Accessoire au Parnasse, ou Nouvelle méthode pour former l'esprit :&: +et+ le goût

Publié par

A Amsterdam, et se trouve à Paris, chez P. Lesclapart. M.DCC.LXIX. 1769. 40-126 p ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1769
Lecture(s) : 13
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 164
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

ACCESSOIRE
AU PARNASSE.
ACCESSOIRE
AU PARNASSE,
ou
NOUVELLE MÉTHODE
Pour former l'Esprit <$G le
Goût.
-iv
A A M S T E R D A-M
Et Je trouve a Paris,
1
C LE s c r- A IA R T, Libraire, rue dit!
1, R.,..;lIü.:.
- - - - Horaire, rue
l-i I, BanR„ lII ieue,porte de la Cour du Mai.
- -
M. DCC. LXIX.
A MADAME
LA MARQUISE
DE SOUVRÉES.
MADAME,
Pénétré des bontés dont-
vous m'aveT^ toujours ho-
vj E P I T R E.
noré, je ne crois pouvoir
mleux vous en remercier,,
quen prenant la Liberté de
vous préjenter l Accessoire
au Parnasse, que le hasard
a fait tomber entre mes
mains. Ce 71 cjl point par un
esprit de prévention que je
vous offre j Madame ce pe-
tit Ouvrage ; son mérite tle-
pend uniquement de la pno-
EPI T R E. vij
teclion que je vous supplie
très-humblement de lui accor-
der: personne n'ignore quJJ
un esprit aimable <5G enjoué
vous y joignez l'étude la
plus profonde OG la sagesse
la plus consommée ; ce qui
fait que fous vos auspices sa
réputation s'étendra, & don-
nera occasion a plusieurs per-
sonnes de tenir un chemin
viij E P IT R E.
plus aisé pour aller aux
Mufes. Je suis, avec un
très - profond respect
MADAME,
Votre très - huhible
, & très-obéissant fcr-
viteur G***
DISCOURS
h
DISCOURS
PRÉLIMINAIRE.
IL faut qu'une Préface foit bien
necessaire, car je crois qu'il n'y
a point d'Auteurs qui aient osé
s'en dispenser; ainsi pour me
conformer à l'ufagç & n'être
pas sifflé, faisons-en donc une.
Tout est usage en France; ail-
leurs c'est la raison qui gouverne
le commun des hommes, mais 1
dans notre délicieuse patrie la
x DISCOURS
-
raison est la très - humble fer-
vante de l' usage ou de la mode :
or, puisque cela est ainsi, procé-
dons-y donc au plus vîte. Mais
comme tout homme, à moins
qu'il 11e foit François, ne doit rien
entreprendre qu'après l'avoir
mûrement réfléchi, voyons quel
doit être le but d'une Préface!
Une Préface a été, me dira-t-
on, de tout temps employée,
foit pour faire une analyse claire
&; simple du fujer, foit pour
mériter à son auteur l'amour &
l'attention du Public : or on y
parvient en parlant de foi mo-
destement, ou en lui débitant
r
PRELIMINAIRE. xi
b ij
des propos flatteurs, de ces
choses que l'on ne pensè guères,
mais que l'on croit féduifances &
agréables. C'est peut-être aussi
par cette raison que presque
toutes les Préfaces font rebutan-
tes ou ennuyeuses.
Quant au premier objet le
titre du livre suffit ; il me semble
qu'il presente assez clairement
le but où j'ai dirigé mes vues.
Accessoire au Parnasse, c'est-
dire, nouveau chemin plus clair,
plus court, plus facile que ceux
qui font connus & pratiqués ;
ce titre, dis - je, montre que je
cherche à donner à l'esprit les
xij DISCOURS
mêmes commodités que l'on
trouve aujourd'hui à aller de Pa-
ris jusqu a Rome. J'ai pris un
alignement suivi, & coupant
quelques montagnes , abattant
certains bois taillis, desséchant
plusieurs cloaques, j'ai rendu la
route plus fûre, plus faine &
plus praticable. Il n'y manque
peut-être plus que des relais &
des établissemens pour la poste ;
mais c'est aux ânes à s'en servir;
les autres auront Pe gaze i va
au-dessus de tout.
Le premier objet du livre
étant ainsi rempli, quant au fé-
cond, outre que les Préfaces par
PRÉLIMINAIRE. xiij
b i ij
leur marche méthodique &: em-
miellée deviennent assoupissan-
tes, fafiidieufes, c'est que je ne
fais trop comment m'y prendre
avec- ce qu'on nomme Public ;
c'est un animal si féroce & si
bouru, qu'on ignore si l'on a
gagné ou perdu avec lui ; pour
oui & pour non se portant aux
plus furieux excès: combien de
grands hommes n' a-t-on pas vu
écrases, diffamés par lui, qui peu
de temps après leur mort ont
été déifiés.
ce Mais vous n'y pensez pas,
J) me dira un Elégant ? Dans ce
» siècle-ci où les hommes, plus
xiv DISCOURS
Q)- éclairés que jamais, ne se ren-
» dent qu'aux choses les plus
0'3 évidentes, où le moindre par-
M ticulier ne suivant que les fa-
M ges vues de la raison
Vous avez raison, M. l'Elégant;
il est certain que l'on n'eut ja-
mais plus de dehors, de science ;
tout, jusqu'au dernier marmiton
de la rue Quinquempoix, se mêle
de faire de l'esprit; tournez-vous,
vous en verrez déjà mille qui
dogmatisent sur le feu & ses pro-
priétés, à chaque coin on ne
parle que de génie, on 11c voit
autre chose : pour peu qu'unc-
femme se pique d'un peu de po-
PRELIMINAIRE. XV
b iv
litefle &: d'urbanité, il eftcertain
qu'elle en a au moins cinq ou
six à son service, peut-être plus,
peut-être moins; mais enfin au
milieu d'un déluge de (cience
O
aussi surprenant, il n'y a rien de
moins apparent que de voir un
auteur accueilli. Oui, dans ce
siecle ci, permettez - moi cette
dure vérité, où l'on croit (entir
tout, apercevoir tout, juger tout,
on fait autant de sottises que
de pas, Plein de prévention,
d'entêtement & de vanité, parce
que l' on croit porter tout à sa
perfection; on ressemble à ces
guerriers qui rendus imprudens
TEVJ - DISCOURS
par quelques succès, marchent à
un ennemi fhr& rufé qui leur a
pendu un piège.:- aufli trouvent-
ils la honte & la mort bu- ils
comptaient se couvrir des làu-
riers de la victoire. Or voilà ce
que nous promet le ridicule per-
sifflage qui étale si magnifique-
ment ses fadeurs empoulées, ce
tas _de honteuses rapsodiese qui
enfouissent la nafure & la vérité
fous un déluge d'apprêts; voilà ce
que prépare le luxé des paroles
& des idées enchâssées sur jde
petits sujets; voilà ce qu'annonce
la décadence du bon goût en-
traîné par les recherches dé mille
f
PRÉLIMINAIRE, xvij
imbécilles qui se jettent dans le
particulier, dans le singulier,
croyant courir après le beau, qui
parlent (ans réfléchir. ce Mais
33 c' cH: la mode, me dira mon
33 Elégant, & l'homme, malgré
n lui-même, s'y trouve inglobé;
M écoutez, en parlant on s'inf-
35 truit, on se communique ses
n remarques, on diseuse les ma-
» tieres, on les établit sur des
» princi pes connus & géné-
s) raux 3). Ouï, M. répondrai-je,
ceit très - bien ; mais vous ne
savez donc pas que la mode
veut qu'on ne parle de tout que
superficiellement? Vous ignorez
xviij DISCOURS
donc qu'une simple démonstra-
tion tant foit peu approfondie,
elt capable de faire tomber en
syncope. Or vous sentez bien,
dès que l'on parle pour parler,
ainsi que la monnoie qui cir-
cule dans un Etat, il y a un cer-
tain nombre d'idées qui courant
de bouches en bouches, de têtes
en têtes, dé perruques en. per-
ruques, deviennent de plus en
plus communes, & souffrent le
même déchet - que l'argent qui
s'use à paffer par différentes
mains. Il eftvrai que nous avons
des gens qui fondent & battent
de cette espèce de monnoie;
PRE LI MIN AIR E. XIX
mais apparemment que les mi-
nes d'esprit ne font pas comme
celles du Pérou ; peut - être nç
font-elles pas encore découver-
tes, ou elles font épuisées; car
ils font obligés d'y fubititqer
bien de l'alliage, & font tout
simplement ce qu'on appelle de
la fausse monnoie. Ils ne feront
pas pendus, parceque le gouver-
nement n'a pas prévu cette et
pèce de mal versation; mais un
peu de mépris les récompensera
de leurs pénibles travaux: ainsi,
croyez-moi, je vous le dis, la ré-
flexion fait plus que votre insi-
pide caquetage. Newton n'a pas
XX - DISCOURS
été le premier homme de notre
aire en faisant l'agréable & le
joli, au milieu de quarante ori-
ginaux qui disent ouï ou non par
besoin. ce Mais qui êtes vous
!)) pour donner ainsi des leçons
?xà~vos maîtres? m Ce que je
- )) Ce que Je
fuis, un pauvre hère, ami de la
vérité:/qui'ai appris à la con-
noître par l'étu d e & la réflexion,
ce Vous me paroiffez ridie en
» amour-propre, me dira-t-on?
M vous croyez-vous assez privi-
» légié, assez grand - pour la
M connoître? croyez-vous que l -
33 le daigne se montrer à vous
« préférablement a tout autre:
1*
PRÉLIMINAIRE. xxj
» joint à cela., si l'on écoutoit
33 tous ceux qui croient & af-
furent la dire, on se meuble-
M roit la tête de bien des fotti-
M (es 33. Vous avez raison, M.
cet argument est juste ; mais s'il
men revenoit quelque chose, si
je croyois être dans le cas. cc Sans
3, doute vous ne ferez pas plus
w que tout autre; car qui ne fait
» pas de quoi font capables les
M gens qui écrivent ! Tout n'est-
M il pas bon pour eux, dès qu'ils
J) peuvent parvenir à se faire dé-
33 biter & lire? Ils prendront
» une tournure neuve, & in-
M différemment souffleront le
xxij DISCOURS
& chaud & le froid; ils ren-
» verferoient même un Etat par
n des paradoxes singuliers, s'ils
» croyoicnt qu'il dût leur en
» revenir de la fortune & quel-
ai que réputation D:). Vous me
faites-lày M. un tableau bien
triste de ces gens de lettre; mais
si vous me connoiffiez particu-
lièrement j vous verriez que par
état & par caradtere je fuis forcé
d'être bien autrement, & vous
devriez, ce me semble 3 parler
avec plus de déférence de ceux
que fan met tous les jours avec
respect auprès de ce qu'il y a de
plus noble & de plus grand fuf
PRE L l MIN AIR E. XXllJ
la terre. Mais si vous voulez vous
convaincre qu'un homme com-
me moi s'enterrerait plutôt vif
que d'avoir de pareilles vues,
lisez ces remarques, & à la mar-
che du sentiment vous recon-
noîtrez un cœur pénétré de la
vérité ; le mensonge , comme
vous savez, ne cherche que
l'ambiguité des termes j par l'en-
flure, par des dehors extérieurs,
il cherche à s'emparer des facul-
tés de l'esprit; il tend à l'embar-
rassèr, à le retenir dans des chaî-
nes de fleurs; mais la vérité,
comme je vous ai dit, s'annonce
avec véhémence: vous m'objec-
xxiv DISCOURS
terez que personne ne parle
avec plus de rapidité & de feu
>
qu un extravagant ; mais je vous
répondrai que la grandeur, la
justesse, la connexité, la préci-
fion des idées, la maniere dont
elles font énoncées convainquent
aisément que je ne puis être taxe
de pareil malheur, ce Qui êtes-
31. vous donc ):J? Un homme qui
peut apprendre à penser avant
que de parler, sans cela j'aurois
ressemblé à tous ces gens que
l'on voit écrivant à l'aune ., iii-l
jectant dans leurs plates produc-
tions quelques pensées quils
brillantent & remettent sur le
trottoir
1
PRÉLIMINAIRE. XXV
c
trottoir avec l'étalage empoulé
de leurs discours. cc Mais si vous
93 vou l ez être lu vous - même,
3> croyez-vous y parvenir en dé-
m nigrant toute la Nature. Cha-
) cun vaut son prix; je veux
tt) que le vôtre foit passable,
» mais au moins faut-il le ga-
03 gner les suffrages par l'hon-
« nêteté & la nlodefiie; & puis
8) c' est la moindre chose de mé-
3:. nager ceux de qui l'on dé-
m pend ». Je ne vois rien de
moins necessaire. Quoi ! vous
voulez qu'un homme né au fein
des armes, nourri dans les com-
bats, ne respirant que droiture
xxvj DISCOURS
& franchise, aille se déguiser Be
employer des courbettes, uni-
qües ressources des ames lâches,
pour mériter d'être applaudi?
Non : la vertu & la vérité, voilà
les deux appuis d'un militaire.
Ne cherchant qu'à servir sa pa-
trie & foii Roi, il ne reconnoît
de vraie faveur que celle que
son mérite lui a acquis; ainsi ne
croyez pas que je mandie des
suffrages, que tôt' ou tard on
m' accordera si j' en fuis digne. Ne
voulez- vous pas que j'aille me
jetter aux genoux &" demander
l'approbation de ces gens du bel
air, qui étendent le plus clair de
p
PRÉLIMINAIRE. xxvij
cij
leurs connoissances à apprécier
une paire de manchettes, une
bague, des bijoux, qui n'hono-
rent comme gens de mérite que
ceux qui étalent avec goût ces
superfluités ? Or, peu envieux de
ce mérite, vous sentez que je le
fuis très- peu de leurs louanges.
Si la douceur, la patience, la
bonté, quelques connoissànces,
pouvoient quelque chose sur leur
esprit, j'oserois prétendre à quel-
que peu d'estime. Mais dans ce
siècle ici, où l'étourderie, l'in-
conséquence, le perfifflage, di-
sons mieux, la folie règne uni-
quement, on doit s'attendre à
xxviij DISCOURS
du mépris, peut-être même à du
blâme, & c'est ce qui pourroit
bien m'arriver. Comment, en
1768, s'annoncer par de la litté-
rature 1 Quelle folie ! encore
si ç avoit été en 1763, en 1764,
les gens de lettres,moins connus
& plus fêtés, ne s'étoient pas
rendus méprisables? Alors on
auroit dit de moi, peste ! il se
fait imprimer; il a donc de l'es-
prit? Aussi un homme en place
lachant que j'alloisme faire cou-
ler fous la presse, ma dit der-
nièrement, quoi! vous voulez
que votre nom se trouve mêlé
dans le catalogue de ces gri-
PRÉLIMINAIRE. xxix
ci
maux! Il est vrai, repris-je; mais
fous l'incognito je saurai parler
& dire la vérité; je vois un tas
de paradoxes établis par l'entê-
tement & l'ignorance ; je vois
la plus grande partie d'un (ièclc
quitter les lumières de la raison
pour se jetter dans le bourbier
du ridicule, & en bon citoyen
je ne puis m'empêcher de l'aver-
tir & lui montrer le chemin pour
s'en tirer. Le vrai homme de bien
est celui qui, comme vous sa-
vez, sacrifie tout à sa parrie. Or
il ne dépendra pas de moi que
je ne lui fois utile de plus d'une
façon. cc Vous mamufez, re-
XXX DISCOURS
&) prendra toujours mon Elé-
M gant, avec votre dose d'amour-
M propre, & ces prétendues lu-
.) mieres qui ne brillent qu'à
vos yeux. Croyez - moi, de
M tous les hommes qui cultivent
oa les Lettres dans la France,
,) "qui les cultivent dans les
M pays étrangers', il en est: mille
53 qui voient plus clair que vous,
) & qui font plus à même de
M s'énoncer intelligiblement &
) clairement n. Cela peut être ;
mais du ils n'ont pas la force de
le dire, ou ils ny pensent pas at:
fez pour s'en faire un sujet essen-
ticl d'instruction. Ils se conten-
PRÉLIMINAIRE. xxxj
c IV
tent de laisser percer leur fend-
ment, en plaçant des vérités
tranchantes quand foccafion s'en
présente. Par exem ple, au sujet
de la manutention des espèces,
que n a-t-on pas dit depuis qua-
tre ans ? eh bien i s'il n'étoit pas
venu un concours de circonstan-
ces amenées par la Nature, il n'y
auroit eu que les gens intéresses
aux affaires de l'Etat qui eussent
pensé à calculer ces ressources;
mais la mode est venue d'être
foi-même premier Chancelier ;
vous n avez qu "à vous imaginer
que jusquau plus petit écrivas-
sier, tout a calculé, combiné &
xxxij DISCOURS
préfcnté au Public des lettres;
des mémoires & des systèmes
d'où dépendoit à leur gré le
bonheur de l'Etat. Or qui fait si
cette misérable production fai-
sant lever un nouveau lièvre, ne
va pas causer mille dissertations
sur le bon & mauvais goût, sur
les beautés qu'on peut ajouter
au spectacle, & sur les défauts
que l'on peut corriger. Rien
d'aussi original qu'un François!
Comme les plumes, le moindre
souffle l' enlève & l'applique à
tout. Au reste, il me vient à ce
propos quelques idées qui four-
niront encore à quelques auteurs
f
PRÉLIMINAIRE. xxxiij
les occasions de faire briller
leur éloquence & leur facilite;
c'est au sujet de l'espèce de bon-
heur dont on jouit en France.
Moi j'avance un paradoxe que
je ferai bien aise qui foit com-
battu; c'est que le François ne
peut être plus heureux qu'il l'est,
pour ne pas dire qu'il ne mérite;
il aime le mouvement, la parure,
la vie voluptueuse. Or qui jouit
davantage de ces objets ? grâces
aux beaux chemins que l'intel-
ligence du Miniltere a fait pra-
tiquer dans toute l'étendue du
Royaume, le moindre galopin
incrusté dans sa chaire, comme
xxxiv DISCOURS
un sapajou dans (a loge, escorté
de son crispin, s'en va légère-
ment étaler les grâces de son in-
dividu jusque dans les pays
étrangers. L'Hollandois & l'Al-
lemand au milieu de leur bran-
de-vin, de leur pipe & de leur
tabac, mâchant lugubrement du
cochon falé, de la choucroute,
du beurre & du fromage, ne
font surement point à comparer
avec cet original,qui s'écrie qu'il
est mort de faim, lorsqu'il n'a
pas tâté de vingt mets, tous plus
exquis les uns que les autres.
D'un autre côté, l'Espagnol a de
belles femmes, mais dégoûtant
PRÉLIMINAIRE. xxxv
& couvert de poux, il passe sa
vie à soupirer, au lieu que le
François leste, pincé, ferre, muf
-qué vole de plaisirs en plaisirs,
& fait jouir avant que de dési-
rer. Sans parler de la tranquillité,
des plaisirs qui fourmillent dans
sa capitale de cette sécurité avec
laquelle chacun y fuit ses affaires
& ses penchans, sûr qu'ils ne fe-
ront point traversés dès qu'ils
ne nuisent point au Public. Est-il
rien de pareil dans l'antiquité
& chez les autres Nations? Qui
peut jamais se flatter de mainte-
nir la police & de la porter à cet
excès de perfeâion. C'est ainsi
^XXVJ DISCOURS
que l'on a fous les yeux les plus
belles choCes, les plus admira-
bles, (ans en être frappé, &
qu'on néglige de porter ses re-
gards sur les objets les plus enen-
tiels, tandis que l'on le tracasse
pour des misères; mais par la
raison, comme dit l'homme aux
quarante écus, qu'on ne s'avise
jamais de tout. Mille Auteurs
s'occuperont à fronder le gou-
vernement, & pas un à célébrer
ce qui mérite réellement l'admi-
ration & l'estime de la postérité.
Le Francois enfin est devenu si
*
extrême 8C si délicat dans ses
goûts, qu'il feroit logé en Para-
PRÉLIMINAIRE. xxxvij
dis à la droite du Père Eternel ;
qu'il s'écriroit, en fiffiant, que
les choses ne vont pas bien, &:
que l'on n'a pas pour lui les
égards qu'il mérite. Mais aban-
donnons' cette corde; elle est si
longue, qu'il faut des mains plus
fortes que les miennes pour la
tendre. Ainsi passons à l' objet
que je me fuis prescrit en failant
ces courtes réflexions sur l'His-
toire , l'Eloquence &: la Poësie.
Il m'a paru, comme à plusieurs
pertonnes dignes par leur nais-
sance &: leurs talens d'être citées,
que les principes nécessaires pour
parvenir dans ces trois sciences
xxxviij DISCOURS
ne donnoient qu'un jour incer-
tain. Or j'ai cru qu'en rassemblant
les lumières, les rapprochant,
les distribuant, de près à près
l'inconvénient feroit levé. Si j'ai
manque mon objet, le Public le
fencira: pour ce qui regarde
néanmoins l'opinion & la. per-
suasion où je fuis au sujet de la
Tragédie, & sur-tout de' la Co-
médie & de l'Opéra; il est cer-
tain qu'elle eH établie sur les
raisons les plus frappantes ôc les
plus solides ; la plupart des hom-
mes qui s'y font occupés n'ont
dirige leurs lumieres que secon-
dairement; ils n'ont pas assez
, i
PRÉLIMINAIRE. xxxix
acquis pour s elever au - dcflus
d'une sphère commune, les
grands hommes que les siècLes
précédens ont produit, ont ouvert
& élargi la carriere; ils ont in-
diqué la route; & comme souvent
on perd la veine la plus heureuse
pour courir après des ramifica-
tions inférieures, notre siecle
s'est jette dans le singulier, le
particulier, croyant courir après
le beau, après le parfait; c'est
ce qui fait que les Savans s'aper-
çoivent eux-mêmes de la rarete
des sujets. Si j'étais placé par la
Fortune & la Nature pour re-
médier à ces inconvéniens, quel
xl DISCOURS
cham p heureux & vasse se pré-
sente à mon efpriti Mais laissons:
cest au temps & aux hommes à
reprod uire de nouvelles combi-
naisons.
ACCESSOIRE
A
ACCESSOIRE
AU PARNASSE,
ou
NOUVELLE MÉTHODE
Pour former IEfprit CG le
Goût.
CHAPITRE PREMIER.
De tétude des Belles-Lettres*
XJ'ETUDE des Belles-Lettres
cH, de toutes les Sciences culti-
z jlcceJJbire
vees par les hommes, celle qui
offre le plus d'agrémens à celui
qui s' y livre : aussi est-ce la feule
que nous voyons prendre fou
essor au milieu des plaisirs va-
riés, des délices & des fleurs; au
lieu que la plupart des autres
connoissances qui font notre
occupation ne présentent que
quelques insipides & austères
vérités, encore malheurefement
hérissées des épines du détaiL,
C'est à la fucur de son front
qu'un être studieux parvient au
but proposé; il ne peut prendre
un moment de relâche; sem-
blable à un voyageur engagé
au Parnasse.- ;-'
A 2,
dans une plaine nue, aride &
défcrte, à peine y trouve-t-il un
lieu commode , d'où il puisse,
en respirant, découvrir le che-
min déjà parcouru, & celui qui
^refte à parcourir. Mais ici non-
seulement tout est intereflant,
tout y est, je sose dire, merveil-
leux & divin; c'eil un jardin dé-
licieux orné de tout ce que l'Art
& la Nature peuvent former de
plus parfait. C'est le séjour de
la beauté; l'Amour même y pré-
side, les Ris, les Jeux, les Grâces,
dès que vous paroifTez, y précè-
dent vos pas, vous y accompa-
gnent comme en triomphe 5 le
r4 Accessoire
temple de gloire se présente
pour comble de bonheur vous
pouvez vous désaltérer en trem-
pant souvent vos lèvres dans la
coupe des Dieux.
Trop heureux donc celui
qu'un pareil genre d'étude trans-
porte I Les plus belles fleurs ne
croissent que pour lui; seul il
peut les cueillir ; mais qu'il pren-
ne garde, trop d'ardeur devient
un défaut. La douceur est le
partage de la beauté; une (om-
bre dureté, une âpre austerité,
des desirs mal peints l'effarou-
chent; elle ne se livre qu'aux
attraits d'une tendre & volup-
hu. Parnajê. f
A 3
tueuse délicatesse, la vérité mê-
me trop nue émeut sa pudeur :
ainsi, pour jouir de ses ineffa-
bles faveurs, il faut se confor-
mer & s'aifujettir noblement à
tout ce qui peut lui plaire. ,
Il Il n' est pas douteux que la
culture des Lettres demande uiv
génie qui (oit doué d'un mérite
particulier; sur-tout il doit être
doux, facile, studieux, réfléchi
& sensible; c'est avec ces heu-
reuses dLpofitions que la car-
rière en est agréable; car les,
qualités opposées font autant
d' obstacles à une honnête réu £ >
site.
6; Accessoire
Un esprit dur donne sa teinte
à rot¡ ( ce ai 'iî prod uit. Les idées
qu'il cK ei :t \o\ t cel les qu'il place
pa préference, & ordinaire-
ment elles ne font ni délicates
ni agréables. Son ilyle est pres-
qùe toujours [ec, decousu ou mo-
notone, & plus la férocité domi-
nera ce caractère intraitable,
plus cette austérité, cette inflexi-
bilité & cette promptitude qui
l'accompagnent, l'empêcheront
d'ubierver ces nuances douces,:
ces merveilleuses gradations qui
touchent de si près à l'excès de
l'Art.
Personne ne peut contefler
au Parnasse. j
A 4
l'utilité de l' étude ; sans elle , les
meilleures dispositions ne pro-
duisent rien ; c' et f elle qui ente
l'arbre, le purge & rémonde
de tout ce qui est nuisible & inu-
tile, & en élaborant le fol, le
dispose à donner les fruits les
plus agréables.
Certainement on peut encore
regarder la réflexion comme
aussi indispensable que l'étude ;
elle en fait même une partie es-
sentielle; car c' est par elle qu'on
examine & qu'on apprécie la
juste valeur de chaque principe,
de chaque vérité, de chaque
idée. N' est-ce pas par elle que
lu Accessoire
Ton parvient. à distinguer fé-î
tendue de la petitefle, la gran-
deur de la singularité, l'exacti-
tude, de la lâcheté & de l'in-
cpnféquence, la force de la foir-
bleÍfe, & la fausseté de la juf-
tefle : tout cela ne se distingue
donc que par l'étude ôc la ré-
flexion.
Qu'un homme, comme un
étourdi parcoure des milliers
de volumes ! par cette lecture -
précipitée il se remplira la tête
de mots & de faits ; mais il
sotera. la faculté de les compa-
rer, d'où résulte essentiellement
la juftefle de l'elprit ; car la me-
au Pamajje; '9'
moire feule forme de jolis per-
roquets.
: Le jugement sans mémoire
jette dans un autre embarras; il
rend l'esprit trop pesant ; les
choses font déjà passées, éloi-
gnées avant d'avoir pu rassem-
bler les parties qui doivent se
faire comparer & juger; & l'i-
magination sans mémoire, par
surcroît 3 dénuée de jugement,
vise tout uniment a la folie i
ainsi il résulte donc de tout ceci,
que le bon esprit ou le génie
font un composé de la mémoire,
du jugement & de l'imagina-
tion également combinés.
io AcceJJolrc
La sensibilite ca une qualité
distinctive de l'homme de gé-
nie. Les Alexandres, les Césars,
les Turennes, les Cicérons, les
Démofihènes, les Socrates, les
Platons, les Newtons, &c. me
serviroient à démontrer irrévo-
cablement l'évidence de cette
vérité; & je fuis persuadé que
tout le monde s'accorderoit avec
moi pour dire que c'elt la sensi-
bilité qui leur a donné cette sa-
gacité, cette finesse de pénétra-
tion, par laquelle ils ont senti,
apprécié & employé des choses
qui échappent au commun des
hommes : sans elle tout homme
ext Parnasse. i i
cftune froide machine adaptée
aux événemens d'ici-bas, tandis
que l'autre les gouverne fouve-
rainemenc. Aufïi est-ce à ce di-
vin feu que la raison allume fou
flambeau, que les passions pren-
nent les couleurs dont elles se
parent à nos yeux, que les ta-
bleaux de l'imagination s'embel-
lissent, & que la vertu &: la vé-
rité se propagent.
Les habitudes, les occupa-
tions, les societés ne contribuent
pas peu à changer ou atténuer la
force ou le degré de l'esprit. Il
arrive très-souvent que non-seu-
lement elles les gênent, elles les
V If 4
£ ÏAcceJJbiré -
détournent ; mais elles Fabfbr- «
bent, elles r etouffent. Première-
ment la misère ôte cette noble
assurance, cette facilité d'expres-
i
fioii 1 & resserre les idées; parce-
que perpétuellement frappés par
des objets bas, rampans ou dé-
goutans, l'esprit malgré lui - me-'
me s'y plie, abat son vol &*
s' accoutume, à ramper dans Ia-
1
médiocrité. Si malgré cette triste
vine il ose tirendre quelquefois
l) .1 l
son esTor &c s' élever jusqu'a la
région du beau, le ton humble
o J
& commun avec lequel-il pro-
nonce chaque pensée, la couleur :
sombre dont il les teint, les moni

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.