Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La Banque mondiale et la réforme des entreprises publiques congolaises (RDC)

De
184 pages
Malgré un cadre macroéconomique en relative amélioration, le redressement des entreprises publiques congolaises (RDC) demeure au coeur des enjeux de la relance de l'économie nationale. Victimes des conjonctures et politiques publiques défavorables à leur expansion, ces entreprises sont, pour la plupart d'entre elles, au bord de la faillite. L'option de la privatisation, préconisée comme solution par le gouvernement congolais, ne peut s'imposer comme l'unique voie de recours. Ce vaste plan de privatisation risque d'entraîner des conséquences néfastes sur les plans économique, social et politique.
Voir plus Voir moins
GODÉ MPOY K ADIMA
LaBanquemondiale et la réformedes entreprises publiquescongolaises (RDC)
Une analyse critique des enjeux politiques, économiques et sociaux
La Banque mondiale et la réforme des entreprises publiques congolaises ȋRDCȌ Une analyse critique des enjeux politiques, économiques et sociaux
Godé Mpoy Kadima La Banque mondiale et la réforme des entreprises publiques congolaises ȋRDCȌ Une analyse critique des enjeux politiques, économiques et sociaux Comptes rendus L’(armattan
© L’Harmattan, 20155-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05927-3 EAN : 9782343059273
Sommaire Remerciements de l’auteur ͺ )ntroduction générale ͻ Chapitre ͳ : Les entreprises publiques en RD Congo : un aperçu historique ʹͳ Chapitre ʹ : Les réformes privatives du 7 juillet 2008 Ͷͻ Chapitre ͵ : Critique de la réforme du 7 juillet 2008 ͸͹ Chapitre Ͷ : RDC, pays structurellement fragile ͳͶͷ Conclusion générale ͳ͸͵ Bibliographie ͳ͸ͻ Liste des tableaux ͳ͹͸
Remerciements de l’auteur e livre est une partie de la synthèse de nos DémoCcratique du Congo. recherches consacrées aux politiques publiques du Portefeuille de l’Etat en République Je voudrais remercier les personnes dont l’apport a été déterminant dans la conception générale de cet ouvrage. Ma gratitude à mon épouse Betty MPOY, à mes enfants Roi Salomon MPOY, Baron MPOY, Duchesse Fany MPOY, Princesse MPOY, Prince MPOY et Altesse MPOY qui différaient nos échanges familiers et familiaux pour me permettre de me pencher sur la rédaction du présent ouvrage. Ce livre n’aurait pu être réalisé dans sa forme actuelle sans le précieux concours des professeurs Eddie TAMBWE Kitenge et François MUKOKA NSENDA : leurs apports dans la relecture du manuscrit ont significativement réorienté le contenu de cet ouvrage. Je réitère la même gratitude au professeur KAZUMBA de l’Université de Kinshasa qui a lu, relu et corrigé le manuscrit ; à mon assistant Célestin MUTOMBO ȋde l’Université de KinshasaȌ ; à l’opérateur de saisie Pathy K)TALA… Enfin, je ne pourrais terminer sans avoir une pensée de reconnaissance à l’égard de ces anonymes collaborateurs qui ont contribué à la réalisation de cet ouvrage, chacun à sa manière et à son niveau. L’auteur gmkadima@hotmail.com
ͺ
Introduction générale près une longue et sinueuse transition politique ȋͳͻͻͲ-ʹͲͲͷȌ, la République A Démocratique du Congo semble bel et bien rentrée dans un processus de normalisation de son cadre institutionnel qui lui permet d’amorcer la phase de reconstruction post-conflit. Ce processus de stabilisation politique s’est accompagné de la stabilisation des paramètres macroéconomiques. Celle-ci s’exprime à ce jour par un taux de croissance positif, par des taux d’inflation et de change stables. )l sied tout de même de préciser ici que sur le marché la hausse généralisée des prix reste un écueil à cette stabilité ; il en est de même de l’évolution de l’indice des prix publié par la Banque Centrale du Congo qui atteste cette allégation. L’amélioration du cadre macroéconomique national ne devrait cependant occulter le fait que d’autres défis persistent, notamment dans le domaine de la relance économique. La RDC continue en effet de figurer sur la liste des pays les plus pauvres du monde, malgré son potentiel global et la variété de ses richesses. Or, il est évident que l’un des enjeux de la relance économique nationale passe par le redressement des entreprises publiques dont la situation générale est on ne peut plus pléthore du personnel, problèmes de gestion et mauvaise : de gouvernance, détournement des deniers publics, absence de la culture de la performance, prégnance de la culture de la « fonction publique »… Victimes des conjonctures politiques pour le moins défavorables à toute expansion économique, les entreprises publiques congolaises sont aujourd’hui au bord de la faillite, pour la plupart d’entre-elles. Parmi les solutions préconisées pour leur redressement, le gouvernement congolais privilégie le schéma du
ͻ