Antiquités du Bosphore cimmérien : Ermitage impérial (salle VII)

Publié par

Impr. centrale du ministère des finances (St. Petersbourg). 1864. 82 p. ; 16 cm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1864
Lecture(s) : 21
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 86
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

àtlbpîbit1
L -- - - -
ERMITAGE IMPÉRIAL. ---,
-rlï~-
ANTIQUITÉS
DU
BOSPHORE CIMNÉRIEN.
(SALLE VII.)
ST. l'KTKIJSIU >1 1ÎO.
Imprimerie Centrale du Ministère des Finances.
1864.
1
AVANT-PROPOS.
* '»*AA/1OJVVW
.tes antiquités réunies dans cette salle ont,
toutes, été trouvées dans celles des localités
<J§ la Russie méridionale, qui, jadis, furent occu-
ltes par des colonies grecques. Les plus im-
portantes de ces découvertes ont eu lieu dans
ïp, environs de la ville de Kertch, autrefois
pPanticapée, la plus riche et la plus puissante
!<Jçs colonies grecques du Pont-Euxin. Après
Kertch, ce sont les ruines de Théodosie (Kaf-
fa), de Phanagorie (dans le voisinage de la
on de poste actuelle, dite Sennaïa), de Ta-
naïs (aujourd'hui Nedvigovka) et quelques au-
tres localités de ces contrées, qui, depuis trente
ans environ, ont été en possession de fournis
un contingent plus ou moins important à la
belle collection des ors et des vases peints de
l'Ermitage Impérial ; collection qui, spécialement
II
en ce qui regarde la catégorie des bijoux an-
tiques, laisse bien loin derrière elle toutes les
galeries du même genre en Europe.
Deux découvertes exceptionnelles ont con-
tribué, avant tout, à enrichir le musée Impé-
rial; ce sont, celle faite en 1831 de la né-
crothèque du Koul-Oba et celle du tumulus, dit
de Paul (Pavlovskoï-Kourgane) en 1858.
Les proportions de ce livret ne nous per-
mettant de signaler qu'une faible partie des
objets, qui forment la collection disposée dans
la salle X2 VII, nous renvoyons, pour plus
amples informations, aux ouvrages suivants:
Antiquités du Bosphore Cimmérien, conser-
vées au Musée Impérial de l'Ermitage, St. Pé-
tersbourg. 1854. 3 vol. fol.
Compte-rendu de la Commission Impériale
archéologique pour l'année 1859. 40 avec un
Atlas in fol. St. Pétersbourg. 1860.
Id. pour l'année 1860.
Id. pour l'année 1861.
Id. pour l'année 1862.
III
*1
Le système de numération, suivi dans ce
livret, est celui des inventaires de l'Ermitage
Impérial.
- A.
SARCOPHAGES.
(À droite et à gauche de la porte d'entrée).
973c. 973d. Deux sarcophages
eû bois, trouvés en 1859 dans un tombeau de la
montagne du Jouz-Oba. Le moins grand des deux
(Jtë 97 3d).avait servi de cercueil et se trouvait enfer-
mé dans le sarcophage, à toit, A* 973e. A en ju-
ger par l'élégance des ornements et par la grande
recherche des détails architectoniques, ils apparti-
ènnent au Ivme siècle avant J. C. Jusqu'ici, la sci-
ence n'a pas encore pû déterminer, avec certitude,
l'espèce de bois dont ils ont été faits.
(En face de la porte d'entrée).
28. Sarcophage
en marbre blanc, très-dégradé, trouvé dans l'en-
ceinte de la quarantaine de Kertch et appartenant,
selon toute probabilité, au deuxième siècle de J. C.
Le couvercle est sculpté en forme de matelas, sur
lequel sont figurés, couchés, les deux personnages
(sans doute le mari et la femme), qui avaient été
— 2 —
ensevelis dans ce tombeau. Les reliefs de face,
ainsi qu'on peut le voir par ce qui s'en est con-
servé, représentaient, comme sur le sarcophage Stro-
ganow, la fable d'Achille à Scyros, parmi les filles
de Lycomède. Un des côtés a été entièrement dé-
truit ; le côté opposé est rempli par une scène,
dont on retrouve l'analogue sur un célèbre sar-
cophage capitolin et qui parait également emprun-
tée à la fable d'Achille, mais dont il a été impos-
sible jusqu'ici de déterminer la signification exacte.
Sur la face de revers, on voit des guirlandes sup-
portées par deux Heures et par un Erôs. On re-
connait aussi des vestiges de deux figures d'Erôs,
montés sur des chars.
B.
OBJETS PLAOÉS, DANS LES ENTRE-CO-
LONNEMENTS, SUR DES STÈLES.
I. ENTRE-COLONNEMENT.
32 Vase peint.
Hercule et le Centaure Eurytion se disputant
Mnésimaque ou Hippolyte, fille de Déxaménos.
Rv: Dionysos s'entretenant avec Oeneus.
667, Vase en bronze
à une anse.
— 3 —
U. ENTRE-COLONNEMENT.
615a. Deux cnémides en bronze
ornées de têtes de Méduse.
13. Vase peint.
Scène bacchique.
III. ENTRE - COLONNEMENT.
36. Vase peint
portant des traces de dorures. La représentation
qui en fait le sujet, n'a pas encore été sufIisam-
ment expliquée.
Rv: Scène bacchique.
682. Casque en fer
avec ornements en argent.
IV. ENTRE-COLONNEMENT.
615b. Casque en bronze doré
trouvé avec des cnémides de même métal et la
belle couronne (en or) de feuilles de laurier, dépo-
sée dans l'obélisque M 4.
1 07. Lécythus
à figures coloriées et dorées, exécutées en relief.
Ce beau vase, un des plus précieux qui soient ve-
nus jusqu'à nous, est une oeuvre du 4e siècle avant
J. C., signée (voir l'inscription placée sur le col)
du nom de Xénophante, artiste athénien. La scène
mythologique figurée sur ce vase, parait avoir été
— 4 —
empruntée à l'Arimaspée, poème perdu du Proconné-
sien Aristée; elle représente des Arimaspes ou des Per-
ses chassant le griffon, le cerf et le sanglier. Parmi
les noms de personnages encore faciles à déchiffrer,
on lit ceux d'Habrocomas, de Dareios, d'Atramis, de
Seisanièset d'Euryalos. L'action—ainsi que l'indique
la présence d'un palmier, de branches de laurier et
de deux trépieds, se passe dans un lieu consa-
cré à Apollon. Une petite frise, exécutée au-dessus
du col, représente des scènes de combat, dans
lesquelles on voit figurer Athéné.
VI. ENTRE-COLONNEMENT.
682. Casque en fer
recouvert d'argent, avec ornements dorés.
25a. Amphore
du 4e siècle avant J. C., trouvée dans un tombeau
du Pavlowskoï-Kourgane, en 1858.
Les peintures, à ornements dorés, qui décorent ce
vase, représentent le réveil de la nature au printemps,
selon la doctrine d'Eleusis. On y distingue deux
moments principaux: le retour de la sève fécon-
dante de la végétation, après le sommeil de l'hiver,
et l'ensemencement de la terre. A la première de
ces idées, se rapporte celle des peintures qui repré-
sente Perséphone remontant des Enfers, et la palin-
génésie d'Iacchos; l'autre est figurée par l'image
— 5 —
de Triptolème, envoyé par Déméter dans tous les
pays de la terre, pour y enseigner l'agriculture.
PREMIER TABLEAU.
Auprès de Zeus, assis sur son trône, se tient
Déméter, debout. Les deux divinités ont donné
l'ordre à Echo, assise au-dessous, de toucher un
tympanon, pour réveiller la reine des Enfers et
son fils. Vis-à-vis est figurée la grotte, qui se
trouvait près d'Eleusis, dans un lieu appelé Eri-
néos ou Erinéon.
Des profondeurs de la grotte s'élève Persé-
phone, tenant dans ses bras le petit Iacchos,
nveloppé dans une peau de daim. La splendeur
ivine de Perséphone est indiquée par les étoiles
orées que l'on voit au fond de - la grotte.
L Hécate, dévançant sa maitresse, s'est déjà as-
Lse, un "flambeau dans chaque main, au-dessus de
ta grotte. Hermès s'avance vers Perséphone, pour
n recevoir le petit Iacchos et le remettre à Dé-
1 éter. Athéné accourt aussi, à pas rapides. Elle
)randit sa lance et élève son bouclier, pour dé-
fendre le dieu nouveau-né contre toute attaque.
