Apprenons l'ewe 1

Publié par

Publié le : vendredi 1 janvier 1999
Lecture(s) : 230
EAN13 : 9782296158153
Nombre de pages : 440
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

APPRENONS L'EWE

MIASR5

EVEGBE

Volume 1

APPRENONS L'EWE
MIASR5 E1JEGBE

VoIurne 1

Jacques RONGIER
(avec la collaboration de TSEVI K. Ewonuku)

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École polytechnique 75005 Paris

Le présent ouvrage a été revu et corrigé par le Comité de Langue Ewé

@ L'Harmattan, 1988 ISBN: 2-7384-0159-7

Tout d'abord un grand merci à tous les amis togolais qui m'ont permis de mener à bien ce travail, et surtout à TSEVI K. Ewonuku et ANIKA k~zo pour les centaines ables que nous avons passées ensemble. Merci également au Comité voulu relire le manuscrit et critiques. d'heures agré-

de Langue Ewé pour avoir bien formuler ses indispensables

encore

Malgrê cela, il est probable certaines imperfections. ce nous en excuser.

que le lecteur découvrira Qu'il veuille bien à l'avan~

T 1ur r~aliser ce premier volume, ouvrages et documents suivants:
.

ont été utilisés

lea

Le Togo

d'Aujourd'hui

de Maurice

Piraux

.

L'Homme - E~e, Aja, Gen, F~n - et son Univers de
Pazzi

Roberto
.

La Nouvelle Marche

(le quotidien du Togo) Méthode
Assimil.

et je me suis inspiré de la

Les textes des leçons seront prochainement sur cassettes.
Les dessins sont de Ben Hardt AHADZI.

enregistrés

-

2 -

AVANT-PROPOS

langue

Ce manuel s'adresse à tous ceux éwé.

qui désirent étudier la

S'il est vrai qu'il avait d'abord été conçu pour les 'Yovo' (1), autrement dit pour un public plus ou moins averti des réa1it~s africaines et dont les préoccupations quotidiennes sont. sans aucun doute, très différentes de celles de la plupart des Ewés, il n'en est pas moins devenu un. document de base, aussi bien pour les Togolais non éwéphones qui vont être inéluctablement amenés à apprendre l'une ou lea deux langues nationales du Togo, à savoir l'éwé ou/et le kabiyè. que pour les Ewés eux-mêmes qui devront étudier la langue standard vu que chaque parler éwé a ses particularités, et principalement les Loméens dont la majorité' s'exprime en guin (mina). langue tras proche de l'éwé mais ayant néanmoins un système phonique,

des structures grammaticales et un lexique siblement de ceux de l'éwé standard. Car,

qui diffèrent senrépondant aux voeux

du gouvernement togolais, c'est bien l'éwé standard qui est présenté ici, c'est à dire un éwé normé et officiel, destiné à
être enseigné dans les écoles, employé dans la presse, à la radio et à la télévision, et devant devenir effectivement une langue nationale, connue et utilisée par tous les Togolais, voire internationale dans la mesure où elle est déjà adoptée
par le s Ewé s du Ghana.

L t éwé fait

partie

du groupe kwa de la famille
(2).

de langues

dénommée Niger-Congo

en éwé standard. Ce terme désigne l'Buropéen dans le langngo populaire et par oxtoneion lee 'non-Noira'.
(2) Dtapr~e la olattloifioationde Greenberg

(1)

'yèvU'

(The Languages

of Africa, 1963).

-

3

-

Il est parlé dans le Sud-Togo

jusqu'au

niveau

d'Atakpamé,

et jusqu'au Lac Volta

au sud-est

du Ghana.

Au Togo, qui comptait environ 2 100 000 habitants en 1981, on évaluait les Ewés à 600 000 mais on estimait que la langue éwée était parlée par d" l 200 000 personnes car il est utilisé par de nombreuses autres ethnies du Togo (Minas et Guins, Ouatchis. Adjas, Akébous, Akpossos. Ah1ons). Au Ghana, on comptait. l 000 000 d'Ewés en 1910, peut-être l 500 000 aujourd'hui. Enfin, l'éwé est encore utilisé pâr des ethnies béninoises (Plas, Pédas) et il est plus ou moins compréhensible pour beaucoup de Fons (1).
L'intérêt de ce manuel est qu'à notre connaissance, il est le premier à s'adresser â quiconque souhaite apprendre seul, qu'il soit lycéen, étudiant, enseignant ou autre, togolais ou étranger pourvu qu IiI ait une bonne ma1trise du français.

qu'il

Le lecteur trouve à chaque instant ce dont il a besoin, ce voudrait savoir. Il a le texte et une traduction. Mais

chacun sait qu'une traduction est bien souvent loin de satisfaire, encore moins d'expliquer. C'est pourquoi une glose plus ou moins littérale a été proposée chaque fois que cela a paru nécessaire tout.en essayant d'éviter de tomber dans un jargon ésot ~ique. Il faut espérer que les types de gloses adoptées permettront, mieux que de longs discours ou qu'un dictionnaire d'expressions, de comprendre et de mémoriser le lexique et les tournures idiomatiques. C'est la nature de l'éwé qui m'a conduit à une telle démarche, laquelle me paraît indispensable, en tout cas pour un non-Africain. Cet ouvrage comprend dans sa totalité 120 leçons (42 dans ce premier volume) et 80 'lectures' abordant les différents thèmes de la vie moderne et traditionnelle et il présente de nombreux spécimens de langue (dialogues' extraits de romans, de manuels de lecture et de pièces de théâtre, articles de

journaux, sies etc

...).

enregistrements

radiophoniques,

contes, chants,

poé-

Quelques leçons sont à la géographie du pays

consacrées à l'histoire éwé, à certains aspeots

du peuple éwé. de l'économie,

à l'éœole etc

...

Toutes les se~t leçons, des 'révisions' font le point de la grammaire et apportent des compléments d'information sur

divers

b'Ujets.

Tout est toujours expliqué par de nombreuses notes, que ce soit au niveau lexical, grammatical, syntaxique ou ethnologique.

(1)

Le fon (ou fongbé)

est parlé au Sud-Bénin.

-

4

-

Des portées musicales ont été utilisées dans premières leçons pour l'initiation aux tons.

les

quatre

Une transcription musicale accompagne mesure où cela a été possible.
des cartes et un lexique de termes Le lexique éwé-français

les

chants

dans la

On trouvera aussi des planches de vocabulaire
géographiques.

illustrées.
termes et ex-

compte plus de ';:000

pressions; ce1ui français-éwé

comporte

environ

5 000

entrées.

