//img.uscri.be/pth/2536784e2c4215c2335a463d22c0b5e6510fdeb7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,45 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Lionel

De
159 pages
En se réveillant ce matin là, Lionel sut presque immédiatement que rien ne serait jamais plus ordinaire dans sa vie. Une défaillance, des rencontres plus ou moins recommandables, une gamine agonisant dans ses bras, et un amour de jeunesse retrouvé pile le jour où sa virilité est mise en doute. En plus, il se coltine en permanence ce gros con de flic qui ne fait rien qu'à lui chercher des embrouilles, tandis que la gentry anglaise se livre à des parties carrées pas piquées des hannetons. Mais le Lion n'est pas mort, car il b... encore. Viens, suis moi dans ce bouquin, on va s'amuser !
Voir plus Voir moins
2
Titre
Lionel
3
Titre Christophe Claude et Daniel Faure
Lionel Roman à 4 mains
Polar
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01760-1 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304017601 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01761-8 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304017618 (livre numérique)
6
8
LIONEL
CHAPITREI:LIONEL
Lionel s’était réveillé ce matin là comme à l’accoutumée vers 7 h 00. Il n’avait pas besoin de réveil. Cela faisait vingt cinq ans que tous les jours de la semaine, week-end inclus, son hor-loge interne avait réglé sa petite aiguille sur le sept et la grande sur le douze. Un Jazz à cris-taux liquides ne lui aurait donc été d’aucune uti-lité. Ce matin là pourtant, quelque chose lui pa-rut anormal. Cette chose tout à fait impercepti-ble au départ, lui taraudait inconsciemment l’esprit. Il jeta rapidement un regard autour de lui sans comprendre, puis se dit que les whiskies ingurgités la veille devaient être à l’origine de ce mal-être passager.« Vers les docks, où le poids et l’ennui me courbent le dos »Il se leva pour se rendre aux toilettes, et jus-tement évacuer le liquide à présent filtré et stéri-lisé. Une légère brume de cuite lui enveloppait le crâne. Chemin faisant, il passa furtivement devant sa psyché maculée de rouge à lèvres et d’anciennes émissions séminales, résultats de
9
Lionel
ses nombreuses nuits agitées passées en compa-gnie de dames de rencontres. Décidément, quelque chose clochait. La silhouette entraper-çue ne lui renvoyait pas le même reflet qu’à l’accoutumée. Il s’arrêta net, recula d’un pas, se regarda tout d’abord dans les yeux, pas plus rougis que tous les matins. Son regard s’étendit au visage, mal rasé, légèrement flétri et ridé, mais ce qui en fait, du moins le trouvait-il, ajou-tait à son charme naturel de beau gosse. Rien de ce côté ne lui sembla anormal. Son cou ne reflé-tait rien de particulier, pas plus que son torse velu comportant une cicatrice, souvenir d’un combat au couteau sur un bateau, quelques an-nées plus tôt. Son ventre encore à peu près plat malgré les ans et l’alcool accumulés ne lui sug-géra aucun changement. Son sexe pendant entre ses deux bourses dont le scrotum commençait à pendre un peu plus bas lui apparut normal. Il scruta ensuite ses longues jambes musclées et zébrées de poils noirs. Longuement il les obser-va. Elles étaient sa fierté depuis aussi loin que sa mémoire lui permettait de remonter. Il descen-dit son regard de ses cuisses à ses genoux, puis à ses chevilles, ses pieds cambrés, puis remonta doucement par le même chemin, jusqu’au sommet de ses cuisseaux de coureur de fonds.« Vers les docks, où le poids et l’ennui me courbent le dos »
10