Annales de l'Académie d'archéologie de Belgique

De
Publié par

ANNALES
L'ACADÉMIE D'ARCHÉOLOGIE
BELGIOUE.
TOME SEIZIÈME.
ANVERS,
IMPRIMERIE
J.
E.
BUSCHMANN
,
RUE DES ISRAÉLITES,
(Imprimeur de l'Académie d'Archéologie de Belgique).
1859.
IHEGZnYCENTEK
LIBRARY
NOTICE HISTORIQUE
SUR
LE VILLAGE DE VINDERHOUTE
(flandre-orientale),
SES DROITS FÉODAUX ET SES LÉGENDES;
M. Jules HUYTTENS,
Membre
effectif
de l'Académie d'Archéologie de Belgique, delà Société des Beaux-Arls et de
Littérature de
Gaud
;
de
la
Commission des Monuments,
etc., etc.
L'étude des archives de
et
la
plupart de nos villages offre à riiistorieii
à rarchéologue belge une
y retrouve
,
mine féconde
les droits
à
exploiter.
,
Les
traces
de
monuments qu'on
les
seigneuriaux
les
us et coutumes,
utiles,
légendes
enfin,
forment autant de sujets d'étude
précieux
souvent pour l'histoire du pays.
Nous avons
en avons
jusqu'ici étudié trente-denx de ces villages flamands
,
,
nous
les
fait l'histoire
et
peut-être ne lira-t-on pas
la série
sans intérêt
documents
relatifs à
Vinderhoute, qui commence
des villages de la
Flandre-Orientale.
Le
village de
Vinderhoute est situé
le
long du canal de Bruges
,
et
forme
une
et
île
que
trois ponts unissent
11
aux villages deMariakerke, de Tronchiennes
et a long-
de Lovendeghem.
comprend l'ancienne baronnie de ce ...
Publié le : lundi 10 janvier 2011
Lecture(s) : 97
Nombre de pages : 694
Voir plus Voir moins

ANNALES
L'ACADÉMIE D'ARCHÉOLOGIE
BELGIOUE.
TOME SEIZIÈME.
ANVERS,
IMPRIMERIE J. E. BUSCHMANN RUE DES
, ISRAÉLITES,
(Imprimeur de l'Académie d'Archéologie de Belgique).
1859.IHEGZnYCENTEK
LIBRARYNOTICE HISTORIQUE
SUR
LE VILLAGE DE VINDERHOUTE
(flandre-orientale),
SES DROITS FÉODAUX ET SES LÉGENDES;
M. Jules HUYTTENS,
Membre effectif de l'Académie d'Archéologie de Belgique, delà Beaux-Arls et deSociété des
Littérature de Gaud ; de la Commission des Monuments, etc., etc.
L'étude des archives de la plupart de nos villages offre à riiistorieii
et à rarchéologue belge une traces demine féconde à exploiter. Les
monuments qu'on retrouve , les droits seigneuriaux , les us et coutumes,y
les légendes enfin, forment précieuxautant de sujets d'étude utiles,
souvent pour l'histoire du pays.
Nous avons jusqu'ici étudié trente-denx flamands , nousde ces villages
en avons fait l'histoire , et peut-être ne lira-t-on pas sans intérêt les
documents relatifs à Vinderhoute, qui commence la série des villages de la
Flandre-Orientale.
Le village de Vinderhoute est situé le long du canal de Bruges , et forme
une île que trois ponts unissent aux villages deMariakerke, de Tronchiennes
et de Lovendeghem. 11 comprend l'ancienne baronnie de ce nom et a
longtemps appartenu à l'illustre famille de Gavre.
L'étymologie du nom de ce village paraît assez certaine , car deux
autorités s'accordent cà lui donner la même origine. MM. De Smet et Willems
dérivent Vinderhoute
, de Vinder et holte ou honte. Les Vinders étaient
les juges arbitraires dans l'ancienne législation gantoise.,,
—— 6
différentes manières dont on a écrit le nom de Vinderhonte etVoici les
est mention dans l'histoire : en 967 villales diverses époques où il en fait
11-21Windreholt, en Venderholt, 1 100 Yendcrliod, 1120 Windeiliout;de
Sanderus écrit Vindexhoute.
Viuj(lr()(ir(ij>hie du village de Vinderhonte doit avoir été autrefois
trèsca/es d'aujourd'hui, il faudrait encore en ajoutercurieuse : ainsi aux trois
deux autres , ne nous sont connues que par les terriers deux hrasfini ;
premier hras vieille Lieve creusée parde la Lys s'y joignaient. Le était la ,
les Gantois en 1251. Partant de Gand , elle traversait les prairies de
arrivait était établi un toiWondelghem et d'Everghem, au Rabot, où
appartenantaux seigneurs de Yinderhoute, et continuait son cours versDarame;
elle coupait deux fois la vieille cale à laquelle elle mêlait ses eauxmais
et qui lui servait de décharge les écluses étaient établies , un; pou
au-delà du Rabot actuel , à l'endroit appelé aujourd'hui Den Kom. Cette
cale se dirigeait ensuite le long du jardin de M. Van Loo, traversait la
commune de Lovendeghem et arrivait à Vinderhonte, où, prenant le norh
Onded(» Wael , elle baignait les murs du château de Vinderhonte et se
dirigeait de là vers Mérendré. Cette cale ou suite de la Lieve fut rendue
navigable par suite d'un arrct du magistrat de Gand du 10 mars
1.1421
Le second hras était appelé le s'Gavers Gracht; il en est fait mention
dans un terrier de 1524. Riet GraehtC'était la continuation du qui
,
traverse les Bonnioijen. Il fut creusé par les Gantois en 1300 et comblé
en partie par Charles-Quint.
Cette cale traversait le [h-nnuen Cnuter, arrivait aux étangs de M. Van
den Hecke-Kervyn longeait \eDam,
, arrosait le village de Vinderhonte
traversait le Blaimhwjs où se trouve aujourd'hui le château de Monsieur
Victor Van den Hccke et allait se réunir à la partie canalisée de la
vieille cale dans les prairies dites Pouck meerschen.
Nous avons encore le Glrrl, qui fui creusé lorsdu pi'olongementdu canal
de Biiiges en 401 3.
Le canal de Bruges, qui longe Vinderhonte en séparant toutelbisqucl(|ues
' Mriiiiiiri's (II/ Cil' DiKiiir.x, vol. T.—7
parcelles du gros du village commencé
, fut en 1379 , continué en 1613 et
achevé en 1758. Le Gleet passe par un syphon sous le canal de Bruges et
va se jeter dans le canal *.du Sas
Il est encore fait mention d'une autre cale appelée ^jagr/iers Gracht, aux
environs des Durme Meerschen.
Par suite de ce grand nombre de cours d'eau, le village de Vinderhoute
était périodiquement inondé , ses champs se changeaient en marais et ses
rues en bourbiers; aujourd'hui, grâce au canal de Schipdonck , nous allons
être délivrés de ce fléau.
L'Msfon(/z«e du village de Vinderhoute est très-restreint , et bien que
ce fût une seigneurie dans l'histoireimportante , elle ne joue guère de rôle
;
les recherches historiques sont d'autant plus difticiles, que les comptes
de la paroisse et de l'église sont totalement détruits.
D'après un inventaire fait en 1742, le village de Vinderhoute possédait
alors de nombreux documents ainsi Wieme livre à; la veuve du greffier
son successeur, Jean-François van Ackere :
1° Dix registres du XVI« siècle.
2° Quatre registres des années 1602 à 1687
3° Plus de 51 liasses contenant les comptes de la paroisse , des faits de
justice, procès, etc.
Dans une excursion que nous fîmes, M. Van Hoorebeke et moi, aux
archives de Sommerghem, nous trouvâmes un assez grand nombre de
registres, mais un seul de la fin du assuréXVl^ siècle. On m'a qu'il ay
quelques années, on a vendu une grande quantité de papier à la livre,
renfermant sur Vinderhoute plusieurs renseignements.
La première fois donc qu'il est fait mention historiquement du village
de Vinderhoute
, ce n'est qu'au règne de Louis XIV lors de cette guerre si,
désastreuse qui non seulement provinces mais réduisitruina nos belles , la
plupart de nos communes à vendre leurs biens communaux ou
ecclésiastiques, ou à s'endetter au-dessus de leurs moyens.
Le bailli de Vinderhoute , Jacques de Brou , sauva par son audace et
Tentatives faites par iea Gantois pour s'ourrir une communication avec la mer,
par Am. De Bast.—— 8
son village et les communes environnantes, de l'incendie et du pillage.
dictionnaireVoici comment M. Goethals, dans son généalogique, rapporte
ce tait : « Jacques De Brou , bailli de Vinderhoule , était revêtu de cette
dignité magistrale, lorsque l'armée française sous le
, commandement du
camperDauphin, vint aux environs de cette commune. Le Dauphin ordonna
de mettre le feu aux villages, qui ne payeraient point immédiatement les
contributions qui leur étaient imposées. Dans l'intérêt des habitants de
Vinderhoute, qui se trouvaient dans l'impossibilité de réunir dans un
court lesdélai aussi sommes nécessaires, le bailli Jacques De Brou se
rendit <à la tente du Dauphin qui lui demanda quelle sûreté il avait à lui
,
« Monseigneur,donner; répondit le bailli, ma parole d'honneur et de
gentilhomme. » Par cet acte de dévouement, il sauva non seulement le
»village de Vinderhoute, mais même plusieurs autres.
De cette époque à le village de Vinderhoute93, retomba dans* sa
tranquillité primitive, et partagea les bons et les mauvais jours de la
Flandre; à l'époque de la terreur, il servit souvent de refuge à de
malheureux proscrits, qui trouvèrent asile et protection chez le maire du
village, iM. Charles Ileynssens, lequel plus d'une fois sauva, au péril de ses
jours, des hommes qui lui étaient totalement inconnus. Ce Nestor des
bourgmestres vient de s'éteindre à l'âge de 92 ans emportant avec lui
des regrets universels.
LISTE DES BAILLIS DE VINDERHOUTE.
Daniel Van Scoubrouc 1464
Jacques Van den llanne 148*2
Geeraerd Claeys 1502
Lievin Van Pottelsberghe 4504
Adrien Huncken 1517
Pierre Snouc(| 1554
Jacques De Brou IBTO De Brou 1715
Jacques Van Ackere 1716
Jean Van lliille 1762
Corneille Van Ackere 1796

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.