Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

La mise au monde

De
210 pages
Si l’on considère que la science ne produit pas de « vérités » mais seulement des hypothèses, tout énoncé serait donc contestable, provisoire et conditionnel. Petite leçon d’humilité… maintes fois vérifiée au cours de l’histoire. L’auteure de ce livre s’autorise donc à revisiter les savoirs que nous avons pensé définitifs et montre combien l’enfantement est encore et toujours un monde à découvrir, fascinant, profond, mystérieux.
La mise au monde est un tout, un processus de transforma­tion et d’émergence, à l’origine de notre existence et à la base de nos sociétés. On devrait pouvoir l’envisager en toute liberté de pensée et de conscience, dans son incroyable complexité et sa profonde signification.
Dans ce livre, les savoirs sont puisés à toutes les sources : sciences biomédicales, sciences humaines, philosophie et même poésie. L’auteure combat ainsi la pensée unique et propose d’en­richir nos représentations de la naissance au-delà de la seule biologie. Sans partir en guerre contre la médicalisation de la naissance et sans faire la promotion de l’accouchement « idéal » ou de la profession de sage-femme, elle remet en question la culture gestionnaire et technique et suscite la réflexion sur un phénomène qui tient du miracle — celui de la vie.
Céline Lemay, sage-femme, PhD, est chargée de cours au baccalauréat en pratique sage-femme à l’Université du Québec à Trois-Rivières.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

La mise au monde

de les-presses-de-l-universite-de-montreal

LA MISE AU MONDE
Céline Lemay
LA MISE AU MONDE Revisiter les savoirs
Les Presses de l’Université de Montréal
Catalogage avant publication de BibliotHèque et ArcHives nationales du Québec et BibliotHèque et ArcHives Canada
Vedette principale au titre : Lemay, Céline,   La mise au monde. Revisiter les savoirs.  Comprend des références bibliographiques.     . Accouchement. . Naissance. I. Titre. .  .
Mise en pages : Chantal Poisson
 (papier) :   (PDF) :   (ePub) : 
e Dépôt légal :  trimestre  Bibliothèque et Archives nationales du Québec
© Les Presses de l’Université de Montréal, 

Les Presses de l’Université de Montréal remercient de leur soutien financier le Conseil des arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC).
  
En guise de prologue, une lettre
Lettre au Docteur Joseph B. DeLee. Je viens de lire l’article que vous avez publié dans la revueAmerican Journal of Obstetric and Gynecologyen , il y a près d’un siècle maintenant. Ce fameux article qui a tant marqué l’histoire de l’obstétrique occidentale. À cette époque, vous vous désoliez des nombreuses difficultés liées à l’accouchement et releviez le haut taux de mortalité et de morbidité chez les mères et les bébés. Selon vous, très peu de femmes pouvaient sortir indemnes du processus de l’enfantement. En accouchant, elles mettaient leur vie et celle de l’enfant à naître en danger. Et c’est parce que vous aviez constaté la présence de pathologies que vous avez alors proposé de définir l’accouchement comme une maladie, comme une pathologie. À votre avis, et au nom de la science, tous les accouchements devaient dorénavant se dérouler à l’hôpital sous les soins d’un médecin spécialiste, et on devait les considérer comme une procédure médicale chirurgicale « néces saire ». Vous avez soutenu qu’on devait, en plus d’endormir les femmes, sys tématiquement leur couper le périnée et utiliser « préventivement » les forceps afin d’accélérer le processus de la naissance et d’ainsi réduire la durée de la deuxième phase. Vous avez affirmé que les sagesfemmes n’étaient pas qualifiées pour s’occuper des accouchements, qu’on devait même dénoncer la vigilance et la patience dont elles faisaient montre. Vos propos résonnent encore dans les mentalités des pratiques obstétri cales de notre temps, entièrement dominées par la crainte de la pathologie,
8            –    
cette peur bien dissimulée sous la notion de « risque ». Vos affirmations ont contribué à occulter la physiologie de l’accouchement, à justifier des interven tions nombreuses et systématiques, et à faire adopter une vision chirurgicale de la mise au monde. Les possibilités technologiques ont rendu ce modèle encore plus facile et séduisant, tant pour les intervenants dans le domaine de la santé que pour de nombreuses femmes. Docteur DeLee, près de cent ans plus tard, je tiens à vous donner de bonnes nouvelles concernant la mise au monde. La recherche scientifique est plus avancée que jamais et elle fournit aujourd’hui des données qui permettent de comprendre le phénomène de la mise au monde et d’offrir ainsi les meilleurs soins possibles aux femmes qui accouchent et aux bébés qui naissent. L’étude de la biologie humaine a permis de constater que la grossesse, l’accouchement et l’allaitementsont des processus pHysiologiquesnormaux du corps féminin. Docteur DeLee, l’accouchementn’est pasune pathologie. La mère et l’enfant ont des capacités innées et complexes de régulation mutuelle, descompétencesendogènespour accomplir le processus de la mise au monde. Par ailleurs, les soins fondés sur la promotion de la physiologie diminuent non seulement les interventions, mais peuvent générer une cascade de bienfaits physiques, psychologiques et sociaux pour la dyade mèrebébé.Fonda-mentalement, il s’agit de mettre la confiance au cœur des soins de maternité. Les femmes ont les compétences pour porter et mettre au monde leur enfant. Il faut bien sûr agir avec prudence et patience, respect et bienveillance pour qu’elles accouchent dans la dignité et en pleine possession de leurs moyens. Docteur DeLee, les sagesfemmes ne font pas partie du problème. Elles font partie de la solution. La revuehe Lancet, déjà réputée et respectée par la communauté médicale à votre époque, a d’ailleurs bien montré l’importance des sagesfemmes pour la santé maternelle et infantile. Cent ans plus tard, il est temps de faire confiance aux femmes et au pro cessus de la mise au monde. Notre siècle commence à reprendre ce fil essen tiel… pour la suite du monde.
Céline Lemay, sagefemme, PhD
Introduction
Pourquoi parler de « mise au monde » et pas simplement d’accouchement ? D’abord, parce que je considère que le mot « accouchement » est depuis trop longtemps enfermé dans une vision biomédicale et mécanisée du phénomène, et qu’il renvoie à une vision incomplète de la naissance. Ensuite, parce que le mot le plus important de cette expression est « monde ». Il s’agit de notre arrivée ici, dans notre monde. Il s’agit de nous. Cette notion fait référence autant à un processus de « mise en chair » que de « mise en sens », comme le dit si bien Vandelac (). Enfin, le fait de parler de mise au monde conduit à une exploration des savoirs et des significations bien audelà des mécanismes biophysiques. Voilà pourquoi ce concept de mise au monde servira de fil conducteur à ce livre. Toutefois, avant d’explorer cet univers de la mise au monde, il me faut me situer comme guide de voyage. Je suis une sagefemme qui compte plus de trente années d’expérience. Je parle doncen tant quesagefemme, même si je dois préciser que ce livre n’est passurles sagesfemmes. Mon expérience tant personnelle et professionnelle, de femme et de sagefemme, est renforcée constamment par un intérêt marqué pour la recherche scientifique. Cela nourrit chez moi une réflexion en perpétuelle évolution sur ce sujet fascinant, profond et mystérieux : l’enfantement. Je ferai référence à des sources quanti tatives, qualitatives, philosophiques ou même poétiques, car la mise au monde mérite que l’on puise danstoussavoirs. Mon but n’est pas de créer un les nouveau manuel de physiologie obstétricale ni de faire une analyse et une
1 0            –    
synthèse des connaissances. Je ne ferai pas non plus la promotion d’une façon « idéale » d’accoucher ni même d’un lieu de naissance en particulier. Pas de recommandations, encore moins d’algorithmes, de pratiques optimales, ni de solutions toutes faites. Les éléments de changement appartiennent aux indi vidus, aux équipes cliniques et aux lieux de naissance. Il ne s’agit pas de traiter des complications et des urgences, pas plus que d’idéaliser la physiologie de la mise au monde, laquelle est un ensemble de processus complexes du corps humain à respecter et même à protéger. Je ne pars pas en guerre, sauf pour combattre la pensée unique, ou pire, l’interdiction de penser. Il y a certes des choses à dénoncer, mais il y en a surtout beaucoup plus à mettre en question. Je ne proposerai pas de modèles, car cela implique trop de réductions conceptuelles. Je ne parlerai pas des médecins, mais delamédecine et du paradigme biomédical. Et je ferai la même chose avec les sagesfemmes. Mon sujet ne porte pas tant sur des professions que sur des points de vue différents concernant la mise au monde, et, finale ment, sur l’importance de la présence d’une personne pour accompagner les femmes. Je ne cherche pas à démoniser la médecine, la science ni la techno logie, mais une position critique est essentielle. Je souhaite élargir les connais sances sur la mise au monde et susciter des réflexions chez les gens. Il y a plusieurs facettes à ce sujet et c’est la raison pour laquelle je n’utiliserai pas (ou peu) de tableaux comparatifs, car ils expriment le plus souvent une pensée duelle, dichotomique, souvent stérile. Quelles sont donc mes intentions ? Sortir de la primauté de la biologie, de la vision mécanique, de la méfiance envers les femmes et envers le processus de la mise au monde ; remettre en question les savoirs « en silo », la culture gestionnaire et technique, l’illusion de la performance, le scientisme et le refus de l’incertitude. Contester, enfin, l’efficacité de l’analyse d’un ensemble par sa mise à plat et par la séparation de ses parties. La mise au monde est un ensemble complexe impliquant « des savoirs » et « des regards » autres. La diversité de la pensée et de la conscience devrait pouvoir exister sans intimi dation ni ignorance. Le voyage que je propose au lecteur commence par une mise en contexte de l’accouchement physiologique et plonge ensuite dans la physiologie de la mise au monde, pour en explorer les principes de base et les processus, de manière à mettre en lumière les liens entre la théorie et la clinique. Par ailleurs,