Au pays du long nuage blanc

De
Publié par

Le titre de ce livre, Au pays du long nuage blanc est emprunté à une légende maorie très connue. C'est une manière poétique de désigner la Nouvelle-Zélande. Charles Juliet a écrit ce journal au cours d'une résidence de cinq mois qu'il a effectuée l'année dernière à Wellington. Il l'a tenu avec assiduité, afin de garder trace de ce qu'il a vécu au long de ce séjour. On trouvera dans ces pages le récit de ses rencontres, de ses voyages à Auckland, et dans l'île du sud à Dunedin et Christchurch, puis de son passage à Singapour. On trouvera également des notes de lecture, des notes sur la Nouvelle-Zélande, sur ses habitants, des notes de réflexion sur la création poétique alternant avec des souvenirs d'enfance et des poèmes. Ces pages d'une certaine diversité n'ont rien d'anecdotique. Écrites avec rigueur, elles ont été méditées et sont d'une réelle densité. Plusieurs ont trait aux thèmes de prédilection de cet auteur : quête de soi, recherche d'une meilleure compréhension des autres et du monde. Bien que différent des cinq tomes précédents, ce Journal s'inscrit tout naturellement dans leur prolongement.
Publié le : lundi 20 septembre 2010
Lecture(s) : 28
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818005743
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Au pays du long nuage blanc
ŒUVRES DECHARLESJULIET
Chez le même éditeur
L’Année de l’éveil,récit(Grand Prix des Lectrices deElle,1989) L’Inattendu,récit Ce pays du silence,poèmes Dans la lumière des saisons,lettres Carnets de Saorge Affûts,poèmes Lambeaux,récit À voix basse,poèmes Rencontres avec Bram Van Velde Rencontres avec Samuel Beckett Fouilles,poèmes Écarte la nuit,théâtre Attente en automne,nouvelles Un lourd destin,théâtre L’Incessant,théâtre Ténèbres en terre froide – Journal I Traversée de nuit – Journal II Lueur après labour – Journal III Accueils – Journal IV L’Autre Faim – Journal V
Les livres de Charles Juliet parus chez d’autres éditeurs sont répertoriés en fin de volume.
Charles Juliet
Au pays du long nuage blanc Journal Wellington Août 2003 – janvier 2004
P.O.L e 33, rue SaintAndrédesArts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2005 ISBN : 2846820589
www.polediteur.fr
e Ce serait auIXsiècle que des Maoris, venant de Polynésie, auraient découvert une des deux îles qui, neuf siècles plus tard, allaient recevoir le nom de NouvelleZélande. Selon la légende, alors qu’ils étaient de retour dans leur lieu d’origine, ils auraient parlé de cette île en disant : Aupays du long nuage blanc.
7
9 août 2003
Hier matin, à Auckland, après vingtquatre heures de vol et un voyage qui, au total – depuis le départ de la maison, et avec l’attente à l’aéroport, les escales de Francfort, Singapour et Auckland – dure presque deux jours, c’était bon de pouvoir respirer à l’air libre, alors qu’il faisait un beau soleil et une tem pérature printanière. Voyage fatigant, et fatigue accrue par le décalage horaire. Après quatre heures d’attente, nous avons pris l’avion pour Wellington où il s’est posé une heure plus tard. Nous attendaient là M. et Mme Polonceaux, ainsi que Dame Fiona Kid man, écrivain et membre du Randell Writers Trust. Bien évidemment, ce nous fut un grand plaisir d’être ainsi chaleureusement accueillis.
9
Cet aprèsmidi, JeanMarc Philippeau nous a fait visiter la ville. Sommes montés en haut du Jardin Botanique d’où on a une belle vue sur la ville et la vaste baie ceinturée de collines et de montagnes. Puis nous avons déambulé dans le centre. Il était plus de quatre heures, et c’était samedi. Magasins fermés, rues presque désertes. Aucune unité dans les façades, couleurs, matériaux, formes, hauteurs des maisons, des tours et des buildings. Mais si une unité existait, seraitce préférable ? En fin d’aprèsmidi, il nous a conduits en haut du Mont Victoria, une colline qui s’achève par un cap et fait face à la ville. La vaste baie. La mer d’un bleu noir. Les lumières qui un peu partout commençaient à luire. La ville qui m’appa raissait comme une ville américaine, avec son haut mur de buildings. Ce n’était là qu’une première et rapide prise de contact. Je suis impatient de mieux la découvrir.
10 août
Quand on arrive en NouvelleZélande, on se sent forcément loin de chez soi. Aussi, en ce dimanche qui était le second jour de notre présence ici, c’était grandement bon de déjeuner chez M. et Mme Polonceaux et de se trouver entourés d’ami tié. Cela aidait les transplantés que nous sommes à
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Tango tatouage

de editions-david

Pohnpei. Micronésie en 1840

de societe-des-oceanistes

Le Corps d'Hélène

de les-belles-lettres-editions

suivant