Le chêne

De
Publié par

L'injustice maîtrise les êtres les plus fragiles. Nous étions jeunes. Nous nous aimions. Ils ont assassiné notre amour. Je ne détenais pas le droit de sacrifier sa vie. Aujourd'hui, ma plume reste mon seul compagnon. J'écris ce journal, seul lien avec mon passé. Il détient mes secrets, mes colères, et soulage ma fatalité. Durant ces années de misère, j'ai appris au moins une chose, vous pouvez commencer une vie avec pour couleur maîtresse un bleu azur splendide et la terminer en rouge sang. Voici une histoire d'amour écrite avec une plume de barbelé.
Publié le : lundi 13 juin 2011
Lecture(s) : 342
Tags :
EAN13 : 9782304008104
Nombre de pages : 197
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Le chêne
3
Titre Jean Claude Martinez
Le chêne Avant que je ne meurs
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-00810-4 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304008104 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-00811-1 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304008111 (livre numérique)
6
.
.
8
e Aux portes duXXI siècle, notre planète écume d’une étrange férocité générée par une masse en perdition. La violence des films, les images chocs, les émissions percutantes « des reality show », prouvent que le terme « Humani-té » perd considérablement de sa valeur. Alors que certains hommes se délectent des révéla-tions salaces de journaux à scandales, d’autres grimacent à l’idée de n’avoir jamais connu l’amour. Les divorces, les amants, les ruptures légères, les regrets, sont souvent le résultat de conduites provoquées par un modernisme qui oublie la plus belle réponse à nos souffrances : « Savoir aimer ». Vous riez ? Je vous entends rire. Vous estimez vous embarquer dans une réflexion classique, plutôt bon marché, parfu-mée à l’eau de rose, sans goût, sans piment. Une histoire chaste, à la verve facile, sans la moindre consistance tant elle paraît utopique. Je vous comprends. Alors aidez-moi ! Pour vous, qu’est-ce que l’amour ? Un sentiment abstrait, inculqué de colère, maquillé de pardon ? Une sorte d’équation jouant de son entourage, de sa situation, de l’argent, du mensonge, et d’une inévitable hypocrisie pour qu’elle tombe juste ?
9
Le chêne
Ou bien une simple présence, présence de l’autre, parfois absente, souvent passagère, si peu indélébile, inévitablement étouffante… Vous n’avez peut-être pas tort. En ce bas monde, le bonheur d’être deux est constam-ment remis en question. Nous atterrissons sur cette Terre pour souffrir, livrer bataille, survi-vre, parfois vivre, puis mourir. Alors, les yeux fixés sur notre ego, face au temps victorieux de nos vingt ans, nous repensons à nos erreurs. Ne pouvons-nous pas oublier l’égoïsme de nos choix, le cynisme de nos ambitions, afin d’aimer à en perdre la raison ? La passion charnelle liée à la sagesse de l’esprit transforme à jamais les racines d’une liaison. Le sexe est magique, il impose l’accomplissement des passions à la base refou-lées. Il doit être dépourvu de vice pour donner naissance à des nuits de plénitude, des senti-ments profonds, des confessions avouées telle-ment agréables à conserver. Le souvenir de l’autre ne devient plus un regret mais une réus-site ! Ainsi, quoique vous ayez fait de votre exis-tence, de votre passage sur cette sphère bleue, vous vous souviendrez de cette peau de pêche que vous caressiez jadis, de ces regards volés avant l’acte charnel, de ces victoires passées an-crées dans votre cœur. En conclusion, un as-souvissement qui aujourd’hui chuchote au creux de votre âme : « Merci d’avoir essayé ! ».
10
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

gazellespourlavie

Une histoire si belle, si précieuse… J’ai eu un peu peur au début en lisant la fin de votre exemple de tomber sur un roman sportif… Non c’est une histoire à fleur de peau, une incroyable histoire d’amour, une déchirure qui donne naissance à toutes les émotions du cœur et du corps, une souffrance, une beauté, attention … Cette histoire est dédié à ceux qui croient encore à la beauté simple de l’âme…

jeudi 7 novembre 2013 - 23:53