Défilé de casse-croûtes

De
Publié par

Jean-Pierre Perrin-Martin a guetté, au fil de l'actualité, des occasions de dire ce qu'il pensait. Son passé ancien a été marqué de ruptures avec l'armée et le clergé. Son passé récent est tissé de solidarités avec les quartiers méprisés et les sans-papiers. « Mon frère, assieds-toi là ! Je t'apporte un nouveau livre : un défilé de cent-dix-neuf casse-croûtes distribués à des amis de 2009 à 2015. » Jean-Pierre Perrin-Martin y ajoute des textes de circonstances : souvenirs de Guy-Marie Riobé, meeting du Front de gauche ; obsèques de Roland...
Publié le : vendredi 6 novembre 2015
Lecture(s) : 6
EAN13 : 9782336396675
Nombre de pages : 126
Prix de location à la page : 0,0075€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Jean-Pierre PERRIN-MARTIN
Défilé de
casse-croûtes
« Mon frère, assieds-toi là ! Je t’apporte un 2009-2015nouveau livre.
- Encore un !
- Un défi lé de cent dix-neuf casse-croûtes
distribués à des amis de 2009 à 2015. »
Jean-Pierre Perrin-Martin y ajoute des textes
de circonstances :
- souvenirs de Guy-Marie Riobé ;
- meeting du Front de gauche ;
- obsèques de Roland…
Jean-Pierre Perrin-Martin, vieil Orléanais, a
guetté, au fi l de l’actualité, des occasions de
dire ce qu’il pensait.Son passé ancien a été
marqué de ruptures avec l’armée et le clergé.
Son passé récent est tissé de solidarités avec
les quartiers méprisés et les sans-papiers.
Couverture de Sylvain BAUDRIER
ISBN : 978-2-343-07577-8
14 €
Jean-Pierre PERRIN-MARTIN
2009-2015










Défilé de casse-croûtes





Jean-Pierre Perrin-Martin













Défilé de casse-croûtes


2009-2015












































*

































































Du même auteur
Aux éditions P.J. OSWALD
Vincent Dailleur, roman, 1974
Coopérative d’Edition Populaire d’Orléans
Petit Bloss, nouvelles et poèmes, 1976
Le Palan, roman, 1979
L'Alhambra, roman, 1980
Le Voyage à Honfleur, récit, 1982
Chantons quand même !, poèmes, 1983
La Mouchetière, récit, 1984
Capitaine Fabio, roman, 1984
Page à page, Orléans,
Contes à rebours. Deuxième vague, nouvelles, 1996
Aux éditions L’Harmattan,
Les Salmones, roman, 1989
Contes à rebours, nouvelles, 1991
Xénofolie, roman policier, 1993
Amalgame, Cri, 1994
Les Pelmousses, roman, 2000
Mariotte, Souvenir de ma mère, 2002
Le guet-apens, roman, 2003
Elle et Victor, poèmes, 2004
La Veille, rétrospective, 2006
Sismogrammes, théâtre, 2007
Ça craint, roman, 2008
Le Pentaméron, roman, 2009
Bafouillou, comédie, 2009
Cailloux, poèmes, 2010
Au pied du mur, récit, 2012
Faire société, essai, 2013
Judith, nouvelle, 2014
© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-07577-8
EAN : 9782343075778 « Mon frère, assieds-toi là ! Je t’apporte le manuscrit
du nouveau livre que je vais publier.
- Encore un !
- Peux-tu m’aider à le mettre au point ? Il est en
morceaux : 120 casse-croûtes que j’ai distribués, par
mails, à deux cents amis, de 2009 à 2015. Réactions
personnelles aux événements. J’y ajoute quelques textes de
circonstance. Pour éviter le monologue, pour prendre de
la distance, pourrais-tu me questionner, me dédoubler ?
- Dis-moi, n’écris-tu pas pour te remettre en avant,
avoir nom et photos dans la presse, interview à la télé… ?
- Sais-tu ce que Gandhi écrivait à son neveu, deux
jours après avoir achevé l’Émancipation à l’indienne,
Hindj Swaraj. « Je souhaite que mon nom soit oublié et
que seule mon œuvre demeure. L’œuvre ne dure que si le
nom est oublié. »
- Le souhait n’a guère abouti et ce serait prétentieux
de te l’approprier. Si tu veux bien, posons la question
autrement : Est-ce que ton livre sera utile aux lecteurs ? »
En février 2009, Bâbord de Loire cesse de paraître.







Dernier édito

À la jonction de deux siècles, huit années avant 2000,
huit années après, cinquante numéros, trois par an, Bâbord
sera une mine d’informations locales et de réflexions pour
ceux qui étudieront cette période charnière, sur Orléans,
avec en prime, une collection de dessins de Sylvain.
Principaux sujets suivis : Les Sans-papiers, les tours
d’horizon sur l’économie, le chômage, les transports, les
« quartiers sensibles », les solidarités avec les Palestiniens
et les Algériens, le Forum des Droits humains,
l’opposition aux guerres d’Irak, d’Afghanistan… Et puis
la pénible traversée des campagnes électorales,
présidentielles, muni-cipales. La recherche d’une
alternative à gauche. On a dit : « Gauche Alternative,
Gauche critique, À gauche vraiment !, Gauche de la
Gauche, Gauche de Gauche », en s’écartant des
égarements du P.S, en fréquentant les rénovateurs,
réformateurs, refondateurs du Parti communiste, en fraternisant
avec les « Chrétiens autrement », en partageant des luttes
avec la LCR, avec LO et d’autres, qualifiés de Gauchistes
ou Extrémistes par des fossilisés.
Quelques semaines avant sa mort, Christian WEBER
écrivit un article intitulé « Qu’est-ce que ça signifie, être
de gauche ? » Nous le considérons comme son testament
politique, et comme le nôtre.
Bâbord se situait en « catalyseur », évitant les
démarches de qui se place en locomotive pour remorquer
les autres, mais favorisant la concertation qui conduit à
l’accord pour agir ensemble.
Force est de reconnaître que la convergence entre
forces de gauche n’a guère progressé. Elle a sombré du
NON commun contre le Traité européen, aux déplorables
débandades enregistrées pour les dernières présidentielles,
9
dernières municipales, et prévisible pour les prochaines
européennes.
L’équipe de rédaction n’est plus en état de continuer,
âgée, fatiguée, réduite, après la mort de Christian.
Parmi nos deux cents lecteurs et surtout nos 75
abonnés, beaucoup appréciaient ce que nous écrivions.
Nous les remercions de nous l’avoir souvent dit. Mais leur
cercle ne s’élargissait pas, n’accueillait guère de jeunes. La
situation présente n’a-t-elle pas besoin d’outils plus
efficaces ?
Bâbord cesse donc de paraître.
« Huit mois passent. Besoin d’écrire, envie de
publier, clavier d’Internet sous les doigts, j’expédie des
“Casse-croûtes” à deux cents amis.
- Les lecteurs savent qu’à ton âge, tu ne cherches
plus à te placer. Tu as tenu tête à l’Armée et à l’Église. Tu
as les pieds dans ton quartier. En assemblée, quand tu
prends la parole, les uns pensent : Encore lui ! D’autres
t’écoutent. Vas-y !, Sors ton livre ! »
10 Fin 2009
Casse-croûtes de 1 à 6
Casse-croûte 1
Samedi, la place du Martroi était inondée par les
camions, les tentes et les stands des organisations de
police et de secours qui nous protègent officiellement.
Seule, grâce à son socle, Jeanne d’Arc émergeait. Non !
Pas seule… À l’entrée de la rue Bannier, ceux qui
défendent les Sans-papiers avaient étalé un peu de
bric-àbrac et tenaient un mégaphone.
Le préfet et son secrétaire général ont fait un choix
dans les racines culturelles de la France : la xénophobie
plutôt que la Fraternité !
Casse-croûte 2
L’ASTI privée de subventions, écartée de la
domiciliation postale des immigrés arrivants ;
la CIMADE évincée de l’aide aux étrangers placés dans
les Centres de rétention ; « Toits du Monde » mis en
demeure de mettre rapidement à la rue les demandeurs
d’asile accueillis, quand le statut de réfugié leur est
refusé ; associations assurant l’hébergement d’urgence
contrainte à des signalements et des rejets ; responsables
locaux des Restos du Cœur démissionnés brutalement par
leur instance nationale ; deux régies de quartiers sommées
de laisser place à une structure gouvernée par la
municipalité ; mise en place, au nom de la « Démocratie
participative », de conseils de quartiers composés et
11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.