Envoyée par Zeus à la rencontre des arrivants,
iké s'apprête à les décorer d'un bandeau ou d'une
ouronne. - Dans le fond, se tient une femme, de-
out, dans une attitude calme, et observant d'un
ir attentif, l'action solennelle qui se déroule sous
— 6 —
ses yeux. C'est la personnification de la villel
d'Eleusis. 1
SECOND TABLEAU.
Déméter, assise, en occupe le centre. Elle
vient de congédier Triptolème, qui, monté sur son.
char aîlé, plane déjà au-dessus de la déesse. A
côté de celle-ci, on voit sa fille, Coré, appuyée-
sur une stèle et tenant un grand flambeau à la
main.
Entre les deux déesses, l'enfant Ploutos se 4it
remarquer par une corne d'abondance et une coif-j
fure dorées. - Auprès de Déméter, du côté opposé
à Coré, se tient Hécate, debout, la tête couronnée
de feuilles de peuplier ou de saule, et portant un
flambeau dans chaque main.
Le tableau est enclavé entre les figures d'Aphro-
dite et d'Erôs, à un bout, — et celle de Peitho
- à l'autre.
Au-dessus d'Aphrodite est représenté Hercule,
en tant qu'initié aux mystères d'Eleusis; au-des-
sus de Peitho, Dionysos.
Les regards de toutes ces divinités suivent le
mouvement de Triptolème, si important pour la
signification de l'ensemble.
Ce vase peut être considéré, à bon droit, non;
seulement comme le plus beau de tous ceux qui
ont été trouvés jusqu'ici dans la Russie méridio-
nale, mais encore, si l'on en excepte la célèbre:
— 7 —
hydrie de Cumes, comme le plus précieux d'entre
tous les vases peints connus.
VII. ENTRE - COLONNEMENT.
4 3B. Amphore
avec ornements dorés et peintures du plus beau
style, mais dont la signification n'est pas encore
déterminée avec certitude. Peut-être dans l'homme
assis, figuré au centre du tableau, est-il permis
de reconnaitre Admète, se consultant, d'un côté
avec Hestia et Hermès, de l'autre avec Athéné,
sur la proposition que vient de lui faire sa femme,
Alceste, de mourir pour lui. L'avis d'Athéné, qui
s'est prononcée pour l'acceptation, ayant prévalu,
Niké dépose une couronne sur la tête de la dé-
esse. Derrière Hestia est assise Alceste, ayant une
suivante auprès d'elle. Du côté opposé, on voit
Artémis qui s'éloigne à cheval, après avoir, par
vengeance, détruit le bonheur des deux époux.
Rv: Scène bacchique.
675. Hydrie
en bronze doré, trouvée dans le tombeau du Koul-
Oba.
VIII. ENTRE - COLONNEMENT.
675aa. Hydrie
de bronze doré.
29. Hydrie à peintures
avec ornements dorés. Scène bacchique.
— '8 —
IX. ENTRE-COLONNEMENT.
6. Amphore
avec ornements dorés et peintures du plus beau
style, représentant la lutte d'Apollon et de Mar-
syas, en présence d'Olympe, d'Artémis et de Rhéa.
Rv: jeunes filles à leur toilette.
Ie. Prochous
en bronze.
lz, Phialé
en bronze. Ces deux objets ont été trouvés dans,
le même tombeau que le masque d'or, MIL
(montre de la fen. VII.)
-
C. �
MARBRES ET INSCRIPTIONS.
(Le long du mur, à gauche de la porte d'entrée).
I. NICHE.
Amphores
quelques unes portant une marque de fabrique.
H. NICHE.
51. Pierre tnmulaire
de Pothusa, de son frère Apollonios et d'un en-
fant du nom d'Erôs. 2me ou 3me siècle de J. C.
— 9 —
35. Pierre tumulaire
de Théophile et de sa mère Théodora. 2rae ou 3me
siècle de J. C.
38. Pierre tumulaire
de Cléon. Même époque.
65. Table votive
érigée à la mémoire d'un inconnu. Même époque.
34. Pierre tumulaire
de M. Aurelius Andronicus. An: 373 de J. C.
52. Pierre tumulaire
de Myrhine. 2me ou 3me siècle de J. C.
54. Pierre tumulaire
d'une femme, du nom de Glycarion. Même époque.
45. Pierre tumulaire
de Posidonios. Même époque.
a. Pilastre
ENTRE LA SECONDE ET LA TROISIÈME NICHE.
93. Piédestal
d'une statue de Cybèle, érigée à cette divinité par
na prêtresse Hestiaea, sous le règne de Périsadès II
(depuis 284 av. J. C.).
— 10 —
1. Statue
très-endommagée de Cybèle, appartenant à une épo-
que postérieure.
III. NICHE.
58. Pierre tumulaire
d'Apollonios.
48. Pierre tumulaire
d'un personnage du nom d'Alexandre et de sa
soeur.
42. Pierre tumulaire
de Chariton.
33. Pierre tumulaire
de Memnon, érigée l'an 130 de J. C.
40. Pierre tumulaire
de Mazos, fils de Myrmex.
44. Pierre tumulaire
de Mastarus.
49. Pierre tumulaire
de Rhodon.
Toutes ces pierres sont à peu-près de la même
époque.
b. Pilastre
ENTRE LA TROISIÈME ET LA QUATRIÈME NICHE.
22\ Statue
de femme, en marbre blanc, de proportions demi-
colossales. Excellent travail du premier siècle de
— 11 —
l'ère Chrétienne. Cette statue fut trouvée en 1850,
avec la statue d'homme N2 22a, à Glinistché, près
deKertch; elle représente, sans nul doute, la femme
de l'individu dont le numéro 22a reproduit le
portrait.
IV. NICHE.
43. Pierre tumulaire
de Diophante.
57. Pierre tumulaire
de Choedra.
22e. Statuette
de femme; peut-être une Aphrodite.
29. Pierre tumulaire
fragmentée, représentant un festin d'outre-tombe.
47. Pierre tumulaire
d'Aeschinès et d'Archias.
37. Pierre tumulaire
d'Athénaïs.
22d. Statuette
d'un dieu Pan, au repos. Ouvrage d'un bon style.
53. Pierre tumulaire
de Théodore.
46. Pierre tumulaire
d'une femme qui parait s'être appelée Hédyle.
Toutes ces pierres appartiennent au 2me et 3me
siècles de J. C.
— 12 —
c. Pilastre
ENTRE LA QUATRIÈME ET LA CINQUIÈME NICHE
Inscriptions diverses. — Fragments de statues
et de morceaux d'architecture.
V. NICHE.
128. Inscription
portant qu'une enceinte consacrée à la déesse Sol,
a été restaurée et embellie par les soins du roi
Tibérius Julius Rhoemetalcès. — Trouvée à Taman.
20. Fragment
d'un architrave, dont un sculpteur parait s'être
servi plus tard, pour en extraire un buste de
femme.
32. Pierre tumulaire
de Daphnos.
101. Télamon
érigé, en l'honneur du roi Tiberius Julius Tiranès
et de son épouse Aelia, par les aristopylifes de sa
cour.
60. Base
de forme ronde, avec basreliefs du plus beau style
grec, représentant une nombreuse procession.
41. Pierre tomnlaire
"érigée à la mémoire de Tiranios, de son fils Ari-
arathès et de Dostagon.
— 13 —
2
74. 76. Deux fragments
architectoniques.
19. Fragment
d'un buste de femme.
VI. NICHE.
Grande caisse vitrée
renfermant les fragments de trois sarcophages en
bois. Tous les trois appartiennent au 4me siècle
avant J. C. et sont du plus beau travail.
Le mieux conservé des trois, est celui catalogué
sous le M 973. On y admire, merveilleusement
exécutées en relief et dorées, les figures d'Appol-
Ion et d'Héré.
Le sarcophage M 973f a été trouvé dans le
tombeau du Koul-Oba et se recommande principa-
lement par une peinture polychrome, représentant
l'enlèvement des filles de Leùcippe par les Dios-
cures.
Du sarcophage M 973a, cette armoire ne con-
tient que peu de fragments. Les mieux conservés
sont exposés dans la montre de la fenêtre IV.
VII NICHE.
117. Inscription
faite en mémoire de la restauration des murailles
de la ville de Tanaïs, sous le règne de Rhescu-
poris.