Enfin, une cassette avec les textes des leçons vous est proposée pour chacun des volumes. L'éwé se trouve

fait

qu'il doive

la vie moderne,

aujourd'hui en pleine mutation de par le acquérir un vocabulaire adapté aux besoinsde un vocabulaire technique en particulier. Cer-

tains vocables proposés se verront plus ou moins acceptés. Après avoir emprunté au portugais, à l'allemand et à l'anglais, Itéwé est aujourd'hui envahi par le français, non seulement au

niveau
sions retenu.

du lexique
ou même

mais

aussi

au niveau
Quoi

des structures
qu'il en soit,

(expreschaque

phrases

entières).

fois qu'il existe,
Si le mot

c'est le terme éwé authentique
d'emprunt

qui a été con-

assigne une orthographe

est parfaitement éwéisé, on lui éwé. S'il n'entre pas dans le système

phonologique de la langue, son orthographe d'origine est servée.

(1) 1981

- Togo - Recensement

Général.
Population rurale 437 267 236 065 Total

Population urbaine Ewés Ouatchis Minas et Guins Adjas Ahonlans et Anlos t Ehoués
1 9~ 400

44 066 104 854

49 116
78 032 834

6 769
1 185

630 280 153 84 2

667 131 910 801 019

Fons Plas et Pédas Ahlons Akébous
Akpossos

9 3 l 1 Il

256 531 724 101 096 810

2 l7 7 3 30 60

927 658 242 163 072 899

3 27 10 4 31 72

183 189 966 864 168 715

l )01 673

Population du Togo:

2

71 9 56 7 et Guins

Ville de Lomé

:

lLfO 28Lt- Ewés 89 119 Ivlinas

-5 o o

..~,.. .. ..
t:)'i" tJ.g t"4<
KI)

et)

~ ~~ ~. ~ l1J oq ~ tJ.
ID

t>1.::,

-r.-» t..J. t:J

~ ID

c-t-~

~ c+
ID

t::

ID

~
~..~
;,
H<.

01

~

~1g.
o ::s
~ en ri~

<: ~

~

~
0

~

~ J-~

-

v

I

(~

,

j' -

........~ . - .... ~_ J "" '-

--- -,-,-~

-

6-

L'ALPHABET

L'alphabet
lettres pour

éwé comporte 30 lettreset 5 digraphes
un seul son).
Chaque

(deux
se. pro-

lettre

ou digraphe

nonce

peuvent

toujours de la même façon. Cependant, te', avoir des réalisations différentes.

'dz'

et Its'

Exemples , , en ewe avec traauctions en français a àvU -(chien)

Exemples
en français

Explication si néces-

saire

quand c'est possible la

-

b
d
d2

-(perdre) di
(chercher) dzè (sel)
dZ:l

bu

beau dans Dzoungarie Djibouti

Devant
'dl

,. , ~, 'dz'

se
'dj'.

(ciel)
et à.9.u

prononce souvent
rétroflexe.

La

(dent) e
!;ri été --

pointe de la langue

touche

le.,palais.

lè (être) c
f

le t8te

nê (à lui)

-

-(plume)
ffi

ru

feu Bilabiale
cative.

j

sourde
Soufflez

fri-

(os)

comme

si vous vouliez étein-

dre une bougie.

-7g
..s:à

gare Labio-vélaire sonore. Prononcez tg' et Ib' si-

(argent) (voix)

gb '2è

multanément. Le tg' ne sonne pas distinctement.

y
h

:Là

(soleil)

semi-voyelle antérieure. fricative vélaire sono-

hà (porc)

re.
vivre

i

vï Tenfant) kU -(mourir) k'

k kp

'cave sourde. et 'pl simultanément. Le 'k' ne sonne pas distinctement.
Labio-vélaire

-

~;ierre)
1
J..6

Prononcez

'k'

lot m6t -

m
n ny 1)

md
-(visage) na. (donner)

nous ~eau
(en anglais:

, !.ELa (savoir)

ti .!lÙ (orange)
ta Tmontagne)

sing) tôt porte
.E0u.1?ée

o
~

'0' '0'

fermé. ouvert.

t5 Tpère)
.E. l?é-E, é é (exactement)

P

Ce son est rare en éwé.

r
s t

radid -(radio)
l1S~

'" .

(espagnol: para) QGsis tas

Roulé
Une

avec la langue.
vibration.

seule

Tmain)

ta -( dessiner)

- R
ts

-

-rvenir
tsi

tso

de)

tsé-tsé - tchèque
doux vache Bilabiale sonore fricative. Soufflez comme si vous vou-

tenu)
u v
dù Tvillago) ,

. Devant t 1. , t 'ts' se prononce souvent Itch' dialectalement.

va
"u

-(venir)

"
w
x
y z

-(voiture)

-( ils)
, xa -(balai) Za (air)

, WQ

liez'éteindre une bougie. ouate
(espagnol

:

Vélaire sourde frioative.

jota) zacht zèbre

-( devenir)



Pour ceux qui ont quelques

notions

de phonologie,

voici
A.fricain

l'inventaire des phonèmes de l'éwé standard. (Alphabet phonétique de l 'Institut International

(I.A.!.))
Tableau des voyelles antérieures fermées centrales pbsférieures

li/ /$.I
lei (1) je/ !ë/(2) /0/

lui / üj

2e de gré 3e de gré
ouvertes

/ / /5/
';)

lai lai
fe_7 ou Ca_7.
'ët~

(1) je/
(2)

se réalise
en tre L'è_7

~~7
tion

est orthographie

Il n'existe

pas

d'op~osi-

et L~. 7~

-9Les voyelles nasales 't', '~', 1~'9 'Q' et I~t se prononcent respectivement 'in', 'ain', 'an', 'on', et 'ount comme dans 'camping', 'Ain', f~ t t ~1, et 'Dzoungarie'.

TableaudeB consonnes:

J-J. 0 J
et)

~eT ~...,. ~t-'
...,.

~(t)~

0

0

...,.

< (b~ ~~l~~.
.....
(1) ~'1

.....
...,. ~0

.....

~M~CD en

en

~CD

(t) ~~~~. en

(1) '1

CD en

en

(1)~

~en

~.
(1)

m Ip,/ ItI

sourdes occlusives

/k/ /kp/

sonores sourdes
fricatives

/0/

Idl

/ëtl

Ig/
Its/ Ix/

Igb/

;"f/ If / /s/

sonores
nasales
continues
vibrante

/v/

/-0/

/z/

/dz/

Iy/

im/ /ni

/ny/ /rJ /

/1/

/w/

Ir/

Remarques (1) Les voyelles longues sont orthographiées par leur re-

doublement:

fuu

Lf~ :_7
ou Cç_7 (palatale ou L'd-_7 (palatale affriquée affriquée

(2)
sourd~)

.
fi

Its/

se réalise Lts_7

(3) /dz/ se réalise sono re ) {4) L~~7 et Ly_7 seul phonème /w /6

fdz_7

sont complémentaires

et constituent un

/w/ 2)
3)
se

10

-

réalise:

1) £w_7 devant /0/, /0/ ou Iu/.

LlL7 devant Iii et s'il est précédé d'une consonne.

LL7 devant
1_7 est .
.

lai, lei, lelt li/ ou /l/.

Lw_7 est orthographié

'w'.
une syllabe,

[!i

orthographié: s'il
s'il

'wui'
fuit

const~tue
est

précédé

d'une

consonne.

LyJ

est orthographié 'y'. (ils) Ex. ~

~
wù wuiqèlcé

(faire) (tuer) (onzo)
(il l'a mangé)

é~
(5)

~a (caché) .xêsia..1! (toujours) £1_7 et Cr_7 sont complémenta.ires.
Ll_7 n'apparaît qu'après
les consonnes:
kp ou gb. Lr_7nlapparait t,
Par ailleurs,

Pt b, 1, u, f. v, m. kt g, x, y, h, w, !J,
qu'après les consonnes: dz, y ou ny. une variélllte possible de

d, 8, Z, ts, Cr-,-7 est (tromper)
(aCheter) (retourner)

/-ct..1

Ex.

blè
flè trS

dzra yra

(vendre) (bénir)

nyrà (gronder) (6) Après une consonne, /y/ est orthographié 'i' sauf après Its' .

(7)

/y / est

orthographié'

11 I fi

-

11

-

LES TONS

cents.

Vous avez remarqué que les voyelles étaient munies d'acCes accents notent des tons. En effet, cha~e syllabe

porte un ton et le ton est pertinent en éwé. C'est la raison pour laquelle il doit être noté systématiquement. On le transcrit à l'aide des accents suivants:

,

(ton

haut)

ex,

t6

-, .

QP

montagne

,

(ton bas) (ton montant)

ex.

ta

buffle

"
viens
$~I =

ex,

va

, .

"'

(ton descendant)

ex. Ava "
Il
"

w

il viendra

Pour vous permettre
présenterons les

4

une initiation rapide à ces tons, nous premières leçons accompagnées de portées mu-

sicales. En outre, sur les tons.
Nous pouvons

la premièreleçon sera suivied'exercices
commencer. Bon courage!

maintenant

-

12 -

NUS::>S~ GBAT~ (Leçon.première)

BE ABLA ! (Enlève. rapidité)

DEPECHE-TOI!

1.

YàwB.vi (1),

ge qé erne (2) ' -

,

,

,

Yawavi, entre 1

~jI".
2. Tu "oà (3)

.,

, .

Ferme

la porte

1

.

...
, .

3.

si dzo

Allume

la lumière

t

(Allume. lumière)

"
4.

~
Viens ici 1

Va àfî!

(4) 1

~...
"J.

Yi dzàdojé

(5) 1

Va à la cuisine (Va. cuisine)

1

il,.

.

..

-

13 -

6.

Tao àb61à VB (6) :
#

~pporte ~e p~

:

.

.

(Prends.pain.viens-y

(ici})

.

L.
Mets-le sur la table:

7.

Ts~E1 dà Clé kplg dzJ. :

.
8.

."" .
(7) là
N

.

(Prends-le.pose.à.table.sur)

Ts& gâ !

Prends

de l'argent:

(Prends.argent)

" .
9. Yi qà:flè
:

Va acheter

de la viande:

(Va.pour-acheter.viande)

.. 1#.
10. Dè àbla
(8) :

,I1.

Dépêche-toi: (Enlève.rapidité)

. .
DZESIDEDEWO:
(NOTES)

(1) Yàw8.vi (Yawa.Petite) : Le suffixe 'vi t (pétit) marque le diminutif' des noms et s'emploie dans une famille pour distinguer deux personnes portant le même nom. Yàwa. est le prénom d'une fillenée un jeudi. Le nom propre a généralement une signification et / ou une histoire. Mais nous reviendrons là-dessus en temps opportun.
(2) Le premier sens de 'gé'
'entrer'


est

'tomber'.

'gé qé émè' si-

gnifie

(tomber
!

dedans).

<té émè

Entre:

A l'impératif, 'gé' devient 'get maia devant un ton haut, il se réalise presque toujours au ton bast la more montante 'étant reportée sur la syllabe qui suit~

-

14 -

'qé

émè'
.

se

prononce

(particule)). de' 'émè' et

i-qémà et il est formé de 'qé' Cà (1 'intérl'.eur"de cela, c'est à dire de la

7

maison)

mè é-

l'intérieur, le dedans il, lui, cela française 'à' qui indi-

'qé' équivaut ici à la préposition que la direction et le mouvement.

'mè' équivaut

à la préposition

'dans'.

Ainsi, les prépositions du français sont-elles traduites soit par des noms soit par des verbes.

(3) Remarquez qu'en éwé, le déterminant (tuel il se rapporte- et lui est accolé.
,,~

'-a' suit

le nom au-

, ,,

porte
la porte

"~a

Il prend le ton de la syllabe
proche de celle du démonstratif
tre mentionné, à ce qui ciation ou à ce qui est

qui précède.

Il a une valeur

et réfère à ce qui

est présent sous-entendu

vient d'êdans la situation d'énonDar elle. On ltemploie

moins que l'article

défini en français.

(4) 'àfi' signifie 'endroit' solément.
àfii

mais ne peut
'àrî yi' cet

être utilisé iendroit)

ici

(de

On dit aussi 'àfisià'. 'sià' (ce, cette) est plus littéraire mais c'est la forme retenue par la langue standard. 'Yl' est plus populaire. (5) 'yi' (aller) est un verbe locatif. Ce type de verbe précède immédiatement le nom de lieu. Il correspond donc aussi

à 'aller

à'.
yi Lomè 1
Yi dzodoié

1

Va à Lomé 1 Va l la cuisine l
I

'dzàdojé' est le lieu (-jé) où l'on dZQ: le feu, la lumière

met (dé) le feu

(dzo).

(6) L'action exprimée par le verbe 'apporter' se décompose en éwé en une succession de verbes (prendre.apporter). Ce procédé est très courant. Vous en avez un autre exemple à la phrase suivante: 'tao dà qé' (prends.pose.à).

-

15

-

'vs' provient de 'va' (venir) et (le, la, y) va
L'action

du pronom~ complément
(ici)

'-è'

+



--~

vi

(viens-y

: apporte)

s'effectue

en direction

du locuteur.

(7)

flè qàflè

acheter pour acheter, dans le but d'acheter

'qà-' est un verbe (disons pour ne pas vous embrouiller un préfixe verbal) qui indique le but.
(8) Dè àbla 1 ~qàbl~. Dépêche-toi 1 (Enlève. rapidité)

Prononcez

On fait la liaison. rapidité, action rapide vite, rapidement

àbla blablabla

Vous voilà déjà bien dans le bain de la langue éwé. Surtout ne négligez pas la prononciation. Si vous ne respectez pas les tons, vous ne serez pas compris. Bien entendu, les notes de musique sont approximatives et relatives. Elles vous guident à la fois pour les tons et pour la mélodie de la phrase, mais il est néanmoins préférable d'écouter plusieurs fois les enregistrements des leçons si vous les avez et de répéter les phrases jusqu'à ce que vous soyez sûr que vous les avez bien assimilées

- 16 -

DJDEASI

(EXERCICES)

1. o.

Mettez

le déte~~inant Ex.
~,

tons)

-aux

noms .~i1fants (la

(attention

aux

"~a d zo' d '0 j " ea

porte, cette porte) (la cuisine, cette cuisi~e)
kp13à

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

kplo

àbéÏà gà dzo là

"., nus"sr., d5déàsi

,

(table) (pain) (argent) (feu, lumière) (viande) (leçon) (exercice)

àbéiàà gàà dzàà làà ,.,
nusosrt)a " dodéàsia

2.0.

Traduisez d'éwé en
(utilisez un cache

uia de fran ais
Va acheter
Viens

en éwé

.5.
6. 3.0.
a)

2. 3. 4.

1. yi

qàjlè àbolo 1

du pain 1
1

Va dzodofé 1 va tso àbolo yi 1 Ts~ gàà dà qé kplo dzi 1
Yi qàtso là vê 1-1 Yi ts~ là vê 1 : , ", Y1 t st) 1 aa ve 1 '
A

à la cuisine 1 Viens chercher le pain 1 Mets l'argent sur la table Va chercher Va chercher de la viande: la viande

,-

~

Exercices sur les tons et lea phonèmes: Ecoutez et répétez

1.

.

qè (barbe) (enlever)
(écraser) (allumer) Caller)

.
, ge qé
tu . 51
..

(tomber) (à (mouvement))
(fermer) (fuir) (coupe-coupe)

tù ,
51 Yl "

Y1

- 17 2.

.
tso
dZQ la gà (prendre) (partir) (couper) (échapper à) ts~ dZQ là g~

.
(être rapide) (feu, lumière) (viande, animal) (argent)

3.

.

.
(prends de l'argent) (prends-le)

.
qè àbla

.
~ (dépêche-toi)

tao gà 1 tsoè 1

4.

.,
",---A

-"

.
(va.. è)

.
dzi

J

.
1) ciel)

~

V&

ge 1
va. 1

(tombe 1)
(viens

(en haut,

5.

àfii àbolo

.

.
(ici)

" . qé kpl~ dzi
1)

gè qé émè 1

(entre
(pain)

(sur la table (mouvement))

6.

. . .
dzàdo!é
Yàwavi

.
(cuisine)
(Pètite Yawa)

. .
(ferme la

tu "oà 1

porte 1)

7.
,.
àf1-

.
(endroit (où))

.
àfi

.
(souris)

- 18 -

8.

.

.

.
Cacheter de
-



(viande)

flè là

la viande)

.
qàflè

.

.

.
yi
de la viande)

.

.

.

là (pour acheter

qà/lè là 1

(va acheter de la viande 1)

b)

Modifications secondaires dues à l'entoura e hono-s taxique souvent non pertinentes, quelquefois facultatives ou dialectales, variant avec le débit du discours) : 1. Report de more:

.
./ . ---

.

.

.
<té

ge

+

~

gè cté

2.

Contraction:

.
clé
.. .

.;.

..
émè
..

.
..

.
.

----~

qé émè L<témè_7

. àbla
1-

..

qè àbla

Lqàbla-7

- 19 3. Modification du timbre de la voyelle

.
. ta!>
..

. .

e "

ts~è

-rts~&7 -

(prends-le)

4.

Contraction et modification du timbre de la voyelle

.
, va
5.

.
+ e "

.
----~
,.. vc

.
ton bas
que le nombre de

Relèvement du ton bas devant un autre
Le phénomène est d'autant bas consécutifs est plus plus sensible grand.

tons

...
.
Aucune

.
1
N

~

.

...."
là 1

yi ctàflèlà

yi <tàjle

.~ ,. .
......"

~!
l

~..,-

.y

.
(va acheter de la viande 1)

yi qajlè là

Y1 qafle

là 1

de ces modifications

n'est

pertinente.

-

20

-

L'inverse, rabaissement du ton haut devant haut, se rencontre également. 6. Les consonnes sonores haut en ton montant tendent

un autre

ton

à transformer un ton
ou
ou

Ba
-

. .

~ +
t~
ne vous

g~
g~to
pas

ga
gat~

(grand) (grand)

ga

.,

~
étonnez

En conséquence,

raissent fluctuants, même s'il arrive que

la même signification diffèrent par phrases identiques et ayant le même ques de tons différentes. Ce problème des tons est si important que nous nous devons d'insister. Le ton fait partie non seulement du lexique mais aussi de la grammaire. Si vous faites dès à présent un effort pour la reconnaissance et la maitrise des tons, vous serez largement récompensé. Bientôt, vous lirez sans peine ces accents qui vous paraissent peut-être surcharger l'écriture. Si lea Ewés ne notent les tons que dans quelques cas réellement ambigus, c'est parce qu'ils connaissent leur langue et que pour la plupart, ils n'ont même pas conscience des tons qu'ils utilisent tout comme un petit Français de cinq ans manie la syntaxe du français sans en connaitre les les règles grammaticales et syntaxiques. Mais pour vous, il en est tout autrement. Nous pouvons vous certifier que si vous ne respectez pas lea tons, vous vous trouverez dans l'impossibilité de vous faire comprendre ou alors vous serez victime de quiproquos. Si nous devions proposer une orthographe des tons, nous préconiserions d'écrire seulement le ton bas, l'absence d'accent correspondant aux autres tons. Mais là n'est pas notre but car tant que la langue n'est pas acquise, il est préférable de donner le maximum d'informations à l'apprenant et donc de noter tous les tons. Respecter les tons, c'est d'abord savoir les reconnaitre, c'est ensuite savoir les produire. Ecoutez, répétez, faitesvous corriger par des éwéphones.
7.

si lea tons vous padeux termes ayant le ton, même si deux sens supportent des mar-

La nasalisation

n'est pas toujours pertinente.

Elle est beaucoup plus fréquente dans le sud que dans le nord du pays éwé. Ainsi, 'gha' (d'abord), 'kp15' (table), ~u555r~ (leçon) et 'là' (animal) pourront s'entendre 'gba', tkpl~','nus~sro' et 'là t, mais nous suivrons autant que possible le choix fait par l'éwé standard1 choix permettant dans beaucoup de cas de désambiguj~er~

-

21

-

Ainsi, 'là' sera considéré comme la forme correcte, 'là' comme une forme dialectale, mais dans de nombreux autres cas, la nasalisation restera facultative.
8.

Le ton moyen

Le ton moyen, noté par un trait suscrit (Ex. nü),est rarement pertinent. Bien que certains mots se réalisent presque toujours au ton moyen ('nü'(la bouche), 'ta' (la tête) ...), nous les noterons selon les contextes 'nù' et 'tà' ou 'nu' et
, ta'
.

c)

Distinguez bien les phonèmes suivants. Ecoutez et répétez:
d/ci dà (lancer, (mettre) (planter) (venir (jouer) (finir) "" de) poser) qàq,é q,o tso -lé , (pour) (à) (Terme tif) (arriver) (prendre) (Suffixe (porte) de Liew

1. 2. 3. 4. 5. 6.

dé dé
01., fi! vi" tao ré ,

Loca-

vo

Cette première leçon vous paraftra touffue. N'essayez pas de tout retenir. Si nous vous soumettons ces quelques règles dès le début, c'est uniquement dans le but de vous sensibiliser à la question des tons et de vous donner le pourquoi des variations tonales que vous pourriez remarquer soit dans cet ouvrage soit dans le discours de vos interlocuteurs. Vous aurez tout le loisir d'y revenir lorsque vous en sentirez le besoin. Passez aux leçons suivantes et attendez que les choses se décantent. Ce qui importe pour le moment, c'est de bien comprendre les textes, de les reproduire fidèlement et d'essayer de composer les quelques phrases simples des exercices et aussi (mais avec le risque de vous tromper) des phrases de votre cru dans la mesure où la structure est connue et où il suffit de faire varier le lexique.

Ex.

yi qàflè là 1

(Va acheter de la viande 1)

yi qàflè àbolà ~ (Va acheter du pain 1)

-

22

-

NUS~SR~

EVELIA
èlne)

(Leçon. (ieu~xj

NUKA YAWAVI ~

?
faite ?)

(Quelle.chose.Yawavi.a

QU'A FAIT YAWAVI

?

1.

Yàwavi tso kùsi. . I . .

Yawavi

a pris

un panier.

(Yawavi.a

pris.panier)

.-.Elle est allée au marché.

2.

Eyi (1) àsimè.

. .
3.

...
Elle a acheté (de la) viande, (du) piment et (des) oignons.

E!lè l~, àtadî kplé sàbalà.

..
4. Edzè

. /I
~ lJ

.
:
lit

#I

(2) àmi

hâ. -

Elle a aussi l'huile. (Elle.a

acheté

de

.
~ It

acheté. huile. aussi)

... ~. Elle a rencontré Afiwa en chemin. (Elle.a vu.Afiwa.être.rout~ sur) Elles ont conversé un mo-ment.
(Elles. ont mis. conversation moment. un)

5.

Ekpo Afîwa lè mo dzî (3).

~...
6.

....

.. fil

Woqo dzè (4) yèyîyi àqé (5).

-(/#

~

.

.

.

#I ., -

- 23 7. Wano lihà (6).
Elles ont de mais.

bu de la bière

-

. ..
Yàwavî gbo va à/émè (7).

8. Eyé,

. -tt.J . ..
DZESIDIDEWO

.,

. ...

Puis Yawavi à la maison.

est rentrée

(Puis.Yawavi.est retournée.est venue.maison)

(1)

En éwé, le pronom personnel se soude au verbe: éyi il/elle (é-)
.

est allé(e) (yi)

Dans 1a prem1 re 1eçon, è
contré 'tsoè' (prends-le).

, ., o prase n 7 nous avons deJa renh
,

Le pronom sujet précède le verbe et a le ton haut (é-)
dis que le pronom complément suit le verbe et a le ton bas

tan(-è).

Cette règle des tons ne concerne personne du singulier (il, elle

que le pronom / le, la).

personnel

de 3e

En outre, le pronom sujet 'é-' devient 'wo-' devant un ton un haut, montant ou descendant et tend à devenir 'wo-' devant ton bas, lorsqu'il se trouve précédé d'un complément d'objet

tel que par exemple 'nukà
NUkà wow~ ? (2) Il

... ?'

(quoi

?,

que

?)

:

Qu'a-t-elle fait?

existe deux termes pour 'acheter' : 'dzè'

Pour tout ce qui est liquide ou granuleux, on dit

Edzè àmi. Edzè lihà.

a acheté de l'huile~ elle a acheté de la bière de ma ï s
Elle

.

.

Pour le reste, on utilise le mot tflèt
E!lè Eflè là. sàbalà8 811e a acheté Elle a acheté de la viande~ des oignons.

- 24

-

(3) Les prépositions locatives (dans, sur, à ...) correspondent en éwé à la fois à un verbe et à un nom locatifs:
sur la route lè m~ ... dzi dzi

sur



'lè' est le verbe de localisation (être, se trouver). 'dzî' est le nom de lieu (le dessus, le haut, le ciel). (4) L'homonymie est fréquente en éwé. En conséquence, n'essayez pas de retenir un mot hors de son contexte. Ainsi, 'dzè' (ton bas) signifie 'acheter des liquides ou des grainst ou 'conversation' comme vous pouvez le constater. Mais selon les contextes, il prendra le sens de 'tomber', 'arriver quelque part', 'se poser sur', 'partir', 'fendre', 'craquer', ~l1er', 'convenir', 'mériter', 'se lever', 'saluer', 'une flûte', 'du sel' etc ... Et naturellement si l'on change de ton,

on obtiendra de nouvelles significations: 'dzé' (ton haut) =
apparaitre, devenir visible etc ... Pour aujourd'hui, retenez donc:

dzè àmi eta dzè

acheter de l'huile converser, parler

(5) Les déterminants suivent le nom auquel ils se rapportent. Nous avons vu '~~à' (la porte), voici maintenant 'yèyiyi àqé' (un moment).
a'1,e
.

'~,

un, une

On rencontre quelquefois la forme orthographique '-à qé' (Ex. 'yèyîyià qé' (un moment») mais cette graphie, conséquen-

ce d'une erreur d'interprêtation qui aient donné des descriptions déconseillée. (6) La bière de maïs (lihà)
est forme de 'Ii' (petit mil)

des premiers missionnaires de la langue est aujourd'hui

est une boisson désaltérante,

faiblement alcoolisée, qu'on peut sucrer ou glacer~ Le mot

était (7)

à l ~origine
àjémè

de la bière

et de 'àhà' (alcool). Le 'lihà' de mil. Sans doute y a-t-il eu

assimilation

de 'Ii' à 'bIi' (mais) mais on ne dit paB 'blihà~
à la maison

De nombreux substantifs prennent le suffixe 'mèt (l'intérieur, le dedans) àjé àfémè maison, 'home' à la maison, dans la maison

àsi àsimè

25

-

le prix, le marché le marché, la place du marché
au marché

NOTES CONCERNANT LES EXERCICES

Chaque leçon "est suivie d'exercices (d~déàsi : prononcer 7. Le mot devra être compris au sens collectif) c'est 'Pourquoi-;nous ne mettrons pas la marque du pluriel "-'110').

~d~dâs1

oiee8,

Lorsqu'aucune ceux-ci

indication consisteront

n'est

donnée

concernant

ces exer-

bulaire ou de certains duire lea phrases en français, en cachant naturellement la page oppos6e. La plupart du temps, ces phrases seront isolées, sans lien entre elles. Dans le cas de contr81es de points de grammaire, on aura affaire simplement à des exercices structu-

à contr~ler l'acquisition du vocapoints de grammaire en essayant de tra-

raux.
Dans un deuxième temps, l'étudiant est invité à faire l'exercice inverse, c'est-à-dire retraduire de français en éwé. Bien que s'appliquant à ce qui est suppos6 avoir été pourra arriver que des mots nouveaux ou des expressions

vu,
nou-

il

velles soient ins6ré(e)s dans les exercices. Le corrigé permettra facilement de lea identifier. Ainsi, les exercices enrichiront-ils le vocabulaire.

- 26 -

D:)DEASI

1.1.
2. 3. 4.
5.

yAwavi yi dz~dofé.

Etso kùsi dà qé kplo dzi.

Afiwa si dzè.
Wél~ àril.

N

Yàwavi kplé Afiwa

la

àsimè.

2.0.

Tout énoncé interrogatif se termine par un ton bas. Si la derniare syllabe a un ton haut, elle prend un ton descendant. Si elle a un ton montant, elle prend un ton bas.

2. NUkà Afîwa !la 4.
5. 3.0. 3.

1.

NUkàYàwavl.ta

ô?
dzi ?

? NÛkà Afiwa tû ? NUkà Yàw&vi si ?
NUkà wedà <té kpl~ ..

Attention

aux tons

1.
2.

NUkà wodzè ? NUkà wodzè ?
NÛkà wokpô ?
Nuka wokp~ ? ' " " NUkà wono ? NUkà wano ?
A

4.

3.

5. 6.

7.
8.
9. 10.

NUkà wéts~ ?
NUkà wètsô ? NUkà wétso vê '? Nukà wàtso vê ?

- 27-

EXERCICES

1.1.
2. 3. 4. 5.
2.1. 2. 3. 4.

Yawavi est

allée

à la cuisine.

Elle a posé le panier sur la table.
Afuwa a allumé la lumière (ou le feu). Yawavi et Afuwa sont au marché. Elles sont ici.

5.

Qutest-ce~que Yawavi a pris? Qu'est-ce que Afiwa a acheté? Qu'est-ce que Afiwa a fermé? Qu'est-ce que Yawavi a allumé? Qu'ont-elles posé sur la table?

-z ../ -.

2. 3. 4. 5. 6.
7.

Qu'ont-elleà acheté? Qu'a-t-el1e acheté?
Qu'ont-ils Qu'a-t-il Qu'ont-elles vu ? vu ? bu ?

Qu'a-t-il

bu ?

8.

Qu'ont-ils pris? Qu'a-t-elle pris? Qu'ont-elles rapporté? Qu'a-t-elle rapporté?

9.
10.

-

28

-

NUS:JS~ (Leçon. NUKA ~M

ET;}LIA

troisième)

AMA LE (1) ?
?)

(Quelle.chose.en

train de faire.Ama.est

QUE FAIT AMA ?

1.

Amà lè nu q,àm (1).
fi

Ama

fait la cuisine. train

. . .
-J.

(Ama.est.chose.en

..

de cuire)

2.

Ela datsl (2) 10m.

Elle

prépare

la sauce.

..
3.

..
kplé sàbalà défDémè.

(Elle est. sauce. en train de battre)

Ed.é àtadi

Elle y met du piment et

. . . ..4. Elè

. 4r ."
~.
élè àgbèli

. :.
(3).

des oignons(Elle. est .piment.et. oignon. en -train de
mettre. dedans)

détsia blùm kplê tsi

Elle remue la sauce avec

une cuill~re.

e. fI
5.
Fifîa
(l~),

.
tofu

(Elle est.la sauce. en train de remuer. avec. cuillère)

(5).

, ..

..

Maintenant, elle pile le manioc.

..

.

Il.

(Maintenant.elle

est.

manioc. en train de piler)

--

29

Elle le pile en cadence.
(Elle est.en train

6.

Elè étom (6) qé qoqo nù.

, ,"!~
7.

. . ~ '. '
via là àlo dom-

de le piler. dence)

en + ca-

Ekpà vi qé mè (7).

Elle porte un enfant

... 9 .

. ... ...

.,.

au dos. L'enfant dort. (Elle porte.enfant. à.dos..L'enfant.est. sommeil. en train de dormir)

DZESIDEDEWO

(1) Dans cette leçon, nous abordons le présent progressif. Ce temps est celui de l'action en déroulement (être en train

de).
verbe

Il

se construit
Pour
~

sur le modèle des tournures locatives. Le
un verbe, faire faire on redouble son radical

est alors

nominalisé.

nominaliser

wc -w~wo

(verbe) (nom: le fait de faire

...)

Lorsque le complément d'objet Buit le verbe, c'est l'ensemble verbe-complément qui est nominalisé selon le processus suivant

Verbe

+

Complément --~

Complément

+

Forme Nominalisée du Verbe

qà nu --~ nuqà<tà
Le présent

cuisiner (cuire. chose) le fait de 'cuire des choses' le fait de faire la cuisine progressif se forme comme suit

lè +
I

Nominalisation

+

-fu

-

30 -

w~

(faire)

--~

lè - w~m

(est en train de faire) terme de la ré-

Dans le cas verbe-complément, le deuxième duplication s'efface pour être remplaoé par

'-m'

: de

qà nu

--~

nuqàqà

--~

lE1 nu q,àJD (est en train cuisiner)

Dans le titre, le complément 'nukà' dernier n'est donc pas redoublé.

précède

le verbe. Ce

(2)

palme) et de 'tsi' (eau). Cependant, pour la sauce âu jus de pulpe des fruits mûrs de palme, on ajoute 'dé', ce qui donne 'dèdétsi'. Donct 'détai' peut être n'importe quelle sauce, n'importe quelle soupe. (3) tal gâtai
ouillère cuillère en bois en métal

'detsi'

(la sauce) est constitu~ de 'de'

(noix de

(gà:

fer, métal)

(4) 'flfia' est un nom (fifi) qui pourrait être glosé par 'moment présent'..Le '-a' est un marqueur de fin de syntagme circonstanciel. Il explicite en quelque sorte la virgule dans 'Maintenant, elle

...'.

(5)

On pourrait Elè fùfùà

dire t6m.

également: (Elle pile du foufou) (Elle pile le foufou) avec du, manioc, de l'igname.

Elè fùfù t6m.

Le foufou est un plat prépar& du taro ou de la banane plantain.

Elè àgbèlifùtù t6m. Elle est en train de piler du foufou (6) Elè !t6fn.
Elle

de manioc.

1!

pile.

Le complément d'objet est un pronom. Cela ne modifie nullement le schéma de construction de la nominalisation :

t6 (piler)

~

è (lui)

--~

étofu

(en train de le piler)

- 31 lè étom
(7) Ekpà

e at

en train

de le piler

V1 qé mè.

Elle porte un enfant au dos.



le dos
suffirait car 'kpà' si-

Mais 'kpà vi' (porter un enfant) gnifie à lui seul 'porter au dos'. Clé mè qé qoqo



sur le dos, en cadence

au dos,

dans

le dos

Le signe '+' est parfois utilisé dans les gloses pour noter que l'expression doit être considérée en bloc car il

n'est pas exact de gloserpar exemple '~ét par 'sur', , en' .

'à'

ou

- 32 -

DJDEASI

1.1. 2. 3. 4. 5.

Amà lè detsi fame Elè éjam. Elè éblùm. Yàwavî lè àl~ d~m. wolè dzè qom~

2.1. 2. 3. 4. 5.

Fo detsl. 1 Efàè. Blù dets1. 1 Nukà wOblù ?

Eblù

dè'tsi.

3.0.

Mettez le groupe prédicatif au présent progressif Ex.

dzo
(partir)

--,.

lè dzàdzôm
(est en train de partir) lè nu w3m (est en train

, wo nu "
(faire qc)

--~

de faire

qc)

w3è (fais-le)
1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Il. 12. blù dètsi té àgbèli yi àsimè

--~ lè

éwom
de le faire)

(est en train

jlè là dzè àûii
no lihà

tar, kùsi
yi ts~~ q& dzè do àl~

! lèè

-

(remuer la sauce) (piler le manioc) (aller au marché) (acheter de la viande) (acheter de l'huile) (boire de la bière de (prendre le panier) (aller, s'en aller) (prends-le) (converser) (dormir) (achète-le)

maïs)

- 33 -

EXERCICES

1.1.

2. 3.
4. 5.

Amaprépare la sauce.
Elle la prépare. Elle la remue. Yawavi dort. Ils sont en train

de parler.

2.1.

2.

4.
3.1.

3.

Prépare la sauce 1 ~ll~'l'a préparée. Remue la sauce 1 Elle

5.
2.

Qu'a-t-elle remué? a remué la sauce.

lè dëtsi
là là lè lè lè lè là lè lè lè lè

blùm

(est en train

3. 4. 5.

6. 7.
8. 9.

10.
Il. 12.

àgbèli tom àsimè yim. là jlèm àmi dzèm lihà nom kÙei ts~m Y1.yim étsom dzè qem à15 dom éfièm

( e st en train
(est (est Cest (est (est (est (est (est (est (est en en en en en en en en en train train train train train train train train train

de remuer la sauce) de piler le manioc) d'aller au march,. d'acheter de la viande) d'acheter de l'huile)

en train

de boire du 'lthà'. de prendre le panier) d'aller) de le prendre) de causer) de dormir)
de l'acheter)

-

34 -

NUS~SR~ ENELIA (Leçon. quatrième) NUKA KOFI ~NA (Quel1e.chose.Kofi. GBESIAGBE (1) ? fait. chaque jour

?)

QUE FAIT KOFI CHAQUE JOUR?

1.

Gbèsiagbè la (2), Kari f&na ~dî gà (3) àdé.

..
.
Chaque

.

.

.

. ..

.-

.

. .

jour,

Kofi se lève à six heures.
,

(Chaque

jour.

.Kofi.se lève. matin. heure. six)

2.

Eyià

d~mè.

Il va au travail. (Il va.dans (le) travail)

.

..~"
d5 lè àgblè mè.
Il travaille au champ. (Il fait.travail.être.champ.danS

3.

Ewoà .

#I. . ~. --4. Egàà

. '.

.

àgbèli mè.

Il sarcle
(Il laboure.

le manioc.
manioc. dans)

.

..

..."

- 35-

5.

Ehoà gbèw6 lè émè.
.
... . . . .

. herbes.

n arrache les mauvaises

(Il arrache.herbes.être.dedans)

6.

Egàà émè. . n b

..

.

sarcle. (Il laboure.dedans)

7.

Gà wuièvè mè g6 dzî la (4), égb~nà va (5) àfémè.

.

" D.

.

.

.

.

Il . .

.

.

. .

Vers midi, il retourne à la maison. (Heure.douze.dans.bord.sur.,.il retourne.vient.maison)

8.

Eq,ùà tùrù.

.

,. ..
Il mange le
foufou.

9.

Né éqù nu v~ la (6), éd~a âlQ (7) qinà qé émè vié.
.. .~~.

.

.

.

.

- #. .

.
.,

..

L

!
,

..

Aprês manger, il fait une petite sieste. (Quand.il a mangé.chose.a fini.,.il dort.sommeil. des cend.à. dedans. un peu)

-

36 -

10.

Eye wogàtr5na

(8) yinà qé (9) àgblè~

Puis il

retourne au champ., (Et.il~retourne.va_à.champ)

Il.

Via tsitsit5 (10) kpéna qé éijU (11).

. !.-.I ,

..

. . ..,.
~~r"

Son fils a1né l'aide.
(Le fils.atné.s'ajoute.à.son corps)

DZESIDEDEWO

(1) Voici un nouveau temps: l'habituel. Comme son nom l'indique, ce temps marque une habitude, une action qui se reproduit souvent. Il se forme en ajoutant '-a' aux verbes suivis d'un complément d'objet direct ou circonstanciel de lieu et '-na' dans les autres cas. Le ton du marqueur est le même que celui de la syllabe précédente:

Ef5na.
Ew~à d~. (2) Le parcours

Il se lève (habituelle~ent). Il travaille (habituellement). de classe, marqué en français par 'cha-

que' ou 'tous les' l'est en éwé par la répétition du nom et l'insertion de la particule '-sia-' entre les deux:

gbè gbèsiagbè

: :

jour chaque

jour,

tous les jours

'la' est un démarcateur. Il permet entre autres de thématiser un complément circonstanciel qui se trouve généralement en tête de phrase. N'ayant pas d'équivalent en français, nous le glosons par une virgule C,).

-

37 -

(3) 'gà' signifie d'abord 'le fert, par extension tle métal' puis 'les pièces de monnaie' (qui sont en métal), 'l'argent" (même sous forme de billets), 'la montre' (qui est en partie en métal), et enfin 'l'heure' (qui est donnée par la montre).

gà àdé (4) 'wuièvè' (prononcer
èvè

six heures

çais de 'nuit') est formé de-'èwo'
èWQ +

;-wiévè
wuièvè

7-

;-w7

:

'u'

fran-

(dix)-et-de 'èvè' (deux):

--~

(5) .Lorsqu'il y a succession de verbes, la marque du temps n'est pas toujours répétée. Dans ce cas, c'est généralement le premier verbe qui la supporte.

égbonà vana
Mais nous

--~

égbonà va

(il

a l'habitude

de

retourner) rencontrerons (phrase (phrase 9) 10).

édo'a àlo qinà
et
(6) ,

égàtr5na-yinà

ne qù

si
mordre, manger

éqù nu éq,ù nu
(7) édoa, àlo

vo
:

il il

a mangé a fini de

manger

il dort Certains

(se prononce ~éd~â1~7
écrivent 'édoa 'l~t. -

'-gà-' est une particule qui marque soit la réitéraaction, soit sa continuation. En fait, c'est un verbe (continuer à) qui ne supporte pas toutes les marques de temps.
tion

(8)

d'une

gàétrona égàtrona
(9) vons Comme

à nouveau, il tourne
il retourne 'qét

encore,

re-,

continuer

à

'yi' (aller), locatif

(atteindre)

est, nous

l'a-

qui exprime la direction et le mouvement. Il est invariable et peut être glosé, avec les réserves que nous avons faites,par une préposition (par ex. à).

vu, un verbe

(10)

Via

tsitsito
le pronom

son fils ainé personnel

(le fils aîné) la fonction de

Devant un nom, possessif.

assume

- 38 V~ via
.,

enfant, fils, fille l'enfant, le fils son enfant, son fils,

sa fille

Le possessif s'efface à la troisième personne lorsqu'il s'agit de relation parentale. Par contre. le déterminant défini devient alors obligatoire.

toa
n ovîâ
sroà
IV

le père, son père le frêre, la soeur son frère, sa soeur le mari, la femme son mari, sa femme

'tsitsi' est l'adjectivisation du verbe 'tsi' (être grand, avoir grandi, être vieux, être âgé). Tout comme pour la nominalisation, il suffit de redoubler le radical verbal : taï --~ tsitsi

(grandi,

qui a grandi,

qui a
celui

vieilli, qui est âgé)

-t~
t-t~, est un adjectivisateur.

celui (qui), celui (de). qui est

via tS1.tsit~
(11)
kpé q,é (àmè) éijU IJU

son fils aîné aider (qn)

son corps, sa peau

Les noms des parties du corps sont utilisés comme noms loca-

tifs.
Littéralement, d'une personne.

tkpé qé àmè IJU' signifie 'ajouter au corps

- 39 -

.

~

~'Ç7~~ -~
~.

/PT~~"-?'T
.

~r-;-

V~ 1
~

~ ~~~~:~~-3-~:;~'~.,. ~ ,.m... .;;, if" ~,
~~

..

~
, ...

'''''-

.~~ ,~~~

\~~_..~~

'~

~~
'.

~ ~

-

,

~~ ~:::r. ~ "
,

-,

:

~'V-.

.,..<I~~",:'"

~"~

L/~~(,

r.~

Â

.i.~-I¥J$'J
I),

,,;;~,,:
~'14TI.~~. ~

~~~ ~..f~
~f1~~~7' Ir
~

,&. \~..~.() ~

~~~~~~
.-:-;:.._

.
~~
. .
\~
,
J

-'<-'~

'-IL..

~.

~
' =-.'

~~.~

...

-::. ~'~

, .~ ~ J:~

~.

'~~~"~~~~/~~)7' \~.~~~. ~:~
~

t"~

_
..
'

,/;'

~'f lJ.l .
t'

"'rU:'JrA 'I'~~ ~f~1

J

,'II

~

~~ ri
fI&
\

~~

l': ~

~}:

~

." r,.-l~
,

liP

~

..-~W
.

A~
.'
'~

~.

HJ> ~
'/
..

~~L~~

r'"

I r.

.

'~ ',i ~V7

/'

~~~~~
1\

~

.~;
~

'l;v-(T

/

t.y
.,,'

_~
~

,-

~~
.

If"" ,. ~
.

~
v>

~

f..:-...,.}/

iE
.". .~...
If' '

~
.

~~

-:I ~~. ~~.,--, (.
1

,:",

.

. --w'

«o(.. ~~'

,z';r'.

~
~j
?

!J

~

"

~
.
':, ~

,

.

r: ~-t..U ~~~% ;g,/~~ ,~~ ~:~1;-t/ "';."?:rr/.""
'-:Il

~
.
,~

~

~:,

~, ~~~~:i-1 ~~~~ ~
1 _~
L~

,.

~'~;t
_~

,~~I~ r .'

~ ::~~',

J .

/t.-(

ri
--

E
r-"
. .,' f

:fi

'
.

ï1
~

. ,~ _"'"
,L"";""

~~~ ,. ~~ ~

~__"'~'''''''V''::::::'

~.~
.

-;

~.

--=-~~::~
~

-Y-NITL

~

(fi

-?7r, ~~,.

7f!j
~...:' ~ b ~:

77T./_Lj'J I~_

,,/v,,

,v} .".7 ~",r;;r ., '1~ LI. f \ '.L

'Y~/r7/

~~ t <"

r-y, ._~. J~ . ~. .~-:.:~'. "I -~ ~ ,../ ~~~~; .J~,..~.,..~::.~~.~-y-~y~~ ~.r.~ w~rr/ '7/ ~. ~-:"';~'~:~~~.::~:.;~::::, ''/ :::~:..:-, ,~=~_. -r, ~.)' ~..~~ '.-~~-~~:~;~ ..;..-~ -~, ..

~

".~ '/ /f..r -(/V1''''.', ,\ , (( I l

v

W2 ~ :~ (fz£A'a, h[,J~ (;/'1 t/fKJ' DLa.
.-J'::J.,.///!~

-."

Ir ,. ',If ~\I

~ Jl

'Jt...\1~

~

~ ~

U
tI~71
. .
.

~

~.

"'-"J

-~I

.:A8'fJ7l

,

'T,'.l

I.~ ù-tTT,f"7

. - .~ ~~ ~Ifi -~ ~ '~
W7'ft" =>

-=-,.

--. ~~-

. I~

. "8!

__

__

~.

.~

.1.X -r Il

'

... -~
1.lJ

. .'

~:~~:- .. .
-' .
,~..

~-:-

~

~

Né éqù n4 v5 la, éd5na no èlinà <téémè vié.

- 40 -

DJDEASI

1.0.

Mettez les verbes des ran es rédicatifs suivants à l'habituel Attention aux tons yi
(aller) (travailler) (labourer, sarcler) (faire la cuisine) (faire la sauce) (piler le manio~) (porter un enfant au dos) (manger) (boire de l'eau) (acheter des oignons)

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

w~ do
gà émè <tànu fa dè'tsi té àgbèli kpà vl qù nu no tsl fIè sàbalA

2.1.
2.

Gbèsiagbè la, Afiwa w5à
Ddî~sia Ekpo.a

~di.la,

d5 là LOmè. éf~a gà àdé.

3.
4.

Eyi:à àaimè.

Yàwavi là mo dzi.

5.

Eyé woq,o'a dzè.

3.1.

Elè do worn.

2.
3. 4. 5.

Wolè

nu <tàî'n.

Wélè àgbali tom. Yàwavî lè nu q,ùrn. Elè tal nom.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.