//img.uscri.be/pth/8ff8d95e7710a2a25c3944bfa7dfc7e81075c8bb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

37

De
26 pages

« A quoi bon... Il n’est plus là. Je ne le rattraperai pas. Il n’est plus là... Il a disparu. Je le tenais pourtant. J’ai vu son ombre... Et si tout cela n’était qu’un rêve ? »


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Copyright
Cet ouvrage a été composé par Edilivre 175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50 Mail : client@edilivre.com www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-332-70242-5
© Edilivre, 2014
37
Avez-vous déjà ressenti tellement de sentiments sim ultanément que vous avez eu l’impression que votre cœur allait déborder, qu’il ne tiendrait plus très longtemps avant d’exploser littéralement ? Une douleur sourde au creux du ventre, comme un dés ir de violence qui me tordait les entrailles. La tête me tourne, et je tombe. Le sol est froid, l’air est glacé, et le béton est sale. La poussière me pique le nez. Et cette insupp ortable odeur de pisse. Je ne sais même plus après quoi je cours. La vieille cage d’escalier de cet immeuble abandonné est battue par les vents, et vide. Il est parti. Il a d isparu. Je le tenais pourtant. J’ai vu son ombre. Et si tout cela n’était qu’un rêve… Je l’ai vu d’en bas. J’étais en bas de l’immeuble, au bord du terrain vague. Et il était là. Il me reg ardait. Et quand il a vu que je l’avais repéré, il a commencé à courir. J’ai lâché mon sac sur le trottoir, et j’ai couru. Je l’ai pris en chasse. Il a tourné à droite dans la première entrée. Il a monté les marches. Il était là putain ! Je le tenais, mais je suis tombée. Il a filé, putain ! J’essaie de le rattraper. De me relever. Mais je n’arrive plus à respirer. J’ai le souffle coupé, comme si on m’écrasait la poitrine. Mes jambes battent...