Yoyoman, les trouble-fêtes

De
Publié par

Berthe Lacasse, celle que tout le monde surnomme la Dame de fer, dirige maintenant l'école du Tournesol, au grand dam des élèves. Depuis qu'elle impose sa conception de l'éducation, plus personne ne peut se distraire. Léonard et ses amis n'en peuvent plus de cette morosité qui règne. C'est donc avec impatience qu'ils attendent la première édition du Festival de l'Halloween de Beauchêne. L'événement organisé par le maire de la ville ne peut pas mieux tomber. Tout a été pensé pour que les enfants puissent s'amuser follement. Malheureusement, les Trouble-Fêtes, un trio masqué, en ont décidé autrement. Les viles actions qu'ils commettent assombrissent la fête. Ils parviennent même à ébranler la confiance de Yoyoman. Le superhéros parviendra-t-il à se libérer des peurs qui le tenaillent?
Publié le : mardi 5 novembre 2013
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782895292876
Nombre de pages : 140
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait



C’était l’automne, la saison des couleurs éclatantes. Les parents fermaient les piscines, rangeaient les meubles de jardin ramassaient les feuilles mortes. Les enfants s’habillaient un peu plus chaudement, puis ils sortaient respirer l’air frais. Ce soir-là, Léonard et Thomas jouaient au parc. Sur leur BMX, ils s’entendaient comme larrons en foire. Quand, un peu plus tôt, la cloche avait sonné pour annoncer la fin des classes, ils s’étaient précipités sur les rampes du parc. Hourra, la fin de semaine était arrivée ! Pendant deux jours, les garçons seraient bien loin de leur nouvelle directrice. Ils profiteraient pleinement de toutes les heures qu’ils avaient devant eux pour se changer les idées, car depuis que Berthe Lacasse dirigeait Le Tournesol, l’école était devenue l’endroit le plus morne qu’ils connaissaient. Heureusement qu’ils avaient le parc pour oublier momentanément la morosité de l’école. D’ailleurs, Thomas et Léonard n’étaient pas les seuls à fréquenter assidûment le parc depuis la nomination de la nouvelle directrice. Plusieurs de leurs camarades cherchaient éperdument, eux aussi, de réels moments de plaisir. On s’y retrouvait pour faire du vélo, de l’escalade, du trampoline…


— Le Festival de l’Halloween débute la semaine prochaine ! fit Thomas. Au moins, pour quelques semaines, ça nous changera les idées…

Le maire de Beauchêne avait en effet décidé de lancer la première édition de son grand Festival de l’Halloween. Cela faisait des années qu’il y pensait : deux fins de semaine placées sous le thème de cette fête tant appréciée des enfants… Pour les élèves du Tournesol, cette première édition ne pouvait mieux tomber. Ils voyaient la venue de cet événement comme un cadeau du ciel. Quelques-uns disaient toutefois, à la blague, que Berthe Lacasse viendrait peut-être hanter le site… Quelle horreur !


Thomas, Léonard et d’autres enfants s’amusaient donc innocemment à faire des acrobaties au sol avec leur BMX quand, tout à coup, ils virent un groupe de trois adolescents s’approcher. Étrangement, ces derniers étaient tous costumés. Et de façon identique ! Pourtant, le Festival de l’Halloween n’était pas encore commencé… Le déguisement qu’ils portaient était plutôt curieux : chapeau melon noir, masque de clown, chemise blanche, veston noir bien ajusté, pantalon blanc et, enfin, longues bottes noires. Les adolescents avançaient dans le parc en parlant et en riant bruyamment. Tous trois tenaient une canne dans leur main droite. Celui qui semblait être le meneur du groupe la brandissait et la faisait tournoyer habilement.

— Regarde, Léo ! lança Thomas en pointant le doigt vers eux. On dirait que certains ont décidé de prendre de l’avance. Plutôt original comme costume !

— Mais pourquoi la canne ? demanda Léo, perplexe.

Il allait bientôt avoir la réponse à sa question… Les nouveaux venus s’approchèrent du mur d’escalade sur lequel Noah et Léna, deux amis de Léonard, s’exerçaient. Là, soudainement, sans avertissement,ils se mirent à frapper sur la paroi du mur avec leurs cannes. Ils hurlaient des grossièretés et ricanaient méchamment. Quand Léonard les vit se comporter aussi violemment, son cœur se mit à tambouriner dans sa poitrine, et ses poings se crispèrent. Il connaissait très bien Noah et Léna, puisqu’ils fréquentaient le centre d’escalade de son oncle André. Il s’était entraîné plusieurs fois avec eux. Bien sûr, pour l’instant, les deux apprentis grimpeurs étaient terrorisés… Pourquoi ces adolescents costumés venaient-ils leur crier des bêtises et les déranger au milieu de leur ascension ? Totalement déconcentrée, Léna, effrayée, en perdit l’équilibre. Elle faillit dégringoler par terre, mais heureusement, elle parvint in extremis à rattraper une prise. Les deux enfants commençaient à se sentir piégés, coincés là au beau milieu du mur d’escalade… Que pouvaient-ils faire ? S’ils descendaient, ces fous furieux les attaqueraient probablement…
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.