Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Nouvelle Revue Française N' 207 (Décembre 1930)

De
206 pages
Jean Schlumberger, D'un certain manque d'imagination
Jules Supervielle, Le boeuf et l'âne de la crčche
Vincent Muselli, Stances de contre-fortune
Pierre Abraham, Sur Proust
Jean Cassou, De l'Étoile au Jardin des Plantes
Julien Benda, Essai d'un discours cohérent sur les rapports de Dieu et du monde (III)
Alain, Propos
Réflexions :
Albert Thibaudet, Les Partis en France
Pierre Drieu la Rochelle, Malraux, l'homme nouveau
Benjamin Crémieux, Pierre Lasserre
Notes : le roman :
Ramon Fernandez, Histoires de Tabusse, par André Chamson (Horizons de France)
Benjamin Crémieux, Regain, par Jean Giono (Grasset)
Ramon Fernandez, Le Désordre, par Simone (Plon)
Marcel Arland, Toute ŕ tous, par Bernard Barbey (Éditions de la N. R. F.)
Louis Martin-Chauffier, Notre lâcheté, par Alain Berthier (Au Sans Pareil)
Notes : littérature générale :
Julien Benda, Sur un texte de Renouvier
Samuel Sylvestre de Sacy, Voyage dans le Midi de la France, par Stendhal (Le Divan)
Jacques Decour, Destin du Théâtre, par Jean-Richard Bloch (Éditions de la N. R. F.)
Notes : lettres étrangčres :
Boris de Schlzer, Dostoďevski, par Anna Grigorievna Dostoďevskaďa (Éditions de la N. R. F.)
André Pozner, 10 C. V., par Ilya Ehrenbourg (Les Revues)
Notes : le théâtre :
Pierre Ličvre, Donogoo-Tonka, de Jules Romains et Louis Jouvet (Théâtre Pigalle)
Notes : la musique :
Boris de Schlzer, Panorama de la radio, par André Curoy (Kra)
Revue des livres :
Henri Pourrat, Le Pays des Basques, par Gaëtan Bernoville (Horizons de France)
Jean Guérin, La vie amoureuse de Christine de Sučde, par la princesse Lucien Murat (Flammarion)
Jacques Decour, Valery Larbaud, par Francisco Contreras (Nouvelle Revue Critique)
Jean Guérin, Instances, par Eugčne Marsan (Éd. Prométhée) - Signes de notre temps, par Eugčne Marsan (Cahiers d'Occident)
Ramon Fernandez, Histoire de la Philosophie, par Émile Bréhier (Le Dix-Huitičme Sičcle)
René Maublanc, Nuits d'Alger, par Louis Bertrand (Flammarion)
Jean Guérin, La Tradition de Minuit, par Pierre Mac Orlan (Émile-Paul)
Marcel Arland, Les Hommes dans la prison, par Victor-Serge (Rieder)
Jean Guérin, Le Conte de ma vie, par Andersen (Stock)
Jacques Decour, Partenau, par Max-René Hesse (Albin Michel)
Vladimir Pozner, Le Torrent de Fer, par A. Sérafimovitch (Éd. Sociales Internationales)
Revue des revues :
Jules Romains, L'Homme blanc
André Malraux, Une lettre
Voir plus Voir moins

LIBRAIRIE GALLIMARD
IJ, BOULEVARD RASPAIL TÉL. LITTRÉ 24-84
R, DU C. SIINI 35.807
BULLETIN MENSUEL DE RENSEIGNEMENTS BIBLIOBBÂFMIQDBS
Dans cette liste sont indiqués, chaque mois, les ouvrages récemment parus ouà
paraître qui, à divers titres, nous paraissent dignes d'être signalés à l'attention des
lecteurset des bibliophiles. Unbulletin beaucoup plus complet est envoyé régulièrement
et gratuitement sur la demande de toute personne nous honorant de ses ordres.
NOUVEAUTÉS
LITTÉRATURE GÉNÉRALE, ROMANS, ETC.
I. P. P. ABRAHAM. Proust, 20 fr. 26. H. FORD. Le progrès. 24 fr.
2. D. AMIEL. Théâtre 15 fr. 27. J. GALTIER-Boiss1ÈRE. Conseils au
3. L. ARTUS. Au soir de Port Royal. jeune soldat pour la prochaine guerre.
Prix 1 5 fr. 111. par Oberlé 18 tr.
4. P. BÉARN. La vie de Grimod de la 28. L. GAUTIER-VIGNAL. Le chant d'Isle.
Reynière 15 tr. Prix 12 fr.
5. J. BENDA. Appositions. 12 fr. 29. J. Giono. Regain 15 fr.
6. li. BÉRAUD. Les lurons de Sabolas. 30. J. GIONO. Solitude de la pitié. 40 fr.
Prix 1 5 tr. 31. J. GIRAUDOUX. Aventures de Jérôme
7. M. BETZ. Plaisir d'amour.. 15 fr. Bardini 1 5 fr.8. L. BLUM. Stendhal et le beylisme. 32. F. HELLENS. Les filles du désert. 15
Prix 1fr. 33. Histoire de l'amour grec.. 30fr.
9. H. BORDEAUX. La goutte d'eau. 12 fr. 34. H. DE HOFMANNSTHAL. La femme
Io. P. BOUCHARDON. La femme à l'om- sansombre. 24 fr.
brelle 15 ir. 35. F. HOLDERLIN. Hyperion 30 tr.
I I. P. BOURGET. De petits laits vrais. 15 fr. 36. R. Jouglet. Les aventuriers. 12 fr.
12. Chancelier Prince DE BuLOw. Mé- 37. J. KESSEL. Secrets parisiens1.. 20 fr.
moires. T. II. 111 36fr. 38. B. LECACHE. Séverine 15 fr.
13. Dr CABANES. Grands névropathes, ma- 39. L. R. LEFÈVRE. Héraclès.. 15 fr.
lades immortels.. 20 Ir. 40. G. LIMBOUR. L'illustre cheval blanc.
14. A. Cahuet. Moussia et ses amis. 12 Ir. Prix 15 fr.
41. A. Loos. Mais ils épousent les brunes.iî. F. CARCO. Prisons de femmes. 15fr.
16. L. CARROLL. Alice au pays des mer- 1 5 fr.
veilles. 20 fr. 42. DE Levis Mirepoix. François I. 20 fr.
17. P. CaARDOrrLa faillite sentimentale. 43. P. LouYs. Poésies. 12 fr.
Prix 12 fr. 44. A, LuNEL. Noire et grise 15 fr.
18 G. K. CHESTERTON.La vie de Robert 45. A. MALVIL. La grande ourse. 15fr.
46. G. R. MANUE. Sur les marches duBrowning 15 fr.
19. J. COCTEAU. Opium. 25fr. Maroc insoumis 1fr.
20. E. DABIT. Petit-Louis 15 fr. 47. J. MOURA et P. LouVET. La vie de
21. Lord ALFRED DouGLAS. Oscar Wilde Nostradamus. r 5 fr.
48. B. NABONNE. La goutte d'or. 15 fr.et quelques autres. iî fr.
22. L. DUMONT-WILDEN. La vie de Ben- 49. G. PAriNi. Saint Augustin 25 fr.
jaminConstant 1fr. 50. P. Poiret. En habillant l'époque i8fr.
23. H. FAUCONNIER. Malaisie 15fr. 5 1 H. POSSENDORFF. Le clown Bux. 1fr.
52. R. ROLLAND. Goethe et Beethoven.24. G. DE LA Fouchardière. Cent blagues.
Prix 12fr. Prix 1 so fr.
25. Disraeli. Lettres intimes.. 18 fr. 53. J. Romains. Pièce en un acte. 12 fr.
Les conditions d'abonnement à La Nouvelle Revue Française1 ugurent aux pages 384 et 385 du cahier d'annonces j
N. R. F.i BULLETIN DE RENSEIGNEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES (soin) 1
54. V. Rozanov. L'apocalypse de notre ç9. H. Thetard. Les dompteurs. 15 fr.
temps 15 fr. 60. I. TRFAT. La croisière secrète. 15fr.
55. A. Ryss WILLIAM. La terre russe. 61. J. Valiis. Souvenirs d'un étudiant
Prix 1 5 fr, pauvre 1fr.
56. A. SIEGFRIED. Tableau des partis en 62. A. Wtjrmser. Courtier de la solitude.
France 1 5 f r. Prix. 15fr.
57. SIMONE. Le désordre. 25 [r. 63. M. Yïll. Le déserteur. 12 fr.
58. J. SPITZ. Le voyage muet. 15 lr.
1 ÉDITIONS DR BIBLIOTHÈQUE
68. R. MARTIN Du GARD. Les Thibault.64. M.BEDEL Philippine.3*5 fr.
65. M. CONSTANTIN-WEYFR. La vie du T. I 35
fr69. R. MARTIN DU GARD. Les Thibault.général Yusuf. 3 5 fr.
66. G. FLAUBERT. Correspondance, 7e sé- T. II 35 fr.
rie. 40 tr. 70. RABELAIS. Œuvres, 4 vol 60 fr.
67. H. IBSEN. Œuvres de Grimstad. T. I. 71. F. VILLON. Œuvres 15 fr.
Prix 40 fr. 72. VOLTAIRE. Romans et contes. 4 vol.
Prix 60 fr.
1 EDITIONS DB LUXB OUVRAGES D ART
73. H. BARBUSSE. Le feu. Ill. par BERTHOLD mis. 111. par LABOUREUR. Les 3 vol.
Mahn. 2 vol 200 fr. Prix 7$0 fr.
74. F. CARCO. Bob et Bobette s'amusent. 79. Malaises. Ill. par Gus BOFA. 500 fr.
III. de DIGNIMONT 200 fr. 80. E. PoE. Les aventures d'Arthur
Gor75. Décorations océaniennes. 111. 150 fr. don Pym. 111. par A. COLLOT 950 fr.
81. PROUST. Un amour de Swann. III. par76. G. DUHAMEL. Journal de Salavin. 111.
de BERTHOLD MAHN. 700 fr. Laprade 750 fr.
77. A. GIDE. La symphonie pastorale. 82. R. TAGORE. Lucioles 54
frPrix 300 fr. 83. P. J. ToULET. Les contrerimes. 111.
78. M. MAETERLINCK. La vie des abeilles, par Laboureur 3.500 fr.
la vie des termites, la vie des four- 84. P. VALÉRY. Suite 100 fr.
BULLETIN DE COMMANDE
Veuillez m'envoyer (i) contre remboursement ce mandat chèque joint -par le
débit de mon compte (2) les ouvrages indiqués dans le BULLETIN DE RENSEIGNEMENTS
bibliographiques sous les numéros
NOM Signature
ADRESSE
(i) Pour économiier du temps et de l'argent, utiliseï notre carnet décommandes. Pour cela il
•ufflt d'avoir un compte-courant. (i) Rayer les indications inutiles. (12)
N. R. F.Pour économiser
du temps et de l'argent
faites-vous ouvrir un
compte-courant
a la
LIBRAIRIE
GALLIMARD
15, BOUL. RASPAIL, PARIS-7* TiL. LiTtrb 24-84
Vous serez tenu au courant des nouveautés
de l'Edition Française par nos divers bulletins et catalogues
bibliographiques, périodiques et mensuels. De plus, vous aurez un carnet de
commandes imprimé spécialement pour vous et qui vous évitera les
ennuis de la correspondance.
Sur vos indications (auteurs préférés, genres
d'éditions, nombre de volumes à recevoir par mois) vous seront
envoyés automatiquement tous les livres qui vous intéressent dès
leur publication. Vous ne craindrez plus de laisser échapper le livre
désiré, qu'il soit en édition courante ou de luxe.
(Le bulletin à remplir est à la page mui vante)
LIBRAIRIE GÉNÉRALE ET DE LUXE
Recherches Bibliographiques, Achat et Vente de
Livres Anciens et Modernes d'occasion
Manuscrits Autographes
Le service d'expéditions te plus rapide de Paris
Emballage gratuit et particulièrement soigné
n. x. F.Bulletin
a remplir et à adresser à la
LIBRAIRIE GALLIMARD, 15, BD RASPAIL, PARIS (~8)
(Rayer les indications inutiles)
Veuillez trouver ci-inclus la somme de fr.m.m.mm.m.m.m..m.
à titre de provision pour l'ouverture d'un compte-courant dans votre
maison.
Veuillez me faire le service régulier et gratuit de
a votre Bulletin Bibliographique Mensuel,
b votre Circulaire de livres de luxe en souscription,
c votre Catalogue de livres anciens et modernes d'occasion.
Je désire recevoir par retour les ouvrages suivants
Notez de m'envoyer automatiquement dès leur publication les
ouvrages nouveaux des auteurs suivants.0.
Je désire recevoir ces ouvrages en éditions courantes de luxe
sur papier alfa velin Hollande Japon Chine.
Mes illustrateurs préférés sont
Envoyez-moi automatiquement les ouvrages nouveaux rentrant dans
les catégories suivantes Droit Philosophie Sociologie
Technologie Histoire Géographie Beaux-Arts Musique
Médecine Sports Sciences etc.
Je désire recevoir en moyenne. volumes par mois pour
une dépense d'environ par mois. Envoyez-moi le
relevé de mon compte mensuellement trimestriellement.
Nom. SIGNATURE
Adresse
H. R. F.> VIENT DE PARAITRE
JULES ROMAINS
PIÈCES
EN UN ACTE
LA SCINTILLANTE AMÉDÉE ET LES
MESSIEURS EN RANG DÉMÉ TRIOS
LE DÉJEUNER MAROCAIN
UN VOLUME IN-l6DOUBLE-COURONNE 1 1 fr.
Œuvres de Jules Romains
THÉATREPOÉSIE
La Vie Unanime. 12 fr.
I. Knock ou le Triomphe de la
MédeOdes etPrières 12 fr. cine. Monsieur Le Trouhadec
saisi par la débauche 12 fr.Le Voyage des Amants. 9 fr.
II. Le Mariage de Le Trouhadec.Chants des dix années (Europe, Amour
La Scintillante 12 fr.
couleur de Paris. Ode Génoise). 12 fr.
III. Cromedeyre-le-Vieil. Amédée etUn Etre en marche en préparation
les Messieurs en rang 13.50
ROMANS ET PROSE
IV. Le Dictateur. Démétrios 12 fr.
Mort de Quelqu'un. 12 fr. V. Volpone. Le Déjeuner marocain.
Prix 15 fr.Les Copains. 15 fr.
Le Vin blanc de la Villette. 13.50 VI. Musse ou L'Ecole de
l'HypoPsyché. I. Lucienne 13.50 crisie en préparation
Recueil de pièces en un acte 12 fr.PsYCHÉ. II. Le Dieu des Corps. 13.50
PsYCH$. III. Quand le Navire
Collection
Donogoo-Tonka. Le Bourg régénéré
"IN-OCTAVO" A LA GERBEPrix 15 fr.
Puissances deParis 9 fr. PSYCHÉ
I. Lucienne. II. Le Dieu des CorpsTRAITÉS
III. Quand le Navire.Petit Traité de Versification (en
collaboration avec GEORGES CHENNEVIÈRE).
Collection Les Documents Bleus Chaque vol.sur hollande 65 fr.ru»,i chiffon de Bruges 35
Prix 12 fr.
La Vision extra-rétinienne et le sens ÉDITION ILLUSTRÉE
paroptique, recherches de
psychoLe Vin blanc de la Villette. Editionphysiologie expérimentale et de
physioillustrée. en préparationlogie histologique 12 fr.
MORCEAUX CHOISIS, un volume (sous presse)
ïil/ ACHETEZ CHEZ VOTRE LIBRAIRE 1
N. R. F. *#•Ujy VIENT DE PARAITRE
PIERRE HAMP
LA PEINE DES HOMMES
MES MÉTIERS
UN volume- m-r6 double-couronne I5fr.
Beaucoup de gens regrettent les vieux métiers et ne savent pas comment on y
travaillait. Les apprentis des <. opérations étaient. sourms à la trique, dont l'usine a
aboli l'usage.
Faut-il regretter les vieux métiers qui semblent si bien avoir prévu l'oppression
des hommes par la mécanique, ou espérer en les métiers futurs qui redonneront
à l'état social un rythme supportable ?Nous avons aboli la famine et quelques
épidémies. Nous sommes tous chamsés. Plus de pittds nus, saut aux bains de mer.
Quelle esr la valeur de la misère dans- la formation des- hommesLe bien-être
vaut-il moralement mieux que la privation ?.
Mes Métiers eontiennent plus d'espoir que de mi:ère.
Si ce livre est plaisant à lire, on me pardonnera de tai.t y parler de moi s'il est
ennuyeux,. le'pardon que j'en demanderai ne me sera pas accordé.
Cherchez votre plaisir, moi le mien. Qu'il nous'soit commun, nous voilà dP'accord.
Un écrivain par vocation ne peut faire autrement qu'écrire.. Voudrait-iLs' empêcher
de gribouiller par s'en; denoer les meilleures raisons, cela lui esc impossible.
On devient responsable die ce qu;on écrit, mais non, d'écrire- Un auteur choisit
les-, ternies, non l'impulsion.. IL la subit Qui le pousse? Quel être.spirituel d'une si
forte poigne le saisit,, l'enlève à lui-même, l'éveille la nuit et lui commande de
s'exprimer ? Aucune fozce ne. prévaut contre cela que la. mort. Qai cherche un
gain par la plume ne connaît pas la grande joie de ne pouvoir s'empêcher de faire
ce qu"on fxir. Il faut Fa-ccom-piir au périt de soi et, quelquefois, des autres. La
vocation n'est point créée pour le bonheur de ctux qui l'éprouvent. Elle l'est pour
leur ivresse-. Rien ne la- domine*. On' verra dans Mes Métiers un homme accomplir à
travers quelques difficultés sa passion' littéraire.
Cff n'est; pas. de ma vie: qu'il faut vous instruiidans ce livre, mais de l'obéissance
à la vocation, bonne discipline pour vous et vos enfants, donc pour la société tout
entière si l'éducation, s'en mêle. On vous enseigne bien des choses à l'école, sauf
vous-même. Sorti.de là, vous devenez ce que vous pouvez, et souvent rien qui,vous;
plaise. Vous voilà clerc de notaire alors que vous vous sentez du goût pour, lai
navigation. Vous vivrez le séant sur la chaise: et vous rêverez du navire.. Vous aurez
existé. et. non vécu.. Cette recherche du métier aimé peut-elle compter pour les s
mé'tiers détestables ouvriers de l'ordure, de la voirie, de dégoût ? Les éternels
esclaves. Diminuez' leur nombre si vous ne pouvez encore complètement abnlir
l'esclavage. Laiv-ocaticra ne1 réside pas qu'en l'esprit. Elle appelle les mains^ Pourquoi.
travaillez-vous le bois'alors que vos doigts aiment- le fec? Faites ce qui plaît à votre"
tact si votre esprit ne décide. Ii restera bien assez de ceux à qui rien ne plaît
P.. H.
IL., d ÉTÉ TIRÉ. DE CET OUVRAGE. POUR LES. AMIS DE L'ÉDITION ORIGINALE"
UNE: ÉDITION* SUR PAPIER VÉLIN PUR FIL Aéoo EXEMPLAIRES ET zoo
EXEMPLAIRES IN-4" TELLIÈRE SUR PAPIER VERGÉ DE PUR FIL LAFUMA POUR LES
BIBLIOPHILES DE LA.NOUVELLE REVUE FRAMGAISE". TOUS SOUSCRITS.
mr ACHETEZ CHEZ'VOTRE LIBRAIRE
N. R.i-UTf VIENT DE PARAITRE
JULES VALLES
8IDYHIU DÏII lïiliïT PAIIYRB
(.MÉMOIRES VRAIS)
UN VOLUME IN- [6DOUBLE-COURONNE 1 5 fr.
Il est toujours délicat d'exhumer des œuvres posthumes. Le génie d'un mort gagne souvent
à rester dans l'ombre. Mais lorsqu'il s'agit de Jules Vallès, que peut-on craindre?.
Séverine savait mieux que moi, pour l'avoir connu et servi, quelles étaient les intentions du
« patron u. Ce manuscrit est longtemps resté sur sa table, à son chevet.aurait du, plus tôt,
voir le jour La maladie, les soucis quotidiensnous en ontempêches. Aujourd'hui, je suis seul.
l'obéis au vœu de la -morte..La dernière tombe s'étant fermée, je peux entr'ouvrir nos. dossiers.
J'eusse pu facilement consigner par écrit d'autres inédits de Jules Vallès. Ceux-ci ne manquent
pas. Brochure ou correspondance, roman ou notices, rien qui n'aide à sa gloire, sinon qu'on le
connaît mal et qu'on s'est forgé de lui une image arbitraire. On a ,pris l'auteur des Vingtras
pour un sombre misanthrope, pour un docteur es pessimisme, pour un doctrinaire amer et
désenchanté, pour un professeur-raté qui déverse sa bile sur la société marâtre. C'est contre cet état
d'esprit que j'ai entendu m'insurger.
Fors 'Séverine, qui comprit Jules Vallès comme il méritait d'être compris? C'était, au regard
de ses familiers, un tendre et joyeux compère. Les misères de son enfance et de son adolescence
ne l'avaient pas gâté, ni aigri.'ll tenait de son Auvergne natale un bon sens inaltérable, une
robustesse d'esprit sans faille, unoptimi'me si fort et si puissant qu'il confinait à la candeur.
En publiant ces Mémoires vrais, cette portion de vie de Vallès racontée par Vallès, j'ai cherché
à restituer au farouche Communard sa fantaisie, sa charmante humeur, sa cordialité fraternelle
et bourrue, ce don de la joie qu'on lui -a toujours dénié. J'ai tâché de rendre justice à l'écrivain,
et surtout à l'homme. Contre Jean Richepin ou Maxime du Camp, contre ses commentateurs de
l'un ou de l'autre bord, contre ceux qui l'ont vôlontatrement méconnu, contre ses partisans qui
le jugèrent trop exclusivement en partisan, ce livre répond. Jules Vallès ne trempait pas sa plume
dans le vitriol, pas plus .qu'il ne faisait systématiquement usage d'un style agressif et âpre.Ilse
contentaitd'être direct, véridique, impeccable dans la forme comme dans'le fond.
Rien de sec, ni de tendu, en Juies Vallès. Rien de désespéré. Rien d'apprêté. Ces Mémoires
vrais dénoncent en lui le badaud goguenard qu'il est resté jusque dans l'infortune, le gouailleur
humain et sensible, l'ennemi des sectes, des clans et des partis pris.Lisez ce qu'ii écrit des anciens
amis passés de l'autre côté de la barricadeIlxetient, pour en parler, ses rudesses légitimes, ses
offenses toutes prêtes.Il.ne les malmène ni ne les insiilte. Sa jeunesse vit dans leur souvenir. Il ne
l'oublie pas. Est-ce là le fait du fanatisme? Il est temps de corriger la légende. On prête à'Vallès les
rigueurs des autres. Quand Veraiorel-s'écrie, en pleine Commune « La mort n'est pas une excuseI»
on dit que c'est Vallès. Quand Paris flambe, on accuse l'auteur de'l'Insurgé d'avoir joué.'les
iconoclastes et voulu détruire le Louvre. S'il n'avatt tenu qu'à lui,'les otages n'auraient pas été tués.
Jules Vallès a écrit ces Mémoires en 188;, après l'exil, après l'amnistie, alors que le Cri du
Peuple reparaissait. Il était déjà malade, miné par les privations et l'ingratitude delà vie. Il
aurait eu lieu de laisser déborder son amertume. Tout au contraire, c'est avec sérénité qu'il il
aborde le passé. Il a le coup d'œil du sage. Se résigne-t-il,.ahdique-t-il ses opinions,.son
intransigeance ? Il reste le vieux lion qui -terrorisait Badinguet et M.'Thiers. -Mais'il émeut et nous
émeut, simplement, en s'avouant.Son œuvre défie le temps et ne craint pas 1.oubli.
BERNARD Lbcache.
IL A ÉTÉ TIRÉ DE CET OUVRAGE POUR LES AMIS DEMÉDIXION .ORIGINALE
UNE ÉDITION SUR PAPIER VÉLIN PUR F.IL <A ,600 EXEMPLAIRES ET 100
EXEMPLAIRES IST-4° TELLIÈRE, SUR PAPIER VERGÉ DE ,PUR FIL LAFU.MA POUR LES
BIMIQP-HILES DE .LA NOUVELLE MEVUE .FRANÇAISE "TOUS, SOUSCRITS.
ÎBN :£«ÉPABA.T:rON
JULES VALLÈS. UN GENTILHOMME (inédit)| Jules VALLÈS. TABLEAU DE PARIS
gy A CHE TEZ CHEZ VOTRE LIBRAIRE
N. R. F.Jirf ~t~N'T DE PARAITRE
LES CONTEMPORAINS VUS DE PRÈS
r
SÉVERINE
PAR
BERNARD LECACHE
Précédé d'une préface par ANATOLE DE MONZIE
v. VOLUME IN- 16 DOUBLE-COURONNE 1 5 fr.
250 exemplaires suralfa 18 fr.
EXTRAIT DE LA PRÉFACE
Séverine n'était pas de ces petiles âmes,
esEXTRAIT DU CHAPITRE PREMIER
claves frcmissautes de la sensation, auxquelles
Maurice Barrés a dédié ses ex-voto ironiques et C'est le propre des gens de qualité de tromper
voluptueux. Grande âme que ne contenait aucun singulièrement la foule sur leur compte.eu
barrage de coutume et de discipline 1 Elle repré- d hommes ont connu Séverine comme elle eut
sente à mes yeux ce que doit être la femme mérité d'être connue. Les uns la voyaient à
dans la cité actuelle un trouble jeu, la néga- travers la fumée des meetings et croyaient
hution des procédures, le rappel du simple peuple mer, dans son sillage, l'odeur des« pétroleuses ».
dont les besoins ne se réduisent pas aux formules Les autres imaginaient une Séverine châtelaine,
des programmes. Son oeuvre symbolise le rôle à Pierrefonds, étendant sur ses terres l'ombre
que devrait, que doit tenir,à ce moment de de ses richesses, une sorte de dilettante de la
notre évolution nationale, la compagne éman- charité qui aurait eu chaque jour ses pauvres.
cipée, associée nécessaire des révolutions de D'autres, encore, considéraient en elle la
jourdurée, mainteneuse de ce qu'il faut de roma- naliste frottée de littérature et de théâtre.
Chanesque ou de romantisme dans chaque décision cun de ceux-là s'est lourdement trompé.
Sévedu progrés. Corinne George Sandfini ce rine avait, dans un corps délicat, une âme
d'airégne des simili-hommes d'Etat, des conseil- rain. Journaliste, écrivain, orateur, femme
polères d'Etat, des raisonneuses ratiocinant, en litique, en même temps mère et grand'méte,
marge des réalités et des responsabilités La femme d'intérieur, elle a pu allier tous ces
cafemme s'achemine dans la voie des avancements ractères souvent dissemblables, grâce à la force
égalitaires avec honneurs et risques en partage. et à la volonté dont elle ne s'est jamais départie.
Séverine eut, avant toutes autres (Marie-Antoi- J'ai bien connu Séverine. Je l'ai connue toute
nette exceptée), sa pleine ration d'outrages po- ma vie.
litiques ici encore elle fut une douloureuse Les jeunes l'ont peut-être mieux connue que
devancière. les vieux, parce qu'elle sut vieillir, qu'elle ne
A ceux qui redoutent que la femme devienne chercha jamais à s'attacher les jeunes par les
une moindre femme en devenant une citoyenne, artifices communs aux femmes illustres et belles.
l'exemple de Séverine fournit une réponse, pé- Elle leur ouvrait sa porte et les aidait de sa
remptoire comme son talent, indiscutable comme plume. Lorsque l'ingratitude l'en récompensait,
sa beauté. Car elle était belle autant que bonne elle n'en éprouvait pas d'amertume. Ce qu'elle
et de cette même façon qui déconcerte les avait donné, elle ne le reprenait pas.
maléfices de l'âge, défie les brutalités de l'événe- Je la raconterai plus par le récit qu'elle m'a
ment, sollicite les adorations de la foule. fait de sa vie que par les documents et les
cinBernard Lecache, petit-fils dèvotieux sur qui quante années de son journalisme. Vivante,
s'est penchée la sollicitude d'une mère-grand véridique, telle je la camperai, sans autre but
dont nous sommes jaloux, puissiez-vous avec ce BERNARD LECACHE.
cher livre payer à Séverine, en la révélant toute
entière, la dette d'une génération
Anatole DE MONZIE.
DÉJÀ PARUS DANS CETTE COLLECTION
Raspoutine par son secrétaire ARON SIMANOVITCH (traduit du russe par S. DE Léo et Mm" DE
Naglowska). Dostoiewski par sa femme ANNA GR. Dostoiewskaïa (traduit du russe par
ANDRÉ Beucler). Mémoires d'une Révolutionnaire par VERA FIGNER (traduit du
russe par VICTOR SERGE).
m? ACHETEZ CHEZ VO TRE LIBRAIRE 1
V. B. F(Uy VIENT DE PARAITRE
EUGÈNE DABIT
PETIT LOUIS
ROMAN
UN VOLUME IN- 16 DOUBLE-COURONNE ,15 fr.
Un soir d'août 1914, au sixième étage d'une maison ouvrière, un enfant,
accoudéà la fenêtre, se raFpelle son passé. Soudain son père arrive, pâle.
Pour Petit-Louis une vie fiévreuse commence. Il travaille dans une compagnie
de chemins de fer; il connaît le désordre de la rue, fréquente des hommes. Un
jour, il va voir son père, près du tront. Les mois passent, chargés d'inquiétudes,
de désirs, de violences.
Petit-Louis s'engage. Sa vie est rude et solitaire; il veut y échapper, il simule
la folie. On lui parle de Dieu et il reprend courage. Voici le printemps. Enfin il a
un ami, il s'en éprend. Mais on l'envoie au iront. Dans un cantonnement, il
rencontre un camarade d'atelier dont l'oncle tient « une maisor> ». Le soir,
PetitLouis y sert de garçon de salle. Puis, de nouvelles épreuves.
Après l'armistice il rentre chez lui. Toujours le même paysage sous ses yeux.
Ses parents retravaillent. Il va chercher une place. La vie recommence comme
autrefois peut-être.
Il ne s'agit pas d'un livre de guerre. C'est l'histcire d'ure adolescence, soumise
aux événements un apprentissage sensible et timide de l'amour, de la solitude,
de la peine, de la joie; un récit qui voudrait faire entendre mieux la voix d'un
monde simple et révéler son intime poésie.
IL A ÉTÉ TIRÉ DE CET OUVRAGE POUR LES AMIS DE L'ÉDITION
ORIGINALE" UNE ÉDITION SUR PAPIER VÉLIN PUR FIL A 600 EXEMPLAIRES
ET 100 EXEMPLAIRES IN-40 TELLIÈRE SUR PAPIER VERGÉ DE PUR FIL
L~FUM~ FOURL~ "MBL/OMm~ DE j~ ~0!7~EZ.Z.B R~U~ F~
LAFUMA POUR LES BIBLIOPHILES DE LANOUVELLE REVUE FRAN-ÇAISE". TOUS CES EXEMPLAIRES SONT ENTIÈREMENT SOUSCRITS.
Xotlce bibliographique
Né en décembre 1898 à Paris. A treize ans, eutre en apprentissage; tour à tour serrurier,
électricien, peintre: A pullii un premier livre L'Hôtel du Nord.
(UT ACHETEZ CHEZ VO TRE LIBRAIRE
N.R.F.njy* VIENT DE PARAITRE
ANDRE MALVIL
LA
GRANDE OURSE
ROMAN
UN VOLUME in-i6 DOUBLE-COURONNE. 15 fr.
Après avoir dit l'histoire d'une brûlante passion sous les neiges du Septentrion
et traité avec une rancune amoureuse les Rois de Mer, Vikings des Sagas, déchus
en Normands finauds, André Malvil, sous l.a Grande Ourse, scintillant aux abîmes
dont le silence effrayait Pascal, sinon Valéry, scrute aujourd'hui la leçon des
agonies humaines. Nous honorons d'un coup de chapeau machinal le corbillard qui
passe, mais parmi ceux qui le saluent, combien songent au grand mystère?
« Derrière ce rideau de nuit o pourquoi y aurait-il quelque chose ? Mais pourquoi
n'y aurait-il rien ? Les tentatives des philosophies, des religions, des savants
et des poètes pour expliauer ou nier l'inconnu n'expriment-elles pas une angoisse
qui réclame pathétiquement d'être apaisée?
L'œuvre débute dans le tapage très parisien des grandi bars où sonne le rire
éclatant de la jolie Vivian, pour s'achever avec la vie tourmentée du héros, devenu
l'ermite d'un îlot d'Irlande parmi d'antiques tombes monacales. Bouleversé par ia
mort de Vivian, pensif près du lit des mourants, à la flamme des cierges funèbres,
il a guetté dans les prunelles agonisantes un éclair de cette lumière où passait le
dernier message des yeux adorés. A travers tous les décors, héroïque, grotesque
ou bestiale, la Mort toujours impose son énigme sous l'ongle du Shinx
l'indifférence n'est plus possible. Illuminé par ce dernier regard de la morte chérie dont
il perçoit l'appel et pénètre la mystérieuse signification, c'est en acceptant, dans
l'humilité d'une foi totale, la solution spiritualiste et consolante de l'Eglise
catholique, que le chercheur enfin trouve la paix.
De sa méditation sur le thème éternel, traduite par les mots les plus simples
et sincères, l'auteur a tiré un livre hallucinant qui touche à ces limites où la
littérature n'est plus que le support de déchirantes émotions. C'est donc sans avoir
artificiellement cherché des effets littéraires qu'il a suivi son héros dans cette
ascension spirituelle à travers les paysages les plus contrastés, du boudoir de
Vivian au bouge puant d'un bistro parisien, de l'hôpital de guerri où souffrent
les martyrs, aux rochers assaillis par l'Atlantique, dont le grondement accompagne
les psaumes qui bercent la dernière inquiétude au bord du mystère final. J. L.
IL A ÉTÉ TIRÉ DE CET OUVRAGE POUR LES AMIS DE L'ÉDITION ORIGINALE
60o EXEMPLAIRES SUR PAPIER VÉLIN PUR FIL ET roo EXEMPLAIRES IN-4"
TELLIÈRE SUR VERGÉ PUR FIL POUR LESBIBLIOPHILES DE LA N. R. F. TOUS
SOUSCRITS.
DU MÊME AUTEUR
Septentrion,roman 12 fr.
&y ACHETEZ CHEZ VO TRE URRAtRE
N. R. F.UT/ VIENT DE PARAITRE
ANDRÉ WURMSER
COURRIER
DE LA SOLITUDE
UN VOL. IN-l6 DOUBLE-COURONNE. 15 fr.
Voici des hommes, seuls parmi les hommes seuls. Ils ne
représentent pas sous toutes ses formes la solitude humaine,, ni
les innombrables aspects d'une même solitude. Chacun d'eux
est, au surplus, inapte à concevoir l'angoisse des autres. En
somme, des hommes comme vous et moi. Que du moins
quelques-uns d'entre nous reconnaissent leur secret sur l'un de
ces visages
7L 77~ .0~ C~T OU~~GE FOM? <' ~M7~ DB L'j~777YCW
0~IL A ÉTÉ TIRÉ DE CET OUVRAGE POUR LES AMISDE L'ÉDITION ORI-^GINALE" UNE ÉDITION SURPAPIER VÉLIN PURFIL A 600 EXEMPLAIRES*
ET 100 EXEMPLAIRES IN -40 TELLIÈRE SUR PAPIER VERGÉ DE PUR FIL
LAFUMA POUR LES BIBLIOPHILES DE LA. NOUVELLE REVUE
FRANÇAISE TOUS CES EXEMPLAIRES SONT ENTIÈREMENT SOUSCRITS.
DU MÊME AUTEUR
CHANGEMENT DE PROPRIÉTAIBE, roman 92 fr.
Notice bibliographique
André Wurmser a traduit de l'espagnol, avec Jean Cassou, Gustave
l'Incongru, de Ramon Gome^ de la Sema.
(HT ACHETEZ CHEZ VOTRE LIBRAIRE
N. R. F.g// VIENT DE PARAITRE
.ARMAND LUNEL
NOIRE ET GRISE
ROMAN
UN VOL. IN-léDOUBLE-COURONNE I 5 fr.
La cage, ou mieux, le vase clos, à double pxroi, de la société provinciale,
la plus étroite, la moins aérée; l'intérieur ténébreux, l'atmosphère humide et
pesante de la rue Serpe et deux filles de la bourgeoisie, dans ce tombeau,
chacune avec sa chatte de prédilection, la chatte qui lui rassemble, la folle et la
sage, La Noire et la Grise.
Emilienne, marquée de naissance, par le sceau, redoutable et envié, des
enfants terribles et prodiges, victime de son charme et. de ses dons, brisera
scandaleusement sa chaîne à la première occasion; et le goût maladif du> risque, la
frénésie de l'éclat dérégleront de plus en plus sa vie fantasque et nomade.
Mais que cache donc le masque austère de sa sœur, Alix, protégée par sa
laideur et sa disgrâce, modèle exemplaire de réserve et de vertu. quelles
contradictions et quels mensonges, quel retour âpre sur l'abîme de ses années creuses,
quelle jalousie presque criminelle, quels sursauts d'âme serve de plus en plus
affolée ?
Le peintre et le musicien, un couple d'innocents vieillards, dressent leur
haute silhouette au premier plan; ils ont ouvert la porte sur l'air pur et libre des
grands chemins; Alix, la Justicière, se condamne et s'exécute elle-même nous
ne reverrons jamais la vagabonde, l'irrégulière Emilienne un mur, qui doit nous
séparer d'elle à jamais, referme tout.
IL A ÉTÉ TIRÉ DE CET OUVRAGE POUR LES AMIS DE L'EDITION ORIGINALE
UNE ÉDITION SUR PAPIER VÉLIN PUR FILA 600 EXEMPLAIRES ET 100
EXEMPLAIRES IN-4' TELLIÈRE SUR PAPIER VERGÉ DE PUR FIL LAFUMA, POUR LES
BIBLIOPHILES DE LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE TOUS SOUSCRITS.
t
DU MÊME AUTEUR
L'Imagerie du Cordier 12 fr.
Occasions •• "12 tr.
Nicolo-Peccavi (Prix Théophraste Renaudot 1926). 12 tr.
Esther de Carpentras (Collection UNE Œuvre, UN
Portrait") épuisé é
nrr ACHETEZ CHEZ VOTRE LIBRAIRE
N. R. F.tyym- VIENT DE PARAITRE
MICHEL YELL
LE DÉSERTEUR
UN VOL. IN-8° TELLJÈRE 12 (l.
300 ex. hollande sous couverture spéciale. 35 fr.
Jean Ilhas, venu du front, pour une courte permission, dans un
village de l'Ariège, poussé par son père à déserter, passe en Espagne.
C'est un faible qu'hallucine bientôt le regret de sa terre natale,
qu'il croit avoir perdue sans recours. Vagabondant autour de la
frontière, il se risque sur des pâturages éloignés, jusque dans la
cabane paternelle. Il y rencontre sa fiancée, Marthe Morère, qui
l'exhorte vivement à se rendre. Décidée à la lutte, elle le suit en
Espagne, y devient sa femme. Mais toutes les forces de la vie se
conjuguent contre elle. Son ardeur mystique l'abandonne. Alors
qu'elle tremble de perdre le père de l'enfant qui va naître, la
hantise de son pays s'exaspère toujours plus chez le déserteur. Il
revient à la frontière, la franchit chaque nuit, dans une sorte de
démence, n'échappe pas à une embuscade. Retournée chez son
père, Marthe y apparaît, de nouveau, comme une figure émouvante
du devoir et du sacrifice.
Les personnages de second plan, Justine la mère de Jean,
Simon le père de Marthe, Bascle Ferrus un loustic as·ocié au
drame comme un partenaire au jeu, ne sont pas moins fortement
accentués.
Emprunté à la vie réelle, longuement médité par l'auteur qui a
connu de près les personnages, ce récit présente un grand
pathétique.
DU MÊME AUTEUR
CAVET,roman. 12 fr.
(UT ACHETEZ CHEZ VOTRE LIBRAIRE
N. K. F.[£[/* VIENT DE PARAITRE
FRANZ HELLENS
LES FILLES DU DÉSIR
ROMAN
UN VOLUME in-i6 double- couronne » 1 5 fo.
Après les premiers éveils de l'adolescence, donc il a noté dans Le A'as/les
s»rprises, les émerveillements et les déceptions, l'auteur raconte ici les tourments du
désir cnez un être qu'une susceptibilité trop tendue arrête toujours sur le chemin de
la réalisation. Des scrupules suscités par une éducation ngide et implacable retiennent
Frédéric et l'esciteot à la fois. Il est prompt à s'émouvoir,, mais ses élans même sont
douloureux. v
L'inexpérience et sa foi naïve dans le bien déroutent les- projetsde son imagination
trop "vive. Cependant, sous le visage fardé, il ne voudra voir que la fraîcheur de la
maternité trompée le dégoût d'an instant se change en une longue pitié. Il croyait
découvrir la volupté et il s'attarde à la contemplation d'une sorte de divinité décbue
c'est Ida.
Il pense ne désirer que la nudité des formes et au moment em il croit poser la
main sur ce trésor terrestre, l'âme lui apparaît, dèchnrée., grelottante, et voslà le
désir tout à coup désarmé ce sera Delpliint.
