A messieurs les rédacteurs de la Quotidienne, sur la défense de Louis XVI par M. Dalmas,... . J.-B.-Géraud Drappeau,...

De
Publié par

impr. de L.-G. Michaud (Paris). 1818. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1818
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

J.-B.-GÉRAUD DRAPPEAU,
ANCIEN PROFESSEUR D'ÉLOQUENCE EN L'UNIVERSITÉ
DE VALENCE,
ié$tessieurs les Rédacteurs de la Quotidienne,
SUR
La Défense de Louis XVI, par M. DALMAS,
Préfet de la Charente-Inférieure.
I
Paris, 15 février 1818.
MESSIEURS,
La publicité que vos principes et vos talenls
donnent à votre feuille, me fait recourir à vous pour
suppléer à la Notice, pages x et suivantes, de l'ou-
vrage intitulé : Louis XVI et ses défenseurs (1). Un
bon Français souscrira toujours à l'hommage mérité
rendu à M. Da/mas; mais il reprochera- des omis-
sions involontaires à l'écrivain qui, en voilant tous
les souvenirs déchirants et les noms que l'Histoire
ne pourra taire, s'est associé à la pensée de Wiel-
bolk. L'auteur a oublié des faits essentiels; ce sont
ces faits, écrits sans art en décembre 1792, que je
soumettrai à vos lumières dès que j'aurai fait une se-
(1) Chez M. le chevalier de Foulaines, rue de Vaugirard, n°. 507
( 2 )
conde édition de ce que je publiai à cette fatale
époque.
L'innocence de Louis XVI était démontrée au
moment même où des ingrats osaient l'accuser; la
nation disait à Danton, comme un Anglais célèbre
au président des régicides, Hast thon forgotten,
Bradshaw, that Charles inviolable by thç laus, sa-
cred by his dignity, the image of God by his good-
ness, irreproachable with respect to the actions for
which his ministers are answerable as well aç for
his own, may lave been assassinated and not judged
[ Letter from Lord Clarendon to Falkland
Ceux qui tranchent sur Louis XVI et sur CHARLES Ier.,
reprochent aux. deux monarques le projet de dissou-
dre les Assemblées nationales. Ils n'eurent jamais
cette intention.
Auçuue loi ne condamnait Louis XVI. H pouvait
enjoindre aux. États-Généraux. de se séparer; on nQ
pouvait lui contester un pouvoir moins limité que
celui de GEORGES 111, qui dissout le parlement à Vo-
lonté. M. le duc de Brissac le lui répéta souvent.
Pourquoi Rœder rappelait-il de prétendue
fautes, antérieures à l'acceptation de la çoq&ti lotion,?
Avait-il donc oublié l'amnistie générale de sep-
tembre 91? Plusieurs de ceux qui accusèrent
f IJ 11 ——
(1) As-tu oublié, Bradshaw, que CHARLES, inviolable par les
lois, sacré par sa dignité , image de Dieu par sa bonté, irrépro-
chable sur les faits dont ses ministres sontpassibles et sur ceux qui
lui sont persorinels, peut être assassiné et non juge?( Epigraphe de la
Défense préliminaire de Louis XVI. )

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.