Les cyborgs

De
Publié par

La cybernétique peut-elle réparer les cassures ? Le rôle que l'on s'attribue, taire les douleurs de la singularité ? Ces questions trouveront bientôt leurs réponses pour Arno, cyborg de sécurité rapprochée, ainsi que pour sa cliente, Cyanure, rock star menacée par une secte issue d'un cauchemar totalitaire. « Stéréotypes » est le premier volume des « Cyborgs », une série d'aventures qui explore la vie des hommes machines du milieu du 21eme siècle. Mais l'homme machine n'est-il pas le stéréotype de l'humain de ce siècle ? Roman sanguin qui exploite la fusion entre le rock et le cyberpunk, nerveux, aux scènes d'actions d'une efficacité redoutable, « Stéréotypes » passe comme une balle perdue... Il ne tombe jamais où on l'attend.
Publié le : vendredi 10 octobre 2008
Lecture(s) : 150
EAN13 : 9782304021189
Nombre de pages : 105
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

2 Titre
Les cyborgs

3Titre
... Argos
Les cyborgs
1 - Stéréotypes
Roman de science-fiction
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit 2008
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-02118-9 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304021189 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-02119-6 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304021196 (livre numérique)

6





« It can’t be judged by the terms we would use to de-
scribe something a man would do because we can’t think
of him as a man. »

Frank Miller.
8
BACKSTAGE
« To die unsung would really bring you
down/althought wet eyes would never suit you /walk
through no archetypal suicide to/die young is far too bo-
ring these days »
HELMET. Unsung.

Comme l’O pure des rivières, les faux dia-
mants scintillent, fixés au cœur de l’étoile.
L’étoile est noire, anti-couleur profonde, pou-
dre velours sur la joue rose de la star. Elle se
regarde dans une glace cerclée de néons. Elle
sourit, ingénue, froide icône, déesse électrique
incarnée sur terre. Elle sait comment faire dis-
paraître toute trace d’humanité encombrante en
adoptant des postures héritées des siècles de
pratique de zoo-buisness. L’expression corpo-
relle, la Comédie, élevée au rang d’un art martial
de l’apparence, qui combat le « démon inté-
rieur » : l’Humain en elle. Cyanure est une pro-
fessionnelle. Elle penche la tête pour mieux ob-
server le motif sur sa joue. Passe le bout de son
doigt sur la pointe peinte qui s’arrête à quelques
9 Les cyborgs
millimètres de sa narine droite d’où sort une
améthyste bordée d’argent brossé. Se faisant,
elle baisse sa garde, redevient une fille sous un
maquillage et un accoutrement de rock star, une
faille, une chaleur biologique. Bien sûr elle est
organique, elle n’est pas cyborg, ni androïde ou
encore un quelconque prototype robotique,
mais on pourrait avoir tendance à l’oublier à la
lumière mécanique de son jeu.

Derrière elle, Paule, la maquilleuse du groupe
range son matériel, palettes, pinceaux, colle.
Elle est jeune, maigre, déjà courbée. Son corps
ne remplit pas ses fringues, son sweat-shirt usé
flotte sur elle comme un étendard sur le mat
d’une épave. Son visage émerge de là comme
surpris, fuyant sous ses tresses africaines multi-
colores.

– Paule, l’étoile n’est pas à sa place… Dans le
cahier des charges, elle doit être exactement à
8 millimètres de ma narine droite sur la pom-
mette. Je vois bien qu’elle n’est pas à sa place.
Ça décale tout. Les fans vont s’en apercevoir.
Ça ne te ressemble pas d’être aussi approxima-
tive.

La pièce est une loge d’artiste de seconde
zone, identifiable par les quelques posters dédi-
cacés de groupes sur les murs jaunes et les dé-
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Dark attirance

de harpercollins21750

Bohane, sombre cité

de editions-actes-sud