//img.uscri.be/pth/0a8c0529d7c494861e4654b6921e06737cf465dd
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Aimé Césaire

De
191 pages
Le Cahier de Césaire, ce poème fondateur de la négritude, est celui d'un voyage de retour au pays natal, la Martinique. Il constitue un discours à la fois obsessif et fermé, ouvert et polysémique. Les étudiants et le public en général trouveront dans ce volume une présentation des principaux mouvements anthropologiques et des thèmes du poème, une biographie d'Aimé Césaire, un contexte socio-historique de l'oeuvre et une lecture à vol d'oiseau du Cahier.
Voir plus Voir moins

Achevé d'imprimer par Corlet Numérique - 14110 Condé-sur-Noireau en France 51151 - Dépôt légal: juin 2008 - Imprimé N° d'Imprimeur:

Aimé Césaire
Cahier d'un retour au pays natal

Classiques francophones Collection dirigée par Hédia Khadhar
La Collection « Classiques francophones» propose des analyses critiques d'œuvres aujourd'hui incontournables de la littérature francophone. Didactique et bien fournie sur le plan documentaire, elle s'adresse en priorité aux enseignants et aux étudiants.

Déjà parus

Brigitte RIERA, Journaliers d'Isabelle Eberhardt, 2008. Afifa MARZOUKI, Agar d'Albert Memmi, 2007. Gabrielle SAID, Ti-Jean ['horizon de Simone Schwartz-Bart, 2007. Martine MATHIEU-JOB, Le Fils du pauvre de Mouloud Feraoun, 2007. Lilian PESTRE de ALMEIDA, Cahier d'un retour au pays natal d'Aimé Césaire, 2007.

Lilian Pestre de Almeida

Aimé Césaire
Cahier d'un retour au pays natal

L 'HARMATTAN

@ L'HARMATTAN, 5-7, rue de l'École-Polytechnique,

2008 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan l@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-05922-1 EAN : 9782296059221

Présentation.

Ce volume de la collection L'Harmattan prétend essentiellement être une introduction au Cahier d'un retour au pays natal, d'Aimé Césaire, dans son intégralité: il s'adresse tout d'abord à des étudiants et au public en général. Dans ce sens, chaque fois que le lecteur voudra avoir une perspective plus large ou une analyse plus fouillée sur un thème ou un passage plus opaque du poème, il devra consulter l'édition critique ainsi que l'étude génétique que nous proposons dans Planète Libre. Lire le Cahier est une tâche à la fois urgente et difficile: urgente parce que le poème reste, malgré l'admiration enthousiaste et le foisonnement des études, assez mal connu; difficile, car l'accès à un texte de base, absolument fiable et sans coquilles, n'est pas encore possible. Le Cahier de Césaire est, depuis les textes de Breton, «Un grand poète noir» et de Sartre, « Orphée noir », l'objet d'innombrables thèses, études et commentaires. C'est de loin le texte le plus cité et le modèle le plus invoqué de la poésie de la Négritude. Cependant, l'absence d'une édition critique a rendu malheureusement obsolètes plusieurs de ces études et de ces commentaires. L'édition critique du Cahier ainsi que son étude génétique fouillée sont en cours de préparation et elles seront publiées par la collection Planète Libre. Comme on le sait, le Cahier a mis presque vingt ans pour atteindre l'édition, dite définitive par le poète luimême, celle de Présence Africaine, de 1956. Sur une période faste de la production césairienne qui va de 1939 jusqu'à la publication de Les Armes miraculeuses en 1946, par Gallimard, ou encore l'édition définitive du Cahier en 1956 par Présence Africaine, il y a finalement un nombre restreint d'études d'ensemble vraiment capitales: nous les 7

indiquons dans la bibliographie à la fm de ce volume. C'est pour Césaire une période bouillonnante de créations extraordinaires et d'expériences radicales, de poèmes fulgurants et difficiles. Le Cahier rassemble lui seul la presque totalité des études et plutôt rares sont encore les tentatives systématiques de lecture du poème tout entier. De tout cet ensemble poétique couvrant dix, vingt ans de production, on a fini par garder à la mémoire un certain nombre de passages et d'images, et par établir petit à petit une sorte d'anthologie de base, c'est-à-dire, un découpage d'extraits,

-

le plus « engagés»

souvent les passages les plus clairement ou les moins opaques -, sur le héros, le

rebelle, la révolte, le marronnage, la négritude et l'identité. Ce découpage offre cependant, dans la plupart des cas, une vision édulcorée, platement didactique et fade de la poétique césairienne: il élimine la polysémie et appauvrit, de façon parfois désastreuse, la trame intertextuelle. Parfois même la lecture la plus courante frise le contresens. Il y a une raréfaction de la densité et partant de l'opacité. Les passages les plus obscurs - ou les plus éblouissants - restent le plus souvent ignorés, presque oubliés, sans un effort de lecture. On trouvera donc dans les pages qui suivent une lecture du poème à savoir: a) des indications sur biographiques l' auteur (chapitre I); b) un panorama socio-historique schématique où s'insèrent le poète et son œuvre (chapitre II) ; c) l'analyse de l'évolution du Cahier, elle-même fort longue et complexe, de 1939 à 1956, avec la description très résumée des différentes versions et un aperçu sur la mouvance du poème le long des ans (chapitre III) ;

8

d) une présentation à vol d'oiseau des principaux mouvements du poème, composé comme une sorte de symphonie (chapitre IV) ; e) la lecture synthétique de ses principaux thèmes distribués dans les trois grands mouvements dégageant en particulier le début, le milieu et la fin du poème (chapitre V) et f) l'analyse des structures anthropologiques qUI informent l'imaginaire césairien (chapitre VI). Suivent encore trois courts chapitres: la conclusion centrée sur des aspects fondamentaux du poème qui sont: son inachèvement intrinsèque et son rapport vital à l'oralité traditionnelle, le rythme alternant systoles et diastoles et l'occultation d'un certain nombre de thèmes qui restent sous-jacents à la trame (chapitre VII); un choix de témoignages de poètes ou d'écrivains importants sur le Cahier pouvant servir comme des points de départ pour de nouvelles lectures (chapitre VIII) et une bibliographie essentielle commentée (chapitre IX).

9

J. Biographie d'Aimé Césaire.
La composition du Cahier s'échelonne sur vingt ans environ, à partir de 1936: pour cette raison, la biographie de Césaire ci-dessous insiste surtout sur les années de formation du poète et la première phase de sa production. On y dégage également les rencontres importantes - rencontres de personnes, d'oeuvres et de lieux - qui ont marqué profondément l'homme et son oeuvre. Il s'agit ici de suggérer, de façon très générale, une trame d'influences et de thèmes, de questions et d'intérêts communs. L'élaboration du Cahier s'insère dans un réseau intertextuel (à la fois classique et moderne) particulièrement dense et annonce à distance grand nombre de textes du poète. Ce poème constitue la matrice même de l' œuvre césairienne.
1. Les années de formation: de la Martinique natale à la fin des études à Paris (1913 -1938) Cette période initiale va de la naissance du poète dans un petit bourg du nord-est de la Martinique aux études à Paris. 1913 . Naissance d'Aimé Césaire le 26 juin au sein d'une famille nombreuse et pauvre à Basse Pointe, petite commune du nord-est de la Martinique, au bord de l'Océan Atlantique. La côte est particulièrement sauvage et la montagne, très boisée. Son grand-père est le premier Noir enseignant en Martinique, sa grand-mère, de façon tout à fait inhabituelle pour une femme de sa génération, sait lire et écrire et apprend à ses petits-enfants à lire très tôt. Fernand, le père, est petit fonctionnaire. Eléonore, la mère, est couturière. 1931 - À 18 ans, Aimé Césaire, élève brillant du Lycée Schoelcher de Fort-de-France, quitte la Martinique en tant que boursier du gouvernement français. Il entre au Lycée Louis le Grand, à Paris. C'est là qu'il rencontre, dès son arrivée, le Sénégalais Léopold Sédar Senghor (né à Joal en 1906), son aîné de quelques années, qui le prend sous sa protection. Au contact des jeunes Africains étudiants à Paris, Césaire et son ami Léon Gontran Damas (né à Cayenne en 1912 et son 11

