Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 7,45 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

2
Titre
La fille au pair
3
Titre Bernard Tellez
La fille au pair
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01806-6 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304018066 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01807-3 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304018073 (livre numérique)
6
8
La fille au pair
Elle s’éveilla, la tête contre le traversin, la main repliée mollement sous le menton… Elle réagissait, de même, tous les matins, quand le réveil sonnait. Elle bougeait, tournait la tête, se redressait, sans ouvrir les yeux, en cherchant à tâtons la télécommande du téléviseur, puis ap-puyait sur le bouton d’allumage. La voix du commentateur, sur l’écran de télé, résonnait dans la pièce, mais elle n’ouvrait toujours pas les yeux. La conscience du monde extérieur lui était donnée, à travers ses paupières closes, par celui qui parlait, sur la chaîne. Elle le savait brun, avec la voix assez modulée pour donner à la fois un petit air spectaculaire aux prévisions mé-téos, sans laisser transparaître la moindre in-quiétude, sur celles qui pouvaient être alarman-tes. A ce moment, il devait être en train de mon-trer la carte du sud de l’Amérique, en soulignant les plumets de nuages bleus, les stries de pluie sur la côte de Floride, alors que la dépression orageuse se déplaçait lentement, vers la Géor-gie.
9
La fille au pair
Elle ouvrit un œil, du lit, dans le coin, où les pentes du toit se rejoignaient, au dessus du pla-fond. Un pan de mur humide apparaissait, une tache, en forme d’hexagone, due à la pluie de l’Atlantique, qui fouettait le toit négligé. Elle en avait l’habitude, et s’interrogeait pour savoir à quoi elle pouvait ressembler, chaque fois qu’il pleuvait dehors… A l’autre bout de la pièce, la lucarne donnait sur Chambers street. Ce ne pouvait être la chambre de Vincent Van Gogh, à cause de ses peintures, et de ses tableaux peints, dans un coin. Le rideau en coton qui voilait la fenêtre, s’était détaché, en partie, de sa tringle, et dévoi-lait un triangle bleu, de ciel lavé de clair, propre, et net, celui qui se laissait découvrir, quand un léger voile de vapeur ne flottait pas sur la ville. Julia s’assit. La présentatrice impeccable de la Cnn, à New York, avec ses cheveux laqués et son maquillage parfait, récitait, le regard concentré, les taux de la bourse, à New York. Julia coupa le son, se contenta de voir bouger ses lèvres, sur l’écran. Elle était jeune, elle était belle, cette jeune femme qu’elle avait rendue aphone du moindre son. Julia contemplait son expression, et la plaignait presque, mais à la vue de l’ovale de son visage, du remuement parfait des lèvres, le fait qu’elle l’avait rendue muette, n’altérait en rien sa sensualité. Elle resta ainsi,
10