A la jeunesse chrétienne. Histoire de Sainte Espérie, vierge et martyre ; par le R. P. Baurens,...

De
Publié par

J. Avignon (Toulouse). 1871. Espérie, Sainte. In-16, 64 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1871
Lecture(s) : 10
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 62
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

A la jeunesse s hr.tie-nü-;;.
HISTOIRE
DE
SAINTE ESPÉRIE
VIERGE ET MARTYRE
PAR LE R. P. Bj\UENS
Missionnaire du Sacré-Coeur.
>pes me a in l>eo est.
Tontp moti espcranceest en Dien.
(Ps fil. v. 8.)
TOULOUSE
JULIE AVIGNON ,
LIBRAIRE,
Rue Croix-Raragnon 17.
ADOLPHE RiGNAULT,
LIBRAIRE,
Rue des Balance?, 28
1871
HISTOIRE
DE
SAINTE ESPÉRIE
1 i
Propriété réservée.
Tatllottsf, Impi. L. CASSAGNE et Cie. r. Sl-Dcai, 4
Dotation des Orphelines,
APPROBATION
De Monseigneur GRIMARDIAS
ÉVOQUE DE CAMORS.
Cahors, le 29 septembre 1871.
Mon Révérend Père.
Je vous remercie de l'envoi que vous m'avez fait
de la Vit ie Sainte Espérie, et j'y donne volontiers
mon approation. Dans cette époque de molesse et
d'égoïsme, rien n'est plus utile que de retracer la
vie des Saints qui ont aimé Dieu plus que tout et
n'ont pas craint d'accepter les sacrifices que cet
amour exigeait. — Vous avez donc eu une bonne
pensée de chercher à faire mieux connaître et aimer
la chère sainte dont s'honore mon diocise, et j'es-
père que Dieu bénira votre oeuvre.
Croyez à mes sentiments les plus dévoués.
t PIBRHE, Evêque de Cahors.
A la Jeunesse chrétienne.
HISTOIRE
DE
SAINTE ESPÉRIE
- VIERGE ET MARTYRE
PAR LE R, P. Bj\UItENS
Missionnaire du Sacré-Cœur.
Spes mea in Deo est.
Tonte mon espérance est en Dieu.
(Ps. 61. v. 8.)
TOULOUSE
JULIE AVIGNON ,
LIBRAIRE,
Rue Croix-Baragnoo, 17.
ADOLPHE REGNAULT,
LIBRAIRE,
Rue des Balances, 28
1891
HISTOIRE
DE SAINTE ESPERIE
Vierge et Martyre
i>o 1 -et
INTRO DUCTON
Ædificaveris, virgo Israel.
On vous élèvera un monument, ô
vierge d'Israël.
(Jér. 5. v.
De siècle en siècle, nous voyons apparaître
dans l'Eglise catholique, de nobles et grandes
figures, d'illustres et saints modèles.
L'ancien et le nouveau monde, chaque état,
chaque ville, presque chaque bourgade nous
montrent des ancêtres dans la foi.
Ceux-ci pratiquèrent d'effrayantes morti-
fications, ceux-là s'enfoncèrent dans de pro-
— 8 —
fondes solitudes, d'autres versèrent leur sang
pour Jésus-Christ, ou devinrent les héros de la
vertu et de la charité.
Au cœur de la France, dans l'ancienne pro-
vince d'Aquitaine et le vicomté de Turenne,
à neuf lieues environ de Cahors, vers l'Orient, à
une lieue de l'ancien monastère de Leime(l),
autrement dit, Grâce, Lumière de Dieu ou du
désert, sur le ruisseau de la Bave, non IoiQde
Gintrac au confluent de la Sère et de la Dor-
dogne, vous rencontrez, comme dans une
gracieuse oasis, formée d'un côté par les
montagne sombres et noirâtres du Ségala
et du Caussé, et de l'autre par de riants
coteaux, la jolie petite ville de Saint-Céré.
Son origine est toute chrétienne. Elle s'éleva
autour du sanctuaire bâti sur la crypte, qui
renfermait les reliques de sa patronne Sainte
Espérie. A l'Orient, on voit se dresser de-
vant elle, comme des géants, au sommet d'une
haute colline, les deux grandes tours de
Saint-Laurent. C'est tout ce qui reste du vieux
(1) Autrefois monastère de religieuses de l'ordre de
Cîteaux, aujomd'hui asile d'aliénés.
— 9 —
château des Céré et des Turenne. Ces ruines
servirent au temps de leur splendeur de ber-
ceau à la sainte. Elles furent les témoins de ses
virginales vertus. En face, à l'Occident, ser-
pente dans une capricieuse vallée le ruisseau
Barbare, sur les bords duquel la jeune Vierge
chercha un refuge hospitalier et consomma
son glorieux martyre.
L'histoire de tous les saints est atta-
chante. Il n'y en a pas de plus aimable que
cette de sainte Espérie. De rares hagiographes
s'en sont occupés. Sa vie ne s'est conservée, par
tradition, que dans les lieux de sa naissance et
de sa mort; on ne la connaît guère, passé l'ho-
rizon des pays d'alentour. Ce dessein de la
Providence nous a frappé. Cette petite sainte
si pure, si admirable, si héroïque est ignorée
to monde. Il nous semble que le moment de la
manifestation est venu. Nous sommes heureux
d'apporter à cette œuvre notre modeste con-
cours. Dans ce siècle corrompu et mécréant, la
jeunesse a besoin de ce modèle. La lecture de
cette vie pourra, servir de remède à la déprava-
lion des mœurs et à l'abaissement de la foi.
Tout l'ordre social et religieux est basé sur ces
deux fondements.
— 10 —
1
stb initio nativitatit iaoaaiiahj
etponamin lucem icientiam illias.
Je commencerai à sa niimurr et j
ferai connaître toutes ses vertus.
(Sag. 6. y. 24.)
Naissance et première éducation de Sainte Espérie.
(1) — Son vœu de Virginité perpétuelle. — Elle
mène une vie toute céleste.
C'était vers l'année 740. Les terres de la
Haute-Aquitaine, couvertes de sombres forêts,
laissaient voir seulement çà et là quelques
villages et châteaux.
(1) On dit Spérie, Espérieou Exupérie. Nousaxws
choisi Espérie, comme plus conforme au génie de la
langue française. C'est la traduction de Speria, 4e
même qu'espérance est la traduction de Spes.
Bolland. tom. 54, p. 120. Palmé, Paris 1868.
— 11 —
Deux personnages distingués, débris des
anciennes familles romaines des Gaules, Céré-
nus et Blandine son épouse, habitaient le ma-
noir de Saint-Céré, aujourd'hui les tours de
Saint-Laurent.
Il est situé sur une plate-forme taillée de
main d'homme dans la roche vive, et domine
toute la contrée.
En ce moment, la barbarie des peuples cel-
tiques et la civilisation des races latines cher-
chaient à s'unir. La religion catholique bap-
tisait au nom du Christ et présidait à ces
unions.
Dans le château des Céré, florissait l'élé-
ment chrétien. Les serfs et les seigneurs étu-
diaient la loi de Dieu et savaient l'accomplir.
Tous les bonheurs s'étaient donné rendez-
Tousdans cet asile de piété et de grâce.
Les bons châtelains reçurent du ciel deux
enfants.
Ilsdevaient être les héritiers d'un grand nom
et d'une grande fortune.
L'aîné fut un garçon, Clarus. On l'élèva,
selon l'usage du temps, pour le métier des
armes. Le second, fut une fille : c'est notre
Sainte.
-12 -
La naissance des grands hommes et des
saints a été souvent marquée par des phéno-
mènes divers, selon que la Providence les des-
tinait à perfectionner ou à ravager le monde.
Nous ne savons rien de ce qui se passa sur
le berceau de Sainte Espérie, si ce n'est que
les signes de sa sainteté furent une beauté angè-
lique, un regard céleste. Dès qu'elle parut sur
la terre, on fonda sur elle de grandes espé-
rances ; de là son nom de Spérie ou Espérie.
Le jour de son baptême, il y eut fêteau vieux
manoir.
L'entrée d'un enfant dans la vie a quelque
chose de solennel. Tout le monde veut voir
le nouveau-né.
Chacun cherche à deviner, ce que sera plus
tard le chrétien, qui vient d'apparaître au milieu
des hommes.
Les anciens du foyer bénissent Dieu. Le père
et la mère sont dans l'allégresse. La famille
tressaille. Les amis et les étrangers se réjouis-
sent.
L'enfant commençait à bégayer, à former
-13 -
les premiers pas. On entreprend l'œuvre de
son éducation.
Pour mieux réussir dans ce difficile travail,
ses parents s'adjoignent une pieuse gouver-
nante.
Comme la goutte de rosée, repose le matin
d'un beau jour, sur le calice des fleurs, ainsi
après le baptême la grâce repose dans le cœur
des chrétiens. Il faut en développer le germe.
