Aguets

De
Publié par

«Cette fois nous n'avons plus le prétexte de Rome, de l'Italie, du voyage, du spectacle du monde : el viajo que narro es... autour de ma chambre, comme dit Carlos Argentino Daneri, l'admirable et ridicule poète, Second Prix National de Littérature, que Borges met cruellement en scène dans son Aleph. Et les aguets dont il est ici question sont bien souvent déçus, fatalement. Peuvent-ils offrir autre chose, dès lors, qu'une décevante lecture? Pertinente inquiétude, certes, si je puis me permettre. Tandis que, d'un autre côté..., comme dit cette fois Laforgue, qu'en serait-il, je vous prie, d'une lecture qui ne serait pas décevante ? La littérature – nous n'y prétendons pas tout à fait, mais tout de même – la littérature ne commence-t-elle pas à la phrase qui ne fait pas absolument son travail, qui ne dit pas exactement ce qu'on s'attendrait à ce qu'elle dît, qui ne donne pas ce qu'on a payé pour qu'elle nous fasse entendre? Et le comble de la forme journal, d'autre part, son essence, sa fin, son fin des fins, ne serait-ce pas de montrer un homme qui tiendrait avec une si maniaque assiduité son journal qu'il ne pourrait plus avoir d'autre activité journalière que celle-là, puisqu'elle lui prendrait tout son temps? J'écris que j'écris Aguets, voilà quoi. Si notre scribe avait une existence palpitante, au contraire, s'il faisait tous les matins la révolution, l'après-midi la guerre, le soir l'amour et la nuit la critique de la Raison pure, non sans déjeuner entre temps avec Gorbatchev, goûter avec le prétendant au trône de Moldavie pour finalement dîner avec Arielle Dombasle, ou Marie-France Garaud, voire Bertrand Poirot-Delpech, ou l'inverse, je ne sais plus, il se ferait la part trop belle, à mon avis, et ce ne serait plus de jeu, vraiment. Ici rien de tel, rassurez-vous. Rien dans les mains, rien dans les poches (encore que...). Lisez Aguets, je ne saurais trop vous le conseiller : on s'y tient les côtes de bout en bout. C'est un bloc de pur glamour. Et l'on reste pantois de voir l'univers entier avec ses plages, ses bars, ses basiliques, ses cuisines, ses critiques littéraires, ses tragédies et ses beaux promenoirs, tenir à l'aise dans une si mince plaquette.»
Publié le : lundi 15 octobre 2012
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818013069
Nombre de pages : 412
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Aguets
EGLOGUES
I. II. III.
DUMÊMEAUTEUR
RenaudCamus,Passage,ÉditionsFlammarion,collection«Textes»,1975. DenisDuparc,Échange,ÉditionsFlammarion,collection«Textes»,1976. 1.RenaudCamus&TonyDuparc,Travers,ÉditionsHachette/P.O.L,1978. 2.Jean-RenaudCamus&DenisDuvert,Été(TraversII),ÉditionsHa-chette/P.O.L,1982.
AutreslivresdeRenaudCamus
Chroniquesautobiographiques Tricks,ÉditionsMazarine,1979.Nouvelleéditioncomplétée,Persona, Éditiondéfinitive,P.O.L,1988. Journald'unVoyageenFrance,ÉditionsHachettelP.0.L,1981. Journalromain1985-1986,ÉditionsP.O.L,1987. Vigiles(Journal1987),ÉditionsP.O.L,1990. Aguets(Journal1988),ÉditionsP.O.L,1990.
Roman RomanRoi,ÉditionsP.O.L,1983. RomanFurieux,ÉditionsP.O.L,1987.
1982.
ÉLÉGIES I.Élégiespourquelques-uns,ÉditionsP.O.L,1988. II.L'ÉlégiedeChamalières,Sables,1989. III.L'ÉlégiedeBudapest,inLeVoyageàl'Est(ouvragecollectif),Éditions BallandetLaMaisondesÉcrivains,1990. IV.LeBorddesLarmes,ÉditionsP.O.L,1990.
MISCELUNÉES I.BuenaVistaPark,ÉditionsHachette/P.O.L,1980. II.Notesachriennes,ÉditionsHachette/P.O.L,1982. III.Chroniquesachriennes,ÉditionsP.O.L,1984. IV.NotessurlesManièresdutemps,ÉditionsP.O.L,1985. V.Esthétiquedelasolitude,ÉditionsP.O.L,1990.
RenaudCamus
Aguets
Journal1988
P.O.L 8,villad'Alésia,Paris14e
@P.O.Léditeur,1990 ISBN2-86744-192-7
àcegrenier,satable, sesfenêtresetlavue
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant