Allada

De
Publié par

«Le coiffeur et l’apprenti ont transvasé l’eau d’une lessiveuse dans deux bassines en plastique. Ils ont déplié un linge et ils ont fait flamber, pour les aseptiser avant usage, les ciseaux droits et les ciseaux à effiler ainsi que le peigne métallique et la lame du rasoir lame. Puis ils ont installé une chaise au milieu du jardin car les opérations de rasage et de taille doivent s’effectuer là, dans le jardin de l’ordonnateur, entre murs jaunes et terre rouge, sur fond de lagune, de fête du mouton et de photos mortuaires.» Procédant par images agrandies et arrêtées, qui sont autant de fixations sur un passé que le présent ne cesse de hanter, ce texte évoque une Afrique déjà oubliée et pose sans relâche les questions du souvenir, du regret, des disparitions et du vide qu’elles laissent.
Publié le : mardi 26 janvier 2010
Lecture(s) : 67
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782846827997
Nombre de pages : 148
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Allada
DUMÊMEAUTEUR
chezlemêmeéditeur
LEGENREDESDAMES,roman,
LAVILLEDEPARIS,1987.
QUARANTAINE,roman,1990.
1984.
JoJO,roman,nouvelleédition,1993.
chezd'autreséditeurs
LABARBACANE,roman(encollaboration MichelBézard),Gallimard,1968.
avec
JoJO,roman,premièreédition,Hachette/P.O.L, 1982.
GérardGavarry
Allada
Récit
P.O.L 8,villad'Alésia,Paris14e
©P.O.Léditeur,1993 ISBN2-86744-378-4
Ilfaisaitnuit.
GeorgesPerec,LaDisparition.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La Balagne en chansons

de le-nouvel-observateur

Sangs froids

de ex-aequo

suivant