Beaucoup de pères et de mères négligent ce
devoir.
La jeune Espérie reçoit ce trésor au saint
baptême. Jamais pierre précieuse ne fut mieux
taillée, mieux polie, plus brillante.
En se levant, elle joignait ses petites mains
pour prier. Avant de s'endormir, elle priait
encore. Pendant la journée., on lui enseignait
à lire le nom de Dieu sur ses ouvrages. Elle le
reconnaissait à l'éclat de l'aurore, aux feux du
midi, à la pourpre du soir. Elle le lisait sur
les montagnes, dans les rochers, les pluies du
ciel, l'horreur des tempêtes , dans le brin
d'herbe, sur les grands arbres ou l'humble
fleur. On lui apprenait à ne pas s'attacher à la
beauté des vêtements, mais à la gloire inté-
rieure de l'âme. Elle savait la loi divine dont
la méditation mûrit la jeunesse. On l'initiait
— 14 —
à l'Ecriture et ses ravissantes histoiies. On la
conduisait dans l'église de la paroisse et les
monastères. Elle y entendait les chants s;tcrés.
Elle aimait à cohtempler les cérémonies catho-
liques, à prier au milieu des saints mystères,
Quand elle ne pouvait participer au culte
public, elle répandait son âme devant le Sei-
gneur, agenouillée dans l'oratoire de sa de-
meure
On lui avait inspiré une tendre dérotiuu
envers la très sainte Vierge .Elle l'appelait sa
mère du ciel.
Non loin de la seigneurie de ses ancêtres,
les peuples des Gaules venaient déjà en foule
vénérer, sous le roc de saint Amadour, une
image miraculeuse de Marie.
Elle visitait sans doute souyent avec ses
proches et les serfs de ses terres la Mère de
Dieu et des hommes. Elle ne se contentait
pas de lui offrir des présents et des fleurs ; elle
lui offrait surtout ses vertus intérieures. Elle
devait poétiser ce culte, en diminuer ses pein,
en embellir ses joies. -
-15 -
Cependant la jeune chrétienne avait grandi.
Son intelligence et son cœur s'étaient mer-
veilleusement développés.
Elle était dans sa douxième année ; elle
menait une vie plus parfaite. Elle croissait en
ige et en sagesse, comme le divin Maître ;
ses parents ne pouvaient se lasser de l'admirer.
Elle 'était belle comme un lis nouvelle-
ment éclos, à l'abri de l'autan, sous un bril-
lant rayon de soleil, sur les pentes enchantées
d'un frais vallon
Elle aimait Jésus avec plus d'ardeur. On la
voyait verser à ses pieds des torrents de lar-
mes. Un jour, (peut-être celui de sa première
communion ), pour ne plus se séparer de son
bien-aimé, elle se consacre à lui par le vœu
de virginité perpétuelle. Son amour pour le
Créateur, la fait renoncer à l'amour des créa-
tures.
Mais en présence des salutaires influences
de la grâce, vinrent se placer les pernicieuses
influences de la nature. Le monde, pour elle
aussi, se montra l'antagoniste de la vertn.
II y avait des fêtes au château qui appelaient
dames et damoiselles, jeunes et vieux cheva-
liers. La musique, les danses, les chasses, les
festins étaient l'ornement de ces réunions.
— 16 —
Riches atours, harmonieuses symphonies,
ameublements somptueux, tout compldaiL
pour inspirer à l'âme d'une jeune fille l'amer
des plaisirs.
La jeune châtelaine voyait ces fêtes avec
indifférence, comme nous regardons passer
l'onde fugitive, des bords d'un ruisseau. Elle
fuit et nous sommes immobiles.
Le regard d'Espérie fixé en Dieu, détournait
son attention des choses du temps, pour la
laisser aux choses éternelles. L'amour de Jésus
l'avait blessée au cœur. Elle foulait aux pieds
la terre, pour ne s'attacher qu'au ciel. Ses
uniques délices étaient Dieu, Marie, la reli-
gion.
Tant de vertus, tant d'innocence, allaient
bientôt être mises à de terribles épreuves.
La jeune Espérie était déjà un fruit mûr,
digne d'être recueilli dans les greniers eélestes.
-17 —
El
Contritio super contritionem.
Je lui enverrai épreuves sur épreuves.
(Jér. 4. v. 20.)
