Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Ainsi chantait Marsyas...

De
65 pages

pour F.v.K.

Omon Unique, o mon Élu, dont la lèvre gonflée
Evoquait le plaisir qui plus tard mentira,
Sourcils gamins ; gestes soyeux, langueur voilée,
Brulûres del’amant, dont l’étreinte accablée

Criait l’ardeur de mes bras,

Narines voltigeant sur les coins du nez frêle,
Rayon de clair de lune endormi près des dents,
Lys pur d’un torse, élan du cou, et vous, prunelles,
Qui semblez mourir presque en abaissant les ailes

Des longs cils d’ombre frémissants,

Seins tiédis sur lesquels s’exténuent des opales,
Aisselle, vapeurs d’or au fond d’un clair obscur,
Talons brunis, mollets nerveux, odeurs du mâle,
Ventre, dont l’encens rose étreint la voix qui râle

Ivre des temples de Nagpur,

O beauté !

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Mémoires épicuriennes III

de les-editions-de-l-interdit

Essences

de evidence-editions

Illustration

À propos de Collection XIX

Collection XIX est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…

Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces fonds publiés au XIXe, les ebooks de Collection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.

Jacques d' Adelswerd-Fersen

Ainsi chantait Marsyas...

Poèmes

VOLUPTUAIRE

pour F.v.K.

Omon Unique, o mon Élu, dont la lèvre gonflée
Evoquait le plaisir qui plus tard mentira,
Sourcils gamins ; gestes soyeux, langueur voilée,
Brulûres del’amant, dont l’étreinte accablée

Criait l’ardeur de mes bras,

 

Narines voltigeant sur les coins du nez frêle,
Rayon de clair de lune endormi près des dents,
Lys pur d’un torse, élan du cou, et vous, prunelles,
Qui semblez mourir presque en abaissant les ailes

Des longs cils d’ombre frémissants,

 

Seins tiédis sur lesquels s’exténuent des opales,
Aisselle, vapeurs d’or au fond d’un clair obscur,
Talons brunis, mollets nerveux, odeurs du mâle,
Ventre, dont l’encens rose étreint la voix qui râle

Ivre des temples de Nagpur,

 

O beauté ! Comment donc m’as tu fait ton esclave ?
Par quelle aube d’amour, par quel soir, par quels sorts
Ais-je été lanciné d’une émotion grave,
Et condamné, depuis, à souffrir de l’entrave

D’un beau visage ou d’un beau corps ?

DÉDICACE

Rien ne pourra plus t’arracher de mes bras :
Dieu lui même ne descellerait pas nos lèvres....
Tu es mon sang, tu es ma chair, tu es ma fièvre !
Et tu es le seul bien qu’on-ne me prendra pas !

 

Pour toi, tout ce que j’ai de pur et de beau dans la vie
A dormi sans réveil depuis l’Éternité.
Et j’ai vécu des instants ivres de beauté,
Si grands,,... que mon âme en reste inassouvie

 

Et qu’elle chante à tes pieds blancs, comme César !

NINO

Ton nom, c’est de la lumière

Et du ciel bleu,

Un fil de soleil en prière

Au fond des yeux

 

C’est la langueur italienne

Dans un baiser

Autour duquel mon ame vienne

Agoniser.....

 

C’est le parfum suave et triste

Des morts de fleurs,

De ces fleurs rares qui n’existent

Qu’en notre coeur !

 

Et c’est l’appel aux voix lointaines

De ces pastours

Qui dans la campagne Romaine
Chantent sur les pipeaux leurs peines

Au long du jour... !

LA VICTIME RAVIE

Toute ma force est blottie au coin de tes lèvres,
Frêle coupe de sang aux morbides saveurs
Jamais tu ne sauras le rêve ou la langueur
Qui exilent mes yeux vers ton changeant visage !

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin