Chrestomathie provençale accompagnée d'une grammaire et d'un glossaire

De
Publié par

SxJ^ris
PROFESSORJ. S.WILL
CHRESTOIATHIÏ PROVENÇALE
/^-
ûù. ûJUvJU>yJLiîJrv^xAA4
3.
9tttl.'^"3KAoi'»-,A'Zj<-(..Ti.Viï-._O.ÇcLjLt5.
D'UNE GRAMMAIRE ET D'UN GLOSSAIRE
Z.
»• 7Tlu./WAio-Sj»JLM>
\
tvo^/^AM^'Xlt. - l/iA^>wo- «ioJ'i.vsJ»
A
R
\JiQ% -V. C'u.,a.
25. ^ioijAj^XA!2QÎAyIVvilUULcl^ cJ
OXi-Ctitc-SÛ-V^M (roA
-
<<»Aits
li-t-
l4A,<>iy-c<,ce
«»tV
-
/ TThu/^A/ .(/our^io /P77.
KARL BARTSCH.
CiiK^ième
éditioia,
revue
et corrig-ée.
BERLIN.
WIEGANDT & SCHOTTE. ÉDITEURS.
1892.
va 6aa5
,
is06311
PRÉFACE DE LA QUATRIÈME ÉDITION.
La
à-
quatrième édition de
en
ce
qui
ma
Chrestomathie provençale est semblable
le (p.
la
précédente
concerne
choix des morceaux:
7
s.).
je
n'y
ai
ajouté qu'un document du
IV
siècle
Kn revanche
laquelle j'ai
édition,
la
les
textes ont été soumis à une nouvelle révision
dans
tenu conipte des critiques qui ont été adressées à la dernière
tant
(p.
en
du
moins
ss.)
qu'elles
a
étaient fondées.
et corrig'ée
L'Epître
farcie
de
S^
Etienne
21
été revue
les
d'après les manuscrits
(p.
d'Aix et de Montpellier.
Pour
deux Sermons
25
ss.)
j'ai
utilisé
une copie exacte due à M. Armitage.
(p,
Les Chants du Comte de Poitiers
les
21
ss.)
ont été rétablis d'après
(\) ...
Publié le : mardi 11 janvier 2011
Lecture(s) : 91
Nombre de pages : 322
Voir plus Voir moins
SxJ^ris PROFESSORJ. S.WILL CHRESTOIATHIÏ PROVENÇALE /^- ûù. ûJUvJU>yJLiîJrv^xAA4 3. 9tttl.'^"3KAoi'»-,A'Zj<-(..Ti.Viï-._O.ÇcLjLt5. D'UNE GRAMMAIRE ET D'UN GLOSSAIRE Z. »• 7Tlu./WAio-Sj»JLM> \ tvo^/^AM^'Xlt. - l/iA^>wo- «ioJ'i.vsJ» A R \JiQ% -V. C'u.,aiy-c<,ce «»tV - / TThu/^A/ .(/our^io /P77. KARL BARTSCH. CiiK^ième éditioia, revue et corrig-ée. BERLIN. WIEGANDT & SCHOTTE. ÉDITEURS. 1892. va 6aa5 , is06311 PRÉFACE DE LA QUATRIÈME ÉDITION. La à- quatrième édition de en ce qui ma Chrestomathie provençale est semblable le (p. la précédente concerne choix des morceaux: 7 s.). je n'y ai ajouté qu'un document du IV siècle Kn revanche laquelle j'ai édition, la les textes ont été soumis à une nouvelle révision dans tenu conipte des critiques qui ont été adressées à la dernière tant (p. en du moins ss.) qu'elles a étaient fondées. et corrig'ée L'Epître farcie de S^ Etienne 21 été revue les d'après les manuscrits (p. d'Aix et de Montpellier. Pour deux Sermons 25 ss.) j'ai utilisé une copie exacte due à M. Armitage. (p, Les Chants du Comte de Poitiers les 21 ss.) ont été rétablis d'après (\). tous manuscrits. Les pièces de Girart de Rossillon endroits. le oo ss.) ont été remaniées et corrigées en plusieurs le Pour l'Ensenhamen de Garin Brun (p. 89 ss.) j'ai utilisé aussi manuscrit Cheltenham sur une copie comnniuiquée par H. Suchier. foij^-ci Jai trouvé cette (p. un texte de confiance pour l'édition (p. la Chronique des Albigeois et 183 ss.) dans due à Paul dans Me3^er l'édition pour la : Grammaire c'est ainssi provençale d'Uc Faidit encore, 198 ss.) de Stengel que la j'ai pu mettre à profit, pour lîertran de Born l'édition fait (p. 113 propos ss.) pendant con-ection des épreuves (p. de Stimming. de l'édition A de Raimon Feraut 337 ss.j j'ai usage de (p. Sardou. L'Évangile de l'Enfance (p. 385 ss.) et la vie de S* Trophime 391 ss.) ont notablement gagné en correction grâce au manuscrit de Naples, dont je dois une copie soigneusement coUationnée, à l'obligeance de M. Miola, de Naples. Enfin la chronologie des anciens points poètes a été modifiée en plusieurs récents. conformément le aux résultats des travaux Gramnuiire et sorte Glossaire out été soumis que je peux, en toute conscience, La De également à une révision. présenter cette édition comme les plus une édition corrigée. Heidelberg-, 7 Novembre 1879. K. Bartsch. t* SIÈCLE. Kl capitoli leiidenia lai al di clar, quan vo a l'ora quel corps li vai franeu, solien las alti'as leis jiitjar, lai lai YODg fo lo reis sa folnia menar. i per be qu'a fait deus assa part lo te. Nos de molz omnes nos o avem veut, Boecis e foren lo soi par. om 5 lo reis près do feiiii' a reptar, qu'el trametia los brous ultra la mai', volia tradar. a obs los Grex pero Boeci anc sal eu Roma iio venc c posât, 10 estant e cuidet s'en salvar, laJiren quel lo Toni nol laiset a salvanient annar. cil li non a lo pel chanut: a afan agut. Oellui vai be qui tra mal c Jovent, cum es velz, donc estai bonament: deus a e lui mes so cha.stiament. Mas quant es joves et a onor molt grant et evers deu no torna so talant, pei- veltat es eferms o solient ajudar, cum el os velz, vai s'onors dcscaptau: quant se reguarda, non a ne tan ne quant, la pelz li rua, hec lo kap te rremblaht, Ecvos Boeci cadegut en afan, morir volria e es e gran masant. e gvâw, kadeuas qui Testan apesant. i5trastota dia vai la mort reclanian; reclama deu de col lo rei lo grant: ôlla nol prou ne nol en fai semblant. 'domne pater, e tem fiav' eu tant, Drez es e bes que l'om e àev. s'esper. e oui marce tuit peccador estant. mas non es bes ques fi c son aver. las mias musas qui ant perdut lor cant ta raala fe nulz om no pot veder: de sapiencia anava eu ditan, 20 l'om l'a al ma, miga no l'a al ser. plor tota dia. faz cosdurana d'efant: cum Tus lo pert., a l'altre ve tener. tuit a plorar repairen mei talant. E la morz a epsament mala fe: Dounie pater, tu quim .«;ols goernar, Tom ve u ome quaitiu e dolent, e teni soli' eu a toz dias fiar, es malapi'33 o altre près lo te, tum fezist tant e grau riqueza star, 35 non a aver ni amie ni parent, de tota Koma l'emperi aig a mandar, e dune apella la mort ta dolzarnent, los savis ornes en soli' adornar. crida e ucha *raorz, a me quar no ves?' de la justicia que grant aig a mandar, ellas fen sorda, gens a lui non ateud}^ not servii be, no lam volguist laisar: quant menz s'en guarda, no sap mot qnan,]os per aizom fas e chaitiveza star. Si cum la nibles cobrel jorn lu be ma [ prent. non ai que prenga ne no posg re donar, 30 si cobre avers lo cor al christia. ni Hoit-ni dia no faz que mal pensar: qui tant i pessa que al no fara ja; tuit mei talant repairen a plorar.' c deu nos fia ni deus r lui i!0 m-a, Hajic no fo om, ta gran vertut agues, fez lo reis e sa charcer ^itar. — , , qui sapiencia compcnre pogues. pero Boecis uo'n fo de tôt mespre^. quan ;ià se reguarda, pero res nol fort rema. Molt blasmava Boecis sos arnigs e anc non vist u qui tant on retegues. inz e las carcers o la inz el qui lui laudaven dereer euz dis awti^, qu'el era jazia près, coms molt onraz e vix e comtava del temporal, cel, oum es, et evers es» deu era tôt sos an\. lo de sol e luna, dis terra e mar, pum Molt laudaven e amie pâi-ent, 'Nos e niolz libres o trobam lagen,' ioc'ab damridou se ténia forment, pero Boecis trastuz los ou deament: rio quant Boecis esso gran marriment, e la carcer avial cor dolent: es velz, e qui pois lo sosto. s'es acsi cum anaveii dicent. te. 'molt val lo bes que l'om fai e jovent, com el non es bos que a iVebia scalas qui tota ora sempre vai cliaden: cel Meyer] sal el. 14 kadeuas Ms. apesant UofmÀ a pe37 inz A/eycr] la inz. 38 c'ifava M". sant. contava D. 39 cel e terra mar ^f».: e terra 44 e qui Meyer] qui. inar D. 1 dia. U sal Meyer] kdenas : 6 a niés e lui. liû o3 JJofm.] lui e 26 la manque Me. 31 xristiâ. Mu. 37 e molt 30 dii'.a. I molt BOEOE. ab Boeci pariet ta dolzament me derrameu donzellel de jovent, que 7.0 esperen que faza a lor taleu. bos! t;hri?'tias qui ove perfeitainpiit primas me ainen, pois nie van aissent; tlou ia p:iieriia, lo roi omiujMjtent, la mi' amer ta ruai van deperdon.' et eu «liK'Su que ac tan bo talent, Bel suu li draj) que la domjîa vestit, chi nos rt'dems de so san,*^ doizament, de caritat e ùt? fe sun bastii. e saiîcttiiïi spiritum qui e bos omet; des'(Mid, il que 'j'iK'l (nq)- fa ça, eu) vai J'arjiia du/on. sun ta bel, ta bJanc e tft, quaudi, timi a Boecis lo ^is eâvannit bos cnstian.-' qui a taî cî^chaias te. cel îîoii quaira ja per negu tormeiit. 10 que el zo pensa, uel sien amosit. Ciim ja/ Boecis e pe?ia charceral, El vestiment, en l'or qui es; repre(*r"^^^ plan SOS dois e ses meiiuz pecaz, danG'/. avia escrijit u pei Jl gre'zesc: d'una doiizella fo lains visita/, zo Sîgnifiga la vita qui on ter' es. fiHa 's al rei qui a graii poestat. sobre la schala avia u iei grez«sc, ella 'ë ta bella, reluz ent lo palaz. 16 zo signifiga de cel la dreita îei. lo iTias intra inz os ^n-anz cîaritaz Antr' eîlas doas depent .sun leschalo; ja uo es obs fox issia 'almrinaz, d'aur no sirn ges. mas nuallor no âo. Yoder e.'it pot Vom per qnaianta ciptaz. per uqui nionten cent niiri auzeilo: qiia) oras vol, pctitas fai asaz. alquant s'en torneu aval arreuso; cot)i ella s'aîiyé!, oel a del cap polsat. 20 mas cil qui poden raoïitar al alyor, quant bs se dreyia, lo cei a pertusat, en opsa l'ora ne sun d'altra color. e ve îaiuz tota la rnajestat. ab la donzolla pois an niolt gran amor. Bella 's la douma ei vis a taut predar, Cals es la schala, de que sun li degra? davan so vis nuiz mu uos pot celar; faii sun dalraosna e fe e caritat, ne eps li ounie qui s an ultra la mar 25 f.ontra felnia sunt fait de grau bontat, no potd ou taut e lor cors cobeetar contra porjuri de bona fooltat, :il qui sun al tei montât, quoras ques vol, s'en a lo corps autis, qui o la scala ta beu an lor degrasV e pois met l'arma en eflern el somsis. aôzo suu bon omne qui an ledems lor peccaz, aq^ici yiii l'a iiot) «st«i ;i fcrmaoïeut. olla f fpais es j'oni qui ferma soiialas tcV 'molt . . f, ;?(• & : ' t^tal ella ii comanda qui totdias la bris. .--1^*^^^ smetessina ten claus de paradis, vol, qui tan se lieu e sancta trinita^ d'onor torrostri non av. |,'rai! cobeolat. CaJ au li qr.oîus ques lainz col sos aniigs. w^^*^^ tii, auzil signiiica-'io, suu UYÀ^ molt 15*'! li diap, no sai )ioninar lo qui de io zo l;i. schala torneu aireuso? p;3r foren de bon e de sobtil. , rll>- so fez; anz avia plus de mil. ^\j^y- Uv que pur 00 ndri vol, miga teisot lor prez avil.-'^'^*'^ suu tujt omue qui de juven sun bo, de sapiencia qui conmencen razo, e, cum sun vell, esdevcnen fello e Ella medesma <>iu so vestiment, n-igu-s Tiirui no pot désfar neienz. \er.s cum i.-. li-cmua qui oui la terra i»ent J^' fan perjuris e granz traicios. \7i^^--î' poisas cuida montar per l'cschalo, cerqua (jue cerca, noi ve migu dcl so: cu. uou co»q»:;iri' ab mil !;uras d'argout. v«n veu 2 lo diables qui ail acorriMj, sic guarda) barafro, pren per lo talo, '> 1 qui la. 8 eu las; las est 9 aital .1/>. 29 dias. 37 tcu ajvuté en interligne. Ab \crt Me. li. fi Ddius] mederramon. nii.'i ni'nt Jkts. ^fs. 14 schala Ho/m.l scbftpla. esc;/ut uvia Mj. 17 so] sun Mb 86 «igaifacio àIs. «^ 1:t blanc i-^ Xl-^ SIKCLE. evers deu non faz' aîncndanient, quora ques vol, ab aquol fog Tencent, ab aquel fog s'en pren so veiigan)ont. col bona i vai qui amor ab îei pren, qui be la ania e per boutât la te: et 8 fai fai raou])ar a guisa de lairo, l'aparer, de tôt nol troba bo. (,o Bella's la douma e grauz, per sedoiiz; no vist donzolla de soji cvaimeiit. eUa e sa 's ardida, sis foren soi parent. ma dextra la domna rei u libre U\ : quan El se rt^guarda, bo mérite l'en rent. toz aquf 1 libres era de fog ardenz ma senestre ten u sceptrum rejal, ZQ si 's la jiisticia al omnipotent, zo signifiga justicia corporal l'om forfai e pois no s'en repen de pec .... CHARTES. I {vers 1025). Histoire de Lanyiiedoc II, 179. Pièce tirée des archives Remie des langues Romanes 6, 263 «. II. (1056). du château de Foix; 1. 10 et Ramund, lor et Aiarigs, fors quant sine il lus De fils ista hora in antea Cruilîems Coms et solverau gradiens et armas vedia forza d'Aladaiz Bamon lo et et Aiarigs fils contra si Garsen non tolran Atoni fil Gauciane decebran castel de Dornian fil Athonem comprobatum Prêter filiiim smini, nol que toit los Frokrio ullus Gir15 sugets e qu'ai comprobad o per batala venend qui cnmbatre non aus. II. bergane, ne nol lor devedaran ne nols eu nec illi nec ibi uUa f
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.