Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,47 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Regard à l'ouest

de Mon-Petit-Editeur

Le Trouble-vie

de Mon-Petit-Editeur

suivant
Du même auteur
Le Fablier de Val, Éditions Kirographaires, réédition Éditions Sokrys, 2012. Histoires de Fables, Éditions Sokrys, 2013. Drôles de Fables, Éditions Sokrys, 2014. Préface du recueilLe Miroir aux Fablesde Pierre Moreno, Éditions Sokrys, 2014. Publication de la fableUne lueur d’espoirdans le recueil collectifLe Monde de l’Espoir, Éditions Langlois Cécile, 2014. Préface du recueilLes Temps Modernesde David-Claude, Éditions Sokrys, 2014.
Patrick Dieulafait-Hean ATAVUS Les Lignées de Fer
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 175, boulevard Anatole France 93200 Saint-Denis – France IDDN.FR.010.0120777.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2016
Retrouvez l’auteur sur son site Internet : http://vindr.wikidot.com/about
À mon fils, enfant du Vent, Et à sa mère, l’ayant porté avec toute sa force.
Depuis leur naissance, Tétant avec abondance Le sein d’une même mère, Deux Loups vivaient en inséparables frères… Mais, un jour, la Louve nourricière Ne revint plus à la tanière, Ni le lendemain, Pas plus que le surlendemain ! Poussés par la famine Nos Leus se résolurent alors à la chasse, Vaine, trouvant seule une carcasse Aux bien maigres os : Assez toutefois pour que les jumeaux Retroussent soudain leurs babines, L’un de l’autre désormais l’ennemi, Du sang commun dans leur veine N’y coulant plus que haine Pour cet étranger qui, Pourtant pareillement sans vergogne, Lui disputait cette… maternelle charogne ! Ainsi pour vivre Il faut d’abord survivre