— 14 —
114, Inscription
faite en mémoire de la restauration de la ville éê-t
Tanaïs, sous le règne de Tiberius Julius Sauro-
matès.
102. Piédestal
d'un monument votif, dédié à Aphrodite, par le
Byzantin Isias.
24. BasreUef
représentant un jeune guerrier, en costume scythi-
que. Consacré par Tryphon..
99. Télamon
érigé, en l'an 224 de J. C., par les habitants de
la ville de Prusa, en l'honneur du roi Tiberîus
Julius Rhescuporis.
127. Inscription
faite en l'honneur de la reine Dyuamis, par les
habitants d'Agrippia.
23. Bas-relief
d'un excellent style, représentant deux hommes et
deux jeunes garçons, devant le temple de Démé-
ter et de Coré. 4me siècle av. J. C.
84. Décret
consacrant une respectueuse adresse des Arcadiens
à Leucon I, archonte de Panticapée.
— 15 —
2*
119. Inscription
se rapportant-à la restauration de la ville de Ta-
aaïs, en l'an 237 de J. C.
d. Pilastre
ENTRE LA SEPTIÈME ET LA HUITIÈME NICHE.
83a. Tombeau
rormé de trois pierres en calcaire coquillier, réu-
nies par des tenons en fer et servant à enclaver
une hydrie cinéraire en bronze doré.
VIII. NICHE.
I 83b—83k, 83m—83p. Fragments architectoniques
d'un temple consacré à Aphrodite. Quelques uns
de ces fragments, trouvés dans les ruines de l'an-
cienne Chersonèse, sont couverts d'inscriptions.
26a. Table votive funéraire
idu 2me ou du 3me siècle de J. C., trouvée dans les
iruines du même temple.
115. Inscription
ise rapportant à la restauration de la ville de Ta-
inaïs, en l'an 218 de J. C.
116. Inscription
[pareille.
— 16 —
e. Pilastre
ENTRE LA HUITIÈME ET LA NEUVIÈME NICHBl
1T, Statue
d'homme, en marbre blanc, de proportions demi-co
lossales. Le scrinium et les manuscrits en roii
leaux, déposés aux pieds de ce personnage, le fonl
reconnaitre pour un savant ou un employé civil. Ex-
cellent travail du premier siècle de l'ère Chrétienne
Cette statue fut trouvée en 1850, avec la statut
de femme M 22h, à Glinistché, près de Kertch.
elle représente, sans nul doute, le mari de la feci
me dont le numéro 22L reproduit le portrait.
IX. NICHE.
56. Pierre tumulaire
de Diophante et de Philéros.
55. Pierre tumulaire
d'Hermès.
59. Pierre tumulaire i
de Pharnacion. ,
36. Table votive
représentant un mort à son repas d'outre-tombe. j
39. Pierre tnmolaire j
de Théagène et de sa femme, trouvée dans les
ruines de Chersonèse. 1
— 17 —
50. Pierre tumulaire
de Basilidès et de sa fille Macaria.
(Toutes ces pierres sont du 2me ou du 3me siècle
de J. C.)
27. Pierre tumulaire
fragmentée, d'un beau style, représentant un jeune
homme, qui tient la tête inclinée vers la terre. Du
3me siècle av. J. C.
105. Décret
proclamant l'émancipation des esclaves d'une syna-
gogue juive, en l'an 81 de J. C.
f. Pilastre
ENTRE LA NEUVIÈME ET LA DIXIÈME NICHE.
IV, Tête de femme
en marbre blanc. Ce fragment d'une sculpture in-
achevée par l'artiste, repose sur une base, formée
de trois piédestaux, couverts d'inscriptions.
X. NICHE.
96. Inscription
faite en mémoire de la restauration du temple
d'Aphrodite Apaturias, par un des rois du nom de
Sauromatès.
— 18 -
82. Fragment architectonique.
61. Bas-relief
fragmenté, représentant un combat de jeunes guer-
riers. Ouvrage d'un bon style.
22. Hermès
d'une Hécate triformis.
91. Piédestal
d'un monument consacré à Déméter Thesmophore,
sous le règne de Spartocus II.
88. Piédestal
ayant supporté deux statues, érigées à Sanergès et
à Astara, par Comosarye, épouse du roi Périsadès I.
