De l'influence des passions sur le bonheur des individus et des nations par Staël

De
Publié par

De l'influence des passions sur le bonheur des individus et des nations par Staël

Publié le : mercredi 8 décembre 2010
Lecture(s) : 110
Nombre de pages : 76
Voir plus Voir moins
The Project GtuneebgrE oBkoo Def 'i llunfceensed sap noisus s bonr le desheurvidii dn tedsue ontinas Gey  bs,edeniamrH-lëatS ih sBeoolotsieTn the usek is fora enhwyn fo oynacoo  aste er nattsn laomti hdnw ns wctiostrio rem uoY .reveostahe iv,gity op cayti ednu t ret eh aity wa roruse-ce tuGetbnre giLerms of the Projsiht htio kooBe ine nsce wedudclebgrtuneo.grliner onww.g atw
Produced by Mireille Harmelin, Eric Vautier and the Online Distributed Proofreaders Europe at http://dp.rastko.net. This file was produced from images generously made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)
OEUVRES COMPLÈTES DE MADAME LA BARONNE DE STAËL-HOLSTEIN TOMEPREMIER PARIS FIRMIN DIDOT FRÈRES, FILS ET CIE, LIBRAIRES M DCCC LXXI
Title: De l'influence des passions sur le bonheur des individus et des nations Author: Germaine de Staël-Holstein Release Date: September 10, 2006 [EBook #19232] Language: French
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK DE L'INFLUENCE DES PASSIONS ***
INTRODUCTION
DE L'INFLUENCE DES PASSIONS SUR LE BONHEUR DES INDIVIDUS ET DES NATIONS.
Quæsivit cælo lucem, ingemuitque reperta.
VA-TNAPORP.OSohsieip a -iejc e époqueQuellnt toutes les deronaetq iua ttied'u e uniscrévedtsE  ec-m uaeilides  et ons!natisei rud disudnvir sué itheon bleriaf ruoart nu eé par le entraînuo rtêerv vierp us j'aquelrsoù, u tnevinuom emevpos e rebe l tom ealmêdenim  uesug jtsor mes lé,lbuort ertê tuepl  aofduers  erpstinées, lorsquednofsed lav seélipéce itnsdae  lléveeixusE-tsé ?me s comes lur ls li ùo ed tiffus an dcepsem tun ,iuse'ctilaO ?ésie leècdat  cnsolsruq e ,'cse t oule bel'espoir ruehnob ud niosac rlaé evulsoa e'ts;ec amni euhcle  siès ce dan désnoe eauv eu,el t sruenruop spulaires tour à otrua mdsiseo rus éeeteje  lnsdao elpmetaf sel ùns cctioientroyaen rd noomtr'lmianndpecei moà e tnoH.tub let nu'nt dparei sés queuli scé rel ,usdaen lnt, es psi selénnaavuobatn deux épcours deartnl  e tis ,udal rustn erutan prr hiécmedéonofdniu tocérlf t àout surtn esqu'ous ,es rob ssenr, uer su rsateoudieu ltep lotiqidu bonheur indiviaenh mutisértcotionnéraa gés! Lgnalém elbayorffsales teou tdee acsu etetêerl  aence de  l'influus sarviiuq uon  prat-euxa enemiais j'avcapaété 'dnulb et art lee gnrèe tea  ldene ruerr,ecnarF  plan, prévoir u nérustltaà l e'ilvasi; 'a jisva up cnociovenu rrer sépaomenun msn ,tcoiuo sedn urponsiona aes lson ed tsserpmi  de généraliser vrrelaro seld notedider abs rast seleédid ,sém e soj secd naélseimmomes icties vesnoc up suon-snvo ag,an sdes ur,sl sec m iansuo années;ces deuxtoird seoc stapmnsaile, teonormpsed erdre seédi teanstxiids des,oprueé suqlel seil yles it d avaqleu seusmon'uq  lon desigés, ne'cse tel safri erentrer dans l'oe  cder heocprapusnemmocni spmetces ger e.Jurabledq st ,menevéné, onjoausely Nr?emêmcne 'dru iuhraisonneore, le asruia temtnn  eu' qs ilntfoaî nel ;es stasnsnoide ces souvenirsercnro e'duauc nt eu pnesiai sseal siam  eésnep e dehaitrir; mouttermoabs uo ,noev nc tummalo ,e sonnf'eonss, ne ,nof irvuleeltne sereno de l'âmstnemevuom sel sou te,agime usrea ffteetÀ c no.sessiexprdes éjà o sbreavitno smipartiales sur leq ,sj eusse'reya dairée irunes d'lihd  eerd tsios leetouuples peal ed xutulovér  Fden ioete ncratres évée des aurpniicapenemtn strnsusuequpomoe l à dia'c ,etse'c en don'esté. Ceté cttetrnaé actot enrbsoabe trtlucaf ertua etu l'enthousiasme edc noecovriq eusoil pitsiose bltserud enom  ,edr ce pounshortairpsi eémofdnp orclexn's  las putqleuq edeédi seuxecéarita ev c'lconcilieenir se  ed va'lse'lriopt  ee quesmm],[1l sep raihérdscéamai à j estoeurc el euq emêm srlo Aé.sspau  donnoixem sdnocesiu ànt'a lisdmonsi sogvureenemtn;s et si ces réfle es sleual ednofitston crén ioutp erd se srpimrepes incilesqsur memêu  a qde, uef seueruilimd uene de lapublicaij demenaF arcn,ee,ncra Flat enir el elle rap te it despre l'rs dédhcuq itr i eapui qrseunt oes l lues trhlam sedut el faner xamimoapa cc;si ngeéheals urntsoe  dm udsnio is msecstitutions qu'on'lseescn eed snil is uo ,ecnarF enr liabétt eu v eosnon ulitérov la s deffetes ed stec esid cnitlusontme pntabasfnni ,notuoi;ne  constitux de lassrub el'uliseq eçue a r'esps, ltuep tir,erocne  uèspr aairtcen  netpm,ss é'elevr à des méditatigsnorénésela nO.itdoon cdésir res grt ceésenà prno sseit suqnaederidéc dntvoi qu eénitsed al ed e de l'hpolitiqusnl uenrmoem ,ad, me neturatmêe r eloppas no suoes qns ll dartiamiaprt ed ê'icelfiif dusplt aiers li iouqruop siJe ne sasonnel. ehrup res nob nomeomur s dns'helap soissteffed s rel sus teds rogouvles menternetua tneu euq tnasias pesflins onrola:ec reet,sl s questions de meuqieuq nad el sstuensioep ditol énnoçpuos ertê' pceenérffdiind'ninaxemae  nrd,es, dnsées pet de nos emânoit ed scpainraurpoe  nc noifred io tes l'éléva assez à oet cde, gerauvdniep ede sel erhé,  tâc la dansèierrpmeit ep rainmepedéannd dcepse' tir euqia'jour les crimes. 'Cse tvacel  aêmadi idéciossqun rtuaap eet u ellns les dence. Daere ixts éedv to eecavr selyna aruop euq ,seihcrr, oamou, l'tionmaib e'ltiduaxtcà ,e al agéd regqur dee ap mséenrpseisno sudm mode toutes les imarvuo teia'j ,egrtpax eu cdes ien  eéhà reivems leme égahercnt ciaos nelev casr ents qu's sentimmêm-pé ea noios meilar puvro; éspenetec ei ,l va sils le dandantarter al ed ecne atecuis done itnt des avantageso  ued sniocvnnéntiedes épsrliubseuq te  sedanomqu'iaît  doil ne sne tapet rc ûoou pusplerrlpar osolihp emeuqihp la possésirs etedl ses biliti é éteilquund'us jl erd seerbitne  et ralea monc luq euq eilitalopnee  Je.irfaisatod iarerédisnoc rpporoitnoén eua poids qu'ils dol suelsereivod s lntfoa e rct esohmm e'ls re eencompait que oséeos tnevi ,reveludea  let déeinst selssapS .e snalipoqutieldut  e rniidivuaobhnuebstacle itable oot euq elpmis isus anehiac mne ueitnesartn senemuvers go, leionsor f iceulmpvesisap noisc ,sette j'ai réussi.Lesne:to  nevrr aisilvo, téér vleà  ed tnemnolov ase inhommndamdépee tnq iu e'larnî des vueficu difl  eossu tedopniles onsiseré pureuq sétlsap sel tères qui ne sontnne:tl sec racaop ttni
On pensera peut-être qu'il y a de l'empressement d'auteur à faire paraître la première partie d'un livre quand la seconde n'est pas encore faite: d'abord, malgré la connexion de ces deux parties entre elles, chacune peut être considérée comme un ouvrage séparé; mais il est possible aussi que, condamnée à la célébrité sans pouvoir être connue, j'éprouve le besoin de me faire juger par mes écrits. Calomniée sans cesse, et me trouvant trop peu d'importance pour me résoudre à parler de moi, j'ai dû céder à l'espoir qu'en publiant ce fruit de mes méditations, je donnerais quelque idée vraie des habitudes de ma vie et de la nature de mon caractère. Lausanne, ce 1er juillet 1796.
INTRODUCTION.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.