis sur le dos de ton ami le lamantin. Maintenant, agenouille-toi et
penche-toi au-dessus de l’océan. Attention à ne pas chuter ! Observe bien ton reflet. Te souviens-tu de l’allure de Louca
pendant le jour ? En gros, tu es un garçon de douze ans vêtu d’un chandail rouge et d’un pantalon de toile noir. Tu as les
yeux bruns. Tes cheveux, tout aussi foncés, encadrent un visage à la peau bronzée par le soleil. Un garçon comme les
autres, penseraient certains en te regardant. Mais toi, tu sais déjà que Louca n’a rien d’ordinaire… Depuis la dernière fois où
tu as pris possession de son corps, les pirates lui ont fait les poches. Si tu fouilles une des poches de ton pantalon, tu
constateras que le loup de mer a réussi à conserver quelques perles, ainsi que la coquille de palourde qui lui sert de canif. Ne
t’alarme pas ! La carte d’Or, prise à tort par les pirates pour un parchemin sans valeur, est toujours dans l’autre poche.Ta vie
Quelque part en mer, Manati le lamantin dort paisiblement. Tu as déjà lu ça quelque part
? Ce n’est pas surprenant. À moins que tu ne réclames les services de ton radeau vivant,
Manati passe le plus clair de son temps à somnoler. Contrairement à toi, qui as à peine
fermé l’œil depuis le jour où ton ami le martin-pêcheur s’est tordu le bec en heurtant une
bouteille de verre.
De cette bouteille qui flottait au gré des vagues est sortie Ocella, la gardienne du
secret des étoiles. Cette petite pieuvre rouge te suit maintenant partout où tu vas, aussi
fidèle que Martin et Manati. Dans la bouteille, Ocella prenait soin d’un très ancien
parchemin qui t’a appris que tes ancêtres étaient des loups-garous des mines. Le
document disait également que les loups-garous avaient pris la mer trois cents ans plus
tôt, après avoir caché le plus énorme trésor jamais amassé. N’écoutant que ton courage,
tu es parti à la recherche de la carte d’Or qui, toujours selon les étoiles, mène à ce
fabuleux trésor. Cette carte avait été volée aux loups-garous par une bande d’affreux
requins-gobelins. Au terme d’une périlleuse aventure digne du plus brave des pirates,
elle est désormais entre tes mains.
L’ennui, c’est que seule une petite partie de la carte d’Or est visible. Sans compter
qu’elle est cryptée ! Les huit choses qui y sont illustrées n’ont, à première vue, rien en
commun. Tu dois pourtant trouver le lien qui les unit ! Trop impatient de connaître les
secrets de cette carte, tu en oublies donc de dormir. Tu as beau te creuser le ciboulot,
tourner le rouleau d’algues jaunes dans tous les sens, le message codé des
loupsgarous t’échappe. Tu es même en train de te demander si tu es vraiment l’héritier des
loups-garous des mines. Le véritable héritier décoderait cette carte les doigts dans le
nez, non ?
Un cri strident de Martin t’arrache à tes réflexions. Tu es habitué aux piaillements
fréquents de l’oiseau bleu, mais tu sursautes tout de même, et la carte d’Or s’envole.
Grâce au ciel, la petite pieuvre rouge l’attrape d’un de ses huit bras avant qu’elle ne parte
au vent. Moins nerveuse que le martin-pêcheur, la pieuvre est toutefois sur ses gardes,
elle aussi. Tu n’es pas le seul à te priver de sommeil.
— Fausse alerte ! se reprend l’oiseau. Ce n’était qu’un poisson-volant.
— Il faut arrêter de craindre le pire, Martin, le grondes-tu au milieu d’un long soupir.
Sinon, tu vas nous claquer entre les mains. Tu ne seras plus bon qu’à être empaillé !
Cette remarque ne fait même pas rire Ocella. Pourtant, depuis que les deux animaux
se côtoient, ils sont à couteaux tirés. Si l’un dit « noir », l’autre dit « blanc ».
Normalement, aucun des deux ne rate une occasion de se moquer de l’autre.
— Gros-Moche reviendra, t’avertit le martin-pêcheur dans son rôle d’oiseau de
mauvais augure. Il ne te laissera pas t’en tirer à si bon compte. Il t’arrachera la carte d’Or,quitte à t’arracher une main avec !
— Le chef des requins-gobelins rumine sa défaite dans les abysses, rétorques-tu. S’il
monte assez près de la surface de l’océan pour que les étoiles le voient, elles nous le
feront savoir.
— Mais les étoiles dorment, Louca ! crie Martin. Il fait encore jour !
— Baisse le ton, ou Gros-Moche va t’entendre depuis les profondeurs de l’océan, le
réprimandes-tu. Calme-toi, les étoiles seront bientôt là.
Dans son sommeil, Manati bouge doucement de gauche à droite. Il vous berce pour
vous apaiser. En attendant que la nuit tombe, Martin s’envole et se pose sur tes cheveux.
Avant, il avait coutume de se servir de ta tête comme d’un perchoir d’où il plongeait et
replongeait sans cesse à la recherche de nourriture. Maintenant, il ne pêche qu’un ou
deux poissons par jour. Il ne délaisse pas pour autant ta tête, l’endroit le plus éloigné de
la surface de l’océan, et donc le plus sécuritaire pour ses précieuses plumes.
Ocella te rend la carte d’Or. Montée sur ton épaule, elle s’efforce elle aussi de trouver
la signification des choses qui y sont gribouillées. Sur ta tête, Martin agite sans cesse
ses pattes, mais au moins il demeure silencieux. Au bout d’un moment, ton nez se met à
picoter. La lune en croissant a fait son apparition, entourée d’étoiles.
La nuit est tombée.
• Le phénomène qui te transformera en véritable loup de mer est commencé, mais il est
encore temps de l’arrêter en fermant ce livre et en redevenant toi-même. Si tu choisis
de revivre cette étrange transformation, poursuis ta lecture à la section suivante.Ta transformation
Sous les rayons de la lune, ton apparence humaine devient celle d’un loup de mer. En
passant du brun au jaune, tes yeux voient maintenant aussi bien dans le noir qu’ils
voyaient dans la lumière du soleil. Les mains des loups de mer sont identiques à celles
des humains, mais te souvenais-tu que leurs pieds sont griffus et palmés comme les
pattes des loutres ? D’une main, tu tâtes tes oreilles, désormais pointues et poilues. De
l’autre, tu touches ton visage. Ton nez, ta bouche et ton menton se sont légèrement
déformés en s’allongeant, donnant l’illusion d’un museau. Dans ton dos, une belle queue
aux poils noirs et lustrés remue comme si elle voulait te souhaiter la bienvenue dans ce
corps. Même si le vent s’est couché pour la nuit, tes minces moustaches perçoivent une
légère brise. Les odeurs de l’océan t’assaillent. Elles sont toujours plus fortes quand tu
es dans ce corps à moitié animal. Puisqu’il s’agit de ta deuxième transformation, tu ne
crains pas de te retrouver tout nu et couvert de fourrure de la tête aux pieds.
Conformément à tes souvenirs, tes vêtements ne t’ont pas quitté, et seuls tes cheveux
ont poussé jusque dans ton dos et le long de tes mâchoires.TON AVENTURE
Dans la nuit, Ocella et toi vous entêtez à vouloir déchiffrer les huit dessins de la carte d’Or (que tu peux voir à la page suivante). Pendant que
vos neurones s’activent, Martin fait ce qu’il fait de mieux : il bougonne.
— Ces dessins n’ont aucune signification ! piaille-t-il en trépignant sur ta tête comme s’il allait réussir à y enfoncer son opinion. Allons
prendre des vacances sur une île déserte !
Parce que vous l’ignorez, il joue celui qui contribue aux recherches :
— Je sais ! Ces dessins représentent tous l’océan ! C’est là qu’il faut aller !
— Merci Martin, voilà qui réduit largement la zone à explorer, le nargue la petite pieuvre rouge.
Quelques minutes de silence plus tard, n’y tenant plus, Martin s’en mêle à nouveau :
— Louca, tu ne réfléchis même pas ! t’accuse-t-il. Tu ne fais que contempler la jolie nymphe des eaux.
— Une n y m p h e des eaux, oui, murmure Ocella, en pleine déduction. Et non une s i r è n e.
— Quelle différence ? râle le martin-pêcheur.
— La lettre « N » ! lui répond la pieuvre d’un ton victorieux. Une n y m p h e commence par la lettre « N », tout comme un n a r v a l, de la n e i g e,
un n a v i r e, un n u a g e, un n a u t i l e…
— Et une n o r q u e ? complète Martin, railleur. À moins que tu préfères dire un n é p a u l a r d ?
— Orque ou épaulard, l’important c’est que cette baleine est n o i r e, souligne Ocella.
— D’accord, grommelle l’oiseau. Tous ces mots commencent par la lettre « N ». Et alors ? Où cette découverte nous mène-t-elle ?
— Vers le nord ! t’exclames-tu. Regardez la rose des vents. Le « N » indique le nord !
— Le nord ? s’affole Martin. Avec les banquises et les ours polaires ? Tu nous fais une blague, hein, matelot ?
— Une fois là-bas, la carte d’Or nous révélera sûrement un autre indice ! t’enthousiasmes-tu.
Puis, sans t’occuper de Martin, qui mime une crise de panique, tu tapotes doucement le crâne de Manati. À moitié endormi, le gros lamantin
se met en route, direction nord.
• Te sens-tu le courage d’entreprendre cette grande aventure ? Si oui, continue ta lecture à la page suivante. En avant !
* * * En avant ! * * *