La Sainte est privée de ses parents. — Elle console
son frère. — Gouvernement admirable de sa mai-
son. — Son courage, sa résignation, ses bonnes
œuvres. - £lidius, cousin des deux orphelins,
leur fait une guerre acharnée. — Prières et pacifi-
que intervention d'Espérie. — Son impuissance.
— Le Seigneur a ses vues.
La séparation par la mort est un des plus
rudes coups auxquels le Seigneur soumette
les hommes. On y est très sensible dans la
jeunesse, moins vers de déclin de la vie.
L'enfant privé des auteurs de ses jours, res-
semble à une plante sans soutien.
Clarus et Espérie perdirent prématuré-
ment leur père et leur mère. Ils en ressentirent
un profond chagri
Ces vertueux , t de mourir, les
avaient bénis , ) l[fâr recommandé
- ,. 1 ",---
-18 -
l'union, la sagesse , leur avaient donné de
sages conseils sur leurs affaires et les rappo*
avec les vassaux.
Le frère et la sœur, recueillirent avec un
grand respect mêlé de tristesse, ces dernières
paroles et bénédictions.
Ils accompagnèrent les dépouilles mortelles
de leurs chers défunts au milieu des larmes
et des sanglots de leurs proches, de leIf
familiers, de leurs domestiques.
Clarus était au désespoir.
Il avait désormais, à soutenir la renom-
mée des ancêtres et à surveiller un grand héri-
tage.
Sa jeune sœur le consolait.
Elle lui montrait en Dieu, le père des or-
phelins.
Elle lui disait ; « Celui qui ne laisse pas
» mourir de faim les petits oiseaux, n'aban-
» donnera pas ses serviteurs. »
Elle lui rappelait le lis des champs que le
Seigneur revêt de sa parure.
Et le frère puisait du courage dans ses
entretiens avec sa sœur bien-aimée. -
— 19 —
Dès-lors, sainte Espérie, chrétiennement
résignée aux grands malheurs qui venaiant
de IaJrapper, présidait à tous les soins de sa
maison avec droiture et fermeté. Tout pros-
pérait sous son gouvernement.
Elle aimait à dire au Seigneur : « Vous
» êtes mon père; M à la Très Sainte Vierge:
»• vous êtes ma mére. »
Elle travaillait, elle priait, elle parlait de
Dieu avec sa gouvernante et ses compagnes.
Pendant que son frère, s'exerçait aux
armes, elle s'occupait à pratiquer les œuvres
de la foi et de la charité. Elle apportait des
paroles de consolation, des vêtements, des
douceurs aux malheureux. Sa pieuse mère
l'avait initiée à tous ces secrets et à ces indus-
tries : elle continuait les saintes traditions des
femmes de sa famille.
Ses bonnes œuvres embellissaient sa vie.
Les beaux spectacles ne sont pas créés, mais
rendus visibles par le soleil.
Ainsi la jeune Espérie, illuminée par la
lumière de Dieu, brillait d'une plus vive clarté
aux yeux des anges et des hommes. Sa beauté
était surtout intérieure.
— 20 —
Son courage n'avait pas été ébranlé par la
mort de son père et de sa mère. Sa vac
avait puisé une nouvelle vigueur. Elle allat.
être exposée à des peines plus cruelles encûce__
Si le Seigneur n'était la bonté infinie il
nous paraîtrait impitoyable à l'égard des
saints. Il ne l'est point. Seulement les hom-—
mes apprécient mal les desseins de la Provi-
dence. Notre Seigneur Jésus-Christ donne aux
Saints ce qu'il s'est donné à lui-même., ce qu'il
a donné à la Très Sainte Vierge. Il ne posséda
qu'une croix et une couronne d'épines; il ne
peut pas laisser d'autre héritage ses élus de
l'humanité. Le disciple n'est pas au dessus du
maître, le sujet au dessus du prince.
Clarus et Espéric avaient un cousin plus
âgé qu'eux, nommé Ælidius.
Tandis qu'ils invoquaient le Très-Haut et
adoraient le Christ, celui-ci méprisait la reli-
gon, outrageait la morale, méconnaissait toul-
devoir et ce livrait à de sacrilèges et rliafrn-
liques superstitions.
C'était le Christianisme et la barbarie en
présence.
Il était leur voisin; il aurait dû être leur
— 21 —
protecteur, leur ami. Tout le contraire arriva.
Méchant et jaloux, Ælidius cherchait à por-
ter préjudice aux orphelins, à les molester.
Il profitait de leur faiblesse et de leur inex-
périence, pour envahir leurs terres et répan-
dre la désolation et la mort parmi leurs vas-
saux.