condisciple au Lycée Schoelcher en 1925-26) découvrent progressivement la composante africaine de leur identité à mesure qu'émerge chez eux une conscience claire de la situation coloniale vécue dans leurs pays d'origine. Damas dans ses oeuvres évoquera la Guyane et Césaire, la Martinique. 1934 - Septembre: Césaire fonde avec ses amis africains et antillais (Ie Guyanais Léon Gontran Damas et les Sénégalais Léopold Senghor et Birago Diop), la revue L'Étudiant noir (6 numéros en deux ans). C'est dans les pages de cette revue que s'ébauche le concept de la négritude mais le mot, lui-même, n'apparaît pour la première fois que dans le Cahier d'un retour au pays natal. Le concept, forgé par Aimé Césaire en réaction à l'oppression culturelle du système colonial, vise à rejeter d'une part, le projet d'assimilation culturelle et d'autre part, la dévalorisation du fonds africain. Une jeune martiniquaise, Suzanne Roussi, travaille à la rédaction de la revue L'Etudiant noir. Césaire l'épousera en 1937. Césaire et Senghor, devenus très proches, sont influencés par les écrivains noirs américains de la Harlem Renaissance, comme Langston Hugues, Claude Mc Kay, Countee Cullen. Ils s'intéressent également aux travaux d'anthropologues tels que Léo Frobenius ou Maurice Delafosse, moins hostiles et moins méprisants à l'égard des cultures africaines. Césaire fréquente le Musée de l'Homme et le Louvre, surtout les Antiquités égyptiennes. Damas suit les cours de Marcel Mauss. Ces lectures, ces recherches et ces questionnements feront de Césaire, de Senghor et de Damas, les pères de la Négritude. Césaire est admis à l'École Normale Supérieure de la rue d'Ulm et deviendra président de l'Association des étudiants martiniquais. 1936 - Césaire passe les grandes vacances en Dalmatie, invité par un ami yougoslave, Petar Guberina. Devant sa fenêtre, une île à l'horizon: elle s'appelle Martiniska. Elle lui rappelle son île natale. Césaire commence la rédaction du Cahier d'un retour au pays natal, « évocation sur la côte dalmate de mon île », dira-t-il. Petar Guberina signera, en 1956, la préface du Cahier de l'édition dite définitive (Présence Africaine, 1956). 1937 - Césaire épouse sa collègue martiniquaise, Suzanne Roussi. Née le Il août 1915, Suzanne avait fait ses études à Toulouse et à Paris. Le couple aura six enfants: quatre garçons (Jacques, Francis, Marco, 12

Jean-Paul) et deux filles (Ina et Michèle). Léon Damas publie son premier livre de poésies, Pigments (Guy Lévis Mano), volume illustré d'un bois gravé. Robert Desnos en fait l'éloge. L'ouvrage est saisi et interdit en 1939 pour atteinte à la sûreté de l'Etat. Le volume sera réédité en 1962 par Présence Africaine. 1938 - Césaire prépare sa sortie de l'Ecole normale supérieure avec le

mémoire intitulé

«

Le Thème du Sud dans la littérature négro-

américaine des USA ». Damas publie Retour de Guyane (Corti). De retour d'une mission ethnographique consacrée aux « survivances africaines dans le Nouveau Monde », Damas, acquis aux enseignements de Marcel Mauss, y rassemble une vaste documentation éclectique pour brosser le tableau d'un pays colonial. L'ouvrage est bientôt saisi et interdit. 2. Le retour à la Martinique et la période de la Guerre dans les Caraibes (1939. 1945) La guerre vécue en grande partie à la Martinique est une période bouillonnante de création, de rencontres et d'expériences. 1939 - Août: publication du Cahier d'un retour au pays natal dans la revue Volontés, à Paris. Le couple Césaire, peu de temps avant la guerre, rentre par bateau à la Martinique. Aimé et Suzanne Césaire sont tous les deux professeurs au Lycée Victor Schoelcher, de Fort-de-France. 1941 - En réaction contre le statu quo culturel martiniquais, Aimé et Suzanne Césaire, épaulés par René Ménil et Aristide Maugée, fondent la revue culturelle Tropiques, dont le projet est la réappropriation et l'approfondissement par les Martiniquais de leur patrimoine culturel. La Guerre se traduit pour la Martinique par un blocus qui coupe l'approvisionnement de l'île par la France. Période très dure mais intéressante du point de vue économique: l'île, appauvrie et isolée, est obligée de survivre renfermée sur elle-même. La Martinique vit une expérience d'autosuffisance forcée. En plus d'une situation économique très difficile, le représentant de Vichy, l'Amiral Robert, instaure un régime répressif, dont la censure vise directement Tropiques. La revue paraîtra, avec difficulté, jusqu'en 1945. C'est pour cette revue que Suzanne Césaire écrit les seuls essais qu'elle a publiés - sept textes au total. Césaire et Ménil signent de nombreux textes d'ailleurs fort divers: poèmes, une introduction à la littérature orale, analyses, traductions, anthologies, etc. L'ensemble de Tropiques sera réédité en 1978 (Ed. Jean-Michel Place). 13

En 1941 encore, arrive à la Martinique, Ie vapeur Le Capitaine Paul-Lemerle en route vers les Etats-Unis. Sur le bateau, parti de Marseille au mois de mars, avaient pris place plus de trois cent cinquante artistes et intellectuels (français et étrangers), considérés comme des indésirables par le régime de Vichy. Parmi eux voyagent Claude Lévi-Strauss, Victor Serge (le révolutionnaire compagnon de Lénine et de Trotski), André Breton et le peintre cubain Wifredo Lam. La rencontre de Césaire avec André Breton et Wifredo Lam est particulièrement importante et portera des fruits. Wifredo Lam fera connaître le Cahier à Cuba. Une traduction du poème en espagnol apparaît dès 1943: elle est signée par Lydia Cabrera. D'autre part, la peinture de Lam, métis de Noir et de Chinois, semble correspondre désormais à l'imaginaire césairien. La collaboration entre les deux hommes persistera longtemps. Le séjour d'un mois à la Martinique compte doublement pour Breton: c'est d'abord la découverte d'une nature tropicale dont la « végétation forcenée» rejoint sa mythologie d'enfance; elle inspire certains des poèmes en prose de Martinique charmeuse de serpents (1948). C'est surtout pour Breton la rencontre d'un poète inconnu, Aimé Césaire, dont il salue l'importance dans « Un grand poète noir », article qui deviendra la préface de l'édition Bordas, de 1947 (avec frontispice de Lam). Breton rédigera, en 1944, la préface du recueil Les Armes miraculeuses, qui marque le ralliement officiel de Césaire au surréalisme. Un texte important et peu connu, de René Ménil, dans Tracées (1981), explore avec perspicacité l'impact du Cahier sur la poétique et les idées de Breton lui-même. 1942 - Avril: Césaire publie dans Tropiques un fragment de poème qui sera plus tard, en partie, incorporé aux éditions successives du Cahier: cela prouve que le poème reste encore en chantier et que le poète s'essaie à des poèmes à caractère épique. Le problème est loin d'être complètement étudié. 1943 - Retama al paîs natal. Edition en espagnol. Traduction de Lydia Cabrera, préface de Benjamin Péret, illustration de Wifredo Lam. La Havane. (Ediciones Molina y Campania). 1944 - Invité à Port-au-Prince par le docteur Pierre Mabille, attaché culturel de l'Ambassade de France, Aimé Césaire passe six mois en Haïti, pour une série de conférences. Ce séjour est fort important pour 14

le Cahier. Le retentissement de ces conférences sur les milieux intellectuels haïtiens est très grand. Le jeune René Depestre rencontre alors Césaire. Le docteur Mabille, engagé auprès du général de Gaulle et médecin de haute formation scientifique, était assez connu dans les milieux littéraires parisiens et parmi les peintres d'avant-garde. Il fréquentait Breton, le peintre Cubain Wifredo Lam et encore Jacques Roumain. C'est donc en Haïti que Césaire découvre un autre pays de la Caraïbe et tisse de nouveaux liens en particulier avec ce qu'on appellera bientôt les Amériques noires (Roger Bastide). Ce séjour haïtien aura une forte et durable empreinte sur Césaire et sur son œuvre. Le poète répète souvent que c'est en Haïti qu'il a perdu son bégaiement. Les versions du Cahier après le séjour
en Haïti, - en particulier la version Brentano's

- , portent

la marque de

l'univers du vaudou et évoquent le souvenir des figures mythiques du quimboiseur et du marron. Césaire découvre en Haïti une culture vivace où la langue créole occupe une place centrale dans la vie d'un peuple, une religion (le vaudou) et une peinture populaires, et encore une histoire révolutionnaire. Il écrira un essai historique sur Toussaint Louverture et les conséquences de la Révolution française aux Antilles et consacrera une pièce de théâtre au Roi Christophe. Dans ses derniers recueils, en particulier dans moi, laminaire... , Césaire reprend la forme des orikis, petits poèmes souvent énigmatiques pour saluer les loas (divinités du vaudou) ; il actualise par là, dans la langue française, un usage de la langue créole.

3. L'expérience politique au PCF aux Antilles et à Paris:
maire et député (1945

-1955)

Ces dix années sont importantes dans la vie de Césaire; elles vont de l'adhésion officielle au PCF à l'éloignement progressif au moment de la crise de l'invasion de la Hongrie. Malgré sa carrière politique, il continue à écrire et à publier des poèmes. 1945 - Alors que son engagement littéraire et culturel constitue le centre de sa vie, Césaire est happé par la politique dès son retour en Martinique. Pressé par les communistes, il accepte de se présenter comme candidat sur les listes du PCF. Le soutien de Pierre Aliker au « nègre» Césaire apporte symboliquement à celui-ci la caution de ce qu'on appelle à la Martinique la «mulâtraille» (la bourgeoisie mulâtre). Césaire est élu maire de Fort-de-France, à 32 ans. L'année suivante, il est député de la Martinique à l'Assemblée Nationale. Il 15

partagera désormais sa vie entre Paris et Fort-de-France. Le député Aimé Césaire retrouve à l'Assemblée Nationale, le député Léopold Sédar Senghor, du Sénégal. 1946 - Césaire, allant dans le sens de ce que demandent ses électeurs, présente et soutient la départementalisation de la Martinique, de la Guadeloupe, de la Guyane et de la Réunion, ex-colonies françaises. Elles deviennent juridiquement des DOMs (Départements français d'Outre-Mer). Ce changement de statut correspond à une demande forte du corps social, souhaitant accéder aux moyens d'une promotion sociale et économique. Conscient du rôle du nouveau statut comme réparation des dégâts de la colonisation, Césaire reste néanmoins conscient du danger d'aliénation culturelle qui menace les anciens colonisés. Césaire publie Les Armes miraculeuses, poésie (Gallimard), son recueille plus surréaliste. 1947 - Damas publie son anthologie Poètes d'expression française (Seuil). En 1947, sortent deux éditions du Cahier: Cahier d'un retour au pays natal! Memorandum on my Martinique. Édition bilingue. New York, Brentano's et Cahier d'un retour au pays natal. Préface d'André Breton, frontispice de Wifredo Lam, Paris, Bordas. Il est à noter que les deux éditions du Cahier, publiées la même année (1947), l'une à New York et l'autre à Paris, sont très différentes l'une de l'autre et constituent au fond deux étapes du poème. Le texte de Brentano's est de loin le plus surréaliste. Le texte de Bordas présente de nombreux ajouts, mais constitue au fond un retour au plan original de l'œuvre tandis que le plan de Brentano's s'en éloignait. Novembre, à Paris: Césaire participe à la fondation de la revue Présence Africaine, sous l'impulsion, entre autres, d'Alioune Diop, Paul Niger et Guy Tirolien. Léopold Sédar Senghor, Léon Gontran Damas, Birago Diop et le poète Malgache Jacques Rabemananjara y participent également. Le rôle de rassembleur d'Alioune Diop s'avère particulièrement important. Diop, directeur de la revue puis de la maison d'édition, avait touché auparavant à l'enseignement et à l'administration. Dépeint souvent comme un homme discret, voire timide, par ses amis, il n'en sera pas moins le fil conducteur de 16

plusieurs événements et mouvements. En effet, la maison d'édition Présence Africaine est à l'origine de deux Congrès d'écrivains et artistes noirs, en 1956 à Paris et à Rome, en 1959, ainsi que de la naissance de la Société africaine de Culture (SAC). Diop participera encore à la tenue du 1er Festival mondial des arts nègres à Dakar en 1966 et de celui des arts et de la culture, organisé au Nigéria, en 1977. 1948 - Senghor publie son Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française, précédée d'une préface, Orphée noir,

de Jean-Paul Sartre (PUF). La préface aura un grand retentissementet
fera connaître les nouveaux poètes. Césaire publie Soleil cou coupé, poésie (Ed. K), autre volume marqué par le surréalisme. Damas est élu député de la Guyane à la place de René Jadfard, mort dans un accident d'aviation. Damas siège parmi les socialistes SFIO de 1948 à 1951. À ce moment, le trio CésaireSenghor-Damas se retrouve à l'Assemblée Nationale. 1949 - Césaire publie Corps perdu,
Picasso (Ed. Fragrance)

poésie, avec des illustrations de

1950 - Césaire publie dans la revue Présence

Africaine,

son Discours

sur le colonialisme, charge virulente et analyse implacable de l'idéologie colonialiste européenne, qu'il compare avec audace au nazisme auquel l'Europe vient d'échapper. Il prend ses distances à l'égard du PCF. Le Discours sur le colonialisme, essai, est repris en volume (Ed. Réclame). Le texte aura une édition revue et augmentée, en 1955, chez Présence Africaine. 4. Fondation du PPM (Parti Progressiste Martiniquais) : action politique et création poétique (1956 1961) Les années qui suivent l'abandon du PCF sont une période très importante du point de vue culturel et politique. Elles voient la création d'un nouveau parti politique et la participation de Césaire à des congrès internationaux. Le poète publie enfin l'édition définitive du Cahier: 20 ans se sont écoulés depuis le début de la rédaction du poème face à une île de la mer Adriatique. 1956 - Césaire, indigné par la position du Parti Communiste Français face à l'invasion soviétique de la Hongrie en 1956, démissionne avec éclat. Il justifie son attitude dans la fameuse Lettre à Maurice Thorez (Présence Africaine) : cette lettre ouverte aura un grand impact dans

-

17

toute l'Afrique francophone et en Amérique latine, bien que son rôle soit encore mal étudié. Publication de Et les chiens se taisaient, version théâtrale (Présence Afiicaine). Publication de la version définitive du Cahier d'un retour au pays natal (Présence Afiicaine) 1er Congrès d'écrivains et artistes noirs, à Paris. Cet événement pose, du point de vue culturel, les fondements des revendications du monde noir francophone. Césaire y présente une communication intitulée « Culture et colonisation ». Sont présents, en plus des amis très proches et parmi d'autres: Amadou Hampaté Bâ, Jacques Stephen Alexis, Frantz Fanon, Jean Price-Mars, Jacques Rabemananjara, Richard Wright,
1958

-

Césaire fonde, à Fort-de-France,

deux ans après sa démission

du PCF, le PPM (Parti Progressiste Martiniquais). Son ami, le Docteur Pierre Aliker, l'accompagne, comme toujours. Pierre Aliker est le &ère d'André Aliker, secrétaire du Parti Communiste Martiniquais, assassiné en 1934. L'amitié entre les deux hommes est à l'exemple de celle de Montaigne et La Boétie. L'entente et la collaboration entre Aimé Césaire et le docteur Aliker traversent jusqu'à nos jours 1'histoire politique et intellectuelle de la Martinique. Le mot d'ordre d'autonomie de la Martinique est au cœur du discours du PPM. Césaire, élu jusqu'en 1956 sur la liste du PCF, se représente, est réélu, et son parti remporte 82% des suffiages. À partir de ce moment, Césaire fait campagne pour l'autonomie de la Martinique, toujours à l'intérieur du système français. Le poète conservera son mandat de député pendant 48 ans, et sera maire de Fort-de-France pendant 56 ans. Il se retirera de la vie politique en 1993, à l'âge de 80 ans. Il siège à l'Assemblée Nationale comme noninscrit de 1958 à 1978, puis comme socialiste de 1978 à 1993. Il restera maire de Fort-de-France jusqu'en 2001. 1959

- II Congrès

d'écrivains et artistes noirs, à Rome.

1960 - Ferrements, poésie (Seuil ). 1961- Cadastre, poésie (Seuil): édition réunissant la version définitive des volumes précédents Soleil cou coupé et Corps perdu. Toussaint Louverture: la Révolution française et le problème colonial, essai (Club français du livre), réédité par Présence Africaine 18