Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Les Casse-Cous

De
128 pages
Les Casse-Cous doivent fair sept coups d'audace avant que leur rivaux, les Sauvages, n'en fassent autant. Avant un accident où il a perdu l'usage de sa jambe gauche, Kip était le leader des Casse-Cous. Il a maintenant de la difficulté à réussir les coups et il soupconne que les autres membres veulent l'exclure du club. À mesure que les coups deviennent plus difficiles, les Casse-Cous tentent de convaincre Kip qu'il ne sera peut-être pas à la hauteur. Kip refuse d'abandonner même s'il sait que ses amis ont probablement raison.
Voir plus Voir moins
La peur d’être pris ajoute bien sûr à l’excitation. Si la rumeur de nos « sept coups » s’est répandue, la police de notre petite ville s’attend sans doute à ce que nous nous attaquions à la vieille tour sur la colline.
Les Casse-Cous doivent faire septcoups d’audace avant que leur rivaux, les Sauvages, n’en fassent autant. Avant un accident où il a perdu l’usage de sa jambe gauche, Kip était le leader des Casse-Cous. Il a maintenant de la difficulté à réussir les coups et il soupçonne que les autres membres veulent l’exclure du club. À mesure que les coups deviennent plus difficiles, les Casse-Cous tentent de convaincre Kip qu’il ne sera peut-être pas à la hauteur. Kip refuse d’abandonner même s’il sait que ses amis ont probablement raison.
$9.95
Withers
Les Casse-Cous
Pam Withers
s
sse-Cou
Les Ca
LesCoCamseseb-aCckous
PVaicmkiWiGtrhaenrts Traduit de l’anglais par Lise Archambault
Copyright ©2006Pam Withers
All rights reserved. No part of this publication may be reproduced or transmitted in any form or by any means, electronic or mechanical, including photocopying, recording or by any information storage and retrieval system now known or to be invented, without permission in writing from the publisher.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada
Withers, Pam [Daredevil club. Français] Les casse-cous / Pam Withers.
(Orca currents) Traduction de: Daredevil club. Également disponible en version électronique. isbn 978-1-55469-374-0
I. Titre. II. Titre: Daredevil club. Français. III. Collection: Orca currents ps8595.i8453d3714 2010 jc813’.54 c2010-904561-0
First published in the United States,2010 Library of Congress Control Number:2010931354
Summary:Kip struggles to maintain his status as a daredevil in spite of his disability.
SW-COC-001271
O rca Book Publishers is dedicated to preser ving the environment and has printed this book on paper certified by the Forest Stewardship Co uncil.
Orca Book Publishers gratefully acknowledges the support for its publishing programs provided by the following agencies: the Government of Canada through the Canada Book Fund and the Canada Council for the Arts, and the Province of British Columbia through the BC Arts Council and the Book Publishing Tax Credit.
Cover design by Teresa Bubela Cover photography by Getty Images
orca book publish ers po Box 5626,Stn. B Victoria, bcCanadav8r 6s4
orca book publish ers po Box 468 Custerusa, wa 98240-0468
www.orcabook.com Printed and bound in Canada
13 12 11 10 • 4 3 2 1
C h a p i t r e p r e m i e r
L’escalade du vieux château d’eau ïgure en cinquième place sur notre liste. Nous avons choisi de nous y aventurer par une nuit sombre et orageuse. Les ics nous ont à l’œil après nos quatre premiers exploits. La peur d’être pris ajoute bien sûr à l’excitation. Si la rumeur de nos « sept coups » s’est répandue, la police de notre petite ville
1
Pam W ither s
s’attend à ce que nous nous attaquions à la vieille tour sur la colline, sachant bien que nous ne pourrons pas résister à ce déï. Mais quel policier serait assez fou pour patrouiller sous une pluie torrentielle? Le château d’eau a la forme d’un énorme rouleau de papier de toilette surmonté d’un entonnoir renversé. Puisque la tour a un toit, elle sera sans doute sèche à l’intérieur. Ce qui veut dire que l’échelle qui monte le long du mur intérieur ne sera pas trop pourrie. Mais nous n’en sommes pas certains, puisque personne n’est entré dans la tour depuis des années, depuis que la Ville a déclaré l’eau qu’elle contenait « impropre à la consommation » et l’a condamnée. La tour ne peut maintenant servir à rien d’autre qu’à y entrer par effraction. Et l’honneur nous revient tout naturellement à nous, les Casse-Cous.
