//img.uscri.be/pth/d98a4bc9d2daf5b29693b5b2fb35eca18d81b518
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Deuxième mi-temps

De
97 pages
Abandonné par son épouse qui, semble t-il, a trouvé mieux ailleurs, un quinquagénaire, sentimental à souhait, apprend à ses dépends qu’il ne faut jamais s’engager à fond en amour, dès lors que les qualités de cœur et d’intelligence n’ont jamais compté aux yeux d’une belle femme si l’on perd le seul trait masculin auquel elle soit sensible, à savoir la fermeté. Amoureux fou de la séduisante Akamba, cette flamme naissante qu’il vante et clame tant réussira t-elle à le sortir de sa solitude ?
Voir plus Voir moins

2 Titre

La Deuxième mi-temps

3Titre
Jean-Marcel Meka d'Obam
La Deuxième mi-temps

Roman
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-9654-6 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748196542 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-9655-4 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748196559 (livre numérique)

6 . .

8 1

1
Mon épouse m’a plaqué un triste matin de
décembre 1984. C’était une belle femme qui
avait tout pour séduire et qui, cela va de soi,
avait su gagner mon cœur lorsque je l’ai
rencontrée pour la première fois il y a une
quinzaine d’années.
Elle avait toutes les prédispositions pour être
heureuse, à condition qu’elle sût se montrer
patiente et tolérante avec l’homme que Dieu
avait placé sur son chemin, en usant de douceur
et, même si cela n’était pas son fort, de
beaucoup de prévenance.
Elle est partie en me balançant six
magnifiques enfants sur les bras, fruits légitimes
et bien mûrs de nos nuits blanches, après des
années de vie commune. Une union que j’ai cru
indestructible, eu égard au haut degré de
maturité merveilleuse qu’avait atteint notre
amour. Bien entendu, j’ai gardé la tête froide,
même si, je le reconnais, à présent que j’ai le
loisir d’y penser à tête reposée, je continue de
m’interroger sur ce qui a pu lézarder et détruire
9