//img.uscri.be/pth/50775dfd7bf2d12defc739e823915491b61c9c95
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

A l'aube du cinquième soleil

De
254 pages
Et si les civilisations du Moyen-Orient et de l’Amérique du Sud avaient été en contact? Et si l’Atlantique n’avait pu empêcher ces deux grands groupes humains de se rencontrer? Et si tout ce que l’on pensait savoir sur le passé était tronqué, recouvert d’une nappe de mystères encore indéchiffrés? Et si ce que l’on pensait être un mythe s’avérait réalité gommée par les strates du temps? Est-ce donc pour étayer ces idées que Caroline, archéologue spécialisée dans les écritures cunéiformes, et accessoirement intriguée par la légende de l’Atlantide, et Grégory décollent à présent pour Mexico, d’où ils doivent rejoindre la mission conduite par John Masters et située à Palenque? Et en effet, sur place les attendent d’antiques glyphes sumériens gravés sur des tablettes. Des pierres pourtant rapidement dérobées, des preuves plus que précieuses, qui pourraient révolutionner la face d’un monde en danger, sur les traces desquelles le groupe d’archéologues se lance… encore loin d’imaginer les voies mystiques qu’ils devront emprunter et la nature de leur destination. Roman foisonnant, nous faisant voyager entre cosmogonies aztèques, mayas et égyptiennes, nous transportant des grands sites latino-américains aux pieds du Sphinx, "A l'aube du cinquième soleil" possède tout le panache des romans d’aventure. Quête et chamanisme, hallucinations et épreuves, énigmes et mise à jour de pans inconnus de notre histoire rythment ainsi un récit étonnant d’érudition et d’audace, mais qui ne néglige jamais de nous entraîner au sein d’une intrigue palpitante, nous dévoilant sous un jour nouveau des monuments antiques, majestueux, impressionnants, dont les pierres semblent encore contenir tant de secrets…
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

A laube du cinquième soleil
Myriam Collet A laube du cinquième soleil
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0113966.000.R.P.2009.030.40000
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2009
Chapitre 1 Au Mexique, 1951 Dans locéan de la jungle qui recouvrait entièrement la région mexicaine des Chiapas, à quelques kilomètres du grand fleuve Usumacinta, la chemise trempée de sueur sous la chaleur suffocante du climat tropical, Roberto Cruz avançait dans un enchevêtrement de lianes et de racines affleurant le sol. Avec son équipe, il se frayait un chemin à coups de machette vers ce qui allait devenir la plus grande découverte de sa vie. Saventurer dans les régions reculées du Mexique et du Guatemala était une entreprise dangereuse, pas unique-ment à cause des bêtes sauvages ou des obstacles naturels, les bandits étaient une menace constante pour les biens et la vie des voyageurs. Mais ils arrivèrent sans encombre jusquà Palenque. Les édifices et les monuments de cette ville en ruine soffrirent aux regards des explorateurs, surgissant de la jungle épaisse dans une majesté muette. Avant la conquête espagnole, trois grandes civilisations sétaient succédé au Mexique et les pays voisins : les Tol-tèques, les Mayas et les Aztèques. Ces peuples avaient des coutumes semblables, en particulier celle de construire des pyramides grandioses dont on atteignait le sommet par dimposants escaliers. Mais leur sens et leur destination première restaient un mystère.
9
Comme bien dautres archéologues avant lui, Roberto Cruz cherchait à percer le secret de lempire disparu des Mayas. Toutefois, comme ses confrères, il était parvenu à la conclusion selon laquelle les villes mayas nétaient en fait que des représentations du cosmos, orientées par rapport aux mouvements des étoiles, les grandes places symboli-saient la mère des origines au-dessus de laquelle sélevaient les pyramides telles des montagnes sacrées où résidaient les ancêtres et les divinités. Dans ce centre voué aux cérémonies vivait lélite qui détenait le pouvoir. Le peuple logeait dans de simples huttes et envahissait les places les jours de fête. Mais tout cela avait été enseveli par la jungle, un voile dénigmes quasi insoluble, tel un sortilège, allait entourer pour longtemps cet univers dAmérique centrale. Quest-ce qui avait bien pu vider cette cité de sa popu -lation ? La guerre, la faim ou la peste ? En lisière de la forêt vierge, simposa rapidement à Ro-berto la masse dun palais. Une structure plus ou moins rectangulaire, longue de cent mètres, large de soixante-dix et haute de dix-huit. Larchéologue mexicain, Roberto Cruz, dirigeait lexpédition financée par linstitut danthropologie et dhistoire de Mexico et il fut le premier à pénétrer à lintérieur du palais royal. Lentrée était flanquée de sta-tues de pierre dun style encore archaïque, les murs portants et les cloisons étaient extraordinairement épais, comme il était de règle dans larchitecture maya, mais ce qui rendait lédifice unique au monde, cétait les murs extérieurs couverts dadmirables bas-reliefs en stuc, autre-fois peints de couleurs vives. Roberto, suivi de son équipe, continuait sa prospection, il traversait maintenant de nom-
10