Analyse des eaux minérales de Thouarcé (Maine-et-Loire), par MM. Dezanneau,... et Tireau,...

De
Publié par

impr. de P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau (Angers). 1869. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1869
Lecture(s) : 18
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

ANALYSE
DES
EAUX MINÉRALES
7 x DE THOUARCÊ
: (MAINE - ET - LOIRE)
PAR
MM. DEZANNEAU, professeur à l'École de médecine, médecin-adjoint
dcl'Hdtel-Dieu, etTIREAU, pharmacien.
ANGERS
IMPRIMERIE P. LACHÈSE, BELLEUVRE ET DOLBEAC
13, Chaussée Saint-Pierre, 13
1869
ANALYSE
DES
EAUX MINÉRALES DE moi mu :
^. (MAINE-ET-LOIRE)
.Paf'Sfll. DEZANNEAU, professeur à ''Ecole de médecine, médecin-
i\ CH \ adjoint de l'Hôtel-Dieu, et TIREAU , pharmacien.
Les expériences commencées à Thouarcé le 15 mars
18G8, ont été terminées dans le laboratoire de AI. Tireau
le 15 mai de la même année.
1° Opérations faites à la source.
Les sources dont il s'agit sont au nombre de deux ;
l'une a son point d'émergence vers le milieu du coteau,
à gauche et à cent pas environ de la route départemen-
tale d'Angers à Thouarcé, dans un lieu dit les Ragotiers.
L'eau s'écoule à ciel ouvert, mais des travaux de captage,
en voie d'exécution, permettront de la recueillir avant
qu'elle ait eu le contact de l'air, et l'amèneront dans le
voisinage de la seconde source.
Celle ci a été captée au bas du même coteau, sur les
bords du Layon. Un bassin, muni d'un robinet et d'un
tuyau de trop-plein, y est déjà installé. Près de cette
_ 2 —
source s'élèvent les bâtiments destinés à l'exploi-
tation.
Le débit de la première source est assez difficile à dé-
terminer, dans les conditions où se fait actuellement
l'écoulement. Nous croyons pouvoir l'évaluer à 150 litres
par heure, soit 3,600 litres par jour. Le débit de la se-
conde source serait, au plus, de 35 litres par heure, soit
840 litres par jour.
La réunion de ces deux sources permet donc d'obtenir
actuellement 4,500 litres environ d'eau par 2i heures,
quantité qui pourrait être augmentée, si le besoin s'en
faisait sentir, par le captage d'un grand nombre de
sources très-voisines.
L'eau des deux sources a évidemment la même ori-
gine et présente une composition identique.
Pour nos expériences, nous avons cependant cru de-
voir préférer la source des Ragot'iers, en raison de son
abondance et de sa situation qui éloigne tout soupçon
d'infiltration des eaux douces avoisiuantes.
Recueillie au moment où elle sourd à la surface du
sol, l'eau des Ragotiers est claire, vive, d'une limpidité
parfaite ; son odeur est nulle, sa saveur franchement
atramentaire ; au toucher elle ne fait éprouver aucune
sensation particulière.
La température de l'air, le jour de l'expérience, était
de 18° centigrades ; l'eau de la source marquait 10° cen-
tigrades.
En s'évaporant spontanément au contact de l'air, elle
dépose sur les objets qu'elle rencontre une matière rou-
geâtre qui contient du sesquioxide de fer. Lorsque
l'eau séjourne sur le sol, elle se recouvre d'une pellicule

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.