Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

A consommer très frais

De
54 pages

Livre court laissant libre court à l'imaginaire qui dépeint avec humour et intelligence notre nouveau monde.


20140225
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Cover

David Haddad

À
CONSOMMER
TRÈS FRAIS

Nouvelle

1.

L’amour est énergivore. Après cinq ans, le bilan : 327 restaurants. 4 Club Med. 182 cinés. 7 week-ends à la mer. 0 expo. 816 cunnilingus contre 225 fellations. 1308 orgasmes pour 844 éjaculations. 78 sodomies et demie. 112 disputes légères, une sérieuse, dont 3 graves. Le bilan s'alourdit. 93 psychotropes. 2 capotes explosées. 1 coma artificiel. Le pronostic vital de notre couple engagé. Seule dure la rupture.

Fourrière Pouchet ; 3 du mat'. Impossible pour L de récupérer sa mini sans carte grise. C’est volontiers qu’elle accepta d’être raccompagnée. Dernier verre le premier soir. Ça matche entre nous. Nos ADN se confondirent jusqu’au saut du lit.

En cinq ans, L ne m'a jamais dit « je t'aime ». Des « Je t'aime beaucoup », ça vaut peanuts.

Silhouette paradisiaque, le regard de Corail. Pieds fins, vernis blanc, la robe transparente. Sous le cocotier agité à l’abri de l'œil flâneur, j’embrasai ses tétons halés. Caractère tropical ; en un L changea comme le camaïeu d’un ciel exotique, du turquoise de cobalt au bleu pétrole. Au pied du parasol, L m'exhorta de cesser d'être son petit ami, pour devenir dès la rentrée, son grand ami.

— Une promo, argua-t-elle.

— C’est gentil bébé, mais je préfère rester ton petit copain.

L’amour et l’artiste sont du même groupe sanguin. La durée du succès ? À consommer très frais.

Sa persuasion est un art, mon intuition est un don. Je flairai qu’elle (aussi) me trompait. Il y a des signes qui ne trompent pas. En solo, elle voyageait toujours avec un petit bagage à main. L revenait les valises sous les yeux. Lion ascendant Capricorne ; ma couronne a les cornes.

2.

L me présenta sa famille. En défilant les photos de son Smartphone.

— Lui, c'est Papa.

— Et la grosse, c'est qui ?

— Tata Irène. Le boulet. Elle a tout loupé dans sa vie, même ses suicides.

— Le chauve à coté, c'est le mari ?

— Son frère jumeau. Oncle Jules. Mort l'année dernière d'un lapidaire cancer. Pourtant il mangeait cinq fruits et légumes par jour.

— Personne ne l'a averti que les fruits et légumes sont bourrés de pesticides super cancérigènes ?

L hocha la tête, dépitée.

— Tonton a fini comme sa clope, en cendres dispersées, dit-elle.

J’enchaînai :

— Excellent la mamie avec son tee-shirt Usufruit de la passion.

 

— Florine, mon arrière grand-mère, fondée en 1905, une santé d’acier.

— C’est quoi son secret ?

— Chaque matin, cul sec, un grand verre de pipi tiède.

— Il paraît l’urine, c’est salutaire pour l’organisme.

— C’est clair. En plus, c’est un diurétique ça fait pisser.

— Rien ne se perd tout se récupère.

— Ah ça, c’est la devise de Mémé Florine ! Je suis sûre qu’elle adorerait te rencontrer.

Moi pas très chaud :

— Si faut passer par là, on passera par là.

— Pas dans 107 ans, quand même ?

— Pour ses 107 ans, promis.

Cinq ans plus tard, c’est mon histoire avec L qui est sous terre. Aux dernières nouvelles, Florine serait atteinte d’Alzheimer. Elle oublierait tout, surtout de mourir. Je tournai la page de l’album de famille.

— C’est qui le barje qui fait le salut nazi ?

L garda le silence. La ressemblance est éloquente.

— Tu aurais pu la balancer cette photo.

— Tu ne veux pas aussi que je gomme les rides de Mémé par Photoshop ? C’est ma famille, j'assume. Je ne veux rien dissimuler d’elle, pas même la débilité de mon demi-frère, soutint L.

— Et il est au courant que tu sors avec un Juif ?

Silence express.

— J’ignorais que tu l’étais. Il ne vous déteste pas. Il flippe.

— Il flippe de quoi ?

— Ben… que les Juifs envahissent le monde. C’est ce qu’il poste sur tous les forums.

— Rassure-le. Dis lui que les antisémites seront toujours plus nombreux que les Juifs.

— Eh cool, c’est un gamin mon frangin. Il n’a même pas 17 piges.

Je lui en donnais 30 au couillon. L reprit :

— Par contre, Mémé Florine, elle adore les Israélites.

— À 102 ans, on se fait une raison.

— Un de ses amants était collabo. À la Libération, il s’est fait arrêter sans opposer de résistance. Mais il...

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin