Autour de la retraduction

De
Publié par

Comme les traductions, les retraductions permettent l'oeuvre littéraire un nouvel accomplissement. C'est dans cette perspective que se placent les contributions de ce volume, ouvert plusieurs langues anglais, allemand, espagnol, français, italien, polonais et plusieurs approches historiques, littéraires, sociologiques et linguistiques. Il s'agit d'examiner le râle de la retraduction dans la construction-dconstruction des canons littéraires européens. Comme on le verra, il est fondamental.
Publié le : dimanche 1 janvier 2012
Lecture(s) : 131
EAN13 : 9782296478787
Nombre de pages : 482
Prix de location à la page : 0,0219€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.fr Universités Collection dirigée par Peter Schnyder www.orizons-universites.com Conseillers scientifiques : Jacqueline Bel, Université du Littoral — Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer  Peter André Bloch, Université de Haute-Alsace, Mulhouse  Jean Bollack, Paris  Jad Hatem, Université Saint-Joseph, Beyrouth  Éric Marty, Université de Paris7 Jean-Pierre Thomas, Université York, Toronto, Ontario  Erika Tunner, Université de Paris12. La collectionUniversitéspoursuit les buts suivants :favoriserla recherche universitaire et académique de qualité ;valorisercette recherche par la publication régulière d’ouvrages ;permettreà des spécialistes, qu’ils soient chercheurs reconnus ou jeunes docteurs, de développer leurs points de vue ;mettreà portée de main du public intéressé de grandes synthèses sur des thématiques littéraires générales. Elle cherche àaccroîtrel’échange des idées dans le domaine de la critique littéraire ;promouvoirla connaissance des écrivains anciens et modernes ;familiariserle public avec des auteurs peu ou pas encore connus. La finalité de sa démarche est de contribuer àdynamiserla réflexion sur les littératures européennes et ainsitémoignerde la vitalité du domaine littéraire et de la transmission des savoirs. ISBN:978-2-296-08801-5© Orizons,2011
Autour de la retraduction Perspectives littéraires européennes
Dans la même collection
Sous la direction de Peter Schnyder : e L’Homme-livre. Des hommes et des livres — de l’Antiquité auXXsiècle,2007. e Temps et Roman. Évolutions de la temporalité dans le roman européen duXX siècle,2007.Métamorphoses du mythe. Réécritures anciennes et modernes des mythes antiques, 2008.Sous la direction d’Anne Bandry-Scubbi,Éducation — Culture — Littérature,2008. Sous la direction de Tania Collani et Peter Schnyder : Seuils et rites,Littérature et culture,2009. Critique littéraire et littérature européenne,2009. Sous la direction de Luc Fraisse, Gilbert Schrenck et Michel Stanesco†, Tradition et modernité en Littérature,2009. Sous la direction de Georges Frédéric Manche,Désirs énigmatiques, Attirances combattues, Répulsions douloureuses, Dédains fabriqués,2009. Sous la direction d’Éric Lysøe,Signes de feu,2009. Sous la direction de Régine Battiston et Philippe Weigel,Autour de Serge Doubrovsky,2010. Anne Prouteau,Albert Camus ou le présent impérissable,2008. Roberto Poma,Magie et guérison,2009. Frédérique Toudoire-Surlapierre — Nicolas Surlapierre, Edvard Munch — Francis Bacon, images du corps,2009. Michel Arouimi,Arthur Rimbaud à la lumière de C.F. Ramuz et d’Henry Bosco, 2009. François Labbé,Querelle du Français à Berlin avant la Révolution française,2009. Gianfranco Stroppini de Focara,L’Amour chez Virgile : Les Bucoliques,2009. Greta Komur-Thilloy,Presse écrite et discours rapporté,2009. Régine Battiston,Lectures de l’identité narrative,2009. Radu Ciobotea,Le Mot vécu,2010. Nayla Tamraz,Proust Portrait Peinture,2010. Philippe Wellnitz,Botho Strauß en dialogue avec le théâtre,2010. François Labbé,Berlin, le Paris de l’Allemagne ?,2011Hadj Dahmane,Le Théâtre algérien,2011. D’autres titres sont en préparation.
Sous la direction de Enrico Monti et Peter Schnyder Autour de la retraduction Perspectives littéraires européennes Avec un texte inédit de Jean-René Ladmiral 2011
Contributions choisies du Colloque international et pluridisciplinaire organisé par l’Institut de Recherche en langues et littératures européennes (ILLEEA4363) à l’Université de Haute-Alsace, Mulhouse du2au5décembre2009Quinzièmes Rencontres du Réseau thématique international de recherche et de formation à la recherche « La traduction comme moyen de communication interculturelle. Questions de socio-pragmatique du discours interculturel », Université de Haute-Alsace — Université Jagellonne de Cracovie — Université de Lille3— Université de Wrocław
Cet ouvrage est publié avec le concours de l’ILLE, des Conseils scientifiques de laFLSHet de l’UHA, du Master Erasmus MundusCLE(Cultures Littéraires Européennes), du Conseil Général du Haut-Rhin, du Conseil Régional d’Alsace, du Consulat Général de Suisse à Strasbourg, du Canton de Soleure, de l’Association pour la promotion d’échanges et d’études franco-suisses (APEFS).
Avant-propos
et ouvrage se propose d’examiner, dans une perspective résolument Ceuropéenne, la théorie et la pratique de la retraduction littéraire auXXe e siècle et au début duXXIsiècle. La retraduction — dans le sens de nouvelle traduction d’un texte déjà traduit dans une même langue — est une pra-tique acquise depuis longtemps en Europe et étroitement liée à l’établis-sement d’une « Bibliothèque idéale ». Le présent volume essaie d’ouvrir quelques voies et de tracer de nouveaux cheminements dans un domaine complexe et ramifié, en analysant les motivations, les modalités et les effets d’une pratique de plus en plus reconnue dans la littérature et la culture européennes. Dans cet objectif, ce livre pose à nouveau quelques questions fonda-mentales, à commencer par la quête des ressorts explicites et implicites qui animent tout travail de retraduction : l’actualisation, l’amélioration, la cor-rection, ou encore la recréation d’une œuvre ne sont-elles pas autant de raisons pour expliquer la présence de ces multiples déclinaisons d’un même texte-source dans la langue et la culture d’arrivée ? À la base de ce désir de retraduire, on retrouve une « insatisfaction » herméneutique qui semble être particulièrement accentuée dans le domaine de la littérature. De traduction en retraduction, des étapes sont franchies, des aspects du texte-source dévoilés et des perspectives nouvelles ouvertes — dans l’espoir 1 de voir se réaliser un jour le vœu d’Antoine Berman .
1.
« C’est seulement auxretraductionsincombe d’atteindre — de temps en temps — qu’il l’inaccompli » (Antoine Berman, « La retraduction comme espace de la traduction », Palimpsestes, n°4, p.1; c’est nous qui soulignons).
8
 Enrico MontietPeter Schnyder
Une autre problématique dans ce contexte concerne l’âge d’une traduc-tion, puisqu’il est entendu qu’à l’opposé du texte original, tout texte tra-duit vieillit, selon les cas, relativement vite. Une autre question s’impose également : toute retraduction pousserait-elle plus loin le « dépaysement » de l’original dans la mesure où la « naturalisation » aurait déjà été entre-prise par les traductions antérieures ? Ces déplacements entre l’un et l’autre pôle à l’œuvre dans les retraductions successives offrent à leur tour matière à réflexion. Autre aspect du problème : quel lien y a-t-il entre une retraduction lit-téraire et les événements historiques, les idéologies ou les positions philo-e sophiques qui ont traversé l’Europe tout au long duXXsiècle ? S’y ajou-tent bien entendu d’autres facteurs, tel le rôle joué par les différents ac-teurs impliqués dans le processus de traduction, de celui des éditeurs aux aspects commerciaux et financiers liés à cette activité. Les vingt-sept contributions réunies dans ce volume se proposent d’enrichir le débat traductologique dans ce domaine, à travers une pluralité de points de vue — historique, littéraire, linguistique et sociologique —, en alternant des considérations générales avec l’étude de problèmes spéci-fiques tels qu’ils se rencontrent dans les divers genres littéraires, sans négli-ger l’approche particulière qu’exige chaque langue, dans notre cas l’anglais, l’allemand, l’espagnol, le français, l’italien et le polonais. Toute retraduction éveille la curiosité : elle propose une relecture de l’œuvre qui est souvent une découverte et toujours une ouverture. Dans son lien dialectique avec la traduction, elle tend vers un nouvel accomplis-sement de l’œuvre littéraire et permet, à ce titre, de définir et de redéfinir les canons littéraires européens. C’est dans cette visée que se situe ce vo-lume aux déploiements multiples, que nous invitons le lecteur à découvrir. Enrico MontietPeter Schnyder
Introduction La retraduction, un état des lieux
ENRICOMONTI
RésuméSi la retraduction est une pratique de plus en plus importante dans l’espace littéraire européen, au niveau théorique elle demeure encore peu étudiée dans ses multiples spé-cificités. En ouvrant la voie aux nouvelles perspectives offertes par les articles ici réu-nis, cet essai introductif, et la bibliographie finale du volume, visent à fournir un état des lieux du débat scientifique autour de cette thématique. Les motivations qui nous poussent à retraduire, la notion du vieillissement des traductions, les implications idéo-logiques et poétiques des retraductions, leur fréquence, ainsi que ce qu’on définit comme l’« hypothèse de la retraduction » sont autant de pistes communes parcourues par les différentes études qui composent le présent volume. Emblématique de l’état éphémère de toute traduction, la retraduction porte cependant une attention toute particulière sur l’acte du traduire et sur son rôle dans la formation d’un canon litté-raire. AbstractRetranslation is an activity of the utmost importance in the European literary system, and one that still has not been analysed in its manifold implications. This introduction, together with the bibliography at the end of the volume, offers a state-of-the-art of the scholarly debate on this issue, opening up the way to the new perspectives offered by the following papers. The reasons behind retranslations, the notion of « ageing », the ideological and poetical implications of retranslations, their frequency, and the so-called « retranslation hypothesis » are some of the issues explored in the various con-tributions of this volume. Retranslation is symbolic of the ephemeral nature of transla-tion, but at the same time it foregrounds the importance of translation as an essential tool in canon formation.
10
 Enrico Monti
Définition du domaine de recherche a vaste diffusion de la pratique de la retraduction au sein de l’espace L littéraire européen demeure encore peu explorée dans ses multiples enjeux. Le présent volume se propose donc d’essayer d’approfondir cette thématique, en partant notamment de la définition des limites terminolo-giques et théoriques de la question, pour ensuite enchaîner avec un aperçu sur la casuistique littéraire. La pratique consistant à retraduire des œuvres déjà traduites est très ancienne et répandue, et elle nous éclaire sur l’historicité de tout acte de traduction. Cependant, la spécificité de cette opération a été longtemps négligée dans les études de traductologie. Il est significatif par exemple que l’entrée « retraduction » soit absente duDictionary of Translation Studiesde1997, comme de la première édition de laRoutledge Encyclopedia of Translation Studies (quitte à être intégrée dans la deuxième édition, de 1 2004) . Il suffit de jeter un coup d’œil au débat autour de la retraduction — dont le lecteur trouvera une synthèse bibliographique à la fin de ce volume — pour comprendre que l’intérêt pour ce phénomène « ancien, fréquent et 2 polymorphe » est assez récent : si l’on exclut les quelques études pion-nières de Paul Bensimon et Antoine Berman (1990) et d’Yves Gambier (1994), on remarque une présence très faible de contributions antérieures à l’an2000. Toutefois, ces dernières années, on constate un regain d’intérêt autour de cette question, en réponse notamment à l’appel des quelques
1.
2.
À vrai dire, on trouve l’entrée « retranslation » dans leDictionary of Translation Studies, mais seulement avec l’acception de « relay translation », entrée à laquelle on est renvoyé pour une définition (éds. Mark Shuttleworth et Moira Cowie, Manchester, St. Jerome, 1997). Toute mention explicite du concept de « retraduction » est également absente du récentOxford Handbook of Translation Studies (éds. Kirsten Malmkjær et Kevin Windle, Oxford, Oxford University Press,2011), et des « » dekey concepts The Routledge Companion to Translation Studies(éd. Jeremy Munday, London / New York, Routledge,2009). Parmi les ouvrages de référence, on remarque au contraire la présence de l’entrée « retranslation » dans le premier volume duHandbook of Translation Studies(éds. Yves Gambier et Luc Van Doorslaer, Amsterdam / Philadelphia, John Benjamins, 2010). Annie Brisset, « Retraduire ou le corps changeant de la connaissance : Sur l’historicité de la traduction »,Palimpsestes, n°15,2004, p.41.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.