Au rédacteur de l'Auxiliaire Breton

Publié par

impr. de J. M. Vatar (Rennes). 1831. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1831
Lecture(s) : 6
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

AU RÉDACTEUR
DE
faMMILIAIRE BRETON.
lyjfrETTR LE RÉDACTEUR,
Dans 1'^Auxiliaire Breton du 29 juillet, vous avez
inséré une lettre où l'on annonce l'entrée de l'escadre
française dans le Tage, et où nous trouvons ce qui
suit :
« Les Portugais, en laissant échapper cette belle
* occasion de se delivrer de leur tyran, viennent de
)) river leurs chaînes, et de donner la preuve qu'ils ne
* sont pas encore dignes de faire partie de la grande
* famille des peuples libres. »
Pour détruire cette calomnie, il ne faudrait pas
recourir à des faits historiques, ni déployer de grands
efforts intellectuels. L'auteur de la lettre avoue que
« les sbires de Dom Miguel, armes de bâtons plombés,
i) les assomment (les libéraux) de coups, au moindre
» geste, au moindre mot; que les troupes du monstre
» ont bivouaqué nuit et jour sur les places et dans les
» rues -depuis l'arrivée de l'escadre; qu'enfin Dom
y) Miguel avait pris des mesures vigoureuses, bien
» plus pour contenir ses sujets, que pour résister à
)) l'escadre française, dont il savait que le but n'était
a
( 2 )
» point une intervention pour renverser son gouver-
» nement, mais bien une demande en réparation. »
Si donc votre correspondant croit les Portugais aussi
arriérés que les Bédouins ou les sauvages du Kamts-
chatka, s'il croit que la plus grande partie des haM-
tafcs de Lisbonne souhaite le gouvernement de ..m
Miguel, comment l'auteur peut-il accorder tout cela
avec les mesures vigoureuses que l'usurpateur a prises,
bien plus pour contenir ses sujets que pour risister.
l'escadre française ?
Les Portugais ont toujours aimé la liberté. La patrie
des Camoens, des Almeida, des Alboquerque et des
Joâo-de-Castro souffre, il est vrai, le joug que la force
et la trahison lui ont impose; mais elle ne l'a point
mérite. Parmi les nations modernes, le Portugal a
peut-être été la première en Europe qui ait su appré-
cier les institutions libérales. « Délivre du joug des
» Maures bien plus tôt que l'Espagne, le Portugal,
» comme tous les états nouvellement affranchis,
» songea, dès le XII.'siècle, à se donner des insti-
» tutions libres. Il eut des assemblées délibérantes,
» une loi fondamentale très-sage, si l'on considère
» le temps où elle fut faite; l'autorité royale fut
» limitée, les droits du peuple reconnus (a). » De-
puis le commencement de la monarchie jusqu'au
règne de Dom Pedro II, jamais un seul tribut du
été imposé au peuple portugais, sans avoir été pro-
pose et adopte en Corlès : le roi Dom Manuel vou-
lant lever des impôts de sa propre autorité, en fut
(a) Int. à l'histoire de Portugal, par Alphonse Rabhc.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.