Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'Inconvénient. No. 68, Printemps 2017

De
70 pages
Ce numéro de printemps de L'Inconvénient s’ouvre avec un hommage signé Geneviève Letarte à notre Leonard Cohen national, « curieux mélange de diva et de moine bouddhiste ». Les rubriques artistiques sont particulièrement riches : en cinéma, vous retrouverez la somptueuse ode funèbre de Pablo Larraín, Jackie; en littérature québécoise, l’œuvre de contre-culture malheureusement négligée par l’histoire de Jean Basile; en séries, Black Mirror. Dans un noir et blanc contrasté, un photoreportage de David Himbert nous colle au plus près du peuple cubain en deuil de leur « comandante », Fidel Castro. Quant à Thomas Hellman, il nous offre sa réflexion autour du Prix Nobel de littérature remis, ô stupeur, à une rock star et un poète, Bob Dylan! Le tout entoure un grand dossier consacré à la question brûlante d’actualité du populisme : de l’Amérique latine (entretien avec le professeur de l’UQAM José Del Pozo) à la confrontation médiatique Richard Martineau/Marc-André Cyr, « les derniers mouvements du balancier ont singulièrement rapetissé l’espace du dicible ».


  • Mot du comité

  • 3. Mot du comité Alain Roy


  • Chronique - Sur le rivage

  • 4. Koan pour Cohen Geneviève Letarte


  • Dossier thématique

  • 8. Sous le « populisme » : le nationalisme Pierre-André Taguieff

  • 11. Le populisme en amérique latine José Del Pozo, Mauricio Segura

  • 14. Les peuples des populismes Jean-Philippe Warren

  • 17. La révolte des cancres Étienne Savignac

  • 20. L’affaire Martineau-Cyr : une lutte à mort ? Dominique Garand

  • 26. Le peuple improbable Ugo Gilbert Tremblay


  • Photographie

  • 34. Les cubains et l’après-Fidel David Himbert, Marie-Anne Letarte


  • Chronique - Gaietés parisiennes

  • 42. Domination masculine versus Sherlock Holmes Olivier Maillart


  • Critique - Littérature québécoise

  • 45. Une grande oeuvre ratée Michel Biron

  • Critique - Littérature étrangère

  • 48. L’autre monde, là-bas Marie-Andrée Lamontagne


  • Critique - Ces livres dont on dit du bien

  • 51. Les misérables du 21e siècle David Dorais


  • Critique - Cinéma

  • 53. L’état des choses Georges Privet


  • Critique - Séries télé

  • 56. Désordres établis Sylvain David


  • Critique - Jazz

  • 59. Wallace Roney sa place dans le temps Stanley Péan


  • Critique - Musique populaire

  • 62. Réflexions autour du prix Nobel à Bob Dylan Thomas Hellman


  • BD

  • 66. Sylvain Pinsonneau comme tout le monde Samuel Cantin


  • Chronique - Terre des cons

  • 70. Questions de dissertation Patrick Nicol

Voir plus Voir moins
L’INCONVÉNIEs 2017N, no 68T littérature, arts et société - printemp PIERRE-ANDRÉ TAGUIEFFdu JOSÉ DEL POZO JEAN-PHILIPPE WARREN UGO GILBERT TREMBLAYpopulisme ÉTIENNE SAVIGNAC DOMINIQUE GARAND
Photoreportage LES CUBAINS ET L’APRÈS-FIDEL
Littérature JEAN BASILE EDNA O’BRIEN DRAGO JANCAR IVAN JABLONKA
Cinéma JACKIE
4004S00é0r8ies télé o BLACK MIRROR 3 %
Musique LEONARD COHEN BOB DYLAN WALLACE RONEY Postes-publications convention n -
www.inconvenient.ca
L’INCONVÉNIENT • no 68, printemps 20171
L’INCONVÉNIENT68 littérature, arts et société2017 printemps
DU POPULISME
8SOUS LE « POPULISME » : LE NATIONALISME Pierre-André Taguieff
11LE POPULISME EN AMÉRIQUE LATINE ENTRETIEN AVEC JOSÉ DEL POZO Propos recueillis par Mauricio Segura
14LES PEUPLES DES POPULISMES Jean-Philippe Warren
Chroniques
4KOAN POUR COHEN Geneviève Letarte
42DOMINATION MASCULINE VERSUS SHERLOCK HOLMES Olivier Maillart
70QUESTIONS DE DISSERTATION Patrick Nicol
2 L’INCONVÉNIENT • no 68, printemps 2017
17LA RÉVOLTE DES CANCRES Étienne Savignac
20L’AFFAIRE MARTINEAU-CYR : UNE LUTTE À MORT ? Dominique Garand
26LE PEUPLE IMPROBABLE Ugo Gilbert Tremblay
66
BD
SYLVAIN PINSONNEAU : COMME TOUT LE MONDE Samuel Cantin
45
48
51
59
Littérature
UNE GRANDE ŒUVRE RATÉE Michel Biron
L’AUTRE MONDE, LÀ-BAS Marie-Andrée Lamontagne
E LES MISÉRABLES DU 21 SIÈCLE David Dorais
Jazz WALLACE RONEY SA PLACE DANS LE TEMPS Stanley Péan
Photographie
LES CUBAINS ET L'APRÈS-FIDEL Un photoreportage de David Himbert Présenté par Marie-Anne Letarte
Cinéma L’ÉTAT DES CHOSES Georges Privet
Séries télé DÉSORDRES ÉTABLIS Sylvain David
34
53
56
Musique populaire RÉFLEXIONS AUTOUR 62 DU PRIX NOBEL À BOB DYLAN Thomas Hellman
TOUT CE QU’IL VOUS FAUT POUR MIEUX LIRE VOTRE REVUE CULTURELLE PRÉFÉRÉE.
examens de la vue sur place
Illustration de couverture : Erkan Atay / Shutterstock.com
L’INCONVÉNIENT Littérature, arts et société
DIRECTEUR Alain Roy
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION Mathieu Bélisle
COMITÉ ÉDITORIAL Mathieu Bélisle Ugo Gilbert Tremblay Geneviève Letarte Marie-Anne Letarte Alain Roy Mauricio Segura
MEMBRES FONDATEURS Isabelle Daunais Yannick Roy
CHRONIQUEURS Samuel Cantin Geneviève Letarte Olivier Maillart Patrick Nicol
CRITIQUES LITTÉRAIRES Michel Biron David Dorais Marie-Andrée Lamontagne
CINÉMA Georges Privet
SÉRIES TÉLÉ Sylvain David
MUSIQUE Thomas Hellman Stanley Péan
DIRECTION ARTISTIQUE ET PEINTURE Marie-Anne Letarte
RÉVISION Edith Sans Cartier
La revue n’est pas responsable des manuscrits qui lui sontenvoyés. Les textes n’engagent que la responsabilité de leursauteurs. Toute reproduction est interdite sans autorisation.
ADRESSE POSTALE C. P. 284, succursale Rosemont Montréal (Québec) H1X 3B8
SITE WEBwww.inconvenient.ca
IMPRESSION Transcontinental
DISTRIBUTION Diffusion Dimedia
ISSN : 1492-1197 Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2017 Bibliothèque nationale du Canada, 2017 Envoi de publication o N de convention : 40040008 Imprimé au Canada
Prix à l'unité : 12 $ Abonnement 1 an : individuel 35 $ étudiant 26 $
RÉTRÉCISSEMENT DE L'ESPACE DU DICIBLE u prîntemps 2000 paraîssaît e premîer numéro de L’Inconvénient: c’étaîent aors es bees années de a quîA rayaît de notre vocabuaîre toutes sortes de mots rectîtude poîtîque, ce mouvement de saîne censure dîscrîmînatoîres et vexants. C’étaîent es bees années où es revendîcatîons de groupuscues îdentîtaîres se répandaîent sur es campus, en même temps que escultural studiess’occupaîent à déconstruîre ’égémonîe du canon occîdenta. C’étaîent es bees années où ’on avaît comprîs que e passé se résumaît à une successîon d’épîsodes barbares. C’étaîentes bees années où ’omme rose succédaît enIn au maco,es bees années que Pîîppe Muray a décrîtes comme cees de ’« Empîre du bîen », où s’afrontaîent modernes et modernes, dans une joyeuse compétîtîon pour e progrès. C’étaîent es bees années où ’on dîscutaît de a In de ’îstoîre, ce jour bénî où ’umanîté acèveraît son avancée grâce au marîage des droîts îndîvîdues et de ’économîe de marcé. Dans ce contexte un peu étrange, où e mîîtantîsme côtoyaît e jovîaîsme, a créatîon d’une revue au nom suspect L’Inconvénientne vîsaît pas seuement à décourager – toute récupératîon possîbe, c’étaît une açon de prendre e contrepîed de a doxa utopîste quî recouvraît a réaîté d’un voîe de bîen-pensance tantôt sîrupeuse, tantôt agressîve ; c’étaît une açon de uî opposer a médecîne du doute et de ’îronîe, de manîester (sans pancartes) en aveur du rée, en rappeant aux esprîts aveugés par e bîen que ’exîstence, au-deà de toutes es révoutîons que ’on pourraît souaîter, restera toujours aîte d’înconvénîents, que ceux-cî uî sont consubstantiels. Aors que ’époque Lîrtaît avec un dangereux posîtîvîsme,L’Inconvéniente prîncîpe d’une revendîquaît négatîvîté nécessaîre. Paîsant pour une range d’esprîts tordus, un te message ne aîsaît peut-être pas courîr es oues, maîsL’Inconvénientse soucîaît quand même de dorer a pîue orsqu’î prônaît « es joîes du pessîmîsme » ; pour se prémunîr contre e désespoîr et d’épîsodîques accès de ucîdîté, un certaîn umour et ’înteîgence des pénomènes nous sembaîent des moyens eicaces.
