Amarré un corps-mort

De
Publié par

Ce roman retrace les affres d'une passion homosexuelle détermine par l'injonction implicite d'une mère qui, son amant mort lors de la guerre d'Algrie, perpétuée son souvenir en lui vouant un culte idolâtre par le biais de son fils. Les lieux, les dates, les oeuvres cites ancrent la réalité. Cependant ils alimentent la machine broyer qu'est la passion amoureuse. Jean-Pierre Barbier-Jardet en tire un univers fantastique et tragique, propre notre condition humaine : les rêvées y tiennent une place prégnante ; ni doctes, ni théoriques, ils éclairent la quêtée d'une personnalité singulière.
Publié le : jeudi 1 avril 2010
Lecture(s) : 59
Tags :
EAN13 : 9782296227583
Nombre de pages : 235
Prix de location à la page : 0,0124€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
DanielCohen éditeur www.editionsorizons.com
Littératures,unecollection dirigée par DanielCohen
Littératuresest unecollection ouverte,toutentre,àl’écrire, quelle qu’ensoitlaforme: roman,récit, nouvelles,autofiction, journal;démarche éditorialeaussivieille que l’édition elle-même. S’il estdifficile deblâmerles ténorsdecelle-ci d’avoireule goûtdes genresqui lui ont ralliéun large public, ilreste que, prescripteurs ici,concepteursde laformeromanesque là,comptablesdeces prescriptionsetdeces conceptions ailleurs, ont, jusquà un degré critique,asséché levivierdes talents.
Lapproche deLittératures,chez Orizons, est simple – il eûtété vain de l’indiqueren d’autres temps :publierdes auteursque leurforce personnelle, leur attachement auxformesmultiplesdu littéraire, ont conduits ausirde faire partagerleurexrience intérieure.Du texte dépouilléàl’écritporté parlesouffle de l’aventure mentale etphysique, nous vénérons, entretousles critères supposantterminerl’œuvre littéraire, lestyle.Flaubert écrivant:«J’estime par-dessus toutd’abord lestyle, etensuite le vrai »;plus tard, le philosopheAláin professánt:«c’est toujours le goûtqui écláire le jugement», ils sáváientávoir ráisoncontre nos dépérissements. Nousen fáisonsnotrecredo.
ISBN978-2-296-08759-0 ©Orizons,ris,2010
D.C.
Amárré àun corps-mort
Dans lamêmecollection, dernièresparutions
rcelráffe,Brume de sang,2009 Jeán-Pierrerbier-rdet,EtCæterá,2009 FránçoisG.Bussác,Les gárçons sensibles,2010 FránçoisG.Bussác,Nouvelles de lárueLinné,2010 trickrdon,LeGrándÉcárt,2010 MoniqueLiseCohen,Le párchemin dusir,2009 ymond Espinose,Libertád,2010 Pierre Fréha,VieilAlger,2009 GérardGlatt,LImpásseHéloïse,2009 CharlesGuerrin,Lá cérémonie desáveux,2009 OlivierLarizza,Lá Cáthédrále,2010 GérardMansuy,LeMerveilleux,2009 Lucette Mouline,uxet uságe de fáux,2009 BéatrixUlysse,L’écho ducoráil perdu,2009 Antoine deViál,Deboutprèsde lámer,2009
Noscollections:Profilsd’unclássique,rdináles,Domáine littéráirese corrèlentáu substrátlittéráire.Lesáutres,Philosophie –máin d’Athéná, HomosexuálitésetmêmeTémoins, ne peuventpás yêtreétrángères.Voir notresite(décliné en páge2decetouvráge).
Jean-Pierrerbet-rdet
Amárré àun corps-mort
2010
Dumêmeauteur
L’Allumette et leSoleil,poèmes,Pierre-JeanOswáld,1960
EnCours deVie,poèmes,Pierre-JeánOswáld,1987
tureMorteáuMiroirsáuxAlouettes,poèmes,Belfond,1988, (éditéávecleconcoursduCentretionál deslettres)
LeBrásier,román,LePréáuxClercs-PierreBelfond,1991
LeSoleil et lá Mort enFáce,román,Swing-Jeán-PierreFiore,1994
Feus lesAutoportráits,poèmes,A.R.A.M.-GérárdMuráil,1998
Dung sur lá MéthodeRose,román,LesPressesdelmy--nielBontemps,2001
Bufo,NouvellesÉditionsInOctávo-GilFonlládosá,2006
Etterá,román,Orizons,2009À Páulthis
ÀÀPPáaulMáthis
…il n’y a pasdecommunication:l’amour,Dieu, l’exrience oblique de lamortnesontpas trans-missibles ; ainsi en est-il de ladouleur, del’élan, du profané, du sanctifié,del’équivoque etduplurivo-que; ce que nous tenonset ce que nous abandon-nons.L’on envit, l’on en meurt sanslespartager ouavec unsurcrtde mots, descrupules, dedé-naturations. DanielCohen,DHumáinesconciliátions
Lesanglant cérémonial du sacrificese poursuit dansnos rêves ;dansnotresubconscient résonne l’échodes crisqui montentde l’autel primitif, etla flamme quivore la victimecontinueàjeter ses lueurs vacillantes.Les tabous ataviquesetlespul-sionsincestueusesdesgénérationsd’autrefois res-tent vivantsen nous.La couche laplusprofonde de notre être expie lafaute de nos ancêtres ;nos cœursportentle fardeaudes chagrinsoubliésetdes tourmentspassés. KlausMánn,LeTournánt
L’ánályste estáulieude l’homme,surláterre et dáns soncorpsmortel.Il estquestionàl’ábsence etàláfureur supposée desdieux.
ulthis,Lecorps etl’écrit
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.