La confusion de l'amour et du désir le conduit â l'absurde et dresse entre la femme
et lui un inexorable malentendu c'est Adorée.
Enfin, après tant de fatigants détours, il apprendra que le désir a"a pas besoin
du sentiment pour soutien..11 se croira affranchi devant une attraction purement
charnelle et qui ne demande que sa satisfaction. Mais un autre sentiment l'arrête
l'amitié. Il voudra renoncer plutôt que de trahir et n'acceptera ce qui s'offre qu'avec
un dur remords ce sera Léon.ie..
Ces quatre figures de femme sont chacune comme l'incarnation d'un paysage
intérieur, à la fois trouble et radieux. Le récit est sobre, simple on ne "«oit pas un
mot qui dépasse l'autre, on ne distingue pas un coin de sujet qui fasse songer à un
sujet. Pourtant, dès qu'on a tourné le dos, les personnages sont devenus
gigantesques, on a l'impression d'être entre leurs pieds. Ce livre donne le sentiment d'une
jeunesse, non pas accidentelle, mais d'une jeunesse véritable, gagnée.
Les Filles du Désir sont à placer entre Le Naïj et La Femme partagée: On y
trouvera, pleinement réalisé, ce va et vient harmonieux du réel à fimagtaaixe, qui trahit
les origines flamandes de l'auteur de Réalités fantastiques et constitue le fond de son
originalité.
IL A ÉTÉ TIRÉ DE CEr QW&AGE POUR LES"Il AMIS DE L'ÉDITJOX ORIGINALE
UNE ÉDITION SUR PAPIER VÉLIN DE PUR FIL A 600 EXEMPLAIRES ET 100
EXEMPLAIRES IN-4« TELL1ÈRE SUR PAPIER VERGÉ DE PUR FIL LAFUMA, POUR LES
BIBLIOPHILES DE LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE TOUS CES
EXEMPLAIRE* SONT ENTIÈREMENT SOUSCRITS.
Xotlce bibliographique
Les Hors-le-Vent (i9">9); Nocturnal (19 19); Mélusine (1921);
BassBassina-Boulou (1923) Œil-de-Dieu (1925) Le Naïf (1926) La Femme
partagée (19z9).
& ~ACHËfËZ~CHEZ VOTRE LIBRAIRE
N. R. t.ÇWjf VIENT DE PARAITRE
JACQUES SPITZ
LE, 1
VOYAGE MUET
ROMAN
UN VOLUME IN-l6DOUBLE-COURONNE. 15 fr.
S'il fallait, chose déplaisante, donner un sens à ce livre, on pourrait y voir une
manière de plaidoyer en faveur d'une certaine virginité de l'esprit, une
protestation contre les occasions offertes de s'employer et, partant, de s'avilir dans le
monde auquel on appartient. Cette attitude ne doit pas se confondre avec celle
du refus que tous adoptent un instant aux environs de la vingtième année. Refus,
en ce cas, est un mot élégant pour dissimuler l'hésitation d'un être qui s'ignore
encore. Cet être, bientôt, choisit, se trouve; il est dévoré par la vie. Le véritable
refus est Flus grave, plus durable et tient à des causes plus profondes. S'abstenir
consciemment de choisir et de subir refuser de créer, par apports successifs, la
mosaïque de reflets, le personnage en lequel on finirait par se reconnaître et dont.
on serait le prisonnier. Pratiquer le renoncement, et surtout le renoncement à
soi même, pour mieux se pénétrer de l'arbitraire et du factice de toutes choses,
et trouver enfin, au terme de cette opération d'exhaustion, l'ossature
métaphysique, elle-même combien transparente à quoi l'on se, réduit.
Il ne s'agit point de s'abêtir. L'esprit s'exerce autant dans le refus que dans
l'acceptation. Mais, alors que dans l'acceptation il se trouve souillé de ce qu'il
reçoit, dans le refus, la discipline qu'il s'impose ne profite qu'à une forme pure.
L'intérêt de cette cure d'appauvrissement échappe peut-être aux appréciations
ordinaires elle seule pourtant procure l'indéfinissable qualité à quoi l'on doit de
prendre rang parmi la suite accompagnant ces princes qui, par droit de naissance,
passent avec un sourire de grandeur inégalable dans les jardins de l'univers.
J.S.
IL A É1 É TIRÉ DE CET OUVRAGE POUR LES "AMIS DE L'ÉDITION
OKÏGINALE" UNE ÉDITION SUR PAPIER VELIN PUR FIL A 600
EXEMPLAIRES ET 100 EXEMPLAIRES IN-f TELLIÈRE SUR PAPIER VERGn DE
PUR FIL LAFUMA POUR LES BIBLIOPHILES DE. LA NOUVELLE REVVB
FRANÇAISE TOUS CES EXEMPLAIRES SONT ENTIÈREMENT SOUSCRITS.
DU MÊME AUTEUR
LA CROISIÈRE INDÉCISE, row<m 1 S» fr.
LE VENT DU MONDE, roman 1 li fr.
Vole bibliogra phit/ue
La Mise en plis (aux Editions dit Logis).
nrf ACHETEZ CHEZ VOTRE LIBRAIRE
N. R. F.QJjf NOUVEAUTÉS
JEAN-RICHARD BLOCH
t
DESTIN
DU THEATRE
UN VOLUME IN-8° TELL1ÈRE I 2 fr.
EXTRAITS DE PRESSE
Un petit livre, mais que de substance
Dans ce coup d'oeil jeté sur l'évolution du théâtre dcpuis 1789 jusqu'au jour
même où l'auteur écrit, le sens historique, le sens critique et l'esprit de synthèse
se réunissent pour assembler les matériaux d'une étude pénétrante, nourrie
d'idées qui se condensent en brèves proposiiions.
SIMONE RATEL, Comœdia, 8-10-30.
Très intéressante étude sur le théâtre.
Chantechr, n -10 50.
Sous ce titre Destin du Théâtre, M. Jean Richard Bloch publie une suite de
considérations qui méritent de' provoquer des commentaires. Il y examine
l'avenir de l'art dramatique dans un esprit extrêmement large et audacieux.
ANDRÉ BILLY, L'Œuvre, 13-10-30.
Destin du Théâtre, riche de substance "et éveilleur de mille réflex;ons.
Ce n'est pas un livre à lire, c'est un livre à relire et à annoter.
Frédéric Lei-èvre, La République, 18-10-30.
Nous avions pour desstin de marquer l'importance et l'attrait d'un livre qui
nous paraît d'un extrême intérêt parce qu'il nous oblige à réfléchir sur une
matière importante pour la vie et l'esp:it, et donner à quelques autres le désir de
le connaître.
J. N. FAURE-BIGUET, Pax, 30-10-30.
Un livre de J.-R. Bloch est toujours un régal, un jaillissement d'idées. On a
la seusation du neuf. On est heurté parfois, séduit toujours. L'ouvrage qu'il nous
donne aujourd'hui soulève un problème passionnant celui du destin du théâtre.
Son livte, en sa conclusion hardie, indique à l'art la route qu'il doit suivre pour
éviter la faillite.
Albert BAYET, La Lumiïre, 31-10 30.
iûr~XCHËTEZ CHEZ VOTRE LIBRAIRE'
cs f.M/* VIENT DE PARAITRE
COLLEC TION VIES DES HOMMES ILLUSTRES" N° 61 I
LOUIS DUMONT-WILDEN
L.A VIE DE
BENJAMIN CONSTANT
UN VOLUME IN-1DOUBLE-COURONNE. I 5 fr.
i ioo ex. suralfa I 8 tr.
350 ex. sur purfil 35 fr.
En 1886 Anatole France commençait ainsi un article qu'ilconsacrait à Benjamin Constant
dans la Revue Internationale «J'avais l'honneur de causer hier avec un homme fort attaché au
parti républicain modéré qu'il houore par sa correction et sa mélancolie. Il me parla de Benjamin
Constant comme d'un père avec respect et vénération On eut dit à l'entendre, un sage, un Solon,
presque un Lycurgue. Il ne m'appartenait pas d'en discuter avec un tel interlocuteur. D'ailleurs
on ne peut mer l'autorité de Benjamin Constant en matière de droit constitutionnel. Mais j'étais
tenté de sourire intérieuiement en songeant à la source de ces idées politiques dont la sagesse
et la gravité imposent et en me représentant les faiblesses du Solon de 1828. » Et en terminant.
Anatole France ajoutait « Ce n'est pas pour un être pensant un spectacle indiffèrent que
le portrait de cet homme qui désirait les orages et qui, conduit par les passions, par l'ennui,
l'ambition, le hasard, à la vie publique, professa la liberté sans y croire. »
C'est cette énigme psychologique que M. L. Dumont-Wilden cherche à expliquer dans sa
Vie de Benjamin Constant.
Peu d'hommes ont été jugés avec autant de sévérité que ce personnage singulier et
contradictoire qui mourut il y a tout juste un siècle (8 décembre 1850). Sans se présenter comme une
apologie, le livre de M. Dumont-Wilden propose une explication. L'intelligence de Benjamin
Constant appartenait à l'Europe française du xvm" siècle, sa sensibilité, son humeur au
romantisme. Il joiut l'esprit le plus ferme au caractère le plus incertain et le plus vacillant. Attaché
par la plus lourde chaine pendant plus de quinze ans au chtr triomphal de M"" de Staël, il ne
s'en affranchit que pour tomber sous le joug de MmI Récamier et c'est dans ce cœur dévasté
qu'il trouva parmi les cendres son culte pour la liberté. Avec Adolpbe il a inventé une forme de
roman psychologique qui a eu depuis d'innombrables imitateurs ses idées sur le gouvernement
représentatif et l'organisation de la liberté ont passé presque toutes dans la constitution de 1875,
et les fils du xixe siècle trouvent son ombre falote au bout de toutes les avenues, mais derrière
le romancier, derrière ['homme politique à qui la jeunesse de i8jo fit le plus émouvant des
enterrements populaires, on trouve un homme contradictoire et nuancé, ondoyant et divers en
sa sincérité. C'est lui que M. Dumont-Wilden, en une biographie nullement« romancée », évoque
dans le décor amusant et pittoresque de l'Europe de la fin du xvm8 et du commencement du
xixe siècle.
iXolice htO~t* <~<t<~M~ Louis Dr`mont-Wildeu né à Gf)M~ en 1875 d'uue fumille
d'origine française fixée en Belgique sous V Empire. Après des études universitaire: à l'Université de Bruxellcs
(lettres et droit) il débuta dans le journalisme à vingt ans. Collaborations en Belgique: Indépendance
Belge, Petit Bleu, La Chronique, La Nation Belge; en France où il s'est fixé dépits quinze ans
Matin, Journal, Echo de Paris, Journal des Débats, Avenir, Ordre, Revue des Deux Mondes,
Nouvelle Revue Française. Il est chargé à La Revue Bleue de la politique étrangère. En 1914 il
obtint le prix Lasserre pour son livre L'Esprit Européen. M. Dumont-Wilden est membre de
l'Académie de langue et de littérature françaises de Belgique.
llihliofi i-aphie. Visages de décadence, 1901. Cours de Bruxelles. Les
Soucis des derniers soirs, 1906. Le Portrait en France au XVIU' siècle, igo8.
La Victoire des vaincus (collaborateur L. Sououenet). La Belgique illustrée,
19 10. Lé Coffre aux 3ouvenirs, 19 12. Profils historiques, 1915. Amsterdam
et Haarlem (collection Les Villes d'art). L'Esprit européen. I9i4(pr/j: Lasserre).
Les Jours inquiets, 1917. Charles Joseph de Luynes, prince de l'Europe
française, 1928.
<&' ACHETEZ CHEZ VOTRE LIBRAIRE
t» R. F.njjT VIENT DE PARAITRE
COLLECTION FIES DES HOMMES ILLUSTRES' N» 58
PIERRE BÉARN
LA VIE DE
GRIMOD
DE LA REYMÈRE
U» VOL. ÏNT-l6OOOBLE-CO0PONNE I 3 fr.
i too ex. sur alfa I8fr.
350 ex. sur pur fil 35 fr.
Ce livre fleure bon le thym et l'ambre. Entendez par là qu'il y est parlé de
gourmandise et d'amour, ces deux cariatides de la vie.
'Mais, tout d'abord, qu'était Grimod de la Reyniére ? Un sage assurément
puisqueaimait les femmes, la table et le rire, mais, un monstre tout aussi bien
puisqu'il avait des mains palmées qui présentaient des griffes en place d'ongles.
De ce contraste est né l'homme.
Monselet disait de lui « 11 ne fut jamais heureux trop enclin à la raillerie
pour pTâvoquef la confiance, l'amour ne vint jamais au devant de lui ce fut
lui qui alla perpétuellement au devant de l'amour. Mais il n'avait rien pour que
les témfnes l'aimassent il avait des mains informes, il aimait la gourmandise,
il était homme d'esprit. Or, jamais les femmes ne pardonnèrent son pied-bot à
Byron, jamais le gourmand n'est aimé, jamais les femmes n'excusent l'esprit
car elle le craignent! »
Sans ses mains en forme de pattes d'oie, Grimod de la Reynière n'eût été
vraisemblablement qu'un bellâtre quelconque strictement préoccupé du choix de
ses plaisirs. Infirme, il devint ce fantoche douloureux qui bouleversa les dernières
années du règne de Louis XVI par ses burlesques plaisanteries.
Plus tard, il aura beau se tourner vers la plus belle philosophie du monde
la gourmandise, devenir le premier écrivain de cuisine, fonder la science
gastronomique dont s'inspirera Brillât-Savarin, toujours le poursuivra le spectre de
ses mains hideuses, étranges, énormes.
Pierre Béarn s'est efforcé de « rendre cette hantise. Son livre est sensible,
vitfâtit, angoissant parfois, tandis que se développe, toile de fond propre aux
chefs-d'œuvre, l'épopée révolutionnaire.
DU MÊME AUTEUR
PARIS-GOURMAND (N. R. F.) 13.oO
gy ACHETEZ CHEZ VOTRE LIBRAIRE
K. R. F.