Atys , tragédie-lyrique en 3 actes, représentée pour la première fois par l'Académie royale de musique, le... 22 février 1780

De
Publié par

aux dépens de l'Académie, impr. de P. de Lormel (Paris). 1780. 68 p. ; in-4.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1780
Lecture(s) : 4
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 53
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

̃̃'• R ÉPRÉ^SE.NT É:E> ̃̃ 'ï
POUR LA PREMIER! FOIS*
Le Miardr i Février
PRJX XXX S OI, S.
de P. nE Académie,
rue du Foin à sainte
des -du
M. D GC, LXXX,
AFBC
LePoëme eft de QUlNÀtJLT.
ACTEURS et Àd^ICES
^Candeille, bubuilÏQn,
Chénais, Tourcatî, V Veron.' -•:
LaUrèn^
Paris Bôi. "̃•
Bâillon, Adelàide, Jpuve*
Fagnan. Charmois, Moulin,
t Bouvart/
T nri Càvailher.
\>v
M. Gardel, Mlle
Mrs, Hennççjiiin I.
Besbordes, Danguï> Gricoûrt?:;Hçiïry-, Rivcè-
t /M^V
CourtQÎs c, le Houx* Puifieux Gamille -f
Duboulay.
PHRYGIENS V"j? > ÉABITANS
DE
M.- V jé;s:t'h ï:-é >'pv '"̃ v<
• M". Olivier Guiliet r c. Gafter, le Doux
DufTel, Largilîiere*, G-igiiety le Roy;
miles,. Vidoite Coulôn, Hentiette', ,Carré'
Mn, Laurent, Hus, Vidor, Olivier,
le Doux, taliaye.
D ACtlf ES:
M.
m le Doux,
Miles
le
LA
la Cafter, Barré,
Carré.
ACTEiPREMEIL
l.e Théâtre uri. Hcfie
duquel on
Pàiftile du Temple de '̃
SCÈNE PREMIERE.
qui vous plaignez ? vous
heureux.
Mon cœur7 de tous les cœurs, eft le plus amoureux;.
1
je $-, -o
{' •̃
ypùs êtes trop
i Qui fait mon malheur>
f ;Sans mêipe
jj^a douleur me jtr^hic j peut m*e#-
.tendre,
f\ faut dahs mon anar
Cacher ma douleur*
II faut que j'expire .f
yi<^ime du fort,.
JParmi l'allégrefle
P'un Feuple aflemblé
troubla
De quelle
Je fuis accablé! 1
]Brulé d'une
SCENè'
B
Trop
Mille ]peu 1 feront
Des
Sa bonté va fendre.
Cybele
Le Soleil peint des'plus vives couleurs;
a féché les pleurs
répandus l'Aurore;
Et fes rayons nouveaux ont déjà fait éclore
Mille nouvelles fleurs..
ïb-r.. ̃
pâs' vous'; éveiller
La paix
Fait mes lès plus chères:
ne
Dans un bois
,Sous un feuillage je.
l'entendis parler d'amour.
Je connois de l'Amour le dangereux empire
J'en parle quelquefois; défends bien
Tel s'applaudit de,
^tï
Bij
Dont le çœut
1D AS
Que
Ecoutons
Ils remplinent douceur nouvelle.
Si vous les ils pileront
Un Roi -redoutable,
̃ ̃ z*'1!
Tout doit parler d'amour pour Vousl
v Qui, je dois chérir
Quand rÀmour fait régtier èft-il un
Pour vous ) Atys, vous n'aimez f ieh >
Et vou? en faites gloire* ? > ̃•. f
L*Amour fait verfer trop' de pleuité
Souvent fes douceurs foilt 'Mortelles.
Il'ne faut regarder les'belles '̃' w
Que comme on voit drâïmablës fleurs»
J'aime les rotes nouvelles;
J'aime les Voir S'embellir.
Sans leurs épinés cruelles >
J'aimérois à les cueillir.
L'Amour fait verfer trop de
$ A N G A R t D ,E.
Ainfi, vous opposez aux plus touchans appas,
Une indifférence invincible ?
A T Y S.
Non vous ne me corinoiflfez-pas
Je me •tféfçirftfë Calmer autant qui
Je
̃ il ieroiê
'Mais il faut que chacun fe rende auprès de vous,
Cybelë; pourrait nous fûrprèhclre.. ̃ ̃:>̃ ?
AUoiis ? allons accourez tbusV '̃
Cybèle va defçéridré,
CAtys&ïdas$*&oîgrienu)
SA
S AN, G A RIDE. A
Tys ne connojt point les
Atys eft trop heureux!
D O R I S.
Que je vous plains l ̃̃*
SANG ARIDE,
Son cceurpaifible
Fuit l'Amour, & craint fes appas»
,T
Les jeux vont bientôt 60'miùeheetf;
ce jqur èft un vousj
Nous ordonnons tous deux la Fête dp Cybel^t'.
L'honneur et]; égal
A T Y /•̃̃̃
Ce jour grand Roi doit être votre
Je ne vous belle;
v
̃/ '{̃'•*>"̃
v
;̃. •;̃̃̃ ̃̃;̃̃̃̃
Viveiz tous deux contents c'éft ma plus chef envie.
vos âhiours;
Mais enfin ce grand jour, lé f lus beau de vos jours,
.Sera le dernier de- ma;, vie; '•
••
̃.•̃ a r y s, .̃̃;••̃
Ce n'eft qu'à vous que je veux révéler
Le fecret défefpoir où mon amè fé livré.
Je n'ai que trop fû feindre il de parler.
Qui n'a plus qu'un vivre
S IDE,
Je frémis; ma crainte eft extrême.'
Atys? par quel malheur faut-il,;vous voir périr ?
AT Y S,
Vous me condamnerez vous-même ?
Et vous me laiuerez mourir,
SANG ARIDE,
C
condamnerez vous-même
Qui par mille, bienfaits
Mais vous fendez
que
D'avouer qu'un d'être heureux!
A
Déchirez ce,
faut le
me
0
les
que vous
Si malheurs
Que
peu de perdre
Vous'
es
de
Cij
,Le
Mais
Quand j'en plus
Si vous
Vivez:
Mais 'défi
N'accablez
̃'̃fîfiri çceur qui, partage. .>*?Fr-7-f'
Vivez ) foyez "fidèle ?
Mais vivez iaiis me yom/ i
•̃̃̃̃ ^.t;3ï'"4. -:f ̃̃̃
Âh croyez-yôus jtofïible ̃
De vivre fans efpo jr ?
Ah! quel Supplice horrible,
De s'aimer fans efpoîf! »
Ciel fans ton
Eft-Ù une confiance
nos malheurs?
0 Ciel, qui vois nos pleurs,
Eft-il une confiance
Egale à nos malheurs?
Hélas éft
̃N' Rien adoucit mes maux.
Atysj vous que j'adore;
Par des tourmens nouveaux, v
Lai(fez-moi, •
Non, cruelle
Q 4 RIPE*
Vivez, foyez fîiele j"
Mais vivez fans me voir.
̃̃ '̃̃ "•̃̃̃•̃
Que voulez-vous cruelle
D'un ccëur au .défefpoir ?
E
Ciel! fans ton afliftâhce*
( Cyklc)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.