Appel d'urgence fait à la commission de la Chambre des députés, chargée de l'examen du projet de loi de 60 millions . Par Dque Lenoir,...

De
Publié par

Renard (Paris). 1830. 11 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1830
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

FAIT
A LA COMMISSION
DE
LA CHAMBRE DES BÉPUTÉS,
CHARGÉE DE L'EXAMEN
DU PROJET DE LOI DE 60 MILLIONS.
Pav Dque . Lenoiv,
ANCIEN COMMISSAIRE DU COMMERCE PRÈS LE MINISTÈRE DU COMMERCE ET PRÈS
CELUI DE L'INTÉRIEUR.
RENARD, à la LIBRAIRIE DU COMMERCE, rue Sainte-Anne, a. 71,
1850.
APPEL D'URGENCE
Fait à la Commission de la Chambre des
Députés, chargée de l'Examen du Projet
de Loi de 60 millions.
MONSIEUR ,
Le projet de loi relatif aux prêts ou avances à faire
au commerce et à l'industrie , qui a été présenté à
la Chambre le 18 de ce mois, a dû lui inspirer la
crainte de compromettre 60 millions , ou du moins
une très-grande partie de cette somme.
Les bureaux l'ont repoussée, et votre commission,
Messieurs, compte parmi ses membres, les députés
qui avaient paru le plus frappés de ses dangers.
En doit-il résulter que cette loi sera rejetée sur le
rapport de la commission , et que le gouvernement
qui, par sou ordonnance du 21 août, a été au-de-
vant des besoins du commerce, et a été un peu lent
à donner suite à l'excellent travail que M. Gauthier
lui avait si promptement rapporté, n'aura fait qu'une
inutile démonstration ?
J'espère que non; et j'ai lieu d'augurer que les
hommes éclairés que la chambre a chargés de l'exa-
miner, ne se laisseront pas entraîner à la repousser,
qu'ils l'amenderont si elle en est susceptible ; ou
qu'ils feront une loi tout entière, s'ils la jugent né-
cessaire.
Pour abréger ce que je me propose de vous expo-
ser, Messieurs, je supposerai que, vu tout ce qui a été
dit à ce sujet, et même ce que l'exposé des motifs
a accordé, vous aurez reconnu qu'il faut donner des
secours à la partie du commerce qui souffre, si l'on
peut le faire en ne compromettant qu'une très-faible
partie de cette somme de 60 millions, et sans ex-
poser la garantie du Trésor public à être l'objet de
quelques spéculations, ou de quelques complaisan-
ces.
En supposant la loi nécessaire, je vais examiner
s'il est possible, en l'amendant, de la rendre meil-
leure. Cet appel, en forme de rapport, sera divisé en
deux parties.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.