//img.uscri.be/pth/59a8684ccd5f875a078ac1431bfdcecb6814adbb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Album de la belle Rose

De
64 pages

Rose mystique ! priez pour moi.

SAINTEROSE !

Du fond silencieux d’une tombe chérie,
Une voix m’a crié, pendant ma rêverie
« Je suis l’ange gardien de tes malheureux jours...
De la part du vrai Dieu, je viens vers ta souffrance
Te dire où, pour tes maux et pour ta délivrance,
Tu trouveras un baume efficace toujours ! »

Ému, j’ai soulevé ma tête appesantie,
J’ai cherché de quel point la voix était sortie ;
Mais l’ange n’avait pas laissé de trace au sol !

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
Illustration

À propos de Collection XIX

Collection XIX est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…

Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces fonds publiés au XIXe, les ebooks de Collection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.

Sventurato

Album de la belle Rose

Le Seigneur est ma lumière et mon sauveur : qui pourrai-je craindre ? Le Seigneur est le puissant protecteur de ma vie : qui pourrai-je redouter ?

(Ps. XXVI, v. 1 et 2.)

A SAINTE ROSE DE LIMA

Rose mystique ! priez pour moi.

SAINTEROSE !

I

Confitemini Domino quoniam bonus, quoniam in sæculum misericordia ejus.

(Ps. CVI, V. 1.)

 

 

Du fond silencieux d’une tombe chérie,
Une voix m’a crié, pendant ma rêverie
« Je suis l’ange gardien de tes malheureux jours...
De la part du vrai Dieu, je viens vers ta souffrance
Te dire où, pour tes maux et pour ta délivrance,
Tu trouveras un baume efficace toujours ! »

 

 

Ému, j’ai soulevé ma tête appesantie,
J’ai cherché de quel point la voix était sortie ;
Mais l’ange n’avait pas laissé de trace au sol !....
Et je n’espérais plus, quand au fond de mon âme
Un souvenir bien cher m’a dit : « Je suis la femme
Qui de l’ange du Christ relèvera le vol !.... »
Merci, Rose, merci ! l’absence ni les larmes
N’ont jamais altéré les ineffables charmes
Qu’a dans mon cœur fidèle imprimé notre adieu.
Fleur pour moi sans épine et toujours embaumée,
O Rose, qu’aimait tant ma mère bien-aimée,
Votre doux souvenir est l’ange du bon Dieu !

II

Mon frère ! c’est vers toi que mon espoir s’élance,
Quand l’envie et l’orgueil, outrageant mon silence,
Dans leur vain désespoir comptent m’anéantir !
O bon ange gardien ! En ma peine cruelle,
O Rose de Lima, fleur, femme, ange fidèle,
Embaume, aide et soutiens l’ange de l’avenir !

 

Ton nom est dans ma vie une propice étoile...
Enfant naissant, ton nom illumina le voile
Qui de ma destinée environnait le cours...
Ton nom est le premier qu’entendit mon oreille ;
La voix qui le nommait alors était pareille
A la voix qui me dit d’implorer ton secours !....

 

Et je n’hésite pas, et j’obéis, et j’ose,
Ranimé par ton nom trois fois béni de Rose,
T’appeler aujourd’hui vers l’excès de mon deuil !
Viens, quand l’aveuglement, de méprise en méprise,
Vingt ans, à l’innocent s’acharne et le méprise...
Viens, Rose ! viens tirer Lazare du cercueil !....

 

 

SVENTURATO.

Paris, le 19 avril 1854.

A MES SŒURS

LES HIRONDELLES

GLOIRE A LA TRÈS-SAINTE TRINITÉ.

 

Voltigez, hirondelles !
Voltigez près de moi...
Et reposez vos ailes
Au faîte des tourelles,
          Sans effroi.

Voltigez gracieuses
Et fredonnant l’amour ;
Que vos plumes soyeuses
Touchent mystérieuses
          Mon séjour.

(VOLNY L’HOTELIER, Dernièresillusions, p. 207, 1835.)

 

Confitebor tibi, Domine, in toto corde meo, in consilio justorum et congregatione.
Magna opera Domini exquisita in omnes voluntates ejus.

(Ps. c, v. 1 — 2.)

I

Mes sœurs, mes douces sœurs, hirondelles chéries,
Qui, joyeuses, passez devant mes rêveries,
Et qui, du bout de l’aile, en planant dans les airs,
Inspirez à ma foi de symphoniques airs...

 

Hirondelles, mes sœurs, ma première famille,
Symboles des esprits qui récréaient mes yeux,
Quand je rêvais le soir, sous la verte charmille,
De la chère oasis, de mes seuls jours heureux...

 

Muses de ma jeunesse inspirée et rêveuse,
A qui j’ai consacré mes premiers chants d’amour,
Hirondelles, mes sœurs ! Mon âme soucieuse
Se récrée à vous voir près d’elle, de retour !

 

Mais vous ne savez pas, pendant que Dieu vous berce,
Là, devant mes regards qui suivent votre vol,
Ce qu’il dit à ma foi, pendant que Jésus verse
Cette pluie, opportune à mon cœur comme au sol...

 

Vous ignorez ceci, comme l’onde elle-même,
Qui des sources de l’air s’écoule sur nos champs,
Ignore à quelles fins la main de Dieu la sème
Sur la terre, au profit des bons et des méchants !

 

Mais moi qu’il éprouva par une longue épreuve,
Comme tout ce qui doit revivre après la mort,
Je sais qu’il vous choisit pour me donner la preuve
Que tout ce qui m’advient de sa seule main sort...