Or ’îstoîre, comme on e saît, n’arrête jamaîs son cours. e contexte socîa quî s’étaît crîstaîsé au tournant du mîénaîre s’est peu à peu décomposé. Une nouvee conIguratîon a vu e jour, au terme de ce processus compexe que es îstorîens appeent « e retour du baancîer ». Aors que des groupes mînorîtaîres avaîent mîîté pour eurs droîts et eurs partîcuarîsmes, a majorîté s’est mîse à aîre de même, dans un éan admîrabe de mîmétîsme. C’étaîent es bees années de a crîse des accommodements raîsonnabes, dont es manîestatîons concrètes étaîent margînaes maîs suscîtaîent ’ystérîe coectîve. C’étaîent es bees années où des cronîqueurs de gauce sont devenus des cronîqueurs
 Mot du comité
de droîte, où es grandes gueues se sont mîses à gueuer encore pus ort, où es poîtîcîens paraîent au « vraî monde » des « vraîes afaîres ». C’étaîent es bees années où e partî au pouvoîr avaît înstauré un vaste système de corruptîon, avant d’être rééu par a popuatîon excédée. C’étaîent es bees années où a droîte rédîgeaît des cartes comme autreoîs es mouvements de gauce. C’étaîent es bees années où a majorîté sîencîeuse commençaît enIn à s’exprîmer en se déouant sur e web, es bees années où ’omme rose étaît déogé par e néo-maco nourrî de porno et de gangsta rap. C’étaîent es bees années où es trîbunaux médîatîques ont rempacé e système judîcîaîre îneicace. Faîrant que queque cose étaît en traîn de se passer, L’Inconvénientconsacré à ces subtîes évoutîons queques a numéros, dont, pour mémoîre, « Anatomîe de ’omme cynîque », « De nouvees règes pour e parc umaîn », « a tyrannîe de a rumeur », « es dessous de a téé-réaîté », aînsî que d’autres tîtres qu’î seraît un peu ong d’énumérer. Dans un contexte où e négatî devenaît a nouvee norme, où e négatî suppantaît e posîtî en tant que doxa oicîee, a mîssîon de a revue ne pouvaît demeurer tout à aît a même : î n’y avaît pus grand sens, en efet, à dénoncer une rectîtude quî, certes, n’avaît pas dîsparu au seîn de certaînes marges, maîs étaît presque compètement enseveîe par es décîbes d’un contre-dîscours vocîérant. À quoî bon souler dans e sens du vent ? Pour rester Idèe à a mîssîon de a revue, î s’agîssaît aors, en somme, de ’éever au carré, de décrîre a négatîvîté du négatî sans pour autant sacrîIer au posîtî.
Avec ’învraîsembabe résutat des éectîons amérîcaînes, a montée des popuîsmes en Occîdent, a banaîsatîon du terrorîsme, ’entrée dans ’ère des « aîts aternatîs » et de a postvérîté, nous nous rapprocons peut-être de ’apogée de cette nouvee conIguratîon ; après quoî survîendra un autre retour du baancîer quî nous réservera d’autres agréabes surprîses. Assîsterons-nous à a ormatîon d’un nouve ordre mondîa ? es États-Unîs devîendront-îs un État monarcîque ? ou communîste ? es médîas dîsparatront-îs ? Sombrerons-nous dans e caos ? ï est un peu tôt pour prédîre à quoî ressembera e procaîn monde, maîs une cose est sûre : es dernîers mouvements du baancîer ont sînguîèrement rapetîssé ’espace du dîcîbe. Aors que es vîeîes cîbes ne mérîtent pus de recevoîr des Lèces, es nouvees sont déjà attaquées de toutes parts. Dans ces condîtîons, a stratégîe du « dos à dos » peut s’avérer utîe, maîs ee ne garantît pas d’oice a productîon de poînts de vue orîgînaux. Au mîîeu de a cacoponîe ambîante, e corrîdor de ’înédît se aît de pus en pus étroît ; a pensée avîde d’înconvénîents înaperçus avance sur e I du rasoîr.  Aaîn Roy
 Sur le rivage
LE MUR KOAN POUR COHEN
Geneviève Letarte
1. Nous avons peuré. Nous avons déIé devant sa maîson en contempant es Leurs, ampîons, bougîes, îmages, textes et autres objets déposés devant sa porte en sîgne d’amour et de reconnaîssance. Nous avons écouté et réécouté ses cansons en écangeant des coups d’œî cagrînés, încrédues. Nous avons reconnu notre peîne sur e vîsage de ceux quî autour de nous pîétînaîent dans e roîd, es yeux evés vers e cîe, comme en attente d’une réponse au grand mystère de a vîe. Nous avons redonné en cœurClosing Time etSo Long, Marianne en absorbant a douce întensîté de ce moment partagé, peu împorte sî es voîx étaîent un peu éraîées et a guîtare ma jouée. Nous avons gardé e sîence en contempant a petîte rue ermée à a cîrcuatîon par des rubans orange, a couronne déposée par a communauté portugaîse de Montréa (Homenagem da Comunidade Portuguesa a Leonard Coen), ’éégant bouquet beu et banc ofert par e gouvernement du Québec. Dans sa soudaîne absence, nous nous sommes îdentîIés à uî, Iers que son îstoîre soît îée à a nôtre, émus que dans a sîenne î nous aît încus en n’oubîant jamaîs que Montréa étaît sa vîe natae, a source de son înspîratîon, et que es rancos aussî bîen que es angos uî vouaîent admîratîon et afectîon. Nous nous sommes aîssé aer à a trîstesse, en ces îeux embématîques de son îstoîre et de a nôtre, uî e poète et nous ses aIcîonados, dans ce quadrîatère symboîque d’une certaîne aune montréaaîse, à ’époque où aMainun cœur de a vîe cuturee, e étaît îeu d’une boème tantôt bîgarrée et créatîve, tantôt abmée et mendîante. Nous avons potograpîé sa maîson de pîerre grîse, es açades en brîque rouge de a rue Saînt-Domînîque, e petît parc du Portuga avec son kîosque, ses bancs et ses pîgeons, a vîtrîne du restaurant Bage etc… sur e bouevard Saînt-aurent, où on e voyaît souvent à une certaîne époque, et e George Genera Auto Repaîr sur a rue Marîe-Anne, où par une bee journée d’été, en attendant que ma voîture soît réparée, je ’avaîs vu passer en compagnîe d’une bee emme aux ongs ceveux oncés, caussée de baerînes et portant un îmmense capeau noîr, trop ostentatoîre pour a
4 L’INCONVÉNIENT • no 68, printemps 2017
cîrconstance, m’avaît-î sembé (j’aî su pus tard que c’étaît a canteuse Anjanî homas), îs marcaîent entement tous es deux, comme sur un tapîs de nuages, conscîents de eur îmage et du coupe superbe qu’îs ormaîent. C’est vraî que Coen étaît un dandy, î aîmaît prendre a pose et regardaît e monde avec une certaîne dîstance, maîs sans pédanterîe, et a marque qu’î a aîssée dans nos cœurs est îndéébîe, tout comme est încomparabe e son de sa voîx quî résonne encore dans nos oreîes. Rassembés devant sa porte par un jour de grand roîd, nous avons peuré sa dîsparîtîon, a vîoence quî nous étaît aînsî aîte, et nous avons peuré aussî a douceur de tout ce qu’î nous avaît donné. Comment contînuer àvîvre sans uî, nous demandîons-nous, comment contînuerà vîvre, à créer sans pus jamaîs pouvoîr nous réugîer sous son aîe apaîsante ? Et peurant aînsî nous avons peuré sur nous-mêmes, sur notre dîicuté d’aîmer, notre manque de sagesse et de caîrvoyance, nous avons peuré sur ’amour perdu, sur ’amour à reconduîre, sur ’amour essentîe qu’î n’a cessé de nommer et de prononcer. Nous, es anonymes recueîîs devant sa maîson, ou assîs çà et à dans e petît parc, nous avons ressentî une appartenance commune, ondée sur notre besoîn de uî, unecommunauté de profondeur, des gens de tous âges et de toutes catégorîes, jeunes et vîeux, angos et rancos, juîs et non-juîs, emmes et ommes, artîstes, commerçants, journaîstes et autres amoureux de ses cansons sî bees qu’en es écoutant on se sent un peu moîns seu.
2. Au début tout étaît déposé pêe-mêe devant sa porte, et ’accumuatîon des ofrandes créaît un débordement anarcîque sur e trottoîr. egetto blasterdîfusaît es quî cansons onctîonnaît de manîère întermîttente, et î y avaît toujours quequ’un quî essayaît de e remettre en marce, sans se préoccuper que e voume soît trop aîbe ou trop ort. Un jour, c’est a radîo qu’on a aît jouer à a pace, maîs es musîques dîfusées à ïcî Musîque ne permettaîent pas e recueîement. Quequ’un a éteînt a radîo. Puîs î y a eu un omme quî se baadaît avec un système de son portatî cacé
sous son manteau, on entendaît des brîbes de musîque sans trop savoîr d’où ees provenaîent. Puîs quequ’un a réparé egetto blaster, es cansons ont recommencé à tourner en bouce, et cea nous a souagés, c’étaît ce dont nous avîons besoîn : écouter ses cansons tout en observant sans mot dîre es Leurs, e cîe et es vîsages cagrîns autour de nous. Ensuîte quequ’un a aît de ’ordre dans tout ce bazar, organîsé es ofrandes en une sorte d’înstaatîon quî pouvaît contînuer à progresser avec armonîe. Devant a porte, on a rassembé es objets précîeux tes que guîtare acoustîque, œuvres d’art, pocettes de dîsque, cassettes de cansons, gerbes de Leurs protocoaîres, etc., constîtuant une sorte d’aute protégé par un panneau de pexîgass transparent, à ’abrî des întempérîes ou d’éventues actes de vandaîsme. es bouquets de Leurs ont été pacés e ong du mur de a maîson, en un joî cortège mutîcoore, et ’on a dîsposé tous es ampîons et es bougîes sur a caussée, au bord du trottoîr, créant un océan de umîères trembotantes sur ’aspate grîs. Quî donc avaît prîs cette înîtîatîve, que ange étaît tombé du cîe pour nous ofrîr cet utîme cadeau ? Un amî m’a dît que c’étaît ’œuvre d’une certaîne Haze, « une vîeîe amîe et ancîenne voîsîne de eonard ». Sur ïnternet, j’aî reconnu e vîsage d’une emme que j’avaîs maîntes oîs croîsée dans e quartîer, aors qu’ee promenaît ses cîens au parc Jeanne-Mance ou déambuaît sur aMain, un appareî poto suspendu à son cou. Haze Fîed. Une emme de petîte taîe, avec des ceveux raîdes et bruns, au vîsage ovae et aux yeux en amande. J’aî découvert par a suîte qu’ee avaît accompagné Coen dans une tournée en 1979, d’où ee avaît rapporté un tas de cîcés magnîIques. e dernîer jour où je suîs aée me recueîîr, rue Vaîères, je ’aî vue. Ee étaît assîse sur es marces de a maîson voîsîne de cee de Coen, et ee observaît a oue quî s’étaît rassembée à. Ee n’avaît pas cangé. Toujours e même vîsage ovae, e même regard doux et questîonneur, sau que ses ceveux étaîent devenus grîs. Comme es mîens. Comme ceux de bîen des gens attroupés ce jour-à devant a maîson du vénéré canteur.
3. J’aî apprîs a nouvee en aumant a radîo dans a cuîsîne. a ectrîce du buetîn s’exprîmaît d’un ton teement soenne que j’aî cru un înstant qu’î s’agîssaît d’un canuar. Puîs, comprenant que c’étaît be et bîen vraî, que eonard Coen s’étaît éteînt à son domîcîe de os Angees, à ’âge de quatre-vîngt-deux ans, j’aî crîé : « Non, c’est pas possîbe, non ! » Comme sî j’apprenaîs a mort d’un de mes proces. En aît, c’étaît un peu cea. J’aî commencé à écouter es cansons de Coen à ’adoescence, nous avîons à a maîson son premîer dîsque,Songs of Leonard Coen, et je me souvîens ’avoîr écouté souvent en passant ’aspîrateur dans e saon, e samedî ou e dîmance après-mîdî, sa voîx méancoîque s’accordant paraîtement à mon propre speen. Depuîs, je ne me suîs jamaîs désîntéressée de uî, ce quî en soî me parat exceptîonne, tant î est rare que ’on se sente en pase avec un artîste tout au ong de sa carrîère, au I de notre propre exîstence. Dans mon cas, cea aît donc pus de quarante ans à écouter eonard Coen. Bîen sûr, certaîns dîsques m’ont
toucée pus que d’autres, et après sa trîogîe înîtîae –Songs of Leonard Coen(1967),Songs from a Room(1969),Songs of Love and Hate(1971) –, je ’aî un peu perdu de vue pendant queque temps, pour e retrouver avec boneur dans es années 1980 avecVarious PositionsetI’m Your Man, puîs dans es années 1990 aveche Future, et enIn dans es années 2000 avecTen New Songs, quî est ’un de mes abums préérés : sur ce dîsque, caque canson est un bîjou cîseé quî repose dans un écrîn de veours, une œuvre quî conIne au sacré magré son apparente sîmpîcîté, en bonne partîe grâce aux méodîes boueversantes et aux armonîes somptueuses que Coen a réaîsées avec Saron Robînson. Certaîns se sont agacés de a « reîgîosîté » de ’omme, maîs î me sembe qu’î s’agîssaît putôt d’une tendance mystîque, ce quî n’est pas rare cez es artîstes. Coen s’întéressaît à ’aspect sacré de ’exîstence, à son mystère, à ’învîsîbe putôt qu’au vîsîbe. Contraîrement à certaîns poètes dont e angage mîse sur a concrétude ou a sensuaîté des coses, Coen, dans ses poèmes et cansons, prîvîégîaît une approce spîrîtuee (voîre cérébrae par moments), et sa sensîbîîté au monde pysîque passaît toujours par e Itre de ’esprît, par a dîstance d’une certaîne îronîe. ï jouaît à a îmîte du sentîmentaîsme, maîs î ne tombaît pas dans ce pîège, grâce à cette îronîe omnîprésente quî ’empêcaît d’être Leur beue. a sensuaîté de ses cansons, c’étaît sa voîx quî a créaît, et ’aspect autement euponîque de ses paroes. Ce quî nous ramène peut-être à un ancrage reîgîeux, dans e sens sacré du terme putôt qu’en tant que dogme ondé sur a croyance. Ses racînes juîves étaîent împortantes pour Coen, ees ont marqué son œuvre et son rapport au monde, surtout sî ’on consîdère que cette cuture accorde une împortance prîmodîae au texte, à a paroe et au cant. ’aspect amentateur de ses méodîes rappee es cantres juîs, et ’on entend aussî queque cose de a musîque kezmer dans ses méopées. a rîcesse des voîx émînînes quî ’accompagnent accentue e caractère sacré de ses cansons : pus que de sîmpesback vocals, cees-cî ont partîe întégrante de a manîère Coen, quî reève de ’ofrande putôt que de a perormance. Grâce à cette açon partîcuîère de douber certaînes îgnes méodîques de a voîx douce et puîssante d’une emme, a prase prend une épaîsseur nouvee, une sîgnîIcatîon pus rîce, un éan pus grand. J’aî du ma à comprendre que certaîns e trouvaîent ennuyeux avec sa voîx « monocorde », car î me sembe au contraîre que cette voîx étaît d’une grande rîcesse, comme un noîr proond dans eque on peut dîscerner une înInîe varîété de nuances. D’autres uî ont reprocé e manque de sopîstîcatîon musîcae de certaîns abums (e ameux beatbox), maîs encore à, î me sembe que ce dénuement servaît à mettre en vaeur a orce de ses paroes, ’essentîaîté de sa voîx, dîgne de cee d’un poète ancîen. Maîs a vérîté, c’est que Coen tout nu, juste es mots et a voîx, avec ou sans musîque, c’étaît déjà beaucoup, c’étaît déjà tout.
4. Coen étaît un curîeux méange de dîva et de moîne bouddîste. De a premîère î avaît a capacîté d’accueîîr ’admîratîon qu’on uî vouaît, et de ’autre î avaît ’umîîté
no 68, printemps 2017L’INCONVÉNIENT • 5
de ne pas trop en jouer. Quand je suîs aée e voîr en spectace à a Pace des Arts en 2008, aors qu’î remontaît sur es pances à ’âge de soîxante-treîze ans pour comber e déIcît Inancîer dans eque ’avaît entrané son ex-gérante, j’aî été împressîonnée par a grandeur et a coérence de son art : voîx, texte, musîque et présence scénîque ormaîent un tout d’une tee soîdîté, d’une tee rondeur que cea rîsaît a perectîon. J’aî envîe de dîre que e aît d’être vîeux uî conéraît un surpus de présence. ï étaît d’une grande beauté dans sa ragîîté, d’une grande éégance dans sa orce survîvante. héâtra, sans conteste, maîs d’une téâtraîté tranquîe, î aaît jusqu’à s’agenouîer, îttéraement, devant son pubîc, e capeau posé contre son cœur. En ressortant du téâtre ce soîr-à, je me suîs dît : c’est rare, un artîste quî nous sembe actue à toutes es étapes de sa carrîère. Or c’étaît cea, Coen : toujours personne, maîs jamaîs décaé. En îen avec a réaîté du monde, même s’î aîmaît (ou peut-être justement parce qu’î aîmaît) paroîs s’en abstraîre. ï a passé des années à médîter en aut d’une montagne, puîs un jour î est redescendu, î a reprîs sa pace dans e monde et sur scène, et î nous a aît e pus beau des cadeaux, ceuî d’un art de a maturîté, ceuî d’un art de a sagesse. ï abordaît es coses du poînt de vue du cœur, e cœur unîverse quî bat en cacun de nous.
5. e poète torontoîs Pau Dutton m’a raconté qu’î travaîaît comme révîseur cez McCeand & Stewart à ’époque où eonard Coen y a déposé e manuscrît deDeat of a Lady’s Man(1978). Ce îvre a cecî de partîcuîer qu’î constîtue à a oîs un recueî de poèmes et un ensembe de courts récîts dans esques ’auteur commente ses propres poèmes. es poèmes
6 L’INCONVÉNIENT • no 68, printemps 2017
apparaîssent sur a page de gauce et es commentaîres sur a page de droîte, de sorte qu’on aterne constamment entre des morceaux de poésîe et de prose, es uns aîsant éco aux autres dans une sorte d’écange înusîté et ort întéressant, car ’auteur se dédoube sous nos yeux pour devenîr à a oîs e sujet et ’objet de sa quête. En révîsant e manuscrît, Dutton a remarqué un détaî quî uî sembaît constîtuer une maadresse dans cette œuvre par aîeurs magîstrae à ses yeux. Tout au ong du texte, e commentateur des poèmes demeuraît anonyme, maîs vers a In î étaît soudaînement îdentîIé par son nom, Coen. Dutton a aît remarquer cette încongruîté à ’édîtrîce, aquee ’a învîté à rencontrer Coen, quî se trouvaît dans son bureau pour dîscuter de a pubîcatîon du îvre. Dutton a expîqué son poînt de vue au poète, quî ’a écouté en ocant a tête et a dît qu’î y réLécîraît. Quand e îvre a été pubîé, Dutton a constaté que, dans e commentaîre du poème « Forma în Hîs hougt o Her », e nom de Coen prononcé par e matre bouddîste quî s’entretîent avec ’auteur avaît été rempacé par « Kone ». Un mot quî n’exîste pas en angaîs, maîs quî s’avère être ’omopone à a oîs deCoenet dekoan(dans a tradîtîon bouddîste, anecdote absurde ou court écange entre un matre et son dîscîpe, quî est utîîsé comme objet de médîtatîon). Voîà un be exempe de ’îronîe coenîenne. Sans pour autant se débarrasser de son nom, ’écrîvaîn avaît réussî à opérer un gîssement de sens astucîeux, sî ’on consîdère que es commentaîres des poèmes deDeat of a Lady’s Manen efet être us comme peuvent des koans. « Ya, Kone […]. You soud wrîte more sad », concut e matre Rosî à a In du commentaîre en questîon, et ’on ne peut que songer au tître du dernîer abum de Kone/ Coen,You Want It Darker.g
dupopulisme
Dossier
SOUS LE « POPULISME » : LE NATIONALISME Pierre-André Taguieff
LE POPULISME EN AMÉRIQUE LATINE ENTRETIEN AVEC JOSÉ DEL POZO Propos recueillis par Mauricio Segura
LES PEUPLES DES POPULISMES Jean-Philippe Warren
LA RÉVOLTE DES CANCRES Étienne Savignac
L’AFFAIRE MARTINEAU-CYR : UNE LUTTE À MORT ? Dominique Garand
LE PEUPLE IMPROBABLE ESQUISSE POUR UNE THÉORIE DU DÉNI EN DÉMOCRATIE Ugo Gilbert Tremblay
DOSSIER
 Essai
SOUS LE « POPULISME » : LE NATIONALISME
Pierre-André Taguief
n assîste, depuîs queques années, à a constructîon d’un nouve ennemî quasî mondîa, baptîsé « e danOs ses usages ordînaîres et poémîques . ï onctîonne popuîsme ». Passons sur ’îndétermînatîon du terme 1 abîtueement en tant que synonyme approxîmatî d’expressîons tees queextrême droite, droite extrême, droite radicale, droite autoritaire, droite réactionnaire, etc. Certaîns 2 ’empoîent même comme substîtut exîca defascisme. Pabo ïgesîas, e eader de Podemos, pubîe e 9 novembre 2016 un artîce întîtué « Trump et e moment popuîste », quî commence par cette airmatîon péremptoîre : « Un ascîste 3 a gagné . » Maîs a tentatîve de « ascîsatîon » du « popuîste 4 Trump » avaît commencé bîen avant ’éectîon de ce dernîer . a conusîon sémantîque s’accrot du aît que certaîns ex-communîstes prétendent déendre un « popuîsme de gauce », censé représenter e « bon » popuîsme. a péjoratîon du terme est tee, cependant, que ces popuîstes supposés vertueux restent margînaux, conInés dans certaînes mouvances de ’extrême gauce înteectuee. a posture antîpopuîste aît désormaîs partîe de ’îdéoogîe domînante mondîaîsée. Nous devons supporter es gros tîtres racoeurs des journaux et des magazînes du type : « a vague popuîste. 5 Comment évîter e pîre ». ’îusîon de a marce vers e pîre est une îusîon parmî d’autres, maîs ceux quî s’y accrocent sont ceux quî, convaîncus d’être es gardîens des vaeurs moraes, savent qu’îs ont perdu a partîe. es donneurs de eçons ont besoîn de téâtraîser eur catastropîsme. ï est temps d’ouvrîr es yeux et de sortîr de a pensée-sogan. Ce qu’on nomme împroprement « popuîsme » n’est autre que ’ensembe barîoé ormé par es mobîîsatîons et es gouvernements natîonaîstes observabes en Europe comme aîeurs. e natîonaîsme est a vérîté du « popuîsme », quî, en tant que dîscours, se réduît à un stye poîtîque îustrant 6 a démagogîe de ’âge démocratîque . C’est pourquoî, dans a pupart des cas, e « popuîsme » désîgné est un natîona-popuîsme, un popuîsme pus îdentîtaîre que protestataîre : e peupe-etnos ne onctîonne pas comme e peupe-dêmos7 (e peupe comme pèbe, casses popuaîres, etc.) . En outre, es trîbuns dîts popuîstes jouent sur ’ambîguté du mot peuple: îs s’adressent tantôt, en natîonaîstes, au peupe tout
8 L’INCONVÉNIENT • no 68, printemps 2017
entîer (e corps cîvîque dans son ensembe, comme dans ’expressîonpopulus romanus) en vue de e rassember, tantôt à a « partîe basse » du peupe (e « petît peupe »), dîsons a nouvee pèbe, aquee, aujourd’uî déInîe en termes de casses socîaes, comprend es casses popuaîres maîs aussî ce qu’î est convenu d’appeer, d’une açon vague, es « casses moyennes », censées représenter a « majorîté sîencîeuse » et, bîen sûr, travaîeuse. Comme es démagogues dont ’actîon 8 est anaysée par Arîstote , es nouveaux trîbuns de a pèbe dénoncent es rîces et es puîssants censés abuser de eur pouvoîr. e scème cassîque est e suîvant : es démagogues acquîèrent a conIance du peupe en expoîtant son ostîîté à ’égard des rîces, puîs renversent e régîme démocratîque pour înstaer une tyrannîe. a cause du peupe-pèbe ne se conond pas avec a cause des peupes, ces dernîers étant déInîs comme des communautés poîtîques ou des entîtés etno-natîonaes menacées aujourd’uî dans eur îndépendance par des oîgarcîes înternatîonaes – comme ees ’étaîent naguère par des puîssances împérîaes. Maîs es deux causes sont aujourd’uî mêées dans eurs dîscours par es trîbuns natîonaux-popuîstes. En 1984, au moment où î aît îrruptîon dans ’espace poîtîque, Jean-Marîe e Pen sîgne son premîer îvre poîtîque, întîtué embématîquement 9 Les Français d’abord. a « préérence natîonae » est posée comme e soce du programme de gouvernement du Front natîona. e sogan natîonaîste éémentaîre est répété par Donad Trump, e 21 novembre 2016, dans une vîdéo où î présente es prîorîtés de son début de mandat : « Mon programme sera ondé sur un prîncîpe centra sîmpe : mettre 10 ’Amérîque d’abord . » a vraîe questîon est donc cee de a Lambée des natîonaîsmes, qu’î s’agîsse des natîonaîsmes etnîques ou cutures, économîques ou poîtîques (dîts « cîvîques »). ïnsîstons sur e purîe : ces natîonaîsmes peuvent converger, se cevaucer ou usîonner, maîs aussî s’excure es uns es autres. e natîonaîsme bana, dîfus, consensue, se mêant avec ’attacement patrîotîque, ne sauraît être conondu avec te ou te natîonaîsme ortement îdéoogîsé, éaboré par des entrepreneurs înteectues spécîaîsés. On n’observe
DOSSIER
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin