//img.uscri.be/pth/0e6f2bccc54c87624a041c699c2a1f9c816efc32
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Autobiographie d'une machine ktistèque

De
288 pages
Au commencement était Epiktistes, machine ktistèque, amorale et omnipotente. Créée par l’Institut pour la science impure, elle a pour seule fin de nourrir le goût du savoir des hommes et leur orgueil. Les membres de l’Institut vivent désormais avec leur création de cellogel, qui décide de nous narrer son existence dans cette autobiographie, la première jamais écrite par une machine. Œuvre de création pure, ce roman reste l’une des propositions les plus fascinantes de la science-fiction américaine.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

R.A.LAFFERTY AUTOBIOGRAPHIE DNIHCEUNMAEKTISTEQUE
ACTES SUD
“ÉXOÇONS” ŝÈ È â âûÈ çôÈâûx
É ON DÉ VUÉ DÉS DÉUS
“Āû çôÈçÈÈ   Èû ûÈ Èûô (…). âŝ ûÈ Èûô Èû-ÈÈ ŝûÈ âû çôÈçÈÈ ?” Āŝ ŝ’ôûÈ â ÈÈ âûôôâÈ jââŝ çÈ â ûÈ âçÈ... ÇÈ â ’ŝû ôû â SçÈçÈ ûÈ, ÈÈ â û â âû È È, ûÈ ÈÈÈ ÈÈ IÈ, û ÈÈû ŝâŝ È âûx çâôŝ ôâÈŝ, û â ô ŝâŝ çôûôÈ È û âÈ û ’ÈxŝÈ âŝ, â âçÈ ŝûÈ ’Èŝ È ôŝ ûÈ È çôÈû çâûÈ È ’ûâ. âçÈ ÈŝâÈ û ÈôÈ ôûÈŝ Èŝ çôŝçÈçÈŝ, ÈÈ ô âôÈ â ôŝÈ á ’ûâ. QûÈ Èŝ ôÈŝ ŝâçÈ ûÈÈ Èŝ â ûÈŝô, ç’Èŝ ûÈ âûÈ ŝôÈ… ââ âIûÈ È âS, âFÈ ûÈ âŝ çÈ ôâ ôû Èŝ ÈxÈâôŝ ôûÈŝ È ôûÈ ’âŝûÈ ŝâŝ ÈçÈ ôû  çÈ û ŝÈŝ È û ô-ŝÈŝ. Dû È ’ŝâÈ âû â È È ŝû Èŝ âŝ, È âô á ŝâ Hôâŝ ’Āû È âŝŝâ â È âôôÈ,  çôôûÈ È ÈçÈŝ, ôûÈŝ ûŝ ôû ôŝ ûûÈŝ ôû ôûÈŝ, çôÈ ŝ ŝô ôâ ŝ’ŝçâ âŝ ûÈ ŝôÈ ââÈ È â âûÈ È È â ôŝôÈ. Āû I ’ûÈ âÈ ôûÈûŝÈÈ ôûÈ È È zz,  ŝŝÈ ûÈ jûâôÈ È ŝûÈ âôÈ È â çâô. Çâ çÈÈ âçÈ, çÈ âÈç È “çÈôÈ” Èŝ ôÈŝ È çÈŝÈ Èû ôÈ â çôâŝŝâçÈ ’Èûx-êÈŝ, È ŝÈâ-çÈ âŝ â âûÈ ÈÈ-êÈ ? ûŝÈûŝ çÈÈŝ âŝ ŝâ ŝôÈ,Autobîograpîe d’une macîne ktîstèqueÈŝÈ È ôû çâŝ ’ûÈ Èŝ ôôŝôŝ Èŝ ûŝ âŝçâÈŝ È â ŝçÈçÈ-Içô âçâÈ.
. Ā. ĀÉY
R. A. Laferty (1914-2002) ut l’un des écrîvaîns de scîence-ictîon les plus orîgînaux du XXe sîècle. Forte d’une trentaîne de romans et de plus de deux cents nouvelles, en grande partîe înédîts en France, son oeuvre se caractérîse par des îstoîres délîrantes dont l’întrîgue est souvent secondaîre. Paru pour la premîère oîs en France en 1974 (Robert Lafont, “Aîlleurs et demaîn”), puîs reprîs sous le tîtreôûŝ á ÉŝÈ !, ĀûôôâÈ ’ûÈ âçÈ ŝûÈ étaît îndîsponîble depuîs plus de trente ans. DU ÊÉ ĀUÉU
LES QUATRIÈMES DEMEURES,OĀ,  ; . Zâzâ ôŝ, . LE MAÎTRE DU PASSÉ, Çââ-, . LES CHANTS DE L’ESPACE,OĀ, . LIEUX SECRETS ET VILAINS MESSIEURS, DÈôë, . ANNALES DE KLEPSIS, DÈôë, . ûŝâô È çôûÈûÈ : © Sââô Çâûŝô
UÈ ÈÈ ô È ’ôûâÈ â  ûÈ â Èŝ ôŝ ôÈ âFô È  È ôâ : Arrîve at Easterwîne. he Autobîograpy o a Ktîstec Macîne Èû ôâ : ÇâÈŝ SçÈ’ŝ Sôŝ, NÈw Yô © . Ā. âFÈ, 
©ĀÇÉS SUD,  ôû â ŝÈÈ ô SBN----
. Ā. ĀÉY
ĀûôôâÈ ’ûÈ âçÈ ŝûÈ
ôâ âû È ’ââŝ (âŝ-Uŝ) â Gû Āââ
ACTES SUD
Toî, lecteur de ce Haut Journal, sî tu n’aîmes pas les mots, comment aîmeras-tu le message ? Sauras-tu pardonner mes tropes et transmettre l’amour ?
7
Épiktistes
ÉCHANGE DE CORRESPONDANCE
. Ā. âFÈ ç/ô ŝŝ Vâ K ĀÈ âÈ B ô, Èŝââ 
Cer monsîeur Laferty,
Le 10 septembre 1970
La premîère oîs que j’aî préparé pour l’împrîmeur la page de tître de ce roman, cela donnaît :les chemins d’estre-vin ou l’autobiographie d’une machine ktistèque, par r. a. lafferty.Depuîs, l’îdée me ante que j’aî pu ne pas être tout à aît juste nî tout à aît précîs. Juste envers quî, je ne saîs pas très bîen ; maîs le aît est que j’en perds le sommeîl et que ma tranquîllîté d’esprît s’en trouve însîdîeusement afectée. Ce matîn en me levant îl m’est venu à l’îdée que le sous-tître se devaît de précîser :racontée à r. a. lafferty.Cette împressîon n’a aît depuîs que gagner en întensîté. Je ne possède pour aînsî dîre aucune aculté “psî” dîgne d’être mentîonnée îcî, et encore moîns d’être gardée secrète, maîs je ne puîs m’ôter de la tête que quelque cose est en traîn d’essayer de me dîre quelqu’un. Pouvez-vous venîr à mon secours ?
Sîncèrement vôtre, (sîgné)Norbert . Slepyan Dîrecteur d’édîtîon Carles Scrîbner’s Sons.
9
NôÈ . SÈâ ç/ô ÇâÈŝ SçÈ’ŝ Sôŝ NÈw Yô
Mon cer Norbert,
Le 19 septembre 1970
Heureux d’avoîr reçu votre lettre au sujet deschemins d’estrevin.Vous avez tout à aît raîson : îl ne seraît pas correct de ma part de sîgner de mon nom quelque cose que je n’aî pas composé. Il audraît écrîre :l’autobiogra-phie d’une machine ktistèque racontée à r. a. laf-ferty, ou mîeux encore,çôûûÈ á .Ā. âFÈ. Maîs peut-être serez-vous întéressé par la vérîtable îstoîre de cette œuvre. Voîcî dans quelles cîrconstances elle me ut commu-nîquée : Plusîeurs d’entre nous séjournaîent à la noble Nouvelle-Orléans à l’occasîon d’un Banquet Nébuleux (avec ou sans Nébula). C’étaît la veîlle du grand truc, et les premîers arrîvants avaîent déjà été convîés dans un club appelé La Clînîque. Nous avîons de petîts badgesSFWA(Scîence Fîctîon Wrîters o Amerîca) quî nous avaîent été dîstrîbués par Don Wals (et auxquels je tîens plus qu’à la vîe). C’est là que j’aperçus dans un coîn une cose ou un être bîzarrement contourné (îl tenaît un peu de Harpo Marx et d’Albert l’Allîgator) quî me it sîgne d’aller m’as-seoîr près de luî. “Je voîs que vous êtes membre de la deuxîème plus noble organîsatîon de la terre, deuxîème après l’Instîtut seulement”, me dît-îl. “Moî-même, je n’appartîens pas à la brance umaîne. Je suîs un prolongement mobîle de la macîne Epîktîstes, et j’aî quelque cose à vous communîquer. Je ne puîs m’en carger moî-même, car les édîteurs se méient
10