Cascade de l'Oued-el-Roumel

De
Publié par

Cascade de l'Oued-el-RoumelFulgence GirardLe Monde illustré, n°10, 20/06/1857Cascade de l'Oued-el-RoumelLe site de Constantine, ce sauvage et pittoresque amphithéâtre de rochers, où trônait l’antique Cirta, est un des paysages les pluscurieux, dans sa ...

Publié le : vendredi 20 mai 2011
Lecture(s) : 72
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Cascade de l'Oued-el-Roumel
Cascade de l'Oued-el-Roumel
Fulgence Girard
Le Monde illustré, n°10, 20/06/1857
Le site de Constantine, ce sauvage et pittoresque amphithéâtre de rochers, où trônait l’antique Cirta, est un des paysages les plus curieux, dans sa conformation violente, que présente le sol si tourmenté de l’Afrique française. Le ravin profond qui le contourne, ses flancs escarpés qui, sur plusieurs points, donnent à cette gorge l’aspect d’un abîme, les eaux, écumeuses qui roulent bouillonnent au fond, révèlent le caractère convuslif de la crise du globe où la science indique l’origine de ces âpres lieux.
C’est ce ravin phénoménal que notre gravure présente à l’attention du lecteur. Le torrent qui forme ces cascades est leRummelou, pour reproduire plus littéralement le nom arabe, l’Oued-el-Roumel, un de ces écoulements par lesquels les sommets et les plateaux du Tell algérien versent leurs eaux pluviales dans le bassin de la Méditerranée.
Le Rummel n’est pas remarquable par le volume de ses eaux, si précieuses pour Constantine, dont il alimente les citernes et dont il féconde les frais jardins ; il est guéable en toute saison ; les plus fortes pluies ne donnent point à son cours plus de 4 pieds de profondeur ; il s’avance clair et paisible dans la riante plaine qui s’étend au sud du piton constantinien, baignant le pied du plateau de Monsourah, et répandant la fraîcheur et la vie dans la riche campagne qui forme sa rive gauche.
Parvenu près de la falaise escarpée que la Casbah coiffe d’un fier turban de constructions blanchâtres drapées autour de sa coupole, son cours déjà grossi, par l’Oued-Boumerzoug, reçoit l’Oued-el-Hamman, tiède ruisseau auquel ses bassins de sable ont mérité son doux nom, en araberivière des bains, et change tout aussitôt de caractère et d’aspect.
C’est sur ce point que, roulant plus précipitamment ses eaux, il entre en mugissant dans le ravin dont l’étrange nature se révèle aussitôt. Quelle que soit la profondeur actuelle de ce brusque pli de terrain, on ne peut douter qu’elle n’ait été originairement beaucoup plus considérable : En effet, tant que le Rummel ne rencontre aucun autre obstacle que les rochers contre lesquels il heurte et brise ses eaux, il poursuit, en bondissant, sa course fougueuse ; mais un renflement du sol vient-il opposer une digue à ses flots, il semble creuser son lit et disparaît à grand bruit au milieu des quartiers de roc qui forment le sous-sol de la vallée, pour rejaillir plus bas : ici par les fissures de ce gigantesque remblais, là par une voûte cintrée que l’on dirait creusée par la main de l’homme ; et plus paisible dès lors, il poursuit, en s’éloignant de ces terrains convulsés, son cours apaisé, vers le nord.
F.G.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.