Bernard Zadi Zaourou, poète et dramaturge ivorien

De
Publié par

Bernard Zadi Zaourou est un écrivain ivoirien, à la fois poète et dramaturge. La littérature écrite de son pays, la Côte d'Ivoire, dont les débuts datent des années trente du siècle dernier, a acquis aujourd'hui ses lettres de noblesse. Voici une étude précieuse que ses admirateurs, le grand public, les spécialistes de la littérature, aussi bien que les étudiants liront avec intérêt.
Publié le : mardi 1 janvier 2013
Lecture(s) : 10
Tags :
EAN13 : 9782296512825
Nombre de pages : 151
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Espaces littéraires
Bruno GNAOULEOUPOH
Bernard Zadi Zaourou, poète et dramaturge ivoirien
BERNARD ZADI ZAOUROU,
POETE ET DRAMATURGE IVOIRIEN
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00441-9 EAN : 9782336004419
Bruno GNAOULE-OUPOH
BERNARD ZADI ZAOUROU,
POETE ET DRAMATURGE IVOIRIEN
L’Harmattan
Espaces Littéraires Collection dirigée par Maguy Albet
Dernières parutions Tommaso MELDOLESI,Textes et poèmes autour de l’accident ferroviaire de Meudon, 1842. Une poésie de la catastrophe, 2012. Ygor-Juste NDONG N’NA,La folie des discours identitaires dans les nouvelles littératures, 2012. Richard Laurent OMGBA, André NTONFO (dir.),Aimé Césaire et le monde noir, 2012. Milan BUNJEVAC,Lire la poésie d’Aleksandar Petrov, 2012. Fabrice BONARDI (sous la dir. de),LesNouvelles Moissons, 2012. Jean SÉVRY,Un voyage dans la littérature des voyages, 2012. Christine FRENOT,Théodore Monod, le poète itinérant, 2012. Anton PAVLOVITCH TCHEKHOV,Correspondant de guerre,2012. Ida JUNKER,Le monde de Nina Berberova, 2012. John BAUDE,Jean Giono, deCollineàQue ma joie demeure, Le temps suspendu, le Tout retrouvé, 2012. Éliane ITTI,Madame Dacier, femme et savante du Grand Siècle (1645-1720), 2012.Victor MONTOYA,Les contes de la mine. Conversation avec le Tio, Traduit de l’espagnol par Émilie BEAUDET, 2012. Nathalie AUBERT,Christian Dotremont, La conquête du monde par l’image, 2012. Claude FRIOUX,Le Chantier russe. Littérature, société et politique. Tome 3 : Ecrits 1969-1980, 2011 Ricardo ROMERA ROZAS,Jorge Luis Borges et la littérature française,2011. Deborah M. HESS, Palimpsestes dans la poésie. Roubaud, du Bouchet, etc., 2011. Alexandre Ivanovitch KOUPRINE (Traduit du russe, introduit et annoté par Françoise Wintersdorff-Faivre),Récits de vie dans la Russie tsariste,2011.Pascal GABELLONE,La blessure du réel, 2011.
INTRODUCTION Bernard Zadi Zaourou est un écrivain ivoirien. Il est à la fois poète et dramaturge. La littérature écrite de son pays la Côte d'ivoire comptait, fin Juin 2008 cent cinquante cinq auteurs qui 1 ont produit trois cent seize œuvres . Ces auteurs sont pourtant peu connus. Jusqu'à la fin des années soixante dix du siècle dernier, seulement cinq de la cinquantaine d'écrivains que la littérature ivoirienne affichait, avaient retenu l'attention de la critique. On notait d'abord et loin devant tous les autres, Bernard Dadié celui 2 que Robert Cornevin désignait, sous le nom, au demeurant fort bien mérité, de''Seigneur des lettres ivoiriennes". Dadié est, en effet, le fondateur de la littérature ivoirienne 3 moderne pour lui avoir fourni ses toutes premières œuvres dans tous les genres. 4 De Edouard Eliet à l'ouvrage collectif de Valy Sidibé et 5 6 Gnaoulé Oupoh en passant par ceux de Mercier et Battestini , 7 8 9 Quillateau , Barthélémy Kotchy , Nicole Vincileoni , 1 Soit cent vingt sept romans cinquante cinq recueils de nouvelles, quatre vingt quatre de poésie, cinquante pièces de théâtre. 2 Cornevin Robert "Bernard Dadié seigneur des lettres ivoiriennes"in revue Culture Françaisen°19, Vol III 1986 3 Elle est née précisément un jeudi après midi du mois d'Octobre 1932 à l'Ecole Primaire Supérieure (EPS) de Bingerville (Côte d'Ivoire) avec un sketch improvisé par deux élèves Edouard Aka Bilé et Robert Animan Amonlin. Mais c'est "les villes" pièce de théâtre écrite en 1933 par Bernard Dadié élève de deuxième année et jouée pour la première fois en Janvier 1934 à Abidjan à la pergola, lors de la fête de l'enfance, qui donne véritablement le coup d'envoi de la littérature ivoirienne moderne. Cf.Le théâtre en Côte d'Ivoire, des origines à 1960de F.J. Amon Daby, Abidjan CEDA 1988. 4 Eliet Edouard,"Climbié l'étudiantdéçu," inAfrique occidentale, heurs et malheurs d'une rencontre, Paris, Orante, 1971. 5 Sidibé Valy et Gnaoulé Oupoh,Bernard Dadié, conscience critique de son temps,Abidjan, CEDA, 1999. 6 Mercier Roger, Battestini M. et S.,Bernard Dadié, écrivain, textes commentés,Paris, Nathan, 1964. 7 Quillateau C,Bernard Binlin Dadié,Paris, Présence Africaine, 1957. 8 Kotchy Barthélémy,La satire sociale dans l'œuvre théâtrale de Bernard Dadié,Paris, L'harmattan, 1984 247p. 9Vincileoni Nicole,L'œuvre de Bernard Binlin Dadié,Paris, Classiques africains 1987
7
10 Unomwan Edibiri , tous ces critiques ont reconnu les mérites de Bernard Dadié. A ses côtés cinq autres noms étaient plus ou moins cités. Il s'agit de Joseph Miézan Bognini, Gérard Aké Loba, Denis Oussou Essui, Charles Nokan et Ahmadou Kourouma. Quant à ses anciens compagnons de l'Ecole Primaire Supérieure de Bingerville et de l'Ecole William Ponty de Gorée, Germain Koffi Gadeau et François Joseph Amon d'Aby, qui avaient aussi contribué à jeter les bases de la littérature ivoirienne moderne, 11 ils ne bénéficiaient plus d'aucun suffrage . Trois autres noms Bernard Zadi Zaourou, Jean Marie Adiaffi et Amadou Koné ont émergé au début des années quatre-vingt. C’est à cette même période que la critique littéraire universitaire tournant le dos à la vision unitariste de la littérature négro africaine, a amorcé l’étude des littératures nationales africaines pour des raisons que le critique zaïrois Pius Ngandu N’Kashma, a ainsi révélées :"Les manuels et les anthologies nous ont déjà habitués à cette manière cavalière de considérer les manifestations culturelles de tous les peuples d’Afrique comme relevant d’une seule et unique source de création littéraire, d’une même civilisation, homogène, unique et singulière. (…). Les expériences des hommes qui peuvent être assimilées à la « race noire » si elles ont pu revêtir une même expression dans les premiers moments de l’histoire des pays habités par les Noirs (Amériques – nord et sud – Antilles et Afrique), elles se sont cependant diversifiées et différenciées. Au point qu’il est parfaitement injustifié d’invoquer encore « le complexe racial », sans encourir le risque d’une grossière 12 schématisation".Dans la foulée de ce changement de perspective critique, de nombreux travaux de recherche ont été engagés, et des ouvrages scientifiques portant spécifiquement sur les littératures nationales ont vu le jour. Il s’agit – pour ne nous en tenir qu’aux 10Edibiri U.,Bernard Dadié,Paris, Nouvelles du Sud, 199211Que la critique ait décidé de faire l'impasse sur ces deux auteurs peut s'expliquer par leur propre retrait de la scène littéraire depuis 1956 pour s’adonner à d’autres activités, politiques singulièrement.12 Ngandu Pius N’Kashama,Littératures africainesSilex ACCT 1984., Paris P.20
8
13 toutes premières thèses de celles de Huannou Adrien , François 14 15 Gomis , Kadima N’Zuji . Leur emboitant le pas, nous avons en 1994, consacré notre 16 thèse de doctorat d’Etat à la littérature ivoirienne et publié en 17 2000 sous ce titre éponyme un ouvrage . Il s’agit d’une étude d’ensemble qui dresse l’acte de naissance de cette littérature, présente ses caractéristiques, son évolution et dégage ses perspectives. Passée cette phase d’études d’ensemble il s’avère maintenant indispensable pour approfondir l’étude des littératures nationales d’engager des travaux qui prennent en charge 18 spécifiquement les périodes, les genres et les auteurs. Le présent travail avec lequel nous amorçons ce processus pour ce qui est de la littérature ivoirienne, a pu être élaboré du fait de la conjugaison de deux facteurs. D'abord, l'intérêt que nous avons porté à cet auteur, à partir de 1972, au moment où il faisait son entrée sur la scène littéraire ivoirienne. Avec la création de deux œuvres dramatiques,Les SofasetL'œil, jouées lors des toutes premières saisons théâtrales en Côte d'Ivoire, et qui ont connu un incontestable succès, Bernard Zadi Zaourou 13Histoire de la littérature écrite de langue française dans l’ex-Dahomey (des origines à 1972)Thèse pour le doctorat d’Etat Université de Paris Nord, 1979, 844 P. Ce travail a été publié en 1984 à Paris Editions Karthala sous le titre :La littérature Béninoise de Langue française (des origines à nos jours)333 P14Histoire critique de la littérature sénégalaise francophone des origines à 1961Thèse pour le doctorat de 3è cycle sous la direction de Lilyan Kesteloot Faculté des lettres, Université de Dakar 1982, 538 P.15La littérature zaïroise de langue française, Paris Karthala 198416GNAOULE Oupoh Bruno,L’émergence de la littérature ivoirienne moderne, Thèse de doctorat d’Etat es lettres et Sciences Humaines, Direction Prof Mohamadou KANE, Université Cheik Anta Diop, Déc. 1994, 2 tomes 844 P17GNAOULE Oupoh Bruno,La littérature ivoirienne, Paris / Abidjan – Karthala / CEDA 200018Deux thèses de doctorat es lettres ont été engagées dans ce sens et soutenues sous notre direction. Il s’agit de Kouassi Akissi Florence,"La question du pouvoir politique dans la prose romanesque ivoirienne post multipartisme", Université de Cocody UFR LLC dépt Lettres Modernes juin 2007 2 tomes 730 P. Konan Kouamé Raymond :"La nouvelle ivoirienne essai de périodisation", Université de Cocody UFR LLC dépt Lettres Modernes, mars 2011.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.