Yona fille de la préhistoire tome 10

De
Publié par

20 000 ans avant notre ère... Yona, douze ans, met ses pouvoirs de guérisseuse au service des hommes et des animaux.
Yona part à la recherche de son ami Dent de lion. Gravement blessé à la chasse, il n'a pu rentrer au campement. Elle le retrouve dans une caverne, où deux fillettes semblent veiller sur lui. Farouches, elles ne se laissent pas approcher. Yona arrivera-t-elle à les apprivoiser et à percer leur secret ?





Publié le : jeudi 7 octobre 2010
Lecture(s) : 263
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782266203616
Nombre de pages : 82
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
:
Florence Reynaud



Le vallon maudit




Résumé du livre précédent
U
 n soir, Yona est réveillée par les hurlements de son frère Loup. L’animal semble agité et inquiet. Vite, la jeune fille le suit, escortée par Dent de lion. Ils découvrent la compagne du loup grièvement blessée par des flèches, une arme que les deux adolescents ne connaissent pas.
Révoltée, Yona découvre aussi que les trois louveteaux ont disparu. Dent de lion aperçoit alors des lumières au loin. Ce sont des torches utilisées par un clan nomade qui voyage de nuit.
Yona et Dent de lion se présentent au chef et constatent avec stupeur que ces étrangers attachent les loups avec de solides lanières. Ce sont eux qui ont capturé les louveteaux et blessé la louve.
Intrigués par les arcs que les chasseurs portent à l’épaule, Yona et Dent de lion interrogent le chef sur cette arme et celui-ci leur explique avec fierté comment ils apprivoisent les loups : ils tuent les parents et élèvent les petits qui deviennent dociles et affectueux.
Yona cache mal sa colère et propose un échange. Dent de lion les guidera vers un abri sûr si elle peut reprendre les trois louveteaux. Le chef accepte.
La jeune guérisseuse s’empresse de rejoindre la louve blessée et, à l’aide d’un traîneau, la ramène à la grande caverne pour la soigner. Avec Muette, la seconde compagne de son père Dako, le chef du clan, elles comprennent que les flèches sont enduites d’un poison qui provoque un sommeil semblable à la mort.
Dako est très inquiet de savoir ces étrangers si proches d’eux. Ses craintes se confirment quand les nomades attaquent un clan voisin, qui vient se réfugier dans la grande caverne.
Le vieux chaman Guru et Yona cherchent comment lutter contre les intrus sans faire couler le sang. Ce sera par la ruse : Yona réussit à faire boire une potion à tous les étrangers qui s’endorment. Puis, elle vole leurs flèches et libère les loups.
Son acte provoque la fureur vengeresse du clan nomade. Heureusement, le fils du chef vient prévenir Dent de lion en cachette. Il assure que son père va attaquer la grande caverne, car il veut reprendre Muette, la jeune femme blonde à la langue coupée, qui était leur guérisseuse par le passé.
Yona revient juste à temps pour apprendre la vérité. Les nomades ont fabriqué de nouvelles flèches et, déterminés au combat, ils envahissent l’esplanade de la grotte.
Afin d’éviter un affrontement, Muette se livre au chef qui l’emmène, après lui avoir lié les poignets.
Désespérée à l’idée de perdre sa seconde mère, Yona décide de suivre les nomades. Mais quand elle les rejoint, leur chef menace Muette d’une hachette en silex. Frère Loup bondit et renverse l’homme.
La situation semble devenir critique : le petit-fils du chef s’étouffe avec un morceau de fourrure. Yona parvient à sauver le bébé et obtient ainsi la liberté de Muette.
Parmi les loups libérés, certains acceptent de revenir auprès de leurs anciens maîtres, et Yona fait promettre au clan des nomades de ne plus les attacher. En compagnie de Dent de lion et de Muette, la jeune fille regagne la grande caverne et assiste aux retrouvailles de son frère Loup et de sa compagne, enfin guérie.
1
Le cœur brisé
Y
ona répète à voix basse les mots qu’elle vient d’entendre : « Dent de lion va mourir ! »
La jeune fille regarde son père dans un brouillard de larmes. C’est lui, Dako, qui vient d’annoncer la terrible nouvelle. Le visage crispé par le chagrin, il a raconté comment le futur compagnon de Yona a fait une terrible chute du haut d’une falaise. Cela s’est passé sur un autre territoire, pendant qu’ils traquaient un petit troupeau de rennes.
— Pourquoi l’as-tu laissé, père ? articule-t-elle péniblement d’un ton plein de colère. Il fallait le ramener ici, à la grande caverne. Tu m’as dit que son esprit semblait s’être enfui, que son souffle de vie était très faible. Si vraiment il doit mourir, il sera seul, loin de moi !
Ses jambes tremblent sous elle, son cœur bat si fort qu’il pourrait bien se briser. Elle ne comprend pas comment l’ordre paisible des choses a basculé aussi rapidement. Quelques instants auparavant, elle tressait les cheveux de Noume, souples et d’un brun doré, en les ornant de plumes blanches. Elles riaient ensemble, heureuses de la chaleur du feu allumé au milieu de l’esplanade de la grande caverne. Le vent moins glacial, des averses de neige moins lourde annonçaient le retour prochain de la saison chaude.
— Je dois partir ! s’écrie Yona. Dent de lion ne mourra pas, je le soignerai ! Je suis guérisseuse, vous le savez tous, alors je le sauverai ! Dis-moi où il est, père ! Indique-moi le chemin avec précision, que je ne perde pas de temps.
Dako prend la main de sa fille. Tout le clan s’est réuni autour d’eux et garde le silence.
— Yona, n’aie pas de colère contre moi. J’ai pensé qu’il serait dangereux de transporter Dent de lion. Tu m’as souvent dit que certaines blessures internes s’aggravent si on bouge le malade. C’est pour cette raison que j’ai confié Dent de lion à Argo. Ainsi, je pouvais t’avertir le plus vite possible.
— Je reconnais que tu as pris une sage décision en laissant Dent de lion à l’endroit de sa chute ! Mais tu l’as confié à Argo ! ajoute-t-elle, pleine d’amertume. Tu aurais dû rester près de lui, toi, et m’envoyer Argo comme messager. Le fils de Murg a la tête creuse et il a peur de son ombre. Au moindre danger, il abandonnera Dent de lion. Je n’ai pas confiance en lui. Au bord du lac sans fin1, Argo et Murg ont voulu me tuer !
— Le chagrin t’égare, Yona ! réplique Dako. Argo est un de nos chasseurs. Il respecte tes pouvoirs de guérisseuse. Depuis que Murg a disparu, nous n’avons pas à nous plaindre de lui.
La jeune fille hausse les épaules. D’un geste rageur, elle ramasse une branche à demi consumée dans le foyer et la tend à son père.
— Trace sur la neige le chemin que je dois suivre ! Je t’ai appris à le faire ! La partie charbonneuse laissera des marques noires bien visibles sur le blanc. Dépêche-toi, je t’en supplie, père !
Dako s’exécute, en donnant des détails. Il indique un rocher qui a la forme d’un mammouth, un arbre mort tombé sur un buisson de genévrier. Yona écoute, observe. Noume, comme le reste du clan, retient ses larmes. Le désespoir qui ravage les traits de leur guérisseuse fait peine à voir.
Muette, la compagne de Dako, s’approche et pose une main apaisante sur le bras de Yona. La jeune femme, aux cheveux très blonds et très frisés, a eu la langue coupée par un chef de clan tyrannique. Elle ne peut plus parler, mais ses beaux yeux verts, la douceur de son regard sont plus éloquents encore.
— Muette, je suis tellement malheureuse ! avoue Yona en tremblant de la tête aux pieds. Père, à combien de jours de marche se trouve Dent de lion ?
— Une longue journée, en allant d’un bon pas, sans trop s’arrêter. Mais j’ai laissé des repères dès que je le pouvais ! J’ai planté des bouts de bois bien droits dans la neige et tu devrais retrouver mes empreintes. Nous étions arrivés dans ce vallon inconnu en pistant le troupeau de rennes. Yona, tu sais comme moi que le gibier commence à manquer autour de la grande caverne. Il faut nous en éloigner. En tant que chef, je serai bientôt obligé de conduire le clan sur des terres nouvelles. Depuis mon enfance, nous vivons ici.
— Pars avec tous ceux qui veulent bien te suivre, père ! réplique Yona durement, mais Dent de lion et moi, si je peux le sauver, nous souhaitons demeurer dans la grande caverne, près de la tanière de mon frère Loup.
Yona se tait. Elle court vers l’abri de peaux aménagé contre la paroi rocheuse, sous l’immense voûte de la grotte. Elle jette un coup d’œil absent à la rivière dont le courant vif traverse toute la cavité. L’eau chantonne sous sa prison de glace.
« Dent de lion ! Tiens bon ! implore-t-elle. Tu ne peux pas mourir, alors que nous sommes promis l’un à l’autre. Tu es le seul qui fait battre mon cœur. »
Pendant qu’elle vérifie le contenu de son sac de guérisseuse, l’unique chose qui lui vient de sa mère, la belle Madem morte depuis des lunes, Yona se souvient de sa rencontre avec Dent de lion. Elle était bannie du clan et s’était réfugiée dans un abri sous une roche, au cœur d’un territoire peuplé de lions.
« Je t’ai découvert un soir, inanimé, gisant près d’une jeune lionne agonisante que tu avais blessée. Je t’ai soigné, mais dès que tu t’es réveillé, tu m’as traitée avec mépris ! songe-t-elle comme si elle parlait à son ami. Mais cela n’a pas duré longtemps. J’ai compris que le chagrin d’avoir vu mourir tous les tiens t’avait rendu méchant, presque fou. Peu à peu j’ai su gagner ta confiance et nous sommes devenus amis. »
Elle revoit le vert intense de ses yeux, pareils à ceux des félins, les plumes blanches qui ornent sa chevelure brune. Avec un soupir anxieux, Yona met son sac en peau de lièvre sur son épaule et s’empare de l’arc que Dent de lion lui a fabriqué. Le clan sait maintenant confectionner cette arme redoutable qui envoie des flèches à la pointe acérée à une bonne distance2.
« Courage, Dent de lion ! Retiens ton souffle de vie ! Attends-moi ! »
Lorsque la jeune fille réapparaît sur l’esplanade de la caverne, tous l’observent. Personne n’a bougé. Dako lui barre le passage.
— Que fais-tu, Yona ? Il fait déjà sombre ! Pars à l’aube, deux de nos chasseurs t’accompagneront, mais pas maintenant !
— Père, je serai incapable de patienter une nuit entière alors que Dent de lion est mourant. Ne t’inquiète pas ! Je n’ai jamais eu peur, ni de jour, ni de nuit ! Et aucun chasseur n’a besoin de m’accompagner. Mon frère Loup viendra avec moi !
Le clan lance des cris d’encouragement. Yona n’est pas de celles qui hésitent, qui redoutent la solitude, les ténèbres. Dans quelques instants, elle s’éloignera de sa démarche légère. Ils le savent tous.
Yona leur adresse un regard triste. Puis plaçant ses mains en cornet autour de sa bouche, elle lance le cri de ralliement du peuple loup. Sa voix résonne dans la vallée, exprimant la peur et le chagrin. Enfin, haletante, Yona appelle :
— Frère Loup ! Viens ! Frère Loup ! J’ai besoin de toi !
Dako prend sa fille par l’épaule. Malgré la fatigue que lui a causée une marche forcée, il déclare d’une voix émue :
— Tu accepteras au moins que je vienne avec toi, mon enfant ! Je te guiderai !
— Non, père ! Tu me retarderais, car tu es à bout de forces ! J’irai seule avec mon frère Loup. Il va venir. Il sentira que j’ai besoin de lui.
Comme sa fille, Dako scrute les alentours de la grande caverne, mais rien ne bouge. Yona lance à nouveau un long hurlement dont les notes trahissent son profond désespoir. Puis elle attend, guettant une réponse. Tout le clan semble attendre aussi, mais aucune clameur farouche ne s’élève dans la vallée silencieuse.
— Frère Loup, où es-tu ? chuchote Yona.
— Il doit chasser avec sa meute ! avance Dako. Laisse Numa et Dillo te servir d’escorte.
Les deux jeunes gens se précipitent aussitôt. Mais Yona refuse encore une fois.
— Non ! Numa et Dillo sont plus utiles ici. Si j’appelle mon frère Loup, c’est parce qu’il pourra m’aider, lui. Mieux que nous tous, il retrouvera les traces de Dent de lion. Des ours rôdent chaque soir, père, je n’ai pas eu le temps de te le dire. Il y a les tout-petits à protéger. Nous avions peur, la nuit, sans toi, sans Dent de Lion et le fils de Murg qui, je l’admets, vise avec habileté. Moi, j’ai déjà voyagé seule, il y a plusieurs lunes et, à cette époque, j’étais moins forte, moins savante. Et puis j’ai l’arc que Dent de lion m’a offert.
La voix de Yona faiblit, tremble un peu. La jeune fille réprime un sanglot. Dako veut protester, mais Muette lui fait signe de se taire. Elle touche sa poitrine, esquisse sur ses propres joues des larmes invisibles. Elle s’exprime toujours ainsi et parvient à se faire comprendre.
— Tu me dis que ma fille a trop de chagrin et de colère ! Que son cœur souffre et qu’elle sera mieux seule ?
— Oui, père ! déclare Yona. Muette devine ce que je ressens. Si je trouve Dent de lion mort, je ne supporterai personne à mes côtés. Je dirai à Argo de revenir à la grande caverne, comme ça vous saurez que je suis arrivée dans le vallon. Un vallon maudit des Esprits du Ciel et de la Terre si je dois ensevelir celui que j’aime tant. La nuit sera claire, j’avancerai aussi bien que s’il faisait jour. J’ai l’impression de trahir Dent de lion en m’attardant près de vous. Je veux le rejoindre !
Noume s’élance et serre Yona dans ses bras.
— Revenez tous les deux ! déclare doucement son amie.
La jeune guérisseuse pose ses lèvres sur le front de Noume, imitant en cela une étrange manie de Muette, puis elle pousse un bref soupir et court sur l’étroit sentier situé en bas de l’esplanade. Parvenue à quelques mètres de la grotte, elle lance encore le cri de ralliement des loups. Aucune réponse ne vient troubler le silence étrange qui semble pétrifier le paysage enneigé déjà obscurci par le crépuscule.
« Père a raison. Mon frère Loup doit chasser pour sa compagne et leurs petits ! se dit-elle. Je n’ai plus le temps de l’attendre. Il me manquera. Avec lui à mes côtés, rien ne m’effrayait. Au plus noir de la nuit, il se couchait contre moi et je me sentais protégée. J’ai dit bien haut que je n’avais pas peur, c’est faux. Mais je dois être courageuse, pour Dent de lion, pour celui que j’aime tant. »
Sur ces pensées amères, Yona presse le pas. Déjà elle se prépare à imposer à son corps des efforts épuisants. Elle ne ralentira pas, ne s’arrêtera pas, dans sa hâte de se pencher sur Dent de lion, de le toucher, de lui insuffler, grâce au pouvoir de ses mains, son énergie et son amour.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.