//img.uscri.be/pth/84fa3db25b72706f3c725863443b5833c82f59d9
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Angaekkot

De
82 pages
Paris. L'Institut des Langues Orientales. Une jeune femme, encore étudiante. Un vieil homme, traducteur de textes coréens. Ces deux là se rencontrent à la faveur du hasard mais l'évidence d'une passion va rapidement voler en éclats. C'est ce qui va provoquer l'écriture. Comme une nécessité, la jeune femme va remonter le fil de cette rencontre. Pour tenter de comprendre, les évènements vont être décortiqués. Elle va se laisser guider par ses souvenirs. Jusqu'à trouver le noyau.
Voir plus Voir moins

Justine Gossart

Angaekkot

Récit

































© L’Harmattan, 2014
5Ȭ7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978Ȭ2Ȭ343Ȭ03646Ȭ5

EAN : 9782343036465



Angaekkot

Écritures
Collection fondée par Maguy Albet

Paulet (Marion),La petite fileuse de soie, 2014.
Louarn (Myriam),La tendresse des éléphants, 2014.
Redon (Michel),L’heure exacte, 2014.
Plaisance (Daniel),Un papillon à l’âme, 2014.
Baldes (Myriam),Où tu vas, Eva ?, 2014.
Paul (Maela),L’homme à la peau de soie, 2014.
Couture (Josiane),Courtes éternités, 2014.
Lecocq (JeanMichel),Rejoins la meute !, 2014.
Bastien (Danielle),La vie, ça commence demain, 2014.
Bosc (Michel),L’amour ou son ombre, 2014.
Guyon (Isabelle),Marseille retrouvée, 2014.
Pain (Laurence),Elsa meurt, 2014.
Cavaillès (Robert),Orgue et clairon, 2014.
Lazard (Bernadette),Itinérantes, 2013.
Dulot (Alain),L’accident, 2013.

*
**
Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre
chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des
parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages,
peut être consultée sur le site www.harmattan.fr




Justine Gossart

Angaekkot

récit














L’Harmattan



Pour JeanȬPierre Bouvet et MarieȬCharlotte Cadeau.

Pour Ibou, l’ange gardien de l’Institut.