Déchirures culturelles, expériences allemandes

De
Publié par

Romancière, dramaturge, poète, compositeur, chansonnier - Catherine Paysan est une des grandes figures de la culture française contemporaine. La plupart de ses livres illustrent de manière saisissante et poignante des destins humains marqués par des rapports de civilisation - rapports conflictuels, violents, destructeurs, mais aussi amicaux, apaisants, constructifs. Elle brosse à grands traits vigoureux les facettes du drame que constitue le choc des civilisations à travers les âges. Nombre de ses livres ont pour théâtre les rapports franco-allemands.
Publié le : mercredi 1 février 2012
Lecture(s) : 105
Tags :
EAN13 : 9782296483729
Nombre de pages : 270
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Déchirures culturelles, expériences allemandes Les rapports de civilisations dans l’œuvre de Catherine Paysan
Allemagne d’hier et d’aujourd’hui Collection fondée et dirigée par Thierry Feral L’Histoire de l’Allemagne, bien qu’indissociable de celle de la France et de l’Europe, possède des facettes encore relativement méconnues. Le propos de cette collection est d’en rendre compte. Constituée de volumes facilement abordables pour un large public, tout en préservant le sérieux et l'érudition indispensables aux sciences humaines, elle est le fruit de travaux de chercheurs d’horizons très variés, tant par leur discipline, que leur culture ou leur âge. Derrière ces pages, centrées sur le passé comme sur le présent, le lecteur soucieux de l’avenir trouvera motivation à une salutaire réflexion. Dernières parutions Didier CHAUVET,Le nazisme et les Juifs. Caractères, méthodes et étapes de la politique nazie d’exclusion et d’extermination,2011. Ralph KEYSERS,L’intoxication nazie de la jeunesse allemande, 2011. Hanania Alain AMAR,Arthur Koestler, La rage antitotalitaire, Essai, 2011. Titus MILECH,Le lieu du crime. L'Allemagne, l'inquiétante étrange patrie, 2011.Laura GOULT,L'enlèvement d'Europe. Réflexion sur l'exil intellectuel à l'époque nazie, 2010. Jacques DURAND,Le roman d'actualité sous la République de Weimar, 2010. Thierry FERAL,Le « nazisme » en dates, novembre 1918-novembre 1945, 2010. Marie-Amélie zu SALM-SALM,Témoignages sur les échanges artistiques franco-allemands après 1945, 2009. Alexandre WATTIN,Rétrospectivesfranco-allemandes, 2009. Maud DUVAL,L’Influence de la sœur chez Goethe, Kleist, Brentano et Nietzsche, 2009. François WETTERWALD,Les morts inutiles, présenté, annoté et commenté par Thierry Feral, 2009. Véronique FLANET,La RAF : vie quotidienne d’un groupe terroriste dans l’Allemagne des années 1970, 2009.
Déchirures culturelles, expériences allemandes Les rapports de civilisations dans l’œuvre de Catherine Paysan e Actes du 2 colloque international, Vivoin (Sarthe) 21-24 octobre 2010 Publiés sous la direction de Rainer Riemenschneider et Evelyne Brandts Allocution de M. Frédéric MitterrandMinistre de la culture et de la communication
Avec l’aimable concours du Ministère de la Culture et de la Communication ; du Conseil général de la Sarthe ; de la Communauté de communes Maine 301 ; de la Ville de Bonnétable ; du Crédit Agricole Anjou Maine et de la Maison Catherine Paysan.
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96191-3 EAN : 9782296961913
Sommaire
I. Jubilé Catherine Paysan : 50 ans de création littéraire......................... 7Catherine Paysan ................................................................................................ 9 Frédéric Mitterrand ......................................................................................... 1115Hommages à Catherine Paysan...................................................................... II. Études : Déchirures culturelles, expériences allemandes............... 231 – Écriture ........................................................................................................... 33 2 – Altérité et disparités....................................................................................... 83 3 – Expériences allemandes .............................................................................. 159III.Les auteurs................................................................................................259IV.Table des matières....................................................................................267
I. Jubilé Catherine Paysan : 50 ans de création littéraire
Causerie d’accueil et remerciement de l’écrivain
Catherine Paysan
Monsieur le ministre de la culture et de la communication, nous vous devons, je vous dois un grand merci de nous faire l’honneur d’avoir bien voulu être des nôtres en manifestant, par votre présence, l’intérêt que vous portez à ce colloque organisé à l’occasion de mon jubilé d’écriture, dans le cadre privilégié du Prieuré de Vivoin qui lui a été ouvert par le conseil général de la Sarthe, mon département d’origine. Je vous salue, Monsieur le Préfet, Monsieur le Président du conseil général et vice-président du Sénat, Mesdames Messieurs les conseillers généraux, en particulier Monsieur Jean-Pierre Vogel toujours si bienveillant, si attentif à mon égard, Madame, Monsieur le député. Ce dernier, Monsieur Dominique Le Mener, si bienveillant et attentif, de même, à mon parcours d’écrivain. Merci à vous aussi d’être là, mesdames, messieurs les maires de notre terroir mainiaut, messieurs les journalistes et vous les organisateurs qui se sont dévoués à la réussite de ce colloque. Je me tourne maintenant vers vous, Monsieur le docteur en histoire Riemenschneider, qui avez enseigné à l’université Paul-Valéry de Montpellier et collaboré à la mise sur pieds du Manuel d’histoire franco-allemand à l’usage des élèves de lycée de nos deux pays, paru conjointement chez Nathan en version française et chez Klett en version allemande ; vous m’avez fait la grande joie, après m’avoir lue, de vous investir, à fond, dans ce projet de colloque ayant pour thème les déchirures culturelles et franco-allemandes ayant endeuillé nos deux nations et l’Europe, siècle après siècle, de la chute de l’empire romain jusqu’à hier encore et les méfaits de toutes les formes de racisme auxquelles n’échappe, hélas, à l’heure actuelle encore, aucun continent et vous, cher Thierry Lemonnier président de l’association des amis de la maison d’école natale, où j’ai vu le jour, à l’ancien village d’Aulaines actuellement réuni au chef-lieu de canton de Bonnétable. Je reviens à vous, Thierry. Vous aussi, tout comme vous, cher Rainer, vous vous êtes littéralement défoncé pour mener à bien ces deux journées, pour moi particulièrement gratifiantes. De même, ici présente, Madame Monique Bouvier secrétaire de l’association et dont j’apprécie de surcroît les remarquables qualités humaines. Je vous salue tous, chers Amis et de tout cœur, Mesdames, Messieurs les intervenants, la plupart venus de si loin et souvent, non sans difficultés de déplacement, de fatigue. Je vais garder, grâce à vous, de ce colloque, un souvenir ébloui. Ebloui, gens de belles lettres et de culture, linguistes, historiens distingués, humanistes, donc, par la vigueur et l’acuité de votre analyse, de ce qui, dans son
9
ensemble, constitue chez moi, livre après livre, mon patrimoine d’écriture de vieille routière de la plume. Et cela, avec l’aide persévérante et précautionneuse des mots. D’une mise en place de leur « tempo ». De leur architecture musicale. Car je suis de ceux qui s’efforcent d’en proposer la lecture, comme le déchiffrage d’une partition susceptible, si faire se peut, d’en transcender le sens. D’en augmenter le pouvoir d’apaisement ou au contraire, explosif. Souvenir ébloui, encore une fois, par l’originalité du regard que vous avez bien voulu jeter sur ce qui, sous des formes romanesques, ou résolument autobiographiques, me permettant, face aux convulsions de la « grande Histoire » de me mesurer à celles de la mienne propre, en met à jour, en quelque sorte, l’unité, et que je sache, la raison d’être. A savoir : la question toujours sans cesse reposée et jusqu’ici laissée sans réponse. Qui donc sommes-nous ? Qui devrions-nous, en fin, tenter d’être pour que le monde soit meilleur ? Les péripéties de mon aventure terrestre se rapprochent de leur terme. Ma vie, comme toutes les vies n’aura été qu’un cahier de brouillon, sur lequel le maître aura forcément écrit : aurait pu mieux faire. Merci à vous tous d’être là, de me donner cette joie de m’entourer. Qui que vous soyez, je vous souhaite ce qui peut sans doute nous rapprocher au plus près du bonheur, la paix de l’âme.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.