CESAIRE

De
Publié par

Pour qui se demande à quoi peut servir aujourd'hui la poésie de Cesaire, "surrealiste impénitent", cet ouvrage apportera des réponses -pas toujours faciles-, mais pertinentes et, souvent, "d'une profondeur abyssale": l'auteur se concentre sur "le poète inaugural de la modernité negro-africaine" et sur son oeuvre entière, qui est "mobilisée par la conscience et l'émotion d'avoir à affronter une histoire désormais devenue mondiale", et où "cette ténébrante préoccupation de l'Histoire baigne l'entier de l'oeuvre qu'elle innerve jusque dans ses composants intimes, créant un courant continu d'écriture".
Publié le : mardi 1 novembre 2005
Lecture(s) : 65
Tags :
EAN13 : 9782336271002
Nombre de pages : 179
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

CESAIRE
Fondation d'une poétique

Mamadou Souley BA

CES AIRE
Fondation d'une poétique

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

FRANCE
L'Harmattan Hongrie Espace Fac..des L'Harmattan Sc. Sociales, BP243, Université Kinshasa Pol. et Adm. ;

Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14- I 6

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, IS 10124 Torino ITALIE

L'Harmattan Burkina Faso 1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12

KIN XI

1053 Budapest

de Kinshasa

- RDC

http://www.1ibrairieharmattan.com diffusion. harmattan @wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

@ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-9382-7 EAN : 9782747593823

"Choses écartez-vous faites place entre vous Place à mon repos qui porte en vague Ma terrible crête de racines ancreuses Qui cherche où se pendre" 1 Césaire, p 277, CP 6.

1 Toutes les citations sont extraites des œuvres complètes d'Aimé Césaire; Césaire (Aimé), Œuvres Complètes, tome l, éditions Desormeaux, 1976. Abréviations SCC pour Soleil Cou Coupé CP pour Corps perdu F pour Ferrements Le numéro indique la place du poème dans le recueil.

Présentation

TI existe déjà nombre d'ouvrages et d'articles critiques sur l' œuvre d'Aimé Césaire aux USA comme au Canada, en France comme aux Antilles, au Brésil comme en Allemagne. De même en Mrique (Nigeria, Cameroun, Côte d'Ivoire, Sénégal, Congo...) Mais il est rare qu'un collègue nous propose sur cet auteur majeur de la francophonie une étude d'un niveau de langue si soutenu, d'une telle densité et d'une vue si pénétrante, en utilisant uniquement l'outil critique pointu de la sémiotique textuelle. Mamadou Ba le manipule comme un laser, avec une extrême précision. Il l'introduit au cœur même de la démarche poétique de Césaire, se collant au texte avec exemples à l'appui, il y débusque le «forcènement de la langue », le «marronnage des formes» et la« pénétration déconstructrice ». Cette entreprise de négation radicale, le lecteur la ressent comme coups de grisou et explosions volcaniques; Mamadou Ba en démonte les processus verbaux, syntaxiques, lexicaux, en détecte les modes et les techniques. Mais pour Mamadou Ba, «cet intarissable procès soustractif» est nécessaire pour qu'émerge l'autre dimension du projet césairien: la requalification historique de la collectivité négro-africaine. Et dès lors, il étudie avec la même efficacité comment le poète recompose dans ses textes un nouvel espace de parenté, des marques d'alliance, des marques de reconnaissance «le fil rouge de mon sang, de ma raison, de mon droit ». Comment dans ce « lieu des liens », Césaire attire le lecteur, le piège et le transforme, non tant pour raviver la mémoire ou le passé de la race, que pour la« révéler à elle-même et mieux anticiper l'avenir ». « C'est d'une stratégie du signe qu'il s'agit» écrit encore Mamadou Ba ; «le lecteur se découvre prophétisé par un poème qui lui fournit le mode de lecture de l'Histoire... dont les aberrations sont renversées et directement réinscrites dans un autre système signifiant ». Une dernière qualité de ce travail est la conclusion qu'il en tire pour l' Mrique. «TI faut en passer par Césaire. Le destin de la littérature 7

africaine demeure étroitement lié à l'aventure singulière de ce nom propre» écrit Mamadou Ba et pour celui qui s'en étonne, il précise: «Nous appartenons encore à l'époque qu'ouvre et encercle l'œuvre césairienne, et cette appartenance nous définit. . . Et, pour avoir irrémissiblement balisé des points de non-retour,... pour tout ce qu'elle provoque ou interdit, pour tout ce qu'elle déplace de notre rapport à l' Histoire, l' œuvre d'Aimé Césaire par sa force de rupture et d'inauguration, cadastre tout notre territoire. » Pour qui a lu Césaire, et l'a aimé un peu, beaucoup, pour qui l'a compris un peu, ou pas mal, pour qui ne l'a pas lu mais s'interroge sur son envergure internationale, pour qui se demande à quoi peut servir aujourd'hui la poésie de ce surréaliste impénitent, la lecture de l'ouvrage de Mamadou Ba apportera des réponses - pas toujours faciles - mais pertinentes et, souvent, d'une profondeur abyssale... Lilyan Kesteloot

8

Avant-propos
Portique inaugural de toute l'entreprise d'écriture africaine telle qu'appelée à se déployer, l' œuvre poétique d'Aimé Césaire ouvre un espace de questionnements, d'où n'ont cessé de surgir les questionnements propres à la communauté africaine et à sa diaspora. En condensant toutes les problématiques de cette communauté pour en faire sa problématique intime, l'œuvre césairienne constitue le "pour dire" de la culture africaine, à la fois pierre d'angle et pôle de référence. La question qui s'y agite est celle-là même de la possibilité de cette littérature et du cours qu'elle devrait prendre, engageant avec elle celle du mode de lecture de toute cette singulière production littéraire, écrite en français et qui n'a cessé de clamer, sur un mode quasi-litanique, la réalité de sa spécificité. Sous ce registre, l'œuvre poétique d'Aimé Césaire offre, comme dans une expérience de laboratoire, la plus puissante tentative de ressaisissement d'une culture dans la compréhension de ce qui précisément la dessaisit. Jamais le devenir d'une communauté n'a été lié aussi indissolublement non pas uniquement à l'écriture d'un procès (celui de l'impérialisme en l'occurrence), mais au procès complexe d'une écriture qui joue à différents niveaux et se donne des moyens et des enjeux multiples2, C'est dans, à travers et par l'écriture poétique réglant son rapport pratique à une conjoncture déterminée pour s'ajuster à sa propre fin, que s'accomplissent du même coup la requalification d'une culture et l'amorce d'un autre rapport à l'Histoire. Moment initial et initiateur de ce mouvement d'édification d'un continent littéraire nouveau, Cahier d'un retour au pays natal teste dans

2 C'est là un enseignement de Barthes. La subversion est assumée par les vertus intrinsèques de l'écriture. "L'intervention sociale d'un texte ne se mesure ni à la popularité de son audience, ni à la fidélité du reflet économico social qui s'y inscrit, ou qu'il projette vers quelques sociologues avides de l'y recueillir, mais plutôt à la violence qui lui permet d'excéder des lois qu'une société, une idéologie, une philosophie se donnent pour s'accorder à elles-mêmes dans un beau mouvement d'intelligible historique. Cet excès a nom écriture" . Barthes (Roland), Sade. Fourier. Loyola. Seuil, 1971, p 16. 9

une euphorie fondatrice, c'est-à-dire vérifie leur réalité, des matrices formelles et symboliques que cette littérature aura pour tâche d'affirmer et de déployer. Le caractère instituteur de ce premier recueil (au sens où il pose les bases de cette littérature) réside moins cependant dans la mise en place d'un matériel symbolique que dans l'instauration silencieuse d"'un cahier de charges" (Valéry), c'est-à-dire d'un système de contraintes sans lesquelles cette parole nouvelle ne peut se tenir. Cette littérature, née de l'expérience unique d'un assujettissement sans précédent, a circonscrit toutes les questions autour de la question unique de la spécificité culturelle. C'est pourquoi l'expression "identité culturelle" a émergé, prétendant consigner l'ensemble des thèmes et des intentions de cette écriture, recouvrant en fait l'impuissance à nommer et à concevoir ce qui est en jeu véritablement. Cette "identité culturelle", affirmée et déclinée selon tous les modes possibles se révèle à l'analyse introuvable. Le postulat implicite, qui a conditionné cette focalisation de points aveugles étant qu'une littérature vouée exclusivement à la recherche d'une parole autonome en résonance avec sa tradition culturelle, ne saurait que se confondre avec cette tradition. Singulière illusion d'optique qui veut savoir par avance ce que recouvre un processus en cours, et qui condamne inévitablement à manquer le travail producteur de texte, en lui supposant une homogénéité et un irénisme qu'il ne possède ni ne postule, et en lui soustrayant toute la tension dont il est porteur. D'où la nécessité de retravailler tous les termes de la question, et de les remettre en jeu dans un espace tout autrement distribué, afin de se dégager des évidences et de donner la priorité au texte. Ressaisir le texte comme frayage producteur, donc comme procès historicisé, dialectisé et possédant sa dynamique propre, c'est tenter de concevoir une poétique qui ne peut être autre qu'une poétique du décalage, d'où de l'intérieur d'un milieu culturel autre, le texte cherche à s'assurer d'un lieu d'énonciation propre. Tout l'effort du texte poétique césairien vise à inscrire une présence culturelle (négro-africaine en l'occurrence) au sein d'une "formation signifiante" qui précisément la nie. Et c'est cette totalité conflictuelle d'écriture qui ne cesse de ramener l'attention à la réalité textuelle, dans son épaisseur et dans la matérialité de son accomplissement, qui détermine très exactement la spécificité de cette littérature. 10

Les recherches récentes en linguistique et en sémiotique, en développant les connaissances scientifiques portant sur l'ensemble des modes de symbolisation ou de production des significations, permettent de recentrer l'analyse sur le texte poétique comme tel, sur les procédures productrices qui en rendent possible l'existence et en assurent le fonctionnement. C'est là que seront recherchées les "dispositions opératoires" (Barthes) pour déplacer les questions rituelles posées à cette écriture, et les reformuler "en termes de posture illocutoire et de situation de communication". Seule la prise en compte du contexte de l'énonciation dans son entier, du champ de forces qui s'exercent sur le texte, contre et avec lesquelles il se produit permet l'accès aux enjeux véritables du texte césairien. Si la critique littéraire consiste en l'''organisation consciente d'une tradition culturelle"3, un mode d'approche du texte césairien qui tente de lui être homologue, travaille à lui rendre tout son tranchant et sa force irréductible en le réenracinant dans les conflits d'où il a émergé.

3 Frye (Northrop), Le Grand Code. La Bible et la littérature, Paris, le Seuil, 1984, p 14. Il

Introduction
un processus de production en situation

"Et cette Histoire parmi laquelle Je marche mieux que durant le jour" Césaire, p 208, F 48.

Œuvre éponyme de la problématique centrale de la reprise en main d'une communauté par elle-même, la production poétique césairienne désigne immédiatement ce qui en elle et par elle est en jeu: la refondation d'une culture, non pas sur son sol propre, mais dans une confrontation permanente à un autre univers de signes, dans lequel il ne s'agit de pénétrer que pour mieux s'en arracher. Cette échappée paradoxale du site à lui-même régit le fonctionnement du texte en son entier, l'ordonnant à son registre le plus propre. Le procès textuel s'organise conflictuellement à un cadre discursif qui lui préexiste, dans lequel il est pris et contre lequel il se fait. Le texte poétique inaugure ainsi une pratique éminemment problématique, toute entière contenue dans la question de sa possibilité même; l'Histoire de la littérature africaine sera l'Histoire de la poursuite de ce projet. Le statut de cette littérature est de fait, en dépendance étroite de sa position d'extraterritorialité linguistique qui l'entraîne et l'inscrit. De ce mode d'existence singulièrement paradoxale, cette production littéraire tire une de ses lois de fonctionnement interne: la nécessité de s'accomplir en réfléchissant ses conditions d'être et d'effectuation: autrement dit elle porte en elle la question de sa propre inscription dans un contexte4. D'emblée se trouve invalidée toute entreprise critique qui ne restituerait pas à cette production l'intensité de son ancrage historique.

4 Cf Mouralis: "Le caractère fondamental de la littérature africaine nous paraît en effet devoir être situé pour l'essentiel dans ce processus très particulier que nous avons décrit et qui se traduit par la production conjointe de textes proprement littéraires d'une part, et d'un discours volontariste et prospectif d'autre part, destiné à préciser, ce que doit être la littérature africaine". Mouralis (Bernard), Littérature et développement, essai sur la fonction et la représentation de la littérature négro-africaine d'expression française", Thèse, Lille 3, 1978, Tome 2, p652. Cette auto-reflexion qui chez Césaire n'est pas un discours explicite mais est intégrée au fonctionnement du texte lui-même, sous forme d'éléments isolables rétroacti vement, est en effet une donnée fondamentale 15

GENEALOGIE

D'UNE POETIQUE.

Tenter d'éclairer cette pratique en lui laissant son maximum d'activité exige d'effectuer un parcours régressif, afin de saisir sa genèse, dans sa nécessité même. Trouver au texte une nécessité qui lui soit interne et structurale, ne saurait se réduire à mesurer les incidences de la situation historique sur le texte, mais impose que soit posé comme préalable qu'un même principe est en œuvre dans la pratique poétique et dans le jeu de l'Histoire. Ce branchement immédiat de la pratique poétique sur le réel de l'Histoire est une des données constituantes de l'entreprise césairienne. Des temps historiques critiques. Ce dont le texte poétique césairien est contemporain, c'est de l'effondrement historique d'une communauté et de sa culture, et corrélativement, l'apparition de ce qui n'est pas elle. Le fait colonial constitue la "secousse considérable" qui instaure un effet de césure historique irrévocable; ce qui se trouve rompu d'entrée de jeu, c'est l'homogénéité civile et surtout culturelle de la communauté. " Alors l'Histoire hissa sur son plus haut bûcher La goutte de sang que je dis Où vint se refléter comme en un profond parage L'insolite brisure du destin". P 191,F39. La domination coloniale est d'abord éprouvée comme formidable travail de dislocation d'un ensemble culturel. Par elle et à cause d'elle, ce qui entre en crise c'est toute une "episteme", c'est-à-dire "le rapport qu'une communauté adopte par rapport à ses propres signes". Cet état critique d'une communauté séparée de ses systèmes de références et de ses modèles culturels traditionnels, affecte la vie concrète de cette dernière et rend son existence infiniment problématique. L'infrastructure qui avait permis le maintien de cette civilisation devient d'autant moins apte alors à en assurer l'unité et la pérennité qu'elle même est en train de s'entrouvrir à autre chose. 16

Cette crise à l'intérieur même de la culture, consécutive à la défaite coloniale, est radicalisée et amplifiée par l'ordre colonial qui, par sa volonté systématique d'imposition d'un effacement et/ou reniement des appartenances culturelles originelles, installe cette communauté dans un vide béant et vertigineux. Contre le simple enregistrement de la déshérence de cette culture, le texte poétique intervient afin que les signes réels de défaillance ne soient pas convertis en signes de faillite; autrement dit le texte poétique s'efforce de penser cette défaillance autrement que comme défaillance. " il y a cette verticalité terrible dont le nom fidélité me fixe à vif" P 161.F 19. Basculement fondamental de l'histoire de cette communauté, le fait colonial constitue aussi un basculement dans l'Histoire, et même dans l'enfer de l'Histoire. Ce que cette communauté découvre désormais, c'est son historicité radicale. Quoi qu'elle fasse alors, c'est avec l'Histoire et ses questions qu'il lui faudra s'expliquer.
" Seule l'Histoire peut débarrasser de l'Histoire".

Le texte poétique s'origine dans cette découverte d'une nouvelle conscience historique tout autant qu'il l'accomplit. Le rapport à l'Histoire et à son rythme réel se cristallise spontanément dans le texte. L'ensemble des motivations d'écriture converge vers cette motivation première; l'exigence de relève d'une communauté et de sa culture dans l'Histoire. De là une sorte de conjonction de toutes les urgences, qui impose au texte une dramatisation maximale, et qui en fait littéralement un texte "sous-pression", sous la pression de l'Histoire, un texte qui essaie de soutenir aussi loin que possible le défi de l'Histoire.
Une communauté délocutée.

Aux prises avec l'Histoire, cette communauté se retrouve pourtant à travers l'Histoire, hors de l'Histoire. L'entrée dans l'Histoire, sous le mode de la servitude la plus complète, c'est aussi l'entrée dans le chapitre des exclusions. 17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.