Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Une fille pas si ordinaire

De
93 pages
En ce moment, la vie de Fiona Finkelstein ressemble à un bol de cerises ou du moins à une montagne de crêpes en forme d’animaux. Elle est la plus récente, la plus jeune et la seule Miss Météo en tutu de la station de télévision WORD et ses amis et ses compagnons de classe sont plus qu’impressionnés! Mais Fiona sait bien qu’à Ordinaire, dans le Maryland, la chance ne peut pas durer éternellement. Et c’est alors que Milo apparaît dans le portrait. Milo est un nouvel élève à l’école. Mais dès qu’il pénètre dans la classe, il agit comme si tout lui appartenait. Fiona sait aussitôt qu’ils ne seront PAS des amis. Il crée même un club de météorologie, même s’il sait que Fiona est la spécialiste de la classe! Fiona décide que c’est à elle — et à ses amis Harold et Cleo — de ramener sur elle le feu des projecteurs… avec un club de jumelages. Mais quand ses jumelages s’avèrent catastrophiques, elle doit découvrir si c’est la faute de Milo ou vraiment la sienne.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms, lespersonnages, les lieux et les incidents sont soit le produit de l’imagination de l’auteure, soit utilisés de manière fictive, et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées, à des établissements d’affaires, à des événements ou à des lieux spécifiques n’est que pure coïncidence. Copyright © 2010 Shawn A. Stout Titre original anglais : Not-So-Ordinary Girl: Miss Matched Copyright © 2015 Éditions ĀdĀ Inc. pour la traduction française Cette publication est publiée en accord avec Āladdin, une division de Simon & Schuster, Inc., New York, NY Tous droits réservés. Āucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Doucet Traduction : Jo-Ānn Dussault Révision linguistique : Isabelle Veillette Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Catherine Vallée-Dumas Conception de la couverture : Matthieu Fortin Photo de la couverture : © 2013 Victoria Ying Illustrations de l’intérieur : Āngela Martini Mise en pages : Sébastien Michaud ISBN papier 978-2-89752-419-7 ISBN PDF numérique 978-2-89752-420-3 ISBN ePub 978-2-89752-421-0 Première impression : 2015 Dépôt légal : 2015 Bibliothèque et Ārchives nationales du Québec Bibliothèque Nationale du Canada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7 Téléphone : 450-929-0296 Télécopieur : 450-929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Imprimé au Canada
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Stout, Shawn A. [Not-so-ordinary girl. Français] Une fille pas si ordinaire
Traduction de : Not-so-ordinary girl. Sommaire : t. 1. Miss Météo en tutu -- t. 2. Mauvais jumelage. Pour enfants de 8 ans et plus. ISBN 978-2-89752-416-6 (vol. 1) ISBN 978-2-89752-419-7 (vol. 2) I. Dussault, Jo-Ānn. II. Stout, Shawn A. Ballerina Weather Girl. Français. III. Stout, Shawn A. Miss Matched. Français. IV. Titre. V. Titre : No-so-ordinary girl. Français. VI. Titre : Miss Météo en tutu. VII. Titre : Mauvais jumelage. PZ23.S76Fi 2015 j813’.6 C2014-942693-3 Diffusion Canada : Éditions ĀdĀ Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.com
À Andy, mon meilleur jumelage.
Chapitre1
F iona Finkelstein avait un mauvais pressentiment. Le genre de pressentiment qu’elle avait eu quand elle avait été certaine que madame Miltenberger avait mis un sandwich au jambon blanc dans son sac-repas, même si elle lui avait dit des centaines et des centaines de fois qu’elleDÉTESTAITle jambon blanc plus que toute autre chose. Surtout après avoir constaté que ce jambon n’était même pas blanc. Et s’il y avait une chose que Fiona ne supportait carrément pas, c’était de la nourriture qui mentait. Fiona ne savait pas exactement pourquoi elle avait ce pressentiment ce jour-là. Peut-être parce quec’était la journée où monsieur Bland, son professeur de quatrième année, allait piger les nou veaux noms pour assigner les tâches aux élèves de la classe. Pendant des mois, Fiona avait voulu être choisie comme électricienne. Mais elle avait eu beau croiser très fort ses doigts, monsieur Bland pigeait toujours le nom de quelqu’un d’autre dans le seau. Elle tapota son Crayon de réflexion vert sur son bu reau et elle jeta un coup d’œil à sa meilleure amie, Cleo Button, et à H arold Chutney, assis à côté d’elle. — J’ai décidé que si je ne peux pas être électricienne, cette fois-ci, je ne vais plus prendre de bain. — À quoi cela va-t-il te servir ? demanda Cleo. — Je vais tellement puer que monsieur Bland va être obligé de me donner cette tâche la prochaine fois, expliqua Fiona. Je vais lui dire qu’il va devoir supporter ma mauvaise odeur jusqu’à ce qu’il pige mon nom dans ce seau. — Bonne idée, l’encouragea Cleo en faisant craquer ses jointures. J’espère être celle qui dirige les files. Harold retira son doigt de son nez. — Je veux être jardinier.
— Jardinier ? dirent Fiona et Cleo en même temps. — Jarnicoton ! Quoi ? demanda Harold. — C’est la pire tâche qui existe, répondit Fiona. I l n’y a qu’une seule plante à arroser et c’est un cactus. Harold haussa les épaules. — Qu’y a-t-il de si excitant à être électricienne ? Fiona secoua la tête. — C’est la meilleure responsabilité entre toutes. T u as pour tâche de brancher la télévision et le projecteur. Et tu fais fonctionner le lecteur de DVD. — Et tu éteins les lumières, ajouta Cleo, qui avait été électricienne l’avant-dernière fois. — Et puis après ? dit Harold en essuyant son doigt sous son pupitre. Fiona poussa un soupir. À part mettre ses doigts da ns son nez, Harold était le seul élève qu’elle connaissait qui disait des choses comme « jarnicoton » et qui n’aimait pas les objets cool co mme les prises électriques. Parfois, Fiona se demandait si Harold n’était pas au fond une vieille dame déguisée dans un costume de garçon. La cloche sonna. — Silence, tout le monde, exigea monsieur Bland. Av ant de commencer, la directrice Sterling est ici pour vous annoncer quelque chose d’important. — Bonjour, tout le monde, les salua la directrice Sterling. Elle avança devant la classe en faisant claquer ses talons hauts. Un garçon la suivait de près. Il était grand et il avait les cheveux hérissés, ce qui le faisait paraître encore plus grand. — J’aimerais vous présenter un nouvel élève qui va se joindre à votre classe, dit-elle en posant sa main sur l’épaule du garçon. Voici Milo Bridgewater, et il vient de quitter le Minnesota po ur déménager dans le Maryland. Milo, le nouveau garçon, enfouit ses mains dans ses poches et regarda ses pieds. Fiona essayait de se rappeler où se trouvait le Minnesota parce qu’il y avait beaucoup d’États qui commençaient par la lettre « M » et elle les confondait. Puis, elle se rendit compte que Milo commençait aussi par la lettre « M ». C’était comique, non ? Fiona se demanda pourquoi il n’y avait pas d’États qui commençaient par la lettre « F ». C ’était trop injuste ! Puis, elle se rappela un État. — La Floride ! cria-t-elle, tout excitée. Tout le monde la regarda. Puis, ils éclatèrent de r ire. Sauf monsieur Bland et la directrice Sterling. Et Milo du Minnesota.
Fiona regarda autour d’elle. — Est-ce que je l’ai dit à voix haute ? — Apparemment, oui, répondit monsieur Bland en se raclant la gorge. Tu veux nous dire quelque chose à propos de la Floride ? — Je me disais seulement que la Floride commence pa r la lettre « F » comme Fiona, expliqua-t-elle. Tout comme Minnesota commence par la lettre « M », comme Milo, vous comprenez ? La voix de Fiona s’affaiblit vers la fin de son exp lication, car elle se rendait compte que ce qu’elle disait semblait stupi de. Pourquoi ses pensées semblaient-elles vraiment intelligentes jus qu’à ce qu’elle les exprime à voix haute ? Tout le monde rit de nouveau. Sauf monsieur Bland et madame Sterling. Et Milo. Ils se contentèrent de la fixer. Monsieur Bland prit une profonde respiration et il soupira. Puis, il serra la main de Milo et il lui dit : — Bienvenue à l’école élémentaire d’Ordinaire. Il pointa le pupitre vide à côté de Fiona. — Tu peux aller t’asseoir là-bas. Et Milo se dirigea vers le pupitre. Il regarda Fiona et lui fit des gros yeux.