Il formait des ligues. Les seigneurs dont il
était le suzerain s'unissaient à lui ; mais les
seigneurs soumis à la suzeraineté du châ-
teau des Cérénus n'abandonnaient pas les jeu-
nes châtelains. Par suite de ces guerres, le pays
était dévasté, les monastères pillés,i les fermes
incendiées, les hommes d'armes mettaient tout à
feu et à sang.
Les femmes doivent, à l'honneur de leur
sexe et de leur Foi, de remplir parmi nous
le rôle de médiatrices, de se jeter entre les
ennemis pour leur arracher le glaive. Celles
qui se plaisent dans les discordes inspirent du
dégoût et font horreur.
Sainte Espérie nous apparait toujours
bonne, douce, charitable.
Ah t si les chrétiennes de notre siècle pou-
vaient l'imiter !. Elle seraient pour la
— 22 —
société et les familles des anges de paix el-ik-
réconciliation.
Que de fois la jeune châtelaine, dans_j £
secret de sa demeure, avait demandé au Sei-
gneur de détourner de dessus sa maison et -
fidèles sujets tant de fléaux accumulés. Elle
implorait misérieorde et offrait sa vie pour les
péchés de son peuple.
Elle allait souvent vers son frère, le mal-
heureux Clarus. Elle le suppliait de faire tûus-
ses efforts, pour arriver à un arrangement.
Celui-ci cédait alors aux supplications de sa
sœur et envoyait proposer un armistice et des
préliminaires de paix à son terrible rival.
Le farouche iElidius ne voulait ni paix,
ni trêve. Il rêvait l'anéantissement de la fa-
mille de ses cousins. Il entendait régner seul
sur la contrée ravagée.
Villages, bourgs, châteaux étaient sans
cesse sur la défensive. On y veillait nuit et
jour pour ne pas se laisser surprendre et
pour arrêter les incursions de l'ennemi.
Mais l'heure de la délivrance allait sonner.
— 23 —
Ces peuples fatigués de ces orgies seigneuriales,
allaient enfin respirer. Notre jeune vierge a
offert sa vie. L'Eternel l'a acceptée. Une som-
bragédie et un glorieux martyre vont
tHiiniier ces interminables querelles, ces épou-
vantai) Its carnages.
— 24 —
III
Erne à fyamea, DeUSi..-.Ioa-
meant et de Wis-. IM__
meam.
0 mon Dieu, délivrez - -..
du glaive et ma vie des IIIMH ili
sone.
( Ps. 2L v. 51. )
jEIidius entend parler de la beauté de sa cousiae.
— Illa demande en mariage et propose la paix à
cette condition.—Clarus accepte. - Joie des
peuples de la Haute-Aquitaine à cettenouvelle. —
Sainte Espérie en est cORsternée. — Elle s'est
promise à Dieu. — On l'a promise à Ælidil.s.-
Par inspiration Divine, elle quitte sa demeure et
vase cacher dans un affreux désert. —& fuite e&t
heureuse. - Elle en remercie le ciel.
iElidius avait entendu parler de la sœur de
Clarus, et de son admirable beauté. Elle avait
seize ans Il conçut le projet de la demander
en mariage.
Son cœur était en proie à la haine et à la
passion, mais devant la passion la haine se
taisait.
— 25 —
11 désirait et combattre et posséder sa belle
cousine.
Cependant sa résolution fut prompte et éner-
gique. Il appela son premier intendant et l'en-
Tïoya vers Clarus demander la paix.
Ce serviteur de ses caprices hésita un ins-
tait Cet ordre lui parut étrange, mais il fal-
lait obéir.
Il part, arrive aux avant-postes, sonne du cor
et demande à parlementer. Il est porteur d'un
message du seigneur JSlidius pour le seigneur
Clarus. On l'introduit.
Clarus étonné des propositions de son en-
nemi, les accepte avec empressement ; de suite
on fisele j our et le lieu des conférences où l'on
décidera La paix ou la guerre.
Personne ne manque à la rencontre projetée.
On rivalise de zèle et d'exactitude.
On avait préparé sur un terrain neutre une
magnifique tente.
Les jeunes seigneurs arrivèrent précédés et
suivis d e leurs hommes, entourés de leurs nobles
et féaux chevaliers.
Les trompettes sonnaient des airs pacifiques.
Bannières et fanions d'azur, d'or et de gueu-
les s'agitaient et flottaient au vent.
Ces guerriers, acharnés hier les uns contre

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.