Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 8,99 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

François Audouy
ANTONIN ARTAUDle survivant Essai
Antonin Artaud le sur-vivant
François Audouy Antonin Artaud le sur-vivant
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-09048-1 EAN : 9782343090481
)ntroduction « He not busy being born is busy dying » Bob Dylan Ce titre nǯest pas un jeu de mots facile mais une tentative dǯenvisager de ce qui fait le cœur de lǯœuvre dǯAntonin Artaud, poète français né à Marseille en ͳͺͻ͸ et décédé à )vry-sur-Seine en ͳͻͶͺ. Cǯest-à-dire la survie au sens strict ȋil a tout de même dû faire face à une méningite en bas âge, une syphilis héréditaire, une longue toxicomanie et neuf ans dǯenfermement asilaire avant dǯêtre achevé par un cancer à lǯâge de cinquante-et-un ansȌ et la sur-vie, la capacité à vivre et à créer à une intensité peu commune et presque inhumaine, à sortir de soi-même pour se transcender et comme se renaître, en de multiples incarnations ȋArtaud le poète, lǯhomme de théâtre, le voyageur, le fou, le dessinateur, lǯhomme de radio, le mythe, le clichéȌ. Pour tout esprit qui lǯa croisé, en général sans en sortir indemne, le mot « Artaud » évoque tout de suite un imaginaire diffus, au parfum de soufre et de mythe. )dentité éclatée ? Voyons… Antonin Artaud, cǯest dǯabord une sensation, au double sens du mot : ilcrée la sensation. La combustion de lǯintérieur, la Pointe du Raz du mysticisme et les formidables élans vitaux. Feu Antonin Artaud, non, car il se survit… mais Artaud le feu ! Ensuite, on peut approfondir, peaufiner, procéder à toutes sortes de mises au point mais pour qui le découvre à quinze ans,
͹
Artaud cela restera dǯabord ça : une sensation de brûlure à vif. Cǯest un nom, aussi : Saint-Artaud, celui qui tarte, le tarot taré des )ndiens Tarahumaras… Polysémie dǯArtaud le Mot-Mot, lui qui joua tant sur les noms propres en haine de la saleté du commun. Cǯest un visage. Dǯabord héros romantique noir, jeune premier au charme du diable, puis ridé, édenté, tordu comme un vieux parchemin, le Artaud de bois brut de Dubuffet. Cǯest une voix, stridente, qui fait gicler le phonème, balance dǯétranges con-sonnes à nos oreilles de petits auditeurs terrifiés ; en haine de la caca-phonie de lǯêtre, il vient nousmontrer la voix, dans le sang et censuré, crie pour enfin tuer lǯécrit. Cǯest des couleurs. Bruit blanc des débuts, jaune feu, rouge de la Terre, pain noir des années asilaires… Une vie haute ȋetȌ en couleurs, pour le plus peintre des poètes, le Paolo Uccello des lettres, le frère en suicide de Vincent Van Gogh.
Dǯabord, un résumé tant chronologique que symbolique nous permettra dǯaborder la vie et lǯœuvre du poète selon un angle bien précis : nous tâcherons de démontrer en quoi son combat consiste à passer de la sous-vie froide et stérile o‘ auraient pu le cantonner ses tendances dépressives à une forme de sur-vie, de vie au-dessus de la norme généralement acceptée par la société, qui le mènera à une créativité accrue mais aussi à lǯinternement psychiatrique. Dans un deuxième temps, nous verrons que la naissance et la mort se croisent en permanence dans lǯœuvre artaldienne, dans une dialectique de la survie. )l sǯagit de garder la vie, de remettre lǯart dans la vie, voire de ȋseȌ redonner la vie. La maladie est revendiquée comme sur-vie, comme
ͺ
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin