Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 6,49 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Publications similaires

Alternative Rock

de editions-gallimard

Le maître chanteur de Minsk

de editions-actes-sud

L'effroi

de gallimard-jeunesse

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

7

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant
Alternative Rock
F O L I O S C I E N C EF I C T I O N
Stephen Baxter, Gardner Dozois, Jack Dann, Michael Swanwick, Walter Jon Williams, Michael Moorcock, Ian R. MacLeod
Alternative Rock Traduit de langlais par JeanPierre Pugi
Gallimard
Les nouvelles « En tournée », « Elvis le rouge » et « Un chanteur mort » ont été précédemment publiées aux Éditions Denoël.
The Twelfth Album © Stephen Baxter, 1998; Touring © Penthouse International, Ltd., 1981; Red Elvis © Walter Jon Williams, 1994, publié avec laccord de lauteur c/o Baror International, Inc., Armonk, New York, USA ; A Dead Singer © Michael Moorcock, 1974; Snodgrass © Ian R. MacLeod, 1992.
©Éditions Gallimard, 2014, pour la traduction française.
S TE P HE N B AXT E R
Le douzième album
Titre original : T H E T W E L F T H A L B U M
o Première publication dansInterzoneavril 1998.n 130,
Dans les profondeurs dun transatlantique qui ne regagnerait jamais le largeet affligés par la perte de notre ami Sick Note, nous nous étions, Lightoller et moi, rendus dans les bains turcs à labandon pour nous asseoir en tailleur sur un tapis et écouter John Lennon. « Ptain de bordel, laissa échapper Lightoller. CestGive Me Some Truth, le morceau qui se trouve surImagine,maisMais quoi ? » Lightoller soutenait avoir relevé des différences dès le premier accord. Ce nétait pas à exclure. Lightoller est comme ça. « Du Lennon pur jus, ajoutatil avec morosité. Il écrit des mesures complètes à partir dune seule note, dun unique accord. Il tourne autour des harmonies comme un crabe. MaisMaisquoi? Où est ce ptain décho ? Lennon a toujours noyé sa voix dans laccompagnement. Là, cest
10
Alternative Rock
trop brut, privé dartifices. Ça fait plutôt penser aux arrangements de George Martin. » Guère intéressé par ses propos, je me plongeai dans la contemplation du plafond. Des poutrelles dorées sur un fond cramoisi. Nous navons jamais su comment Sick Note sy est pris pour saménager des quartiers à bord de ce paquebot, et dans les bains turcs pour couron ner le tout. Il sagit dune enfilade de salles au sol en mosaïque, aux murs carrelés de bleu et aux piliers lambrissés de teck sculpté. Un cauchemar quau rait pu faire la reine Victoria si Rudolph Valentino lui avait pincé les fesses. Pour citer Lightoller, Sick Note avait dû être le meilleur des ptains de por tiers de ce ptain de palace flottant. « Quils aient retenu ce morceau est logique, déclara mon ami. Lennon le leur a proposé lors des séances denregistrement deLet It Be, en février 69. Cétait leur façon de travailler. Ils tes taient déjà depuis début 1968 des chansons qui se sont retrouvées surLet It BeetAbbey Road, quand ce nest pas sur les albums quils ont enre gistrés en solo. Quia retenu cette chanson, et pourquoi? Les Beatles. Pour leur album suivant, le dou zième. » Comparé à Lightoller et Sick Note, je nai abso lument rien dun spécialiste. Cependant, je connais suffisamment les Fab Four pour relever une erreur aussi grossière.