Transgenic World

De
Publié par

La Lune est colonisée par l'homme depuis vingt ans, grâce au professeur Suntham qui y a implanté le mucilum practis, un OGM révolutionnaire. Mais la plante est devenue agressive, voire même cannibale. Elle terrorise les habitants de Zone City. Un Nettoyeur, Moss Ballard, son compagnon Cheval Fou et une équipe de télévision menée par Cassidy Grant tentent d'approcher la Bête sur leur Crache-Feu. Sitôt le Rempart franchi, ils découvrent les mille et uns tentacules de la Bête. Elle a tout envahi. Dès lors, comment lui échapper ?

Ce roman de science-fiction en vert et noir, dans un univers où voisinent une végétation cannibale et des hybrides inquiétants, réserve de nombreuses surprises au lecteur. L'auteur s'attache à dépeindre des mondes en devenir et des valeurs antagonistes, en opposant des esprits rebelles et libres à des scientifiques sans règles éthiques.
Publié le : mercredi 5 avril 2006
Lecture(s) : 10
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782700242003
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Sommaire

Un pas de géant pour l’humanité

L’ennemi à nos portes

Préavis de grève

Mission délicate

Passagers d’un autre monde

Charter pour l’enfer

Dans le ventre de la bête

En suspens

Méandres

Les morts prennent le thé

Le passage

Nurserie

Racines

Termitières

Sur le dos de la bête

Le chant d’un autre âge

Ce qui vit au de là de la mort

978-2-700-23227-1

© RAGEOT-ÉDITEUR – Paris, 2006.

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays. Loi n°49-956 du 16-07-1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

UN PAS DE GÉANT POUR L’HUMANITÉ

« – Professeur Suntham, parlez-nous de cet incroyable défi que votre société Transgenic World s’apprête à relever : faire de la Lune une planète habitable pour l’homme… Vu de la Terre, cela paraît un pari insensé, non ?

Abel Suntham pouffa de rire sous sa moustache grise. Son regard bonasse, agrandi par des lunettes rondes et dorées, sembla briller de mille étoiles. Il croisa les jambes avant de répondre avec enthousiasme :

– Non, en fait, c’est très simple ! Nos avancées technologiques, patiemment développées dans nos laboratoires, sont à même aujourd’hui de transformer notre cher satellite, ce caillou aride et montagneux privé d’atmosphère, balayé par les vents solaires, en un monde habitable. Insensé n’est plus un mot qui a cours dans ma compagnie. Transgenic World dont je suis le père fondateur est en mesure de relever ce défi grâce à la génétique…

Le célèbre professeur marqua un silence lourd de sens en fixant l’objectif de la caméra. Il savait jouer à la perfection de son physique de vieillard placide, de ceux à qui l’on aime confier ses petits secrets. Il avait eu l’idée d’accueillir le journaliste au milieu d’une serre tropicale où les concombres perruches caquetaient avec entrain, où le maïs explosait en pop-corn au simple toucher, pour ne parler que des plus spectaculaires croisements expérimentés par ce généticien de génie.

Dans ce décor extravagant qui tenait autant du laboratoire que du décor de dessin animé, Abel Suntham aurait pu passer pour un de ces magiciens chers aux livres pour enfants. Il l’était d’ailleurs, à sa façon. Du haut de sa tour de verre, siège de Transgenic World, il pouvait contempler un monde qui lui était tout dévoué. Il n’était pas jusqu’au zoo de la ville qu’il n’eut peuplé de ses étranges créatures, tels ce singe blanc à pelage bouclé ou le lion à grandes mâchoires, dont la hideuse tête carnivore attirait les touristes du monde entier. Bien entendu, il avait commercialisé ces trouvailles dans tous les parcs d’attraction de la Terre car il était de surcroît doté d’un grand sens des affaires.

Négligeant de s’adresser au journaliste suspendu à ses lèvres, Suntham se rapprocha de la caméra, comme s’il s’efforçait d’hypnotiser les téléspectateurs – des milliards en fait qui, en ce moment même, suivaient sa démonstration dans des dizaines de pays.

– Rappelez-vous ces images d’hommes en scaphandre bondissant au milieu d’un désert avec la légèreté d’un hippopotame ! soupira-t-il. Ce ne seront bientôt que des images de la préhistoire. Combien d’entre nous n’ont rêvé, par une nuit étoilée, de planter une tente pour un week-end dans la Mer des Pluies ? Seulement les conditions de vie sur notre satellite ne sont pas réjouissantes. À cette heure, nous ne pouvons respirer sans bouteille, ni nous déplacer autrement que comme des ballons ! Eh bien si le gouvernement des Nations unies m’accorde la concession de la Lune, je transformerai ce caillou hostile en paradis. Question hostilité, la Lune est un vrai défi ! Du sable, des montagnes, des cratères et aucune atmosphère !

– Ne nous faites pas languir plus longtemps, professeur Suntham, fit mine de supplier le journaliste. Expliquez-nous !

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le secret de l'étang

de editions-des-immortels

Le papillon multicolore

de bouton-d-or-acadie

Coupable idéal

de rageot-editeur

Double disparition

de rageot-editeur

suivant