2
Les Ca sse- Cous
D’ailleurs, il n’y a rien d’autre à faire pendant que la pluie coule à ots. À cent mètres de la tour, Fraser, Vlad, Caleb et moi nous jetons à plat-ventre et nous glissons dans la boue sous la clôture de barbelés. Les braves gens de Peever croient-ils vraiment que des barbelés peuvent arrêter les intrépides Casse-Cous? Même nos concurrents, les Sauvages, ne s’arrêteraient pas devant un tel obstacle. — Merde! Le dos de mon imperméable s’est accroché sur une pointe de barbelé. — Voilà! dit Caleb, qui vient de me libérer. Il agrippe ensuite mes mains et tire jusqu’à ce que je me sois complètement dégagé, puis il me donne ma canne. Bien qu’il ne soit pas aussi grand que moi, Caleb est passablement fort. Dommage qu’il ne soit pas aussi courageux
3
Pam W ither s
que fort. Il ne fait partie du club que parce que je l’ai recommandé, et il le sait bien. — Je n’ai pas besoin de ton aide, dis-je en m’assoyant. J’essuie d’un doigt la boue qui couvre ma canne et passe mon doigt dégoulinant sur le poteau de la clôture. Puis j’enfonce ma canne dans la boue et m’appuie dessus pour me relever. Caleb sait qu’il ne doit pas tenter de m’aider. — Attendez, les gars, dit-il douce-ment aux autres. Attendez Kip. Ils sont déjà à mi-chemin de la tour. Tout ce qu’on voit d’eux, c’est le mince faisceau de leurs lampes de poche. — Nous allons les rattraper, dis-je, soulevant mon pied gauche avec mes mains et le plaçant dans la direction de la tour. Je ne m’attends pas à ce que les gars ralentissent pour moi. Je dois leur prouver que je suis capable de suivre.
4
Les Ca sse- Cous
Cela fait partie de l’épreuve qui déter-minera si je peux continuer à faire partie du club. — Arrête de t’inquiéter pour moi, Caleb! Il m’agace. Mon impatience vient peut-être de la douleur lancinante que j’éprouve à essayer de me remettre en marche. Il faut que j’avance plus vite, sinon je serai une cible facile pour la police. Les gars le savent. Ça m’étonne même qu’ils m’aient laissé les accom-pagner pour le numéro cinq. Mais j’ai insisté, et je peux être convaincant. De plus, c’est moi qui ai eu l’idée du club des Casse-Cous. Je sais aussi que si quelqu’un nous poursuit, Fraser et Vlad disparaî-tront. Seul Caleb restera auprès de son ami boiteux. Nous n’en avons jamais parlé, mais c’est ainsi depuis l’incident fâcheux survenu lors du numéro quatre. Mais c’est moi qui ai fondé ce club.
5
Pam W ither s
J’ai créé la liste des sept coups. Et j’ai l’intention de les faire tous les sept avec l’équipe, même si Fraser m’a remplacé comme chef du groupe. Ça fait des mois que j’endure la douleur et la torture des exercices de physio. Je sais aussi que mes amis ne sont pas à l’aise au sujet de l’accident. Bien sûr, ils sont venus à la maison au début. Ma mère les guidait avec une bonne humeur exagérée vers ma chambre, où j’étais couché, la jambe suspendue dans les airs. Ils regar-daient nerveusement les médicaments qui couvraient ma table de chevet. Ils s’assoyaient sur le bout des chaises que ma mère apportait, puis jetaient des regards furtifs à la fenêtre. Ils faisaient des efforts pour entretenir la conversa-tion, mais nous n’avions bientôt plus rien à nous dire. Alors ils se levaient et me donnaient un coup de poing affectueux sur l’épaule en disant, à voix
6
Les Ca sse- Cous
basse pour que ma mère n’entende pas : « On a hâte que tu sois guéri pour ïnir la liste des coups. » Chaque jour je craignais qu’ils ne disent : « On ne peut plus attendre. On va ïnir les coups sans toi, d’accord? » Ma seule motivation depuis l’accident a été d’empêcher que ça arrive. Lorsque Caleb et moi arrivons à la porte du château d’eau, Fraser et Vlad ont déjà arraché les planches qui recou-vraient la porte. Il fait noir dans la tour. Ça sent les œufs pourris et le moisi. Je ne peux pas m’empêcher de faire la grimace. — L’endroit parfait pour tourner un ïlm d’horreur, soufe Fraser. — Regardez donc tous ces excré-ments de pigeons, dit Vlad, en y donnant un coup de pied. Il se met à tousser. Pourquoi gaspiller ma salive à lui dire que c’est toxique? Quatre faisceaux de lampes de poche
7