104. Inscription
se rapportant à la restauration, ordonnée par Eu-
patorius, d'un grand édifice impérial, sur le bosphore.
9. Tête de femme
colossale, d'un bon travail, mais très-endommagée.
85. Piédestal
d'une statue de Soos, érigée sous Périsadès I.
87. Piédestal
d'une statue, consacrée, sous le même prince, à
Artémis d'Ephèse.
83a. Fragments architectoniques
trouvés à Chersonèse.
— 19 -
7$. Chapitean de colonne
remaille, trouvé dans le monastère de St. Geor-
g0, On suppose, d'après l'opinion de quelques sa-
vants, que ce monastère a été bâti sur l'emplace-
ment jadis occupé par le temple d'Artémis taurique.
XI. NICHE.
Fragments architectoniques, tuiles etc. - Deux
amphores.
':i¡ D.
OBÉLISQUES ET PYRAMIDES.
(A droite de la porte d'entrée).
Obélisque I.
Tablette a.
542. Vase en argent, à couvercle et à anse
mobile. Travail de l'époque romaine.
Des Erôs, portant une grande guirlande sur
leurs épaules, brûlent à la flamme d'une torche,
un papillon, symbole de l'âme humaine. Les têtes
de Méduse, figurées au-dessus, servaient d'amulettes
contre les maléfices.
— 20 —
544. Vase en argent. Le pied de l'anse offre
une tête de Méduse.
(Ces deux vases ont été trouvés dans le tom-
beau du masque d'or).
59". 514. 518. 528. 529. Petits ustensiles de
toilette, en argent et en bronze. On peut citer,
comme particulièrement remarquable, le petit tube,
J\° 514, dont l'extrémité est ornée d'une colombe
en argent, d'un bon travail.
Tablette b.
532. Lampe en argent, ornée de feuilles de
vigne. Le bec a la forme d'un masque comique;
les anses offrent des figures de Satyres jouant de
la syrinx.
536. Cylix en argent. A l'intérieur: Hélios
dans son quadrige.
(Ces deux objets, de même que ceux portant
les JYNÎ 543, 543a et 559, ont été trouvés dans
le même tombeau).
544a. Tête juvénile en argent, d'un bon travail,
ayant, selon toute probabilité, servi d'ornement à
une anse de vase.
Tablette c.
549. Petit vase en argent, orné de figures de
canards, nageant dans l'eau. Ouvrage du plus beau
travail.
— 21 —
/f - 550. Petit vase en argent, orné de figures
â'JSrôs, attrappant des canards. Travail de l'époque
romaine.
- : Tablette d.
! Cinq vases en argent de formes diverses.
Obélisque II.
Tablette a.
515. Strigilis, avec son vase à parfum et sa
chaînette, en argent.
7. Strigilis en argent, d'une excellente con-
servation.
S~$~ Passoire à vin en argent.
Tablette b.
c' 508b. Miroir en argent.
► 519. 519*. 520. 522. Cyathus (cuillers à
puiser) en argent, se terminant, à l'extrémité su-
périeure, en cols de cygne.
575. Rhyton en argent, travaillé en forme de
tête de taureau. Ouvrage d'un excellent style, ap-
partenant, selon toute probabilité, au 5me siècle
av. J C.
Sur le col du vase, sont reproduites, dans le
style archaïque de l'époque, deux scènes, qui, évidem-
ment, offrent une répétition des mêmes personnages.
- 22 -
Le jeune garçon que, dans l'une des deux scènes,
on voit arraché à sa mère et tué par un homme
aux cheveux hérissés, est, vraisemblablement, Po-
lydore, le plus jeune des fils de Priam. Confié,
après la prise de Troie, à Polymestor, roi de
Thrace, il fut égorgé par ce prince, désireux de
s'approprier les trésors de l'enfant.
La seconde scène représente Hécube, qui as-
sistée d'une autre Troyenne, se venge du meurtrier
de son fils, en lui arrachant les yeux.
Tablette c.
536a. Cylix en argent. A l'intérieur: Hélios
dans son quadrige.
524. 524a. 525. Passoires à vin, en argent,
dont l'une, munie d'un manche en forme de col
de cygne.
Tablette d. e. f.
Petits vases en argent de formes diverses.
Obélisque m.
Tablette a.
Colliers en or, de formes diverses.
1001. Bagne de bronze. Elle a pour chaton une
sardoine, offrant, en intaille, deux Erôs luttant de-
vant une colonne.
— 23 —
25b. Couronne funéraire en or. Elle se compo-
se de feuilles d'ache, appliquées sur un mince
bandeau.
Tablette b.
Tous les objets fixés sur la surface antérieure
et le revers de la base en velours, ont été trou-
vés à Nedvigovka. Ils consistent en colliers de verre,
dont quelques uns simulent les perles fines, en
boucles de bronze, en bagues et autres objets de
parure en or.
Les pierres gravées, exposées à l'un des côtés
latéraux de cette base, proviennent de fouilles exécu-
tées à Olbia. Ces gemmes sont, en général, de
l'époque romaine et leur monture est moderne.
Nous citons les plus importantes:
1010. Niké.
1011. Zeus et Athéné.
1012. Tête de Sérapis.
Au côté latéral opposé, on voit une réunion de
colliers et de boucles d'oreilles en or, provenant
de diverses localités.
Tablette c.
218a. Bracelet en or massif, orné de grenats.
Il a une tête d'animal à chacun des deux bouts.
Travail grossier. Trouvé à Sennaïa (Phanagorie).
— 24 —
Bagues, boucles d'oreilles, et autres objets de
parure en or, de travail médiocre.
Tablette d. e. f.
Couronnes funéraires en or, composées, les unes,
de feuilles d'ache, les autres - de feuilles de lau-
rier, d'un travail et d'une conservation médiocres.
Montre pyramidale I.
Cadre a.
215. Deux bracelets, dont les spirales se ter-
minent en têtes d'animaux, ornées de cornes.
217, 218\ Fragments de bracelets pareils.
361f. Fragment d'une parure de femme, offrant
des restes de feuilles et de fleurs.
376-378. Agrafes (6 paires) destinées à at-
tacher les vêtements.
201. Quatre pendeloques, dont deux en forme
de coquilles, une en forme d'oie ou de cygne et
la dernière figurant une bipenne.
20lb, Pendeloque en calcédoine, offrant une
main, dont les doigts font le signe convenu pour
combattre les maléfices.
730% 730b. Deux pendeloques en verre, figu-
rant des têtes de nègre.
— 25 -
161. Collier, du plus beau travail, orné de deux
têtes de Méduse et de pendeloques figurant un
canard, un lièvre, une bipenne, un lion et un dieu
Pan assis et jouant de la syrinx.
145. Collier orné de têtes de lion.
206. Deux chaînettes ornées de têtes de lion.
12. Parure de destination indéterminée.
Cadre b.
Diverses plaqnes en or, pour ornements d'habits :
358a. Sujet: une fleur.
357a. d. Sujet: une cigale.
357e. Sujet: un oiseau.
333. Plaques en forme de feuilles rondes, or-
nées d'une tête de femme.
357f. Sujet: une fleur.
332, 332a. Petites plaques, en forme de co-
quilles, de destination inconnue.
163e. 159. 193. 194. 188. Colliers de formes
diverses.
Cadre c.
215R. Deux bracelets en argent, dont les spi-
rales offrent, à leurs extrémités, une tête de lion
en or.
— 26 -
209a. Bague d'or, à laquelle est suspendue une
massue.
357. 357a. 358. Petites plaques en or, ayant
servi d'ornements pour habits; sur l'une d'elles
est figuré un Erôs.
151. 206a. Colliers ornés de têtes de lion.
157. Collier orné de deux figures d'Erôs.
200. Petites plaques en or, ayant servi d'or-
nements pour habits; deux d'entre elles offrent
une figure de Pégase.
154. 152. 150. 156. Colliers ornés de têtes
de lion à cornes.
10. Collier, sur lequel on voit le même "sujet"
figuré deux fois. La scène de droite représente
l'enlèvement de Coré; celle de gauche reproduit
le moment où Déméter, guidée par Hécate, vient
supplier Hélios de lui apprendre où se trouve sa
fille.
Cadre d.
213. 213a. 213d. Bracelets en or massif.
380. Médaillon, orné d'un buste de femme.
153. 155. Colliers, ornés de têtes de lion à
cornes.
Autres colliers de formes diverses
— 27 —
Cadre e.
218. Bracelet.
527a. Passoire à vin, du plus beau travail,
ayant la forme d'une feuille, criblée d'une infinité
de petits trous.
141. Bracelet.
359. 360. Petites plaques en or, ayant servi
d'ornements pour habits.
385. Médaillon: gorgonéion.
385a. Médaillon semblable.
385b. c. e. Médaillons, ornés d'une figure d'A-
phrodite ou de Ménade, portant un Erôs sur l'é-
paule.
164S Collier d'un très-beau travail, formé d'une
chaîne de petites fleurs en émail bleu, à laquelle
on voit suspendues des têtes humaines barbues,
à cornes de taureau (Dionysos ou Achéloüs).
11. Collier, sur lequel sont figurées des Ména-
ides et des trépieds entourés de dauphins.
Cadre f.
213e. Deux bracelets en argent massif, ornés
de têtes de lion.
379. Médaillon, orné d'une tête d'Athéné.
— 28 —
361e, Deux médaillons à têtes de taureau.
385d. Médaillon, offrant une Néréide sur un
dauphin. Elle tient un cygne sur les genoux.
163. Collier, auquel est suspendue une tête de
taureau, du plus beau travail. La guirlande de li-
erre dont elle est ornée, lui prête une signification
bacchique, soit que Dionysos soit figuré lui-même
sous l'emblème du taureau, soit que le taureau ne
représente qu'un attribut de ce dieu. Les femmes
de l'antiquité avaient coutume de suspendre ces tê-
tes de taureau à leurs colliers, en guise d'amulet-
tes contre les maléfices. Celle que l'on voit ici, est
creuse, fermée par un couvercle et remplie d'un on-
guent aujourd'hui désséché; il est hors de doute
que ces onguents étaient également considérés com-
me des remèdes contre les maléfices.
163a. Tête de taureau pareille, mais plus pe-
tite.
Colliers de formes diverses.
Cadre g.
210. 210a. 212. 213\ Bracelets.
357b. 357hl. Petites plaques en or, offrant pour
sujet l'image d'un quadrupède difficile à déterminer.
381. Médaillon, orné d'un buste de Ménade.
— 29 —
3
382. Médaillon, orné d'un buste de Ménade ou
d'Aphrodite, portant un Erôs sur l'épaule.
371e. Cornaline, Tyché couronnée par Niké.
149. Collier, orné d'une intaille sur grenat, of-
frant une tête de femme. -
383. Médaillon, orné d'une intaille sur cornaline,
représentant une femme debout.
Colliers de formes diverses.
Cadre h.
208. 208% 137il. Bracelets d'une forme très-
simple.
35 78. Petite plaque en or, ayant servi d'orne-
ment pour habit; elle représente un sphinx assis.
216. Bracelet, dont les spirales se terminent
en têtes de serpent.
207. Deux têtes de cerf, d'un excellent travail.
Cette espèce de bijou, particulièrement recherché
des femmes, était considéré comme un symbole de
longévité.
195. Collier très-riche, auquel sont suspendus,
en guise d'amulettes contre les maléfices, une bi-
penne, deux canards ou oies, une coquille, un li-
on couché, un taureau couché, une colombe et une
cosse de pois.
— 30 —
158. Collier très-richement orné, mais moins
bien conservé que le précédent. Il a pour amulet-
tes une bipenne, une coquille, deux canards ou
oies, un dauphin et une cosse de pois.
12. 160. 170. 175. Colliers plus simples.
Montre pyramidale H.
Cadre i.
368a"d. Agrafes.
356. Petite plaque en or. Niké tenant une cou-
ronne et une branche de palmier dans les mains.
129P. Pendants d'oreilles.
45. Bouquet d'épis de blé, Objet de parure
de femme.
135. Trois têtes de lion en or, ayant servi
d'ornements de colliers ou de bracelets.
419. 420. Deux avant-bras, dont les mains
fermées sont traversées par des anneaux. La de-
stination de ce bijou est inconnue.
Plaques en or, ayant servi d'ornements pour
habits. La plus belle de toutes, portant le Jê 341\
reproduit un gorgonéion. D'autres offrent également
des têtes de Méduse, en guise d'amulettes contre

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.