//img.uscri.be/pth/2a1a813509d92b0f372275739a1c0e662dabe7d3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Au-delà du nom

De
430 pages
Qu’est-ce, aujourd’hui, qu’un père ? Dans la plupart des sociétés, le père a longtemps incarné une figure d’autorité tantôt rigoureuse, tantôt bienveillante, mais le plus souvent assez lointaine. Le « nom du père » symbolisait toute l’assurance d’une culture fondée sur un ordre patriarcal. Qu’advient-il désormais de cette figure paternelle dans un contexte qui a transformé la famille et redéfini les rapports sociaux entre l’homme et la femme ? Qu’en disent les écrivains contemporains, hommes ou femmes, dans leurs fictions ? En se penchant sur un vaste corpus de textes écrits pour la plupart au cours des vingt dernières années, Lori Saint-Martin fait ici le pari d’explorer tant les voies nouvelles que les impasses suscitées par cette « crise de la paternité ». Dans un essai rigoureux mais vivant et accessible, elle montre que loin de s’être éclipsé, le père est présent en force dans la fiction québécoise, sous des formes plus variées que jamais. Il prend aussi la parole pour dire son expérience quotidienne, alors que jusque-là, c’est l’enfant-narrateur qui l’encensait ou le jugeait. « Au-delà du nom » transmis aux enfants par l’état civil et d’un pouvoir parfois abusif, une paternité nouvelle se dessine.
Voir plus Voir moins
l o r i s a i n t - m a r t i n
Au-delà du nom
La question du père dans la littérature québécoise actuelle
Les Presses de l’Université de Montréal
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Au-delà du nom
Extrait de la publication
La collection Nouvelles études québécoises accueille des ouvrages individuels, et à l'occasion des ouvrages collectifs, qui proposent de nouvelles pistes d' interpré-tation et témoignent des recherches actuelles dans le domaine de la littérature et de la culture québécoises. Créée aux Éditions Fides en1994, la collection est éditée par les Presses de l'Université de Montréal depuis2010et elle demeure sous la responsabilité du CRILCQ.
Direction Pierre Nepveu, Université de Montréal
Secrétaire Patrick Poirier, Université de Montréal
Comité éditorial Marie-Andrée Beaudet, Université Laval E.D. Blodett, University o Alberta Karim Larose, Université de Montréal Ginette Michaud, Université de Montréal Élisabeth Nardout-Laare, Université de Montréal François Paré, University o Waterloo
Comité scientifique Marie-Andrée Beaudet, Université Laval E.D. Blodett, University o Alberta Karim Larose, Université de Montréal Ginette Michaud, Université de Montréal Élisabeth Nardout-Laare, Université de Montréal François Paré, University o Waterloo
NOUVELLES ÉTUDESQUÉBÉCOISES
Extrait de la publication
Lori Saint-Martin
Au-delà du nom
La question du père dans la littérature québécoise actuelle
Les Presses de l’Université de Montréal
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Saint-Martin, Lori Au-delà du nom : la question du père dans la littérature québécoise actuelle (Nouvelles études québécoises)
Comprend des ré. biblior.
îŝ 978-2-7606-2192-3
1. Pères dans la littérature. 2. Paternité dans la littérature. 3. Père et enant dans e la littérature. 4. Littérature québécoise -  siècle. - Histoire et critique. ï. Titre.
PS8103.F37S24 2010 PS9103.F37S24 2010
C840.9’3525105
îŝ (version imprimée) 978-2-7606-2192-3 îŝ (version numérique f) 978-2-7606-2682-9
er DépÔt léal : 1 trimestre 2010 Bibliothèque et Archives nationales du Québec © Les Presses de l’Université de Montréal, 2010
C2010-940353-3
Les Presses de l’Université de Montréal reconnaissent l’aide financière du ou-vernement du Canada par l’entremise du Proramme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADïÉ) pour leurs activités d’édition. Les Presses de l’Université de Montréal remercient de leur soutien financier le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises cultu-relles du Québec (SODEC). Cet ouvrae a été publié râce à une subvention de la Fédération canadienne des sciences humaines, de concert avec le Proramme d’aide à l’édition savante, dont les onds proviennent du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.
îRîÈ Āû ÇĀĀĀ  ĀRŝ 2010
Extrait de la publication
Remerciements
Je tiens à remercier le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour la subvention de recherche qui a rendu possible la préparation du présent ouvrae et la Fédération canadienne des sciences humaines qui en a subventionné la publication. Merci à toutes les assistantes de recherche qui ont travaillé au proet au fil des ans, dont Julie Brunet, osemarie Fournier-Guillemette, Sandrina Joseph, Moana Ladouceur, Josée Lerançois, Katherine oberts, Sophie Sainte-Marie et Katri Suhonen. À Paul, à Nicolas et à Anna, merci comme touours. Merci à toutes les personnes qui m’ont posé une question embêtante ou suéré un livre à aouter au corpus. Les exiences de la recherche subventionnée sont telles que certaines parties du présent livre ont déà été publiées, presque touours sous une orme très différente. Ce n’est touteois que réunis que ces éléments prennent leur pleine sinification.
Extrait de la publication
Introduction
Une histoire sans père est comme un sonnetsans rimes, mais, cela, je ne le dis pas. Il faut garder certaines convictions pour soi.
DĀVî AĀĀRî,Hitler à Chicago, 65
« Attends que ton père arrive » : la menace aillissait volontiers de la bouche des mères excédées de nauère. Le seuil de la maison à peine ranchi, le père était sommé de sévir. Quel homme voudrait auourd’hui d’un tel rÔle ? ïl y a peu, les pères déposaient rarement les enants à l’école ; auourd’hui, ils les embrassent et leur disent souvent bien ort « Je t’aime » avant de filer vers leur voiture. Quelque chose, donc, a chané. La menace maternelle que e viens d’évoquer montre qu’il y a à peine une énération ou deux encore, on savait, ou on croyait savoir, quel était le rÔle du père. C’était le pourvoyeur et l’autorité disciplinaire, alors que la mère dispensait petits plats mitonnés, soins et tendresse. Puis les repères ont vacillé, le doute s’est installé. Si, comme le ait remarquer Yvonne Knibiehler (1987, 15), la fiure symbolique du père repose sur deux ondements, l’un de caractère uridique (préroatives de la puissance paternelle), l’autre de caractèrereliieux(lienentrecettepuissanceetlautoritédivine),qu’advient-il de cette fiure lors de l’avènement de la modernité, de la démocratie laque et de l’éalité des sexes ? C’est à ses métamorphosesquecelivreestconsacré.
Extrait de la publication

Au-delà du nom
Beaucoup plus que la mère , le père a été en question, a été une question. On ne s’étonnera donc pas de voir « la question du père » se poser avec acuité et sur un ton anoissé, parois avec des accents d’apocalypse :?Y a-t-il encore un père à la maison Un avenir pour la paternité ?Dis-moi, papa… c’est quoi, un père ?Comment ça fonctionne, un père ?Un papa, ça sert à quoi ?,«Le père a-t-il un avenir?» . Crise, démission, uite, carence, les titres alarmistes défilent : « La amille en péril », « La paternité est-elle menacée ? », « La déaite des pères », « Les nouveaux orphelins de père », « Les hommes en miettes », « Y-a-t-il encore des hommes ? » . Au-delà du sensationnalisme qui ait vendre, il aut bien entendre ici une détresse, une colère larvée, une révolte et, parois, un timide espoir. Car amais, en même temps, on n’a autant prisé et réclamé la présence des pères. La question du père se pose partout en Occident, dans les domaines les plus divers (socioloie, droit, éthique, psychanalyse). C’est certainement l’un des eneux essentiels de notre époque, dont la portée est aussi bien théorique et conceptuelle que concrète et pramatique : qu’est-ce qu’un père, qui est le père, à quoi sert un père, comment lui permettre de prendre sa place ? La littérature n’est pas en reste, elle qui, par le biais d’une histoire sinulière, interroe souvent la société et les valeurs. Ce livre s’est nourri d’un
. Ainsi, on demande rarement à quoi « sert » une mère ; on aurait peut-être intérêt touteois à secouer ces ausses évidences. En revanche, certains débats, dont celui des « mères porteuses », interroent le sens même de la maternité. oir Aacinski. . espectivement : Arènes, Bruel, Forest, Ben Soussan, dossierL’actualité2006, Tombs. Même un ouvrae universitaire très sérieux comme l’Histoire des pères et de la paternitéde Delumeau et oche s’ouvre sur le même questionnement teinté de panique : « Le père a-t-il un avenir en Occident ? Qui de nous ne se pose la question ? » (9) . espectivement : dossierL’actualité1997, Quéré, dossierLe nouvel observateur1994, dossierLe point, dossierLe groupe familial,dossierLe nouvel observateur 1996. Les deux derniers titres de la liste, qui débordent la paternité pour traiter l’ensemble des interroations sur la masculinité, pointent une crise plus lare et suèrent déà indirectement, comme e l’affirmerai ici, que la question du père est aussi la question de l’identité des hommes et, plus larement, celle de la répartition du pouvoir entre les hommes et les emmes.